Droïde de guerre Basilisk

Dark Vectivus - Posté le 26 juillet 2013

Constructeurs Basiliskans/Mandaloriens
Taille 2.98 à 5 mètres
Équipage 1 pilote
Armement 2 canons laser
Canons à ondes vibratoires
Générateur d'ondes de choc
2 lance-missiles à fragmentation
Mines spatiales
Griffes de combat
Troupes 1 à 2 passagers (dépend du modèle)
Catégorie Vaisseaux
Affiliations Mandaloriens

Droïde de guerre Basilisk

Dark Vectivus - Posté le 26 juillet 2013

Engin de guerre spatial et atmosphérique aux formes insectoïdes, utilisé par les Mandaloriens à l'époque des Guerres des Anciens Sith.

Lorsqu'on évoquait les Mandaloriens, ce simple nom suffisait parfois à distiller la peur dans le cœur de la majeure partie des citoyens de la galaxie. Si à l'heure actuelle on ne retient des Mandaloriens que leur célèbre armure à viseur de casque en forme de T, il fut une époque où ces redoutables guerriers constituaient une entité politique, même s’il s’agissait surtout de regroupements de tribus de combattants nomades sous la bannière d’un chef de guerre, et une force militaire capable de rivaliser avec la République Galactique. Et il n'y a pas de meilleur symbole de cette époque révolue, véritable âge d'or des Mandaloriens, que le droïde de guerre Basilisk, extension des talents de guerriers des Mandaloriens. Le droïde de guerre Basilisk, ou Bes'uliik en Mando’a – ou encore littéralement « bête d’acier » - était plus qu’un simple droïde malgré ce que son nom laissait entendre, puisqu’il s’agissait d’une plate-forme droïde de combat aérospatiale qui fut popularisée par les Mandaloriens. Toutefois, ces guerriers n’en furent pas pour autant les véritables créateurs.

 

 

I. Données techniques

 

Une précision d’ordre historique est à apporter : le design originel du droïde de guerre Basilisk fut pensé et produit par les Basiliskans, race reptilienne intelligente originaire de la planète Basilisk. D’après les rumeurs, qu’on pourrait aisément croire, les Basiliskans auraient dessiné les lignes du droïde de guerre Basilisk d’après leur propre morphologie. Toutefois, certains gloseurs se firent une fierté de souligner le fait que cet appareil relevait plutôt d’une combinaison, au niveau de la forme, entre un scarabée Karran et un lion des rochers Zalorien, mais ceci est un point de détail. Toujours était-il que, lorsque les Mandaloriens attaquèrent le monde natal des Basiliskans, non seulement ils asservirent la race reptilienne, mais en prime ils récupérèrent la technologie de ce peuple, le droïde de guerre inclus, ce transport individuel armé ayant été par la suite produit exclusivement par les guerriers nomades en armures.

 

Un droïde de guerre Basilisk, arme et symbole des fiers guerriers Mandaloriens.
Un droïde de guerre Basilisk, arme et symbole des fiers guerriers Mandaloriens.

 

Doté d'une forme insectoïde proche du scarabée, le droïde Basilisk représentait plus qu'une simple machine de guerre pour les Mandaloriens de l'époque. En effet, cet appareil était considéré comme un frère d'armes en même temps que le prolongement du bras d'un guerrier. Cet état de fait était sans doute accentué par le fait que lorsqu'un guerrier décidait de sauter de sa « monture », le droïde continuait néanmoins de fonctionner en parfaite autonomie grâce à un cerveau droïde intégré. Ainsi, un Mandalorien pouvait prendre son adversaire en tenailles avec cet allié mécanique de premier choix. D’ailleurs, quand on y repensait, cet engin incorporait de très nombreux composants relevant de l’intelligence artificielle, certains commentateurs poussant le vice jusqu’à sous-entendre qu’il existerait une relation quasi symbiotique entre un guerrier mandalorien et son appareil. Dès lors, on comprenait assez bien pourquoi une forme semi-organique avait été conservée pour le droïde de guerre Basilisk, étant plus vu comme un compagnon au combat plutôt qu'un simple outil. Mais les points communs avec une forme de vie organique s'arrêtaient là.

 

En effet, lorsque les guerriers de Mandalore mirent en production ces droïdes, ils y ajoutèrent un système de contrôle dorsal afin que le pilote, installé sur le dos de son engin à l’image d’un cavalier, pût contrôler l’engin à son gré. Les processeurs du droïde Basilisk le rendaient plus intelligent qu'un simple animal domestiqué comme monture. À la vérité, les Mandaloriens apportèrent tellement de modifications par rapport au design d’origine que les variantes de ce droïde de guerre étaient impossibles à dénombrer, transformant l’engin en un véhicule spatial. De fait, les droïdes de guerre Basilisk pouvaient opérer à la fois dans le vide de l’espace intersidéral et dans l’atmosphère d’une planète, ce qui en faisait un outil de premier choix pour les engagements entre flottes. Ceci obligeait son occupant à porter une combinaison pressurisée au cours des batailles interstellaires, mais les armures des Mandaloriens du temps des Anciennes Guerres Sith étaient conçues comme des combinaisons intégrales les préservant des rigueurs du vide spatial. Et si jamais, d'aventure, il arrivait que des renforts fussent requis du côté d’une planète, les lignes du droïde Basilisk lui octroyaient la possibilité de plonger à vive allure vers la surface d’une planète depuis une haute orbite afin de faire office de soutien aérien aux troupes au sol.

 

 

 

Un Basilisk tire de toutes ses armes.
Un Basilisk tire de toutes ses armes.

 

Là où devrait se trouver les mandibules, on pouvait constater que le Basilisk, outre ses senseurs installés dans le nez de l'engin pour la détection d’éventuels agresseurs, disposait d'un arsenal assez conséquent et étonnamment avancé pour son époque. Même durant les millénaires qui suivirent, ce type d’armement monté sur le droïde Basilisk ne rencontra pratiquement aucun égal. Pour le combat, un droïde Basilisk disposait de canons laser, de canons à ondes vibratoires, de lance-missiles à têtes perforatrices, des mines spatiales et un générateur d’ondes de choc. D'ailleurs, ce dernier type d'arme inhabituelle était sans conteste ce qui rendait le droïde Basilisk si redoutable : lorsque le droïde Basilisk faisait feu, les nombreux tubes nasaux délivraient en même temps leurs charges respectives, produites par le générateur d'ondes de choc, pour créer une décharge de plasma capable de perforer le plus épais des blindages. Ce système était si gourmand en énergie qu'il ne fallait surtout pas manquer sa cible ; mais entre les mains d'un Mandalorien, la majeure partie des coups faisaient mouche, au grand dam de leurs adversaires. Toutefois, pour répondre aux besoins de certains pilotes préférant privilégier les performances du Basilisk en matière de vélocité ou de maniabilité, cet armement lourd pouvait être retiré, sans doute en faveur d’une puissance de feu moindre.

 

Cependant, il ne fallait pas croire que les Mandaloriens s’étaient contentés de développer une seule ligne de droïdes Basilisk, ce modèle étant si efficace qu'il fut décliné en plusieurs versions. Ainsi, le modèle bombardier du Basilisk accueillait un artilleur en plus du pilote, et la version furtive possédait un armement moins conséquent et des moteurs supplémentaires. Mais le modèle le plus commun, celui monoplace, offrait le meilleur équilibre au niveau de l'armement, de la vitesse et des systèmes de protection. Bien que ne possédant pas d'hyperdrive, le droïde de guerre Basilisk pouvait néanmoins se mouvoir avec une grande aisance en espace conventionnel, parfois avec une plus grande agilité que les chasseurs monoplaces standards. Autre caractéristique du Basilisk, ses griffes de combat lui permettaient de se débarrasser des obstacles ou de décimer les rangs adverses avec une férocité quasi animale, et même de déchiqueter les vaisseaux légers ennemis lors des escarmouches spatiales. Par ailleurs, un guerrier mandalorien pouvait emporter ses armes personnelles, comme des blasters, des épées ou des haches, dans des compartiments cachés sous les plaques du droïde, comme si l’armement de base du droïde Basilisk ne suffisait pas aux propriétaires de ces machines dévastatrices.

 

 

Un Basilisk sème le chaos sur son chemin.
Un Basilisk sème le chaos sur son chemin.

Même lorsqu'il s'agissait d'attaquer une garnison importante ou une station orbitale, un duo de droïdes Basilisk était suffisant pour infliger beaucoup de dégâts. En effet, il suffisait que deux engins volent côte à côte en remorquant une bombe à compression atomique et la propulsent droit sur leur cible. Sur une version spécialisée, résultant de nombreuses modifications, un seul Basilisk se voyait équiper d’une bombe de forte puissance et l’acheminait avec célérité jusque vers sa cible – en général un vaisseau – pour la relâcher au dernier moment, le coefficient de pénétration du projectile étant proportionnel à l’énergie cinétique emmagasinée lors de la course avec le Basilisk.

 

On comprenait alors aisément que les Mandaloriens et leurs droïdes de guerre Basilisk eussent représenté une telle menace pour la République Galactique lorsqu’ils s’allièrent aux Sith Exar Kun et Ulic Qel-Droma. Toutefois, les innovations apportées au droïde Basilisk continuèrent à transformer cet engin au fil des années, si bien que des versions ultérieures comprenaient des cockpits fermés pour délester le pilote du fait de porter obligatoirement une combinaison intégrale pressurisée, des ailes plus grandes avec des volets d’attaque à géométrie variable, et l’élimination virtuelle des caractéristiques le faisant ressembler à un animal. Ainsi, le temps aidant, le droïde de guerre Basilisk finit par évoluer au point de ressembler à un vaisseau à part entière.

 

Mais loin de se contenter du vide sidéral ou des airs, un droïde de guerre Basilisk est également capable de se mouvoir au sol, même si ce genre de terrain n’est pas celui où ses aptitudes peuvent se déployer au summum de leur efficacité. En effet, en agissant à la manière d’un animal terrestre, un droïde Basilisk perd en vitesse et en maniabilité, mais il peut opérer de brusques mouvements si la situation devient critique, ses senseurs de nez et de queue l’avertissant de toutes menaces dans un délai raisonnable. Et dans ces cas-là, le Basilisk permute en mode de vol en ouvrant ses plaques de blindage de poupe, dévoilant sa série de moteurs pour décoller et foncer à près de 550 km/h. La vitesse ne faisant pas tout, un droïde de guerre Basilisk se doit d’être maniable dans ces cas-là, or sans ses ailettes stabilisatrices et certaines particularités de sa section caudale, ce véhicule serait aussi manœuvrable qu’un fer à repasser volant en raison de son blindage et cela les Mandaloriens l’ont bien compris. Le problème fut résolu et le droïde de guerre put exprimer son plein potentiel lorsqu’il fut envoyé au front.

 

 

 

II. Histoire

 

Environ quatre millénaire avant l'avènement de l'Empire Galactique, les Mandaloriens, alors sous le commandement de Mandalore l'Indomptable, utilisèrent ces plates-formes de combat mobiles pour lancer une série de conquêtes de grande envergure. À cette époque, juste avant de prêter allégeance aux seigneurs du Côté Obscur qu’étaient Exar Kun et son lieutenant Ulic Qel-Droma, les Mandaloriens menèrent leur propre croisade et leur œuvre de destruction contre les usines de carbonite de la planète Impératrice Teta. Pour faire cesser ces attaques et soumettre les guerriers nomades à sa botte, Ulic Qel-Droma accepta de combattre Mandalore l’Indomptable sur la planète Kuar. Le duel était à la base profondément inégal, Qel-Droma n’ayant droit qu’à son sabre laser tandis que le chef des Mandaloriens chevauchait fièrement son droïde de guerre Basilisk, réglé selon ses recommandations personnelles. Cependant, bien que Mandalore l'Indomptable eût utilisé un droïde Basilisk lors de son duel contre Ulic Qel-Droma sur Kuar, il ne tira pas bien longtemps avantage de sa monture mécanique, qui fut neutralisée lorsqu’Ulic fondit sur le véhicule de Mandalore et plongea son sabre laser dans ses entrailles métalliques. Mandalore l’Indomptable fut, certes, défait par le Seigneur Sith, mais les droïdes de guerre Basilisk ne cessèrent pas toute activité pour autant.

 

Par la suite, en pleine Grande Guerre des Sith, on vit des droïdes Basilisk opérer sur de nombreux théâtres d'opération pour le compte des Sith, comme lorsqu’ils attaquèrent les chantiers navals de Foerost pour s’emparer de bâtiments de guerre républicains pour venir grossir l’armada de leur maître Sith. Au cours de cette bataille, les Mandaloriens s’adonnèrent à cœur joie au carnage aux commandes de leurs montures spatiales, perforant la coque de la station navale et semant la terreur parmi les quelques défenseurs. Postérieurement, la témérité d’Ulic le poussa à engager ses troupes Krath et mandaloriennes dans une nouvelle bataille sur Coruscant, durant laquelle les droïdes de guerres Basilisk suppléèrent les vaisseaux nouvellement acquis par le Sith afin de faire tomber les formidables défenses de la capitale galactique. Néanmoins, les efforts des Mandaloriens ne suffirent pas à faire pencher la balance en faveur de Qel-Droma, qui dut subir une trahison de la part de sa maîtresse Aleema Keto. On les vit encore en action sur Ossus, alors en pleine évacuation puisqu’une onde de choc cosmique, résultant d’une supernova dans l’Amas de Cron tout proche et provoquée par les Sith, menaçait d’annihiler tout à la surface d’Ossus. À ce moment-là, les Mandaloriens juchés sur leurs engins s’attaquèrent à plusieurs vaisseaux civils tentant d’échapper au cataclysme prochain.

 

Mandalore l'Indomptable et ses Croisés Mandaloriens chevauchant leurs droïdes de guerre Basilisk.
Mandalore l'Indomptable et ses Croisés Mandaloriens chevauchant leurs droïdes de guerre Basilisk.

 

Dans le même temps, sur Onderon, Mandalore l’Indomptable menait ses effectifs dans les cieux de la capitale Iziz contre les Bestiaires du roi Oron Kira. Se retrouvant à égalité avec les monstres ailés chevauchés par les Bestiaires d’Onderon, les droïdes de guerre Basilisk et leurs maîtres mandaloriens furent dépassés quand des renforts de la République arrivèrent, obligeant les guerriers à battre en retraite sur Dxun, une lune d’Onderon où Mandalore l’indomptable trouva la mort, le pouvoir passant rapidement entre les mains d’un guerrier connu plus tard comme Mandalore l’Ultime. Malgré la défaite des Sith et la mort physique d'Exar Kun, les Mandaloriens parvinrent à se reconstituer sous la bannière de leur nouveau chef et, plusieurs décennies après la Grande Guerre des Sith, ils lancèrent leurs droïdes de guerre Basilisk sur les mondes de la Bordure Extérieure, puis de la République lors des Guerres Mandaloriennes. Si les guerriers de Mandalore l'Ultime furent finalement vaincus à la Bataille de Malachor V, les droïdes Basilisk ne disparurent pas pour autant de la scène.

 

Après la Guerre Civile des Jedi, les Mandaloriens de Canderous Ordo, nouveau Mandalore autoproclamé, créèrent une version plus grande et à cockpit fermé du droïde Basilisk, ce nouveau modèle étant équipé d'un bouclier déflecteur, contrairement au modèle ouvert antérieur, et capable de transporter deux passagers. Cet appareil fut très utile à l'Exilée pour faire la navette de Dxun à Iziz, capitale d'Onderon, afin de prêter main forte aux troupes loyalistes de la Reine Talia. À vrai dire, cette version avancée du droïde Basilisk fut si bien pensée que le design ne changea pratiquement pas en quatre millénaires et permit à MandalMotors de créer un nouvel engin, la Vipère Stellaire. À l’époque de la naissance de la Rébellion, Chop'aa Notimo utilisa un droïde de guerre Basilisk sur la Cité des Nuages de la planète Bespin lorsqu’il fut confronté à Galen Marek. Puis, des décennies plus tard, vers l’époque où la Seconde Guerre Civile Galactique fut déclenchée, il existait un chasseur mandalorien portant la désignation de Bes'uliik, comme pour rendre honneur au fameux engin utilisé par les illustres ancêtres des Mandaloriens.

 

Le droïde de guerre Basilisk de Canderous Ordo en l'an -3951, précurseur des futures Vipères Stellaires.
Le droïde de guerre Basilisk de Canderous Ordo en l'an -3951, précurseur des futures Vipères Stellaires.

Source(s)

John Jackson Miller, Dustin Weaver, Chevaliers de l'Ancienne République tome 4 : L'invasion de Taris, Delcourt 2008
John Jackson Miller, Brian Ching, Chevaliers de l'Ancienne République tome 2 : Ultime Recours, Delcourt 2007
Kevin J. Anderson, Dario Carrasco Jr., Légendes des Jedi tome 4 : La Guerre des Sith, Dark Horse France
John Jackson Miller, Scott Hepburn, Vector tome 1, Delcourt 2009
Mick Harrison, Dustin Weaver, Vector tome 2, Delcourt 2009
Kevin J. Anderson, Dario Carrasco Jr., La Légende des Jedi tome 5 : La Guerre des Sith, Delcourt 2009
John Jackson Miller, Brian Ching, Knights of the Old Republic #7 - Flashpoint Part 1, Dark Horse 2006
John Jackson Miller, Dustin Weaver, Knights of the Old Republic #8 - Flashpoint Part 2, Dark Horse 2006
John Jackson Miller, Dustin Weaver, Knights of the Old Republic #9 - Flashpoint Part 3, Dark Horse 2006
John Jackson Miller, Brian Ching, Knights of the Old Republic #10 - Flashpoint Part 4, Dark Horse 2006
John Jackson Miller, Dustin Weaver, Knights of the Old Republic #22 - Knights of Suffering Part 1, Dark Horse 2007
John Jackson Miller, Dustin Weaver, Knights of the Old Republic #24 - Knights of Suffering Part 3, Dark Horse 2007
John Jackson Miller, Scott Hepburn, Knights of the Old Republic #28 - Vector Part 4, Dark Horse 2008
John Jackson Miller, Brian Ching, Knights of the Old Republic #48 - Demon Part 2, Dark Horse 2009
John Jackson Miller, Brian Ching, Knights of the Old Republic Volume 9 : Demon TPB, Dark Horse 2010
John Ostrander, jan Duursema, Vector Volume 2 : Legacy TPB, Dark Horse 2009
John Jackson Miller, Douglas Wheatley, Vector Volume 1 TPB, Dark Horse 2009
John Jackson Miller, Brian Ching, Knights of the Old Republic Volume 2 : Flashpoint TPB, Dark Horse 2007
John Jackson Miller, Dustin Weaver, Knights of the Old Republic Volume 4 : Daze of Hate, Knights of Suffering TPB, Dark Horse 2008
John Jackson Miller, Brian Ching, Chevaliers de l'Ancienne République tome 8 : Démon, Delcourt 2010
Kevin J. Anderson, Dario Carrasco Jr., Tales of the Jedi - The Sith War TPB, Dark Horse 1996
Karen Traviss, David Stevenson, L'Héritage de la Force tome 5 : Sacrifice, Fleuve Noir 2009
Karen Traviss, Jason Felix, L'Héritage de la Force tome 8 : Révélation, Fleuve Noir 2010
Drew Karpyshyn, The Old Republic #3 - Revan, Del Rey 2011
Karen Traviss, David Stevenson, Legacy of the Force #5 - Sacrifice, Del Rey 2008
Karen Traviss, Jason Felix, Legacy of the Force #8 - Revelation, Del Rey 2008
Drew Karpyshyn, Thierry Arson, L'Ancienne République tome 3 : Revan, Pocket 2012
John Jackson Miller, Rodney Thompson, Knights of the Old Republic Campaign Guide, Wizards of the Coast 2008
Daniel Wallace, Jason Fry, The Essential Atlas, Del Rey 2009
Daniel Wallace, The New Essential Guide to Droids, Del Rey 2006
Daniel Wallace, The Essential Guide to Droids, Del Rey 1999
Abel G. Peña, Joe Corroney, The History of the Mandalorians, IDG Entertainment 2005
Krome Studios, Le Pouvoir De La Force, LucasArts 2008
BioWare Corp, Knights Of The Old Republic, LucasArts Entertainment 2003
Obsidian, Knights Of The Old Republic II : The Sith Lords, LucasArts 2005
Petroglyph, Empire at War : Forces of Corruption, LucasArts 2006

Mis en ligne le 26 juillet 2013 à 20:20 par Dark Vectivus.
Dernière modification le 26 juillet 2013 à 20:20.

Fiche consultée 2645 fois.

Constructeurs Basiliskans/Mandaloriens
Taille 2.98 à 5 mètres
Équipage 1 pilote
Armement 2 canons laser
Canons à ondes vibratoires
Générateur d'ondes de choc
2 lance-missiles à fragmentation
Mines spatiales
Griffes de combat
Troupes 1 à 2 passagers (dépend du modèle)
Catégorie Vaisseaux
Affiliations Mandaloriens

Haut