Défenseur stellaire Vicomte

Dark Vectivus - Posté le 03 août 2012

Constructeur Chantiers Navals de Mon Calamari
Taille 17000 mètres
Équipage 68174 membres d'équipage
Armement 2000 turbolasers lourds
2000 turbolasers
200 lance-missiles à concussion d'assaut
300 batteries ioniques
500 canons laser de défense ponctuelle
40 rayons tracteurs
Troupes 12 500 soldats
72 X-Wings
48 A-Wings
48 E-Wings
48 B-Wings ou K-Wings
Plusieurs douzaines de navettes
Transports de troupes
Barges de débarquement
Capacités 200000 tonnes de fret
6 ans d'autonomie
Hyperdrive x1 (de secours : x12)
Catégorie Vaisseaux
Affiliations Alliance Galactique
Nouvelle République

Défenseur stellaire Vicomte

Dark Vectivus - Posté le 03 août 2012

Modèle de croiseur Mon Calamari d'une taille gigantesque et à l'armement impressionnant, conçu comme équivalent au super destroyer stellaire et utilisé notamment durant l'Invasion Yuuzhan Vong.

Après les pertes conséquentes subies par la Nouvelle République lors de ses affrontements avec les Yevetha lors de la Crise de la Flotte Noire, il apparut clair aux stratèges militaires du gouvernement galactique que les croiseurs tels que les MC80 ou les MC90 ne suffisaient plus à garantir une force militaire de maintien de la paix conséquente. Malgré ce que purent en dire les réfractaires à une politique de production de vaisseaux de grande envergure, la Nouvelle République avait désormais besoin d'appareils capables de rivaliser en puissance de feu avec les super destroyers stellaires de l'Empire. C'est dans cette optique que deux nouvelles classes de vaisseaux surpuissants furent conçues : le croiseur Mon Calamari de classe Médiateur et le défenseur stellaire de classe Vicomte.

 

 

I. Caractéristiques

 

Mesurant 17000 mètres, soit presque la taille d'un super destroyer impérial, le défenseur stellaire de classe Vicomte fut construit par les techniciens Mon Calamari dans leurs chantiers navals et représenta une véritable prouesse pour les natifs de Mon Calamari. Il faut dire qu'avec une telle taille, un défenseur stellaire Vicomte a de quoi imposer le respect, mesurant près de deux fois la taille d’un croiseur de combat Médiateur. Pour manœuvrer un tel mastodonte dans l'espace, un équipage de pas moins 68174 personnes est nécessaire, un Vicomte étant une véritable plate-forme de tirs à la puissance de feu impressionnante. Toutefois, contrairement à son équivalent impérial, le défenseur stellaire Vicomte a bénéficié du savoir-faire des Mon Calamari qui ont accouché d’un bâtiment de guerre certes un brin moins grand que le super destroyer stellaire, mais aux capacités d’emport de chasseurs et à l’armement bien supérieur, et ce au prix d’un équipage moindre, ce qui rétablit le rapport de force.

 

De plus, la structure plus compacte d’un tel navire, similaire à celle d’un os de seiche, et sa coque plus épaisse le rendent apte à encaisser des tirs de barrage bien plus conséquents, sa résistance également accrue reléguant le super destroyer au rang de vaisseau obsolète par certains aspects. Et pour faciliter la communication et les transferts de personnel et de marchandises à son bord ou vers d’autres bâtiments de la flotte, un défenseur stellaire de cette catégorie dispose de douzaines de pinces d’amarrage permettant à plusieurs vaisseaux d’être reliés au Vicomte, ce qui optimise les mouvements d’équipage et les manœuvres spatiales. Pour l’électronique de bord, ses systèmes de navigation, ses senseurs et ses systèmes de communication sont d’un niveau de sophistication situé bien au-delà de ce qu’on a jamais pu trouver à bord d’un super destroyer, un défenseur stellaire Vicomte intégrant à son bord un transrécepteur HoloNet pour lui garantir la netteté des informations qui lui sont envoyées. Mais ce qui paraît le plus incroyable, c’est qu’il y a assez de capsules de sauvetage sur ce vaisseau pour mettre à l’abri toutes les personnes présentes à son bord ; cela montre à quel point les stratèges de la Nouvelle République considéraient les vies de leurs soldats, trop précieuses pour ne pas être gâchées.

 

Pour remplir pleinement son rôle de défenseur stellaire, un vaisseau de classe Vicomte a été conçu comme un véritable monstre de guerre déchaînant un flot destructeur de plasma sur ses ennemis, puisque son arsenal est composé de 2000 turbolasers lourds, d'un nombre équivalent de turbolasers, de 300 batteries ioniques, de 200 tubes lance-missiles à concussion d’assaut (des projectiles bien plus dangereux que les habituels missiles à concussion), de 500 canons laser de défense localisée pour offrir un écran de protection contre les chasseurs adverses, ainsi que de 40 projecteurs de rayons tracteurs. Comme pour tous les croiseurs Mon Calamari, le défenseur stellaire Vicomte peut compter sur des systèmes redondants de projection de boucliers d’énergie, plusieurs générateurs d’écran de protection prenant le relais de ceux qui viendraient à défaillir au cours d’une bataille, sans compter que le potentiel régénératif de ces boucliers figure parmi les plus élevés de son époque.

 

Vue d'un défenseur stellaire Vicomte.
Vue d'un défenseur stellaire Vicomte.

 

Étant bien plus qu’une plate-forme mobile d’artillerie lourde, un défenseur stellaire Vicomte est également un porte-chasseurs dont les hangars figurent parmi les plus importants qui soient, car il peut embarquer à son bord 60 X-Wings, 12 X-Wings XJ, quatre escadrons de A-Wings, quatre escadrons de E-Wings et quatre escadrons de B-Wings ou K-Wings, soit près de 216 chasseurs, ainsi que des douzaines de vaisseaux complémentaires : navettes, transports de troupes, barges de débarquement, etc. Sans compter une petite armée de 12500 soldats susceptible d’être débarquée pour établir une tête de pont sur une planète, même si la vocation d’un tel bâtiment n’est pas l’invasion de mondes mais plutôt la sauvegarde territoriale de la Nouvelle République et ses alliés. Doté d'un hyperdrive performant de classe 1, et un de secours de classe 12, et capable de fonctionner de façon autonome pendant six ans, le défenseur stellaire de classe Vicomte, même s’il n’est pas destiné à embarquer des passagers autres que son équipage, dispose d’assez d’espace interne pour accueillir 500000 personnes, en plus du complément de droïdes suffisamment nombreux pour couvrir toutes les réparations d’urgence.

 

 

II. Histoire

 

Évidemment, bien avant la mise en production des défenseurs stellaires, la Nouvelle République disposait déjà de grands vaisseaux, le Gardien et le Lusankya, des super destroyers capturés aux Impériaux. Mais l’idée de navires de guerre néo-républicains surpuissants germa pour la première fois dans le cerveau de l’illustre Amiral Ackbar, qui avait compris que les super destroyers encore aux mains des seigneurs de guerre impériaux représentaient la plus grande menace pour la Nouvelle République naissante. Il fallut bien des années avant que le concept ne fût concrétisé, mais le programme de développement connut une accélération subite avec la menace du super destroyer Intimidator, capturé et utilisé par les Yevetha sous le nom de Fierté de Yevetha durant la Crise de la Flotte Noire, cet événement précipitant pour de bon la mise en chantier de cette gamme de défenseurs stellaires. Et la Nouvelle République ne possédant que deux super destroyers stellaires, il fallut bien combler le manque de vaisseaux de combat gigantesques au sein des autres flottes, ce qui est également l'une des raisons pour lesquelles les défenseurs Vicomte furent construits à partir de ce moment.

 

Parallèlement à ce projet, enfin mis en branle, la menace des Vestiges de l’Empire diminua au fur et à mesure des affrontements avec la Nouvelle République jusqu’à ce que la paix fût signée en l’an 19. Le premier exemplaire à être sorti des chaînes de montage des chantiers de Mon Calamari fut le Vicomte, qui donna justement son nom à cette classe de vaisseaux de guerre imposants. Les premiers essais opérationnels du Vicomte eurent lieu 25 ans après la Bataille de Yavin, peu de temps avant que ne débutât la Guerre des Yuuzhan Vong. En parallèle à la classe Vicomte, une autre classe de vaisseaux de ce genre fut développée et construite par la Corporation Technique Corellienne, celle des défenseurs stellaires Strident. Les premiers essais sur le terrain du Vicomte le plongèrent au cœur de la tourmente pour lutter contre des factions renégates impériales, détachées du giron des Vestiges de l’Empire et basées dans le Noyau Profond, et contre des pirates. On aurait pu penser que le déploiement d’un tel mastodonte pour décimer des poches de résistance éparses était exagéré, mais l’arrivée des extragalactiques Yuuzhan Vong changea la donne et le défenseur stellaire Vicomte s’avéra être un renfort des plus précieux pour contrer la vague déferlante des envahisseurs.

 

Si l'on entendit peu parler de l'action du premier défenseur stellaire de classe Vicomte durant la première moitié de l'invasion de la galaxie par les Yuuzhan Vong, il est plus que certains que, à l'instar du Lusankya, le Vicomte donna bien du fil à retordre aux envahisseurs extragalactiques dans leur conquête de la galaxie. Et lorsque la Nouvelle République se mua en Alliance Galactique, les bâtiments de cette classe continuèrent à jouer un rôle prépondérant au sein de la Force de Défense de l’Alliance Galactique. Le potentiel offensif de ce modèle put largement être estimé lors de la Bataille de Mon Calamari de l’an 29 où le Vicomte usa de ses canons longue portée pour clairsemer le centre de l’armada ennemie venue attaquer la planète Dac et contribuèrent ainsi à la victoire des peuples alliés de la galaxie sur les extragalactiques tatoués et scarifiés.

Source(s)

R. A. Salvatore, Cliff Nielsen, Le Nouvel Ordre Jedi tome 1 : Vecteur Prime, Fleuve Noir 2003
James Luceno, Cliff Nielsen, Le Nouvel Ordre Jedi tome 19 : La Force Unifiée, Fleuve Noir 2006
R. A. Salvatore, Cliff Nielsen, The New Jedi Order #1 - Vector Prime, Del Rey 2000
James Luceno, Cliff Nielsen, The New Jedi Order #19 - The Unifying Force, Del Rey 2004
Pablo Hidalgo, Daniel Wallace, The Complete Star Wars Encyclopedia, Del Rey 2008
Rodney Thompson, Owen K.C. Stephens, Starships of the Galaxy (Saga Edition), Wizards of the Coast & LucasBooks 2007
Jason Fry, Paul R. Urquhart, The Essential Guide to Warfare, Del Rey 2012

Mis en ligne le 3 août 2012 à 17:35 par Dark Vectivus.
Dernière modification le 3 août 2012 à 17:35.

Fiche consultée 1470 fois.

Constructeur Chantiers Navals de Mon Calamari
Taille 17000 mètres
Équipage 68174 membres d'équipage
Armement 2000 turbolasers lourds
2000 turbolasers
200 lance-missiles à concussion d'assaut
300 batteries ioniques
500 canons laser de défense ponctuelle
40 rayons tracteurs
Troupes 12 500 soldats
72 X-Wings
48 A-Wings
48 E-Wings
48 B-Wings ou K-Wings
Plusieurs douzaines de navettes
Transports de troupes
Barges de débarquement
Capacités 200000 tonnes de fret
6 ans d'autonomie
Hyperdrive x1 (de secours : x12)
Catégorie Vaisseaux
Affiliations Alliance Galactique
Nouvelle République

Haut