Obi-Wan Kenobi

Dark Vectivus - Posté le 09 juillet 2014

Espèce

Humain

Genre

Masculin

Origine

Stewjon

Taille

1.82 mètre

Fonctions

Apprenti Padawan
Chevalier Jedi
Maître Jedi
Haut Général Jedi

Arme

Sabre laser

Maîtres

Yoda
Qui-Gon Jinn

Apprentis

Anakin Skywalker
Ferus Olin (temporairement)
Luke Skywalker

Catégorie Personnages
Affiliations Alliance Rebelle
Ancienne République
Ordre Jedi

Obi-Wan Kenobi

Dark Vectivus - Posté le 09 juillet 2014

Chevalier Jedi de l'Ancienne République, Obi-Wan Kenobi fut le mentor d'Anakin Skywalker, Général Jedi durant la Guerre des Clones avant de devoir s'exiler sur Tatooine pour protéger Luke Skywalker.

I. Jeunesse

Né 57 ans avant la Bataille de Yavin, le Jedi connu sous le nom d'Obi-Wan Kenobi est sans conteste l'un des meilleurs représentants et éléments que l'Ordre Jedi ait jamais compté dans ses rangs, modèle exemplaire du Chevalier Jedi tel qu'on pouvait le concevoir à l'époque de l'Ancienne République.

À l'instar de la majorité des Jedi, Obi-Wan Kenobi fut emmené dès son plus jeune âge au Temple Jedi de Coruscant. Les origines même de Kenobi ont toujours relevé du mystère, même longtemps après sa mort. On ne sait que très peu de choses sur les premières années de la vie de Kenobi. Mais on sait par contre qu'Obi-Wan avait au moins un frère nommé Owen Kenobi avec qui il avait le souvenir de jouer très jeune, vivait au sein d'une famille aimante sur une planète verdoyante du nom de Stewjon.

Brillant élève, Obi-Wan excella dans sa formation de Jedi en étant un étudiant à la fois zélé et loyal. Cependant, au cours de sa jeunesse passée dans les murs du Temple, si Kenobi était un jeune homme réfléchi, il pouvait se montrer parfois un peu trop imprudent, accordant parfois peu ou pas d'importance aux conséquences de ses actes, mais ce détail ne vint en rien compromettre la confiance que Maître Yoda avait placé dans ce jeune élément. Durant les treize premières années de sa vie, Obi-Wan Kenobi fit partie d'un Clan Jedi comprenant d'autres Padawans avec qui il se lia d'amitié, ce groupe étant placé sous la tutelle de Yoda. Plus tard il fut pris en charge par Maître Docent Vant. Ses principaux instructeurs en matière de combat au sabre laser furent Anoon Bondara et Cin Drallig.

Mais Obi-Wan ne se fit pas que des amis, et l'un de ses rivaux, un aspirant Jedi répondant au nom de Bruck Chun, ne manquait une occasion de railler Obi-Wan ou de le défier en duel au sabre laser. Avec une jeunesse passée avec très peu d'accrocs, il semblait d'ores et déjà que la vie de Kenobi ne se distinguerait pas de celle d'un autre Jedi. Pourtant, le hasard, ou peut-être même la Force, allait le gratifier d'un destin exceptionnel en le plaçant sur le devant de la scène galactique, même si les premiers pas du Padawan dans la galaxie n'auguraient rien de bon. En effet, lors de son treizième anniversaire, âge auquel on attribue normalement un Maître aux apprentis Jedi, Obi-Wan n'avait toujours pas été choisi pour être le Padawan de quiconque. Cependant un dernier espoir subsistait : le Maître Jedi Qui-Gon Jinn était en effet venu au Temple à cette période dans l'espoir d'y trouver un nouvel apprenti. Mais la blessure infligée par son échec avec son ancien et deuxième Padawan, Xanatos, ne s'était toujours pas cicatrisée. Et même s'il fut impressionné par les capacités d'Obi-Wan, Qui-Gon ne le prit pas sous son aile, malgré les recommandations de Yoda.

Mon image
Obi-Wan Kenobi, un Apprenti Jedi prometteur.

 

Complètement dépité, Obi-Wan connaissait le sort qui lui était réservé. Si un apprenti n'avait pas été choisi comme Padawan par un Maître avant la date butoir de treize ans, le Conseil Jedi assignait cet apprenti au Corps Agricole Jedi. Ainsi, dès le départ, il semblait que Kenobi ne deviendrait jamais un Chevalier Jedi. Mais le hasard réunit à nouveau Obi-Wan et Qui-Gon à bord du vaisseau cargo qui devait emmener les deux humains, l'un pour intégrer le Corps Agricole et l'autre pour une mission importante, sur le monde de Bandomeer. À bord du vaisseau, Obi-Wan tenta tant bien que mal de s'attirer les faveurs de Qui-Gon en agissant en Jedi, mais ne fit que fragiliser l'équilibre précaire instauré entre les deux corporations voyageant avec les deux Jedi à bord du vaisseau, ce qui déplut au Maître Jedi. Avant d'atteindre sa destination, le vaisseau fut attaqué par des pirates, et dut se poser en catastrophe sur une planète inconnue. Cependant, sur place, la situation n'était guère plus enviable, car durant le temps que les passagers et membres d'équipage passèrent sur ce monde, ils furent attaqués par des prédateurs locaux, et il fallut l'intervention combinée d'Obi-Wan et Qui-Gon pour repousser les créatures. Après cette mésaventure, le vaisseau put être réparé et gagner Bandomeer. Malgré ce qui s'était passé et leur lien devenant de plus en plus fort, Qui-Gon refusait toujours qu'Obi-Wan devienne son disciple.

Prenant ses nouvelles fonctions, la première et dernière expérience d'Obi-Wan en tant que membre du Corps Agricole fut des plus frustrantes pour le jeune homme, mais l'action n'allait pas tarder à pointer à nouveau le bout de son nez. En effet, Obi-Wan découvrit un complot menaçant la planète et proposa par conséquent à Qui-Gon d'unir à nouveau leurs forces. Le Maître restant dubitatif, Obi-Wan continua l'enquête de son côté et rencontra Xanatos. S'étant fait capturé comme un bleu par l'ancien apprenti de Qui-Gon, Obi-Wan fut envoyé sur une plate-forme de forage en haute mer en tant qu'esclave, mais réussit néanmoins à s'échapper, secourut par Qui-Gon, qui lui révéla la véritable nature de sa relation avec Xanatos. Qui-Gon et son ancien Padawan fourvoyé s'affrontèrent en duel, et l'affrontement se déporta au plus profond des mines de Bandomeer où le Maître Jedi faillit trouver la mort si Obi-Wan Kenobi n'était pas intervenu. Même si Xanatos, se rendant compte qu'il n'avait pas l'avantage face aux deux Jedi, s'enfuit, Qui-Gon réalisa le potentiel d'Obi-Wan et décida, suite à cette épreuve, de faire de lui son nouvel, et troisième, Apprenti Padawan.

Mon image
 

Désormais associés pour le meilleur et surtout pour le pire, Obi-Wan visita nombre de mondes exotiques, parmi lesquels Phindar où lui et son Maître durent faire face à un gouvernement dont les membres effaçaient la mémoire de tous leurs opposants afin d'en faire des sujets dociles, ou encore Gala, où le Maître et l'apprenti durent retrouver la trace d'un prétendant potentiel au trône local avant le prince Beju, unique héritier du trône de Gala et qui n'entendait pas se faire voler la couronne par quelqu'un d'autre. Malheureusement, s'il semblait désormais impensable qu'Obi-Wan et Qui-Gon puissent être séparés, la loyauté d'Obi-Wan envers son mentor fut mise à rude épreuve lorsqu'ils se rendirent tous deux sur la planète Melida/Daan. Cette planète était déchirée par une guerre civile, et une Jedi, Maître Tahl, était retenue prisonnière par l'une des deux factions guerrières de ce monde. La mission d'Obi-Wan et Qui-Gon paraissait simple en principe : se rendre sur Melida/Daan pour y récupérer Tahl et filer en vitesse. Sur ce monde en proie à la guerre, les deux Jedi furent aidés par un groupe de défenseurs de la liberté portant le nom de Jeunes afin de libérer Tahl. Mais quand l'heure du retour sur Coruscant arriva, Obi-Wan s'opposa à son Maître et refusa de quitter cette planète. Le jeune homme avait été séduit par la nature apparemment altruiste de ce groupe de combattants et sa noble philosophie, et commença sérieusement à douter de son rôle de Jedi.

Ce choix blessa profondément Qui-Gon, confortant ses pires craintes d'un nouvel échec. C'est avec une certaine tristesse que le Maître Jedi partit de Melida/Daan en laissant Obi-Wan avec les Jeunes. Mais la situation dégénéra, notamment après la mort de Cerasi, et Obi-Wan, perdant de son influence au sein des Jeunes, se rendit compte qu'ils avaient plus que jamais besoin de l'aide d'un Jedi, surtout après qu'il eut assisté à la mort de son ami Cerasi. Après avoir envoyé un message au Conseil Jedi, Obi-Wan reçut le secours de Qui-Gon, revenu sur la planète pour aider son ancien Padawan et son groupe et mettre un terme à ce conflit planétaire stérile. Si cette mission fut un succès, elle avait cependant un goût quelque peu amer pour Obi-Wan, le jeune homme se sentant coupable d'avoir tourné le dos à ceux qui étaient sa seule famille et comprenant enfin que son véritable rôle trouverait un accomplissement auprès des Jedi. Obi-Wan retourna donc sur Coruscant afin de demander au Conseil de le réintégrer au sein de l'Ordre Jedi, et à Qui-Gon de le reprendre comme apprenti. Comme Obi-Wan s'y attendait, son retour sur Coruscant fut très difficile. Non seulement le Conseil Jedi devait statuer sur le sort d'Obi-Wan et sa possible réintégration, mais la blessure infligée par Obi-Wan à Qui-Gon était encore vive, et la confiance entre le Padawan et Qui-Gon prit un certain temps avant de se restaurer. À peine de retour sur Coruscant, une enquête était en cours car Yoda venait d'échapper à une tentative d'assassinat dans l'enceinte du Temple Jedi, et Obi-Wan put y participer même s'il n'était pas encore officiellement réintégrer dans l'Ordre Jedi.

C'est au cours de cette crise qu'Obi-Wan parla pour la première fois à la Padawan Siri Tachi, de deux ans sa cadette, et leur discussion fut tout sauf amicale. En effet, Tachi reprocha à Kenobi sa désertion temporaire de l'Ordre Jedi et les conséquences que cela avait sur les novices Jedi. Si Obi-Wan fut troublé par cette discussion, et si Tachi s'était emportée contre Kenobi, cela ne les empêcha pas dans les années qui suivirent de développer une forte relation d'amitié. Cette crise, frappant l'Ordre en son sein, impliquait Xanatos, revenu pour semer le chaos dans l'enceinte même de leur sanctuaire. Pour son nouveau projet, Xanatos s'était cette fois-ci allié à Bruck Chun, comptant sur la rivalité entre lui et Obi-Wan afin que Kenobi n'interfère plus dans ses affaires. Obi-Wan et Qui-Gon durent s'unir une fois encore contre l'adversité, et le jeune Padawan affronta Bruck au cours d'un duel au sabre laser au-dessus d'un lac situé dans la Salle des Mille Fontaines du Temple Jedi afin de sauver Bant Eerin, enlevée par Chun. Obi-Wan réussit à prendre le dessus sur son adversaire et à le vaincre, mais désirait toutefois épargner sa vie. Mais le destin en voulut autrement. Furieux d'avoir été battu par son rival de toujours, Bruck fit une chute suite à une perte d'équilibre consécutive à une attaque contre Kenobi, sous les yeux horrifiés de Kenobi. Mais Bant était piégée au fond d'un des bassins, et Obi-Wan ne perdit pas de temps et plongea pour la sauver à temps.

Mon image
Obi-Wan et Qui-Gon, unis à la vie à la mort.

 

En ce qui concerne Xanatos, ce dernier réussit à s'enfuir encore une fois, mais Qui-Gon était bien déterminé à le poursuivre pour l'arrêter à tout prix. Le Conseil ayant mis Obi-Wan en période probatoire, le jeune homme fut autorisé à rejoindre Qui-Gon Jinn sur la planète Telos IV, monde natal de Xanatos et où le Maître Jedi avait de fortes chances de le trouver. Sur place, Obi-Wan et Qui-Gon se retrouvèrent en territoire ennemi, car Xanatos était considéré comme un bienfaiteur par son peuple et bénéficiait de sérieux appuis politiques et financiers sur place, ce qui ne facilita pas la tâche des Jedi. En fait le peuple de cette planète ne connaissait pas la véritable nature du Jedi Noir, et c'est grâce à Kenobi et Jinn qu'ils le découvrirent. Suite à une énième tentative de fuite, avortée cette fois, Xanatos dut affronter les deux Jedi. Suite à l'affrontement, refusant de reconnaître sa défaite, Xanatos se suicida dans de l'eau acidifiée. Par la suite, Qui-Gon oublia les différends qu'il y avait eus avec Obi-Wan et le prit à nouveau sous son aile comme apprenti, les deux Jedi s'acceptant désormais sans réserve, ce qui contribua à consolider leur relation durablement.

Dans les temps qui suivirent, Obi-Wan et Qui-Gon s'arrêtèrent sur le monde de Jonction V, où ils furent confrontés à Lorian Nod, un ancien confrère et ami de Dooku. Lorian Nod, à la tête d'un groupe nommé les Gardiens, utilisait la menace d'une arme de destruction massive qu'étaient censés posséder les habitants de Delaluna, une lune de Jonction V. En fait, cette arme de destruction massive connue sous le nom d'Annihilateur n'était qu'une rumeur, lancée uniquement pour que Nod puisse maintenir son pouvoir sur la population de Jonction V. Qui-Gon et Obi-Wan le découvrirent avec l'aide de Cilia Dil et exposèrent la vérité à tout le monde. Une fois cette mascarade terminée, Nod fut emprisonné, les deux Jedi ayant une fois de plus rempli une mission périlleuse, même si au départ ils ne devaient faire qu'une simple halte sur cette planète. Cependant, ces missions locales sur diverses planètes n'allaient plus être le seul genre d'opérations que Qui-Gon et Obi-Wan auraient à affronter dans le futur, car le Maître et l'apprenti allaient être propulsés sur le devant de la scène galactique.

Ceci survint lors de la Guerre Hyperspatiale de Stark. Alors qu'Obi-Wan accompagnait son Maître et une délégation de la République, incluant notamment le sénateur Finis Valorum, sur la planète Troiken pour entamer des négociations avec le Cartel de Stark, les officiels de la République et les Jedi tombèrent dans un piège. De plus, ayant eu vent d'une attaque punitive menée par le sénateur Ranulph Tarkin avec sa propre force de frappe spatiale et ce sans l'accord du Sénat, Iaco Stark fit en sorte que les ordinateurs des vaisseaux de la République soient infectés par un virus déréglant tous les contrôles relatifs à l'hyperespace, neutralisant ainsi toute marge de manœuvre pour la République. Mais même avec la délégation piégée, le Maître Jedi Tyvokka parvint à créer une diversion qui permit aux Jedi et officiels présents de s'enfuir. Alors qu'Obi-Wan protégeait Nute Gunray, présent à ces négociations, des tirs des hommes de Stark, les droïdes censés protéger le Neimoidien tirèrent un peu partout et touchèrent Maître Tyvokka par inadvertance. Le groupe des Républicains et des Jedi parvint à regagner un vaisseau de la République, qui ne put que rejoindre une zone de la planète Troiken, le Mont Avos, afin de rallier les survivants de la flotte décimée de Ranulph Tarkin. Tyvokka succomba à ses blessures durant le trajet. Avec le reste des troupes de ce dernier, Obi-Wan combattit farouchement les hommes de Stark qui assiégeait les Républicains et les Jedi retranchés dans les grottes du Mont Avos.

Mon image
Obi-Wan et son ami Quinlan Vos durant la Guerre Hyperspatiale de Stark.

 

Puis, il accompagna son Maître pour protéger Finis Valorum afin que celui-ci et Gunray regagnent Coruscant en empruntant un des vaisseaux de Stark, non infecté par le virus, pour que Valorum puisse demander au Sénat de ne pas fléchir face aux exigences de Stark et commencer à remplacer les ordinateurs de bord des vaisseaux républicains infectés. Une fois le sénateur partit, notamment grâce à une diversion de Tholme et de son apprenti Quinlan Vos, arrivés sur Troiken cachés à bord d'un transport de bacta volé par les hommes de Stark, Qui-Gon et Obi-Wan secoururent à temps Tholme et son apprenti pour les ramener avec eux au Mont Avos. Sur place, suite à une discussion tendue entre Quinlan Vos et son Maître à propos de la notion de mort inexistante face à la Force, Obi-Wan tenta de réconforter Quinlan, qui s'était isolé du reste du groupe en allant loin dans les cavernes du mont.

Sur place les deux adolescents firent mieux connaissance, et leur lien d'amitié fut soudé pour les années à venir lorsqu'ils durent faire face ensemble à des prédateurs vivant dans ces cavernes, des mangeurs de challat. Échappant de peu à la mort grâce aux Maîtres Jedi qui empêchèrent les insectes prédateurs de les poursuivre en faisant s'effondrer une partie des grottes, Obi-Wan et Obi-Wan débutèrent une très longue relation d'amitié. Ensemble, comme des frères d'armes, ils combattirent encore les troupes du Cartel. Plus tard, vers le terme de cette guerre, Obi-Wan et Qui-Gon furent chargés de récupérer l'antivirus afin de le transmettre pour que les vaisseaux de la République puissent être à nouveau fonctionnels. Les deux Jedi reçurent l'aide la plus improbable qui fût, Iaco Stark, qui avait décidé de retourner sa veste suite à une proposition d'amnistie télépathique envoyée par Plo Koon. C'est ainsi que le Cartel de Stark fut neutralisé et la paix rétabli.

Peu de temps après, Quinlan Vos fut temporairement confié à Qui-Gon, et le Kiffar et Obi-Wan suivirent une mission d'entraînement sur Ragoon VI, où les deux adolescents passaient surtout leur temps à frimer pour s'impressionner. Mais Quinlan présuma de ses capacités en se tenant en équilibre précaire sur une pile de pierre et tomba au fond d'une rivière. Obi-Wan plongea sans réfléchir pour secourir son ami. Seulement, cela se révéla plus difficile que prévu mais Obi-Wan était déterminé à ne pas abandonner son ami, quitte à y laisser la vie. C'est alors qu'Obi-Wan entendit la voix de Qui-Gon dans sa tête, se laissa pénétrer par la Force et fut remonté avec Quinlan, alors inconscient, hors de la rivière grâce aux talents de Qui-Gon en matière de télékinésie.

Mon image
 
Au cours de leurs missions ultérieures, Obi-Wan et Qui-Gon eurent parfois à coopérer avec d'autres Jedi pour les besoins de leurs missions. Par exemple, en l'an -43, ils furent accompagnés de la Jedi Adi Gallia et de sa Padawan Siri Tachi lorsqu'ils se rendirent sur Kegan, un monde qui s'est volontairement isolé du reste de la galaxie. En plus de détecter le potentiel d'un enfant de Kegan dans la Force, cette mission avait aussi pour but d'ouvrir ce monde aux influences extérieures. Mais les Jedi ne furent pas accueillis à bras ouverts, loin s'en faut. Les actions d'Obi-Wan et des autres Jedi permirent de mettre un terme aux règles isolationnistes cruelles imposées par les Guides d'Hospitalité, les dirigeants de Kegan. La même année, Obi-Wan et Qui-Gon se rendirent sur Rutan, dont la trêve avec Senali était menacée. Les dirigeants de chacun de ces deux mondes, pour garantir la paix, échangent pendant une certain période leurs premiers-nés quand ceux-ci atteignent l'âge de sept ans. Ce système fonctionna jusqu'à ce que l'héritier de Rutan à l'époque où les Jedi se rendirent sur place décide de rester sur Senali. Avec la menace grandissante d'une nouvelle guerre entre Rutan et Senali, Obi-Wan et Qui-Gon furent envoyés afin de jouer les médiateurs avant que la situation ne s'envenime. La situation ne fut pas simple mais la guerre put être évitée.

C'est peu après vers cette période qu'Obi-Wan fit la connaissance d'un ami de son Maître, un certain Didi Oddo, et de sa fille Astri Oddo. Obi-Wan enquêta avec son Maître jusque dans les bas-fonds de Coruscant afin d'aider Didi, investigation qui conduisit les deux Jedi à s'intéresser de très près à Uta S'orn et Jenna Zan Arbor, l'une étant la sénatrice de Belasco et l'autre une scientifique. Ce fut au cours de cette série d'événements que Qui-Gon Jinn fut enlevé pour servir de cobaye à Zan Arbor. Obi-Wan découvrit alors que la scientifique Zan Arbor était derrière tout cela, faisant des recherches sur la Force, recherches dont Qui-Gon fut le cobaye à ce moment précis. Obi-Wan se rendit sur Simpla-12 avec Astri, Didi étant ayant été empoisonné peu de temps auparavant et emmené au Temple Jedi pour y être soigné. Sur Simpla-12, Obi-Wan et Astri retrouvèrent la trace de son Maître, prisonnier dans le laboratoire de Zan Arbor, ainsi que l'antidote pour Didi. Avec l'aide des Jedi Adi Gallia et Siri Tachi, et ce tandis qu'Astri était ramenée sur Coruscant avec l'antidote pour Didi, Obi-Wan parvint à délivrer Qui-Gon, mais Zan Arbor s'échappa en emmenant avec elle Noor R'aya, un Maître Jedi qu'elle retenait également prisonnier.

 

Mon image
 

Comme si la situation ne pouvait pas être pire, les Jedi reçurent des nouvelles comme quoi Astri était sur la piste d'Ona Nobis, chasseuse de primes qui avait été engagée par Zan Arbor et qui avait précédemment représenté une menace pour Didi Oddo, et se trouvait sur la planète Sorrus. Obi-Wan partit pour la planète en question avec Siri Tachi tandis que leurs Maîtres respectifs, Qui-Gon et Adi Gallia, partiraient à la recherche de Zan Arbor. Sur Sorrus, Obi-Wan faillit bien tomber dans un piège de la chasseuse de primes et préféra décamper face à son adversaire, ne trouvant pas Astri. Mais celle-ci se trouvait bien sur Sorrus, et les deux Padawans partirent la secourir dans la base secrète d'Ona Nobis. L'endroit avait été piégé mais Obi-Wan put encore une fois s'en sortir et apprit que Nobis était partie pour Belasco. Sur cette planète, grâce à des indices semés par le Jedi captif Noor R'aya, Siri, Obi-Wan et leurs Maîtres le retrouvèrent et le libérèrent. Ona Nobis trouva la mort au cours de l'affrontement avec les Jedi, et Jenna Zan Arbor et Uta S'orn furent arrêtées.

Vers l'an -42, alors que du temps s'était écoulé, Obi-Wan dut subir les conséquences des actes de Xanatos lorsqu'il fut confronté au père de Bruck Chun, Vox Chun. C'était déjà assez pénible pour Obi-Wan de vivre avec l'image de la mort de Bruck, image mêlée de culpabilité avec laquelle il dut vivre pour le reste de sa vie. Mais il semblait que le sort s'acharnait contre lui lorsque Vox Chun, à peine sorti de prison, demanda des explications sur la mort de son fils. Obi-Wan dut passer devant une commission du Sénat pour répondre des actes d'accusation de Vox Chun. Cependant, grâce à Qui-Gon, Obi-Wan fut disculpé car Xanatos avait placé dans le manche du sabre laser de Bruck Chun un micro. La preuve fut faite qu'Obi-Wan n'était pas responsable de la mort de Bruck Chun, même si son père garda envers le jeune Jedi une rancune tenace. Mais la vie d'un Jedi étant faite de tout sauf de repos prolongé, Obi-Wan repartit en compagnie de son Maître Qui-Gon vers de nouvelles aventures. Néanmoins, il est des péripéties où les liens unissant les êtres sont éprouvés bien au-delà de ce qu'il est possible d'endurer. Les Jedi ne font pas exception à la règle et Obi-Wan le découvrit quand il dut sauver son Maître du Côté Obscur.

L'histoire débuta ainsi en l'an –41. Alors qu'Obi-Wan et Qui-Gon se trouvaient sur Ragoon VI, le Maître d'Obi-Wan souffrait de visions lui montrant Maître Tahl en grand danger. Ils retournèrent au Temple Jedi, au grand étonnement d'Obi-Wan. Sur place, Obi-Wan apprit de la bouche de Bant Eerin, alors Padawan de Tahl, ce qui s'était passé dans la chambre du Conseil Jedi, comment Qui-Gon en avait forcé la porte et avait insisté pour accompagner Tahl sur Nouvelle Apsolon. La requête de Qui-Gon fut refusée et Tahl partit seule pour cette planète. Mais suite à une autre vision de Qui-Gon, Obi-Wan et son maître partirent finalement pour Nouvelle Apsolon afin d'aider Tahl. Tahl n'avait plus donné de signes de vie depuis un certain temps, ce qui devenait plutôt inquiétant. Heureusement, Obi-Wan et Qui-Gon parvinrent à retrouver la Jedi et à l'aider.

Mon image
Obi-Wan et Qui-Gon lors de leur mission sur Nouvelle Apsolon.


C'est dans ce moment de répit que Qui-Gon révéla la véritable nature de ses sentiments pour Tahl. Malheureusement, Tahl fut enlevée peu de temps après par un dénommé Balog. Sa disparition bouleversa profondément Qui-Gon et Obi-Wan ne put que l'accompagner afin de retrouver la disparue. Cependant, lorsqu'ils retrouvèrent Tahl, celle-ci était trop gravement blessée pour être sauvée, et la Jedi finit par succomber.

La douleur de Qui-Gon fut si intense qu'il faillit bien basculer du Côté Obscur en s'obstinant à retrouver Balog, le meurtrier de Tahl, afin de venger sa bien-aimée, à la grande stupéfaction d'Obi-Wan. Heureusement, Qui-Gon renonça à sa vengeance, et dans les mois qui suivirent la mort de Tahl, Qui-Gon Jinn et Obi-Wan Kenobi restèrent au Temple Jedi, sans accomplir de mission. Il est plus que certain que, sans la stabilité émotionnelle que lui conférait Obi-Wan, Qui-Gon aurait basculé du Côté Obscur en voulant venger la mort de celle qu'il aimait. Qui-Gon l'avoua même à son apprenti au terme de leur première depuis les événements de Nouvelle Apsolon, Obi-Wan étant une source de réconfort pour le Maître Jedi. Ainsi, il semble que le rôle des deux Jedi se soit inversé, Obi-Wan faisant montre d'une plus grande prudence que son Maître en certaines occasions. Ceci témoignait d'une grande maturité de la part d'Obi-Wan.

En l'an -39, la vie du Maître et de l'apprenti suivait toujours son cours normal, c'est-à-dire une vie faite de péripéties et d'aventures qui se présentaient aux deux humains. À nouveau, Obi-Wan et Qui-Gon firent équipe avec Adi Gallia et Siri Tachi afin d'escorter un jeune témoin sur Coruscant, un dénommé Talesan Fry, dont la vie était menacée par des chasseurs de primes. La mission fut tout sauf facile. Toujours est-il que la mission put être remplie : l'attentat qui devait éliminer une vingtaine de dirigeants sur la planète Rondai II échoua, mais le chasseur de primes Magus, faisant partie de cette manœuvre d'assassinat, réussit à s'enfuir. Quant à Taly, il put témoigner devant le Sénat, témoignage en rapport avec cet attentat, mais omis volontairement le fait que le commanditaire de cet attentat était Passel Argente, dirigeant de l'Alliance des Corporations. En ce qui concerne Obi-Wan, cette mission de protection sur la personne de Taly devint très personnelle car lui et Siri s'avouèrent leurs sentiments. Durant cette mission, Siri s'interrogeait beaucoup quant au devenir possible de leur relation, surtout vis-à-vis des règles strictes de l'Ordre Jedi, tandis qu'Obi-Wan prenait la chose avec un peu plus d'optimisme, affirmant que les règles pouvaient être changées. Mais une fois leur mission terminée, Obi-Wan et Siri eurent une discussion : les deux jeunes gens devaient se séparer et oublier ce qui s'était passé. Ce ne fut pas de gaieté de cœur qu'Obi-Wan accepta cette décision, mais les années et les missions enfouirent tant bien que mal cet amour de jeunesse. Obi-Wan reprit alors son chemin de Jedi aux côtés de son Maître.

Mon image
Obi-Wan et Qui-Gon lors de leur mission mouvementée à bord de l'Aurorient Express.

 

En l'an -38, Obi-Wan et Qui-Gon furent parachutés dans l'atmosphère de la planète Yorn Skot, où un vaisseau de plaisance appelé l'Aurorient Express ne répondait à aucun appel d'urgence, car ce vaisseau voyait son altitude décliner progressivement au point qu'il finirait par atteindre la tibanisphère où la pression atmosphérique serait si forte que le vaisseau serait détruit s'il ne rectifiait pas sa trajectoire. Lancés depuis un transport, Obi-Wan et Qui-Gon atterrirent sur la coque du vaisseau où ils furent accueillis par des droïdes de sécurité Fastlatch, totalement illégaux. Faisant une entrée fracassante via une vitrine, Obi-Wan et Qui-Gon rencontrèrent le capitaine du vaisseau et c'est là que la situation se compliqua. Devant non seulement sauver les passagers et l'équipage de la lente chute du vaisseau, Obi-Wan et son Maître durent s'occuper d'un problème de bombes, sans compter les droïdes Fastlatch toujours présents. L'un des membres d'équipage, Waverton, fut un temps soupçonné de tout cela, épié qu'il fut par Obi-Wan par un conduit de ventilation.

Mais si Waverton avait quelque chose à voir avec une bande de pirates qui comptaient voler le vaisseau, le problème des explosifs restait entier. Ce ne fut qu'à la fin de leur enquête qu'Obi-Wan et Qui-Gon découvrirent que Clode Rhoden, propriétaire du vaisseau et d'une station minière de la planète – un personnage également criblé de dettes –, avait manigancé pour tuer sa femme et détruire sa propre station du même coup afin de toucher la prime d'assurance. Il tenta bien de se débarrasser des Jedi avec un droïde doté d'une armure de cortosis mais il échoua. Mis en état d'arrestation, Rhoden constata que sa femme, qui était censée se trouver à bord d'une des capsules d'évacuation et où il avait placé une bombe pour la tuer, était vivante et il dut céder sa station en guise de remboursement de ses dettes à Saul Moegantz. Comble du destin, l'Aurorient Express fut détruit par la deuxième bombe alors que le groupe de pirates avec qui travaillait Waverton était en train de l'aborder. C'est là que Qui-Gon notifia à Obi-Wan que le destin faisait parfois bien les choses.

Au fil des ans, Obi-Wan Kenobi se mua en un remarquable jeune homme, le tout sous le regard attentif de Qui-Gon Jinn, et devint une source précieuse de perspicacité et de sagesse. Si au cours des nombreuses missions que le Maître et l'apprenti durent effectuer, Obi-Wan démontrait une formidable aptitude à apprendre et à progresser, il est des cas où Qui-Gon devait encore dispenser des leçons importantes à son apprenti, notamment en ce qui concerne le fait de garder l'esprit ouvert pour un Jedi.

Mon image
 

L'un des meilleurs exemples de ce genre de cas est la fois où, en l'an -37, Qui-Gon et Obi-Wan furent envoyés en mission par le Chancelier Suprême Finis Valorum et la baronne Omnino de Vena pour enquêter sur la mort du baron Sando, fils de la baronne. Leurs investigations les amenant sur Ord Mantell, Obi-Wan et Qui-Gon y découvrirent un odieux trafic de Savrips mantelliens orchestré par un certain Taxer Sundown, lui-même sous l'influence de la baronne via un appareil de contrôle mental.

Si Qui-Gon réussit à faire échouer le plan d'Omnino qui consistait à se débarrasser du Maître Jedi, la baronne nourrissant une rancœur tenace contre celui-ci et ses pairs, et à la tuer, cette mission apprit beaucoup à Obi-Wan : en effet, le jeune homme avait exprimé son aversion pour les Savrips, préjugé sans fondement, et découvrit au contraire qu'il s'agissait d'êtres intelligents, et que les malfrats peuvent souvent se cacher derrière les traits les plus avenants, tout comme la baronne.

Si les missions que Qui-Gon et Obi-Wan avaient menées jusque-là n'étaient en majorité que des crises s'étendant rarement au-delà des limites d'une planète, si l'on fait bien sûr exception de la crise qu'a été la Guerre Hyperspatiale de Stark, la précipitation des événements galactiques, dans la dernière décennie de l'Ancienne République, fit que Kenobi fut propulsé sur le devant de la scène plus qu'aucun autre Jedi. Environ 33 ans avant la Bataille de Yavin, Obi-Wan et Qui-Gon participèrent avec d'autres Jedi à une lutte brève mais intensive connue sous le nom de Soulèvement Yinchorri. Cette crise emporta dans la mort des Jedi de qualité, dont Lilit Twoseas et Micah Giiett. D'ailleurs, avec la mort de dernier, une place se libéra au Conseil après la résolution de cette crise. Mais Qui-Gon ne fut pas pressenti pour siéger au Conseil, étant connu comme un électron libre parmi ses pairs, ce qu'Obi-Wan ne manquait pas de lui faire remarquer.

Cette même année, Qui-Gon et Obi-Wan durent enquêter sur les agissements du Front Nebula, un groupe terroriste qui avait littéralement déclaré la guerre à la Fédération du Commerce, cette dernière exerçant un véritable chantage sur les mondes distants. En orbite de Dorvalla, les deux Jedi assistèrent à l'attaque du vaisseau droïde Revenu par le capitaine Arwen Cohl, et tentèrent de le stopper. Croyant le capitaine pirate mort lors de l'explosion du Revenu, Obi-Wan et Qui-Gon retournèrent sur Coruscant faire leur constat. Mais le capitaine n'était pas mort, et le Front Nebula continua ses actions jusqu'à orchestrer une tentative d'assassinat contre Valorum. C'est alors qu'Obi-Wan accompagna son Maître, d'autres Jedi et des membres du Département Judiciaire sur Asmeru, base du Front Nebula, afin qu'il n'interfère pas dans le futur Sommet d'Eriadu. En fait, il s'agissait d'un piège, et les vaisseaux de la délégation durent se poser en catastrophe pour affronter les soldats du Front Nebula.

Après l'arrivée de renforts qui firent tourner l'affrontement en faveur des Jedi et des Judiciaires, Obi-Wan et Qui-Gon empruntèrent le Chauve-Faucon, vaisseau de Cohl, pour retrouver sa trace et l'empêcher d'agir. Ayant été détournés d'abord sur Karfeddion, Obi-Wan et Qui-Gon se rendirent sur Eriadu, où ils se chargèrent de la protection du Chancelier. Ayant réussi à mettre la main sur Cohl, ce dernier leur révéla que c'était un certain Havac qui contrôlait l'opération. Même si le Maître et l'apprenti mirent la main sur Havac, ils ne purent empêcher l'exécution des membres du Directoire de la Fédération du Commerce, véritables cibles du Sommet. Suite à cet échec qui bombarda Nute Gunray vice-roi et unique dirigeant de l'organisation commerciale, et qui vit la mise en place d'une taxation des voies marchandes reliant le Noyau aux mondes de la Bordure Extérieure, Obi-Wan ne se doutait pas encore que sa force mentale et son aptitude au sabre laser seraient rudement éprouvés. Dans les temps qui suivirent immédiatement la mise en place de cette taxation, Obi-Wan, sur le point d'être nommé Chevalier, se trouvait à un tournant clé de sa vie : si son Maître croyait en ce qu'il appelait la Force Vivante et insistait pour se concentrer sur le moment présent, Obi-Wan, quant à lui, était plus attiré par une vision différente, qualifiée de Force Unifiante. C'est cette différence qui permit à Obi-Wan de se démarquer de Qui-Gon et à sortir peu à peu de son ombre, et cette différence de perspectives entre le Maître et l'apprenti devint patente lors de la crise de Naboo.

II. La Menace Fantôme

Mécontente des mesures d'imposition sur les voies marchandes, la Fédération du Commerce avait organisé un blocus autour de la planète Naboo. À bord du croiseur Consulaire Radiant VII, Obi-Wan et Qui-Gon furent chargés de régler le litige. Tandis que Qui-Gon, se fiant à sa vision de la Force, pensait que les négociations n'allaient pas durer, Obi-Wan ressentit une perturbation, comme "quelque chose de plus éloigné, diffus".

Mon image
Obi-Wan et Qui-Gon pris dans l'engrenage du Blocus de Naboo.

 

L'avenir donna raison à Obi-Wan car les négociations furent avortées prématurément lorsque les Neimoidiens, sur ordre du Seigneur Noir des Sith Dark Sidious, ordonnèrent à leurs droïdes de combat et droïdekas de tuer les ambassadeurs Jedi. Échappant à cette tentative d'assassinat, Obi-Wan et Qui-Gon réalisèrent que la Fédération du Commerce s'apprêtait à envahir Naboo, et embarquèrent en catimini à bord de barges de débarquement C-9979 afin de prévenir les habitants de la planète et, si possible, contacter le Chancelier Valorum. Séparé temporairement de son Maître, Obi-Wan fut pris en chasse sur la planète par un duo de STAP et ne dut la vie qu'à l'intervention de Qui-Gon. Ce dernier ayant fait la connaissance du Gungan Jar Jar Binks, le natif emmena les deux Jedi à Otoh Gunga. De là, ils gagnèrent la ville de Theed grâce à un sous-marin Bongo, juste à temps pour sauver la reine Amidala et son entourage. S'enfuyant à bord de sa nef royale, les Jedi et leurs compagnons purent forcer le blocus, mais ne purent faire route vers Coruscant, l'hyperdrive ayant été endommagé, et durent se poser en urgence sur le monde de Tatooine pour y effectuer des réparations.

Le vaisseau royal se posant à quelques encablures du spatioport de Mos Espa, Obi-Wan resta à bord pendant que son Maître partit chercher les pièces nécessaires aux réparations. Durant cette courte escale, Obi-Wan désespéra à chaque communication avec son Maître, se demandant d'abord s'ils quitteraient un jour cette planète désertique, puis s'inquiétant du fait que Qui-Gon prenait des risques superflus avec un gamin du coin, notamment en pariant le vaisseau à la Classique de la Boonta. Suite à la victoire de ce jeune autochtone sur lequel Qui-Gon avait parié, Obi-Wan dut bien admettre que son Maître avait parfois de bonnes idées, même si elles étaient souvent hasardeuses, mais ne sut trop quoi penser lorsqu'il apprit que Qui-Gon allait ramener son protégé avec eux. Au moment du départ, à une courte distance du vaisseau, Obi-Wan assista à un duel entre son Maître et un mystérieux guerrier noir. Si Qui-Gon réussit à échapper à l'arme de son agresseur, Obi-Wan se posa néanmoins des questions lorsque son Maître lui affirma que ce guerrier maîtrisait les arts Jedi à la perfection. Laissant ce problème de côté le temps d'en référer au Conseil, Obi-Wan fut présenté au jeune humain grâce à qui le groupe pouvait maintenant gagner Coruscant : Anakin Skywalker.

Mon image

Anakin Skywalker et Obi-Wan Kenobi, la première rencontre entre l'élève et le maître.


Arrivés à la capitale, Obi-Wan et Qui-Gon laissèrent la reine à ses affaires politiques tandis qu'ils allèrent référer de l'envenimement de la situation au Conseil Jedi. Durant les sessions du Conseil qui se tinrent lors du séjour d'Amidala sur Coruscant, Qui-Gon signala qu'il était possible que son agresseur soit un Seigneur Sith, malgré les infirmations de ses pairs, et nota également que le petit garçon qu'il avait ramené avec lui était probablement l'Élu qui devait apporter l'équilibre à la Force. Sur ce dernier point, Obi-Wan était assez d'accord avec le Conseil, ne voulant pas se précipiter dans son jugement. À l'instar de Yoda et du Conseil, Obi-Wan était d'accord sur le fait qu'Anakin était trop âgé pour commencer une formation intensive, et aussi sur le fait que ce jeune garçon représentait un danger potentiel. Le débat au Sénat s'étant trouvé dans l'impasse la plus totale, Amidala décida de retourner sur Naboo pour affronter la Fédération du Commerce. Obi-Wan et Qui-Gon furent à nouveau chargés de l'escorter et prirent Anakin avec eux. En arrivant sur la planète, le groupe conclut une alliance avec les Gungans afin de mettre en déroute les armées droïdes fédérales, et Obi-Wan prit part à l'assaut du hangar royal de Theed aux côtés de son Maître. Cependant, la situation se compliqua quelque peu sur place.

Alors que le commando s'apprêtait à prendre le palais royal, leur route fut barrée par Dark Maul, le mystérieux guerrier que Qui-Gon avait combattu sur Tatooine. Il n'y avait pas d'alternative : les deux Jedi devaient gagner ou mourir. Utilisant une variante de la Forme VII, Dark Maul attaqua les Jedi avec une férocité inouïe, le Maître et l'apprenti réussissant néanmoins à tenir le Sith en échec en combinant leurs talents de combattants de la Forme IV. Durant l'affrontement, les échanges de lames énergétiques se déplacèrent à l'intérieur du générateur d'énergie de Theed, et Dark Maul sut profiter du terrain pour séparer le Maître et l'apprenti. Obi-Wan, se retrouvant suspendu au-dessus du vide suite à une chute vertigineuse, parvint à rassembler ses forces pour rejoindre son Maître et le Seigneur Sith combattant près du puits de fusion de la centrale. Hélas, Obi-Wan assista avec horreur à la mort de Qui-Gon, transpercé par la lame du Sith. Le regain de colère qui l'envahit à ce moment-là lui donna l'impulsion nécessaire pour attaquer son adversaire et l'acculer.

Mon image

Obi-Wan Kenobi affrontant le Sith Dark Maul.


Mais le Sith avait de la ressource et Obi-Wan se retrouva encore une fois suspendu, au-dessus du puits de fusion. Rassemblant une ultime fois ses forces, Obi-Wan terrassa Dark Maul et se porta au chevet de Qui-Gon. C'est là que le destin de la galaxie fut scellé. Obi-Wan promit à Qui-Gon de former Anakin, malgré le fait que Kenobi nourrissait des doutes à l'encontre du jeune Skywalker.

En raison de ses faits d'armes, Obi-Wan fut promu au rang de Chevalier Jedi par le Conseil et fut même autorisé à le former, malgré les objections de Yoda, qui pressentait un grand danger dans son initiation. Cela était assez inhabituel qu'un Chevalier nouvellement promu reçoive la responsabilité d'un apprenti Padawan, mais Obi-Wan avait été obligé par le serment qu'il avait fait à Qui-Gon. Suite aux funérailles de son mentor, Obi-Wan prit Anakin sous son aile et l'emmena sur Coruscant pour qu'il y entame sa formation.

III. Obi-Wan Kenobi, Maître Jedi

Durant les trois premières années de l'apprentissage Jedi d'Anakin, Obi-Wan et son Padawan restèrent dans l'enceinte du Temple Jedi. Si pour Obi-Wan, qui avait passé près de douze années de sa vie à écumer la galaxie avec son Maître, le Temple et son décor familier, ainsi que la routine des entraînements, étaient rassurants, il n'en allait pas de même pour Anakin, pour qui le Temple était synonyme de claustrophobie et d'univers étouffant, tant l'impulsivité et la soif de découverte du jeune adolescent était grande. Il ne manqua pas de le souligner à Obi-Wan en s'adonnant parfois à des escapades en dehors de l'enceinte du sanctuaire Jedi. Finalement, au bout de trois années passées sur Coruscant, le Conseil décida d'envoyer Obi-Wan et Anakin en mission sur le monde mystérieux de Zonama Sekot, situé aux limites de la galaxie.

Sur cette planète, le Maître et l'apprenti devaient retrouver la Jedi Vergere, qui était partie sur ce monde un an plus tôt et n'avait plus donné aucun signe de vie depuis. En fait, elle avait disparu après qu'elle ait envoyé au Conseil un message bref, mais pour le moins étrange. Zonama Sekot était une planète qui n'avait été répertoriée que très récemment sur les cartes galactiques, sa découverte ne remontant qu'à 200 ans. Cependant, bien que reculée, Zonama Sekot acquit rapidement la réputation de produire des vaisseaux d'une qualité remarquable, capables d'atteindre des vitesses stupéfiantes. C'est à cause de cet état de fait que la planète attira l'attention d'un certain Wilhuff Tarkin, et Obi-Wan et Anakin se retrouvèrent bientôt, malgré eux, mêlés aux efforts de Tarkin pour capturer un de ces vaisseaux et l'utiliser à des fins personnelles. Cette mission s'avéra très enrichissante en révélations pour les deux Jedi. Ils apprirent que Zonama Sekot était dotée d'une conscience, et que les vaisseaux qu'elle produisait poussaient littéralement à partir de graines en cosses. Obi-Wan et Anakin découvrirent également ce qui était arrivé à Vergere : elle avait quitté la planète des mois auparavant, emmenée par une race humanoïde inconnue. Le Maître et l'apprenti l'ignoraient, mais ces êtres mystérieux étaient en fait les Yuuzhan Vong, une race venue d'une autre galaxie et qui ferait reparler d'elle exactement 54 ans plus tard.

Une dernière découverte, et pas la moins étrange, était le fait que Zonama Sekot disposait d'un gigantesque système hyperdrive, lui permettant de se déplacer à son gré dans la galaxie. La planète utilisa ce dispositif pour s'échapper, peu de temps après qu'Anakin et Obi-Wan soient partis, pour ne faire reparler d'elle que lors de l'Invasion Yuuzhan Vong. En envoyant Obi-Wan et Anakin sur Zonama Sekot, le Conseil des Jedi avait joué finement, car cette mission permit au Maître et à son apprenti d'apprendre beaucoup l'un de l'autre. Si Kenobi put tirer de cette expérience une meilleure compréhension de son Padawan, cette mission lui permit d'accepter une vérité qu'il avait refoulée depuis la mort de Qui-Gon. En effet, depuis le décès de ce dernier, la foi et la confiance dans la Force d'Obi-Wan avaient été ébranlées, et Kenobi se le cachait au quotidien, allant même jusqu'à se fermer à des possibilités qu'elle lui offrait. Ainsi, cette mission permit à Kenobi de se débarrasser de ses doutes et de son désespoir, et de jouer pleinement son rôle de Maître Jedi avec Anakin. 

Mon image

Anakin Skywalker s'entraînant devant son Maître et Palpatine.


En l'an -28, faisant de son mieux pour former celui qui était considéré comme l'Élu, Obi-Wan, dans le cadre de l'entraînement Jedi, emmena Anakin sur la glaciale Ilum, une planète qui possédait des cavernes à cristaux. Les Jedi utilisaient ces cristaux pour la fabrication de leurs sabres laser. D'ailleurs, ce fut pour qu'Anakin puisse construire son propre sabre laser qu'Obi-Wan emmena son apprenti sur place. Lors de cette épreuve, Anakin fut la proie de visions et affronta le fantôme de Dark Maul. Au final, Anakin put achever son arme et le Maître et l'apprenti quittèrent la planète. Plus tard, lors d'une mission diplomatique, Obi-Wan et Anakin eurent maille à partir avec un esclavagiste du nom de Krayn. Anakin fut enlevé lorsque le transport des deux Jedi fut attaqué par Krayn. Obi-Wan s'arrangea pour retrouver son apprenti et retrouva Siri Tachi au cours de ces péripéties. Siri avait soi-disant quitté l'Ordre Jedi peu de temps après la Bataille de Naboo, et Obi-Wan, comme bien d'autres Jedi, crut qu'elle avait trahi l'Ordre. Mais en réalité Siri Tachi était en mission d'infiltration au sein de l'organisation de Krayn. Ensemble, les Jedi mirent fin aux opérations de Krayn, Anakin tuant l'esclavagiste lui-même. Après cela, Siri revint au Temple Jedi pour réintégrer l'Ordre en tant que Chevalier Jedi.

En l'an -27, Obi-Wan et Anakin, aux côtés d'autres Jedi dont Siri Tachi et son Padawan Ferus Olin (Padawan avec qui Anakin ne s'entendait pas très bien), participèrent à une mission sur la planète Radnor, dont l'atmosphère avait été contaminée par un agent toxique. La même année, Mace Windu envoya Kenobi et son Padawan pour une mission secrète sur la planète Barlok, dans le but de surveiller le Maître Jedi Jorus C'baoth et sa Padawan Lorana Jinzler durant des négociations. Négociations qui faillirent bien être avortées par une attaque si Jorus C'baoth n'était pas intervenu.

Mon image

Un peu plus, Maître Windu chargea Obi-Wan d'accompagner la mission du vaisseau Vol vers l'Infini, du moins jusqu'à ce qu'il atteigne les Régions inconnues, afin de garder un œil sur l'arrogant Jorus C'baoth. Et de cette arrogance, Obi-Wan put en avoir une démonstration lors de son séjour avec Anakin à bord du Vol vers l'Infini. Ce fut le Chancelier Suprême Palpatine en personne qui demanda à Kenobi et à son Padawan d'arbitrer une dispute sur un monde proche de la dernière escale du Vol vers l'Infini avant que ce dernier ne quitte l'espace républicain. Les deux Jedi quittèrent donc le vaisseau, échappant sans le savoir au sort funeste de l'appareil. Obi-Wan et Anakin collaborèrent encore par la suite avec Siri Tachi et Ferus Olin, notamment lorsque le fils d'un sénateur disparu. Au cours de cette mission, Obi-Wan et Siri se firent passer pour les parents d'Anakin et Ferus afin d'infiltrer un groupe d'étudiants renégats dans une école sénatoriale d'élite sur Andara.

Dans les temps qui suivirent, Obi-Wan et son Padawan partirent avec Yoda et Yaddle pour la planète Mawan pour mettre un terme à une guerre civile dévastatrice qui faisait rage entre trois gangs rivaux. En vérité, la planète était un piège mis en place par Granta Omega, le fils de Xanatos. Omega était le chef d'un des trois gangs, connu sous le pseudonyme de Striker. Omega voulait tuer Obi-Wan Kenobi et son apprenti, notamment en relâchant une arme chimique mortelle. Mais grace au courage et au sacrifice de la Jedi Yaddle, qui utilisa ses dons pour absorber l'arme chimique, la ville de Naatan fut sauvée et le plan de Granta Omega échoua. La mort de Yaddle fit s'éloigner Obi-Wan et Anakin dans leur relation de Maître à élève. Mais heureusement, lors d'une mission suivante sur Vanqor, Obi-Wan et Anakin parvinrent à se réconcilier et à surmonter leurs différences. Anakin avait été fut fait prisonnier durant cette mission par Jenna Zan Arbor, qui s'était échappée alors qu'elle était censée être en détention et qui avait établi ses activités sur ce monde afin de perfectionner une drogue appelée la Zone d'Auto-Confinement. Si les Jedi parvinrent sur place à vaincre un nid complet de gundarks et purent être récupérés par plusieurs de leurs pairs, dont Siri Tachi et Ferus Olin, ils parvinrent également à empêcher l'éclatement d'un conflit dans le système entre Vanqor et Typha-Dor. Mais Zan Arbor parvint néanmoins à s'échapper.

Les temps qui suivirent furent essentiellement consacrés par Obi-Wan et Anakin à traquer et trouver la scientifique Zan Arbor. Ils découvrirent qu'elle se trouvait sur Romin, un des pires lieux de corruption et repaire pour de nombreux criminels. Pour infiltrer la planète sans éveiller les soupçons, Obi-Wan, Anakin, Siri Tachi et Ferus Olin. Ils découvrirent que Jenna Zan Arbor s'était alliée avec Roy Teda, le dirigeant de la planète, et Granta Omega. Durant la mission, les Jedi furent contactés par Teda et Zan Arbor de la planète en pensant qu'ils étaient réellement des criminels qui pourraient les aider à quitter la planète. Cependant, les Jedi furent capturés. Par chance, des renforts demandés par Obi-Wan peu de temps auparavant arrivèrent et les Jedi purent capturer Roy Teda et Jenna Zan Arbor. Mais ces deux derniers parvinrent à s'échapper. Heureusement, une balise de repérage avait été placée sur la coque du vaisseau que les deux fugitifs avaient emprunté.

Quelques semaines plus tard, Obi-Wan et Anakin retrouvèrent la trace de Jenna Zan Arbor et de Roy Teda sur Falleen. Obi-Wan infiltrant une usine de Blackwater Systems avec ses compagnons Jedi, ils retrouvèrent la trace de Zan Arbor mais l'usine fut détruite par une explosion. Ce n'est qu'après ces événements qu'Obi-Wan, ainsi que le reste des Jedi, dut composer avec l'émergence d'un mouvement anti-Jedi au sein du Sénat. Sano Sauro, ami de Granta Omega, et Bog Divinian avaient commencé à rallier des membres du Sénat à leur cause anti-Jedi et une pétition fut présentée afin de retirer à l'Ordre Jedi le soutien du Sénat Galactique. En réalité, ces accusations à l'encontre de l'Ordre Jedi devaient servir de diversion à l'exécution d'un plan ourdi par Granta Omega et Sano Sauro, plan visant à assassiner le Chancelier Suprême Palpatine afin de discréditer totalement l'Ordre Jedi, qui serait vu comme incapable de protéger la République. Cependant, grâce aux efforts d'Obi-Wan, d'Anakin et Ferus Olin, la catastrophe put être évitée même si, une fois de plus, Omega et Zan Arbor s'étaient enfuis suite à l'avortement de leur plan. Mais même si Palpatine put être protégé et sauvé, 21 sénateurs et d'autres personnes n'eurent pas cette chance et furent tués durant ces événements. Désormais la chose était claire et urgente : il fallait en finir une bonne fois pour toutes avec les fugitifs.

Mon image
Anakin et Obi-Wan lors de leur confrontation finale avec Granta Omega.


Granta Omega et Jenna Zan Arbor furent traqués et repérés sur Korriban : huit Jedi, dont Obi-Wan, Anakin, Siri et Ferus furent envoyés sur place afin de les stopper définitivement. Les investigations des Jedi les conduisirent dans la Vallée des Seigneurs Noirs où la confrontation finale avec Granta Omega eut lieu. Durant les premières phases de l'affrontement contre les Jedi, Granta Omega tua Darra Thel-Tanis d'un tir de son blaster KYD-21. Omega s'enfuit mais fut poursuivi par Obi-Wan qui affronta ensuite son adversaire dans un combat singulier, et ce n'est qu'au terme d'une incroyable résistance de la part de son ennemi que Kenobi fut forcé de tuer Omega avec son sabre laser. La menace du fils de Xanatos avait pris fin. Cependant, si Granta Omega avait représenté une grande menace de son vivant, les jours sombres de la République n'en étaient pourtant qu'à leurs débuts.

En effet, un mouvement de sécession, qui avait déjà débuté en l'an -24, menaçait de diviser la République autrefois unie en deux camps, les Loyalistes, fervent partisans de la République, et les Séparatistes. Ce mouvement pris de plus en plus d'ampleur au cours des deux années qui précédèrent le début de la Guerre des Clones. Pour lutter face à ce mouvement de sécession grandissant, de plus en plus de systèmes solaires décidant de quitter la République, le mandat du Chancelier Palpatine, qui devait normalement expirer en l'an -24, fut prolongé jusqu'à ce que la crise fût résolue. Durant cette période mouvementée, les talents de diplomate d'Obi-Wan Kenobi ne furent pas de trop.

Durant cette période qui précéda la Guerre des Clones, Obi-Wan et Anakin furent chargés d'une mission diplomatique auprès du roi Sha-Mar Ma-Dred de la planète Kashir, monde souhaitant rejoindre la République. Le souverain s'était rendu sur Coruscant et y rencontra Obi-Wan et Anakin, mais Obi-Wan mit Anakin en garde : les Kashirim considérait le vol comme un moyen de reconnaissance sociale et l'une des bases de leur culture. Cependant, Anakin se laissa distraire et se fit voler son sabre laser par les épouses du roi de Kashir. Kenobi s'en aperçut et récupéra le sabre laser grâce à la Force en toute discrétion, mais il ne prévint pas son Padawan de cela pour voir combien de temps il allait se rendre compte du larcin et s'il allait reconnaître qu'il s'était fait duper. Après une escapade mouvementée et semi-discrète dans les chambres des épouses et du roi afin de récupérer son arme, chose qu'il ne réussit pas, Anakin fut consterné de voir que c'était son Maître qui l'avait, ce qui fut l'occasion d'une bonne leçon pour le Padawan lors de cette mission diplomatique. Entre autres missions, Obi-Wan fut chargé avec Anakin de protéger le sénateur Simon Greyshade d'une tentative d'assassinat, ce qu'ils effectuèrent.

Au cours de cette décennie qui s'était écoulée depuis les événements de Naboo, où Obi-Wan forma Anakin aux voies de la Force, la relation entre le Maître et le Padawan évolua. Obi-Wan trouvait son élève certes brillant, mais parfois frustrant car se laissant guider par son impulsivité, mais il a progressivement appris comment gérer ce Padawan quelque peu turbulent et comment le former au mieux, suivant son caractère. Autant que la situation du moment le permettait, Obi-Wan laissait le champ libre à son Padawan pour qu'il tire des leçons de ses agissements lorsqu'il commettait des erreurs. La relation de complicité qui s'était tissée entre les deux Jedi était telle qu'Obi-Wan arrivait à calmer l'enthousiasme débordant d'Anakin avec un simple geste, ou à le rassurer avec un simple sourire en coin ou une pointe d'humour bien placée, dont seul Kenobi avait le secret. Cependant, cette relation apparemment sans ombre, si l'on omet quelques divergences de point de vue entre le Maître et le Padawan, allait être durement éprouvée par les problèmes qui s'amoncelaient à l'horizon. Car la Crise Séparatiste ne s'atténuait pas et les deux Jedi durent déployer leurs talents au maximum afin de préserver la paix et l'unité, désormais précaires.

Mon image

Kenobi et son Padawan lors de leur mission sur Ansion durant la Crise Séparatiste.


L'une de ces missions de maintien de la cohésion et de la paix dans la galaxie eut lieu sur la planète Ansion, quelques mois avant le début de la Guerre des Clones. Sur cette planète, Obi-Wan et Anakin durent joindre leurs efforts à ceux de deux autres Jedi, Luminara Unduli et Barriss Offee, afin d'empêcher Ansion de quitter la République, car si ce monde venait à rejoindre les Séparatistes, il entraînerait automatiquement 40 autres mondes avec lui dans son choix de faire sécession. C'est lors de cette mission que les talents de diplomate d'Obi-Wan furent véritablement révélés : ayant reconnu que ce désir de faire sécession avait pour origine des tensions frontalières entre les habitants des villes de la planète et les nomades Alwari, il entraîna ses compagnons Jedi dans sa voie pour régler au mieux cette querelle, et ainsi faire en sorte qu'Ansion demeure fidèle à la République. La mission fut un succès, même si Kenobi savait pertinemment que cette victoire était purement dilatoire et qu'il n'avait résolu qu'une infime partie d'un problème dont les proportions étaient galactiques. La dangereuse escalade politique qui mena plus tard au déclenchement de la Guerre des Clones donna encore raison à Obi-Wan en ce qui concerne l'avenir.

IV. L'Attaque des Clones

La Crise Séparatiste fut sans doute l'un des événements les plus cruciaux que l'Ordre Jedi dut affronter, créant des dissensions non seulement au sein des territoires de la République, mais également à l'intérieur de la Rotonde du Sénat. En effet, ce dernier était partagé entre le fait de continuer les négociations avec les Séparatistes pour éviter un conflit armé et celui de se doter d'une armée suffisamment importante pour se protéger en cas de besoin. Ce débat creusa encore plus le fossé de la discorde et Coruscant devin bientôt un lieu de tension palpable. C'est pour cela que Kenobi et son Padawan furent chargés de la protection de la sénatrice Amidala, leader de l'opposition à la création d'une Armée de la République. Cette dernière avait fait l'objet d'une tentative d'assassinat à son arrivée à la capitale et fut placée par conséquent sous la protection des Jedi sur ordre du Chancelier Palpatine. Alors qu'il se dirigeait vers les appartements de la sénatrice, Obi-Wan sentit qu'Anakin était plus nerveux qu'à l'accoutumée. Mettant cela sur le compte de son habituelle impulsivité, Obi-Wan réalisa, au cours de l'entretien avec Amidala qui suivit les retrouvailles quelque peu embarrassées, que son disciple se laissait guider par ses émotions, allant jusqu'à ignorer les ordres du Conseil, en promettant notamment à la sénatrice de démasquer les assassins d'Amidala. Une fois de plus, Obi-Wan dut jouer de son autorité de Maître pour remettre Anakin à sa place de Padawan.

Mon image

Anakin et Obi-Wan, protecteurs de la sénatrice Amidala.


Après qu'Amidala se fût retirée pour la nuit, Obi-Wan alla vérifier la sécurité du bâtiment officiel en compagnie du capitaine Gregar Typho, avant de revenir dans les appartements de la sénatrice pour monter la garde. Cette soirée, avant qu'elle ne tourne à la course-poursuite, fut l'occasion pour Obi-Wan de parler avec son Padawan, en proie depuis quelques temps à de sombres cauchemars concernant sa mère. Si Obi-Wan avait au départ nourri des doutes au sujet du bien fondé d'entraîner Anakin aux arts Jedi, il avait par contre pris très à cœur la promesse faite à Qui-Gon, et si à certains moment il semblait exaspéré par le comportement immature de son élève, il croyait réellement qu'Anakin prendrait un jour les bonnes décisions et accomplirait la prophétie. Dans le cas présent, il essayait d'apprendre à Anakin à mieux contrôler ses sentiments, et s'inquiétait de l'attirance qu'il avait pour la sénatrice Amidala et du fait que cela troublait son jugement. Le fait qu'Obi-Wan ne faisait pas, ou vraiment peu, confiance aux politiciens n'arrangeait pas les choses selon le point de vue d'Anakin. Mais avant qu'ils aient pu terminer leurs échanges de points de vue, une perturbation dans la Force alerta Obi-Wan et Anakin qui déboulèrent en trombe dans la chambre de la sénatrice.

Alors qu'Anakin s'était occupé des Kouhuns lâchés dans la chambre d'Amidala, Obi-Wan remarqua le droïde assassin ASN-121 qui avait déposé les dangereux insectes et, sous le coup de son impulsivité, se jeta à travers le transparacier de la fenêtre pour agripper le droïde, qui faisait désormais route pour retourner auprès de sa propriétaire : Zam Wesell. Décidé à savoir qui était derrière cette seconde tentative d'assassinat avortée, Obi-Wan s'accrochait désespérément au droïde, qui tenta à maintes reprises de déloger son passager inattendu en lui lançant des décharges électriques ou en flottant trop près des voies aériennes ambiantes et embouteillées. Finalement, Obi-Wan arriva en vue de l'endroit où se trouvait la chasseuse de primes, mais reçut, en guise d'accueil, un tir de fusil Kisteer 1284, le droïde se retrouvant détruit et Obi-Wan précipité dans le vide. Réalisant qu'il avait peut-être agi trop précipitamment, ce qu'il reprochait souvent à Anakin, Obi-Wan se prépara à sa fin inéluctable lorsque son disciple, à bord d'un airspeeder jaune, le réceptionna une centaine d'étages plus bas. Son Padawan lançant l'airspeeder au milieu du trafic aérien en s'adonnant à des acrobaties diverses et en prenant des risques inconsidérés, Obi-Wan se rappela soudainement pourquoi il détestait voler. Lorsque les Jedi perdirent momentanément la trace de leur proie, ce qu'Obi-Wan ne manqua pas de faire remarquer à Anakin, ce dernier prit congé de son Maître pour dégringoler et atterrir sur le toit de l'airspeeder Koro-2 de Wesell. 

Exaspéré par son comportement, Kenobi reprit la poursuite, en pilotant cette fois de manière plus orthodoxe. Il récupéra même au passage le sabre laser d'Anakin en plein vol au cours de cette poursuite. Quand l'airspeeder de leur proie s'écrasa, Obi-Wan se gara près de l'endroit du sinistre et rattrapa Anakin devant l'entrée du night-club Le Barbare. Réfrénant le tempérament trop hardi de son élève, Obi-Wan en profita pour le réprimander sur le fait que son sabre laser était le bien le plus précieux d'un Jedi, que lui seul le garderait en vie. Non sans une pointe d'humour noir, Obi-Wan ajouta également qu'Anakin lui causerait sa mort, d'une manière ou d'une autre, et le Maître Jedi ne croyait pas si bien dire. Chargeant Anakin de fouiller l'établissement, Obi-Wan se dirigea de façon décontractée vers le bar pour prendre un verre. Cette attitude nonchalante visait à faire sortir sa proie hors de sa cachette, ce qui s'avéra être un excellent plan. Après avoir influencé le Balosar Elan Sleazebaggano pour qu'il reconsidère son avenir, Obi-Wan sentit l'approche rapide de Zam Wesell dans son dos et neutralisa, par un coup expéditif de sabre laser, le bras droit armé de la chasseuse de primes. Avec l'aide d'Anakin, il l'emmena dans une ruelle contiguë au night-club pour l'interroger. Remarquant avec inquiétude le ton inquisiteur de son apprenti, Obi-Wan ne put tirer aucune information de la Clawdite, tuée d'une fléchette empoisonnée tirée par un mystérieux personnage équipé d'un jet-pack. Obi-Wan pressentit que l'affaire se révèlerait plus complexe que prévue.

Mon image

Le lendemain matin, suite à cette nouvelle tentative de meurtre, Obi-Wan reçut sa nouvelle affectation : enquêter sur les ramifications de ce complot et retrouver le commanditaire de ces assassinats, tandis qu'Anakin serait chargé de raccompagner Amidala sur Naboo et veiller à sa sécurité. Cette décision du Conseil étonna grandement Obi-Wan car cela serait la première mission en solo d'Anakin qui, de plus, n'était encore que Padawan. Lorsqu'Anakin partit pour s'entretenir avec Palpatine sur le fait qu'Amidala devait quitter temporairement la capitale, Obi-Wan confia ses inquiétudes à Mace Windu et Yoda. Si Obi-Wan reconnaissait que les dons dans la Force de son apprenti étaient exceptionnels, ce dernier faisait montre d'une certaine arrogance et Kenobi s'interrogeait sur le bien fondé de la décision du Conseil. Yoda lui faisant remarquer que l'arrogance était un trait de plus en plus répandu parmi les Jedi, Maître Windu assura à Kenobi qu'il ne devait pas douter de son Padawan : si Anakin devait apporter l'équilibre à la Force, Obi-Wan devait avoir confiance dans ses facultés.

Après avoir accompagné Anakin au spatioport et lui avoir fait ses dernières recommandations, Obi-Wan se pencha sur la mystérieuse fléchette qui avait tué Wesell. Sa visite dans les laboratoires d'analyses du Temple ne lui apprit vraiment rien de concret, les droïdes ne reconnaissant pas cette arme comme associée à une culture ou à un groupe répertoriés. C'est alors qu'Obi-Wan se rabattit sur une approche un peu moins orthodoxe en allant consulter un vieil ami. Dexter Jettster, patron du restaurant Chez Dexter et ami d'Obi-Wan, avait été jadis un prospecteur dans les zones de la Bordure Extérieure, et était doté d'une mémoire d'éléphant. Le Besalisk reconnut immédiatement l'arme comme étant un saberdard, manufacturé sur Kamino. Informant Obi-Wan que les Kaminoans étaient des spécialistes du clonage, ainsi qu'une race très isolationniste, il fournit également à son ami la position de leur planète, qui se trouvait à peu près à douze parsecs en sortant du Dédale de Rishi, quelque part dans l'Espace Sauvage. Fort de ces informations, Obi-Wan retourna au Temple Jedi pour rechercher des compléments d'informations dans la banque de données des Archives Jedi avant de partir pour ce monde.

Malheureusement, Obi-Wan ne trouva aucune information faisant référence à Kamino ou à ses habitants, et sollicita l'aide d'une personne plus compétente en matière d'archivage et de recherche : madame Jocasta Nu, archiviste en chef. En attendant que cette dernière puisse se libérer, Obi-Wan contempla le buste de Dooku ornant l'allée centrale des archives. Si Obi-Wan n'avait pas personnellement connu Dooku quand ce dernier faisait encore partie de l'Ordre Jedi, il savait qu'il avait été le Maître de Qui-Gon et que l'influence du Comte sur Jinn fut tout sauf minime, ce dernier partageant la même indépendance d'esprit. Cela valut à Dooku, à plusieurs reprises, de se retrouver en opposition vis-à-vis du Conseil, et il était, selon Obi-Wan, un homme épuisant. Arraché à ses pensées par l'arrivée de madame Nu, cette dernière entreprit de rechercher ladite planète, et son résultat fut sans appel : Kamino n'existait pas. La confusion s'empara d'Obi-Wan car deux sources irréprochables, d'une part son ami à la mémoire infaillible, et d'autre part les archives plus que complètes de l'Ordre, se contredisaient. Obi-Wan ne put même pas suggéré que les archives étaient peut-être incomplètes sans que Jocasta Nu n'en prenne ombrage. Face à ce dilemme, Obi-Wan resta un long moment assis à méditer, sans parvenir toutefois à se concentrer, ses pensées se trouvant interrompues par des visions d'Anakin et Padmé, le Maître Jedi se demandant s'il n'avait pas encore eu une vision du futur annonçant un plus grand danger.

Mon image

Obi-Wan cherchant conseil auprès de Yoda entraînant des novices Jedi.


Ne sachant plus quoi faire, il décida de demander conseil à Maître Yoda, dont la sagesse et l'expérience ne seraient pas de trop pour résoudre son problème. L'entraînement du Clan des Ours s'étant vu interrompre par l'arrivée d'Obi-Wan, Yoda en profita pour tester ses jeunes disciples en requérant leur ouverture d'esprit. La réponse de l'un d'eux fut quasi immédiate : quelqu'un avait effacé les données des archives concernant cette planète, la carte holographique d'Obi-Wan montrant que les forces gravitationnelles agissaient toujours à l'endroit précis où devait se trouver Kamino. Si cette conclusion fut satisfaisante pour Kenobi, car lui confirmant enfin l'existence de Kamino, elle fut également dérangeante, car si les archives, censées être théoriquement inviolables, pouvaient être falsifiées, les Chevaliers Jedi ne pouvaient plus se reposer sur cette base de leur vie qu'était la connaissance, ce qui viendrait tôt ou tard à fragiliser considérablement l'Ordre.

S'apprêtant à partir pour le monde des cloneurs à bord de son chasseur Delta-7, Obi-Wan fut rejoint par Mace Windu qui l'accompagna jusqu'au hangar du Temple. Venu pour lui souhaiter bonne chance, Maître Windu lui fit également part de son inquiétude sur le fait que la perturbation dans la Force s'intensifiait et que toute vision était désormais très difficile. Cette nouvelle ne fit qu'aggraver la consternation d'Obi-Wan, qui fit à nouveau part de ses inquiétudes concernant Anakin à Maître Windu. Ce malaise d'Obi-Wan concernant son disciple n'était pas chose rare pour le Maître Jedi, et le Conseil le savait : six ans auparavant, Obi-Wan et Anakin s'était chargé d'une affaire impliquant un certain Krayn, marchand d'esclaves, et Kenobi estimait que son Padawan était trop impliqué sur le plan émotionnel, Skywalker étant après tout un ancien esclave, et que la situation se répétait à nouveau avec la sénatrice Amidala. Jusque-là, à chaque fois qu'Obi-Wan exprimait ses doutes et ses soucis aux membres du Conseil, il n'avait droit à chaque fois qu'à une rebuffade quelque peu humiliante à son goût. Mais cette fois-ci, Windu considéra la confidence d'Obi-Wan avec un peu plus de bienveillance, encourageant ce dernier à croire qu'Anakin suivrait la bonne voie. Malgré cet encouragement qu'il approuva d'un signe de tête, Obi-Wan gardait néanmoins quelques doutes, mais préféra les laisser de côté pour se concentrer sur sa mission.

Sortant de l'hyperespace aux coordonnées indiquées, Obi-Wan découvrit que Kamino était un astre tangible, mais n'eut pas vraiment le temps de faire du tourisme pour mieux connaître ce monde et fut dirigé par le contrôle aérien sur une plate-forme d'atterrissage de Tipoca City, capitale de la planète. Obi-Wan se rendit bien vite compte qu'il n'y avait pas grand chose à visiter, la planète étant entièrement recouverte d'eau et arrosée par la pluie, les villes sur pilotis étant les seules structures offrant du relief. Lorsqu'il se mit à l'abri de la pluie diluvienne, Obi-Wan fut étonné par l'accueil qu'on lui avait réservé, un peu comme si sa visite était attendue de longue date. Ne se démontant pas pour autant, Obi-Wan sut faire preuve de flegme et de diplomatie sans éveiller les soupçons, en particulier sur le fait qu'il ne savait absolument rien. Ainsi, il fut mené dans le bureau de Lama Su, Premier Ministre de Kamino, et apprit que les Kaminoans avaient créé une Armée Clone destinée à la République, commandée par le Jedi Sifo-Dyas dix ans auparavant. Faisant appel à ses souvenirs, Obi-Wan se rappela que Sifo-Dyas avait été tué à peu près à cette époque, ce qui pourrait concorder avec les dires de Lama Su. Mais Obi-Wan voyait mal où Sifo-Dyas aurait trouvé l'argent nécessaire pour verser l'acompte sur cette armée et qui avait déjà été donné aux cloneurs dix ans plus tôt.

Mon image

Il comprit que le complot dépassait de loin une simple tentative d'assassinat visant à faire passer la loi d'enrôlement militaire au Sénat. Décidant d'approfondir son enquête, Obi-Wan accepta l'invitation du Premier Ministre afin de visiter le centre de clonage. Lors de cette inspection, Obi-Wan en ressentit des frissons de révulsion, car la vie, la source de la Force et du pouvoir des Jedi, était génétiquement manipulée, trafiquée afin de créer une armée destinée à semer la mort. Obi-Wan en eut presque la nausée tant la façon de penser des Kaminoans, qui traitaient les clones comme des unités ou des produits, était froide, clinique et déshumanisante, bref allant à l'encontre de tout ce que l'on avait enseigné à Obi-Wan au sujet du respect de la vie. Alors que la visite suivait son cours, Obi-Wan apprit que le modèle ayant servi de souche à cette armée n'était autre que le chasseur de primes Jango Fett, qui pourrait s'avérer être le mystérieux tueur au jet-pack. Prenant soin de ne pas dévoiler ses intentions, Obi-Wan demanda s'il pouvait rencontrer ce Fett, qui lui fut présenté par la suite par Taun We. Accueilli par le fils cloné de Jango, Boba Fett, la conversation qui suivit entre le Jedi et le chasseur de primes fut extrêmement tendue. Obi-Wan apprit notamment que Fett avait été recruté par un certain Dark Tyranus et non Sifo-Dyas.

Suite à cette visite, Obi-Wan prit congé de ses hôtes kaminoans afin de transmettre un message à Mace Windu et Yoda à propos de ses découvertes, mais également au sujet de ses nouvelles interrogations, car plus Obi-Wan semblait progresser et plus le mystère autour de cette affaire s'épaississait. Les révélations d'Obi-Wan furent surprenantes pour les deux Maîtres Jedi, en particulier la création de cette armée de clones, opérée à l'insu des Jedi. Jango Fett étant le seul élément capable de répondre à leurs questions, Mace et Yoda ordonnèrent à Obi-Wan de capturer le chasseur de primes et le ramener sur Coruscant. Seulement, ce travail se révéla être plus facile à dire qu'à faire. Alors qu'il arrivait sur la plate-forme où était garé l'Esclave I de Fett, Obi-Wan réalisa que ce dernier, au vu de son armure, était en fait un guerrier mandalorien. Obi-Wan se rappela soudainement la Bataille de Galidraan, où les Jedi affrontèrent les Mandaloriens. Si les Jedi furent victorieux, les deux camps avaient subi chacun de lourdes pertes, et Kenobi se dit qu'appréhender Fett serait tout sauf une partie de plaisir.

Dégainant son sabre laser, Obi-Wan fut accueilli par un feu nourri des blasters WESTAR-34 de Jango Fett, ce qui ne l'empêcha pas de se rapprocher de son adversaire. Cependant, ce dernier activa son jet-pack pour se réfugier sur une tour voisine et tirer un missile sur le Jedi. La situation ne fit que se compliquer pour Kenobi car Boba Fett se mêla de la partie en faisant feu avec les canons laser de l'Esclave I.

Mon image

Kenobi affrontant Jango Fett sur Kamino.


Cependant, Obi-Wan se révéla assez bon combattant pour désarmer Fett pendant un moment et le combattre à mains nues, l'expédiant par-dessus le bord de la plate-forme. Mais Obi-Wan fut entraîné dans la chute et ne dut son salut qu'au filin du grappin de Fett. Cependant, le laps de temps qui fut nécessaire au Jedi pour remonter sur la plate-forme profita au père et au fils pour s'enfuir. Obi-Wan ne put que lancer une balise de repérage au moment du décollage afin de suivre le duo à travers l'hyperespace. Cette balise permit à Obi-Wan de les pister jusqu'au monde lointain de Géonosis, où il allait découvrir toute l'ampleur du complot se tramant contre la République.

Cependant, le chasseur Jedi d'Obi-Wan ne passa pas inaperçu aux yeux des détecteurs du vaisseau des Fett lorsqu'ils arrivèrent en vue de Géonosis, et le chasseur de primes tenta de semer son poursuivant dans les anneaux d'astéroïdes de la planète, en profitant pour semer sur son passage des charges soniques. Mais même ces armes spatiales n'arrivèrent pas à faire changer Obi-Wan de trajectoire, ce qui obligea Jango à passer de l'état de proie à celui de chasseur. Prenant Obi-Wan à revers, le Mandalorien le pilonna de nombreuses salves de canons laser avant de lui infliger le coup de grâce en lui envoyant un missile à concussion. Le vaisseau du Jedi ayant disparu des écrans suite à l'explosion du projectile, Jango et Boba continuèrent leur route, ne se doutant pas que Kenobi avait fait disparaître la signature de son chasseur en la confondant avec celle d'un astéroïde. Jugeant que la zone était désormais dégagée de tout danger, Obi-Wan amorça sa descente sur Géonosis en continuant à suivre le signal de la balise. Au cours de sa descente, il remarqua un regroupement anormalement important de sphères spatiales de la Fédération du Commerce. Tout cela n'avait ni queue ni tête pour le Jedi car si Jango était la souche de l'Armée Clone de la République, pourquoi était-il en contact avec la Fédération et donc les Séparatistes ? Obi-Wan fut ainsi confronté à un nouvel écran de fumée qui l'empêchait d'atteindre la vérité.

Se posant à bonne distance du signal de la balise pour ne pas attirer l'attention, Obi-Wan entama une longue marche nocturne en direction du signal émis. Ce trajet ne fut pas sans risque, Obi-Wan devant faire face à des précipices et à des massiffs sauvages. Au bout du compte, au petit matin, Obi-Wan repéra diverses structures artificielles aux allures de pitons rocheux et pénétra par l'une des entrées pour y découvrir une nouvelle usine, qui ne fabriquait pas des clones, mais des droïdes de combat. Au cours de sa progression à l'intérieur de cette fonderie, Obi-Wan tomba sur un groupe, composé du Comte Dooku et des représentants des différents cartels commerciaux de la galaxie, qui se rendait vers une salle de conférences adjacente à l'usine. Réussissant à espionner les leaders séparatistes au cours de leur réunion, Obi-Wan réalisa avec effroi que ces derniers finalisaient les plans de leur coalition et leur projet d'attaquer la République. C'est là qu'il eut la réponse à son enquête : le vice-roi Nute Gunray était l'instigateur des tentatives d'assassinat visant la sénatrice Amidala, le Neimoidien ayant posé cette condition pour que la Fédération du Commerce coopère avec les Séparatistes.

Retournant à son chasseur avec toutes ces informations, Obi-Wan tenta de contacter Coruscant, hélas sans succès, car son antenne de transmission avait été endommagée durant son affrontement avec Fett en orbite de Géonosis. Obi-Wan tenta alors de passer par un relais en envoyant son message à Anakin sur Naboo pour qu'il le retransmette à la capitale. Mais quelle ne fut pas la surprise d'Obi-Wan lorsqu'il découvrit que son Padawan n'était pas sur Naboo mais sur Tatooine. Estimant que le temps n'était pas propice à un règlement de compte avec Anakin, Obi-Wan lui envoya simplement le message, qui expliquait tout ce qu'il avait pu découvrir. Enfin presque, car Obi-Wan fut intercepté par une escouade de droïdekas avant d'avoir pu terminer son rapport.

Mon image

Emmené dans une cellule de détention où il fut placé en suspension à l'intérieur d'un champ de force, Obi-Wan reçut la visite du Comte Dooku, ce dernier exprimant sa sympathie pour le Jedi et l'assurant que cela n'était qu'une épouvantable méprise. Malheureusement pour Dooku, Obi-Wan n'était pas dupe et sentait la cruauté qui se cachait derrière son apparente bienveillance. C'est alors que le Comte, toujours de son ton mielleux, fit appel au souvenir de Qui-Gon pour appâter Obi-Wan. Mais encore une fois le Jedi captif ne se laissa pas convaincre par les paroles du Comte, car si Kenobi savait que son ancien Maître était un Jedi électron libre entrant souvent en désaccord avec le Conseil Jedi, il savait que Qui-Gon n'aurait jamais trahi les Jedi et la République. Devant la résistance de Kenobi, Dooku joua son joker, ce qui parvint à ébranler les défenses d'Obi-Wan : il lui révéla que la République était sous le contrôle d'un Seigneur Noir des Sith du nom de Dark Sidious, allant jusqu'à lui relater la relation qui avait fait s'associer ce Sith au vice-roi Gunray des années auparavant. Malgré une vérité évidente, qui semblait concorder avec les événements qui s'étaient déroulés sur Naboo dix ans plus tôt, Obi-Wan refusa toujours de se rallier à Dooku. Alors que Dooku quittait la pièce, Obi-Wan savait qu'en refusant de rejoindre les Séparatistes, il avait peut-être signé son arrêt de mort.

Condamné à mort, Obi-Wan fut emmené dans l'arène d'exécution Petranaki où il devait être livré aux bêtes féroces de Géonosis. Cependant, alors qu'il était menotté à l'un des piliers du terrain ouvert de l'arène, Obi-Wan ne fut pas tant consterné par les fauves que par l'apparition soudaine de son apprenti et d'Amidala. Anakin l'informant qu'ils étaient venus pour le sauver, Obi-Wan ne put que faire une pointe d'humour ironique en répondant que c'était du "bon travail". Lorsque les trois bêtes de l'arène furent lâchées, Obi-Wan eut surtout maille à partir avec l'Acklay, ce dernier réussissant presque à l'écraser sous le poids d'un des piliers. Désarçonnant un des picadors de l'arène, Obi-Wan récupéra sa pique statique et tint l'Acklay en respect pendant un bref laps de temps. Croyant avoir sérieusement touché la bête au cou, Obi-Wan dut prendre ses jambes à son coup en voyant ce que la créature avait fait de la pique, et le Maître Jedi grimpa sur le dos du Reek en compagnie de Padmé et Anakin. Gunray commençant à perdre patience, des droïdekas entrèrent dans l'arène pour encercler les prisonniers et les tuer. Mais c'était sans compter sur des invités de dernière minute. Alors que tout semblait perdu, Obi-Wan fut soulagé de voir 200 Jedi faire irruption dans les gradins, sabres laser allumés.

Mon image

Mace Windu et Obi-Wan combattant dans l'arène Petranaki de Géonosis.


Lorsque la situation tourna au vinaigre quand des milliers de droïdes et super droïdes de combat entrèrent dans l'arène, Obi-Wan et Anakin, libérés de leurs chaînes et désormais armés, combattirent aux côtés de leurs frères Jedi. Lors de cet affrontement, qui n'était que la première phase de la Bataille de Géonosis, Obi-Wan put faire montre de ses talents de maître de la Forme III, style de combat vers lequel il s'est tourné suite à la mort de Qui-Gon, estimant que la défense de son Maître avait été insuffisante pour le préserver des attaques de Dark Maul. Quelque peu bousculé par le Reek pendant la confrontation, Obi-Wan lamina de nombreux droïdes et put régler ses comptes avec l'Acklay. Malheureusement, les talents d'Obi-Wan n'arrivèrent pas à sauver la presque totalité de ses compagnons Jedi, et Kenobi put s'estimer heureux qu'avec sa maîtrise du Soresu il ait pu faire partie du cercle de survivants Jedi. S'attendant à mourir au champ d'honneur, Obi-Wan fut sauvé avec les rescapés par les soldats clones menés par Yoda et fut emmené dans une canonnière TIO/BA avec Anakin et Padmé dans les plaines voisines où le plus gros de la bataille allait se dérouler.

Travaillant de concert avec d'autres canonnières, Obi-Wan tenta d'arrêter plusieurs vaisseaux du Techno-Syndicat et sphères de la Fédération du Commerce, sachant que chacun de ces bâtiments pouvait transporter une armée droïde. Son attention se reporta cependant sur un ennemi plus redoutable : Dooku, quittant le champ de bataille sur son speeder géonosien pour rejoindre un hangar éloigné. N'ayant pas le temps d'attendre des renforts, Obi-Wan et Anakin allaient se charger de Dooku pour éviter qu'il ne rallie d'autres mondes. Au cours de la poursuite, un tir fit tomber Padmé par-dessus bord et Kenobi eut bien du mal à persuader Anakin que son devoir passait avant ses sentiments. Une fois arrivés au hangar, les deux Jedi se préparèrent à la confrontation.

Mon image

Obi-Wan et Anakin, un instant avant leur confrontation avec le Comte Dooku.


Mais une fois de plus, Anakin se laissa submerger par ses émotions, attaquant Dooku tout seul et étant mis hors d'état de nuire temporairement par des éclairs de Force. Obi-Wan se retrouvant seul, il ne put que constater que les talents de duelliste du Comte, véritable maître de la Forme II, lui étaient bien supérieurs, et faillit bien mourir sans l'intervention d'Anakin. Mais même son Padawan ne put arrêter Dooku, laissant son bras droit dans l'affrontement. Le Maître et le Padawan ne durent la vie qu'à Yoda, dont les dons dépassèrent ceux du Comte, ce qui obligea ce dernier à prendre la fuite. Se remettant de ses blessures, Obi-Wan retourna sur Coruscant, discutant avec Yoda et Mace Windu à propos des informations qu'il avait recueillies : les Jedi devraient redoubler de prudence car, même si Dooku avait cherché à embrumer l'esprit d'Obi-Wan, l'éventualité qu'un Seigneur Sith puisse être présent au sein du Sénat n'était pas une information négligeable. Obi-Wan ne put que reconnaître l'utilité des clones, qui leur avaient permis de remporter la victoire sur Géonosis. Mais, comme Yoda le souligna, la Guerre des Clones ne faisait que débuter.

V. La Guerre des Clones

Dans les premières semaines du conflit, Obi-Wan et Anakin furent stationnés dans l'Hégémonie de Tion. Le secteur paraissant tranquille, la lassitude finit par gagner le Padawan, du moins jusqu'à ce qu'Obi-Wan détecte une flotte séparatiste en approche. Cette dernière faisant route vers Rhen Var dans le Système Nabali, Obi-Wan et Anakin durent coordonner les forces présentes afin d'évacuer le plus de monde possible. Si l'évacuation des colons, des Jedi et des troupes en faction dans cet avant-poste fut un succès, cette bataille sur Rhen Var fut une défaite pour la République. Cependant, Obi-Wan ne comprenait pas pourquoi la Confédération des Systèmes Indépendants s'intéressait à un système sans importance stratégique. Son étonnement fut redoublé quand il eut vent d'activités séparatistes sur le monde de Raxus Prime, également sans grande valeur tactique. Dépêché sur cette planète avec Anakin et une flotte de combat, Obi-Wan découvrit l'existence d'un chantier de fouilles gardé par les Séparatistes, et déploya des colonnes de RT-TT et de TX-TT pour s'emparer de ce site. Cependant, la bataille faillit tourner à la défaite pour la République, les colonnes de blindés ayant été décimées par un protodeka en arrivant sur le site des fouilles. Mais Obi-Wan réussit à détruire la machine séparatiste. Malheureusement, au cours de l'affrontement, Obi-Wan perdit la trace d'Anakin, qui avait quitté les rangs pour suivre le Comte Dooku.

Heureusement, Obi-Wan le retrouva quelques temps plus tard après avoir capté un appel au secours provenant d'Alaris Prime. Suite à la bataille qui se déroula sur Alaris Prime et au rapport d'Anakin sur le Catalyseur de Force, artefact Sith utilisé par Dooku sur cette lune et qui avait détruit ses forêts, Obi-Wan et les autres Maîtres découvrirent que le Comte comptait remettre en fonction la Faucheuse Noire, une arme utilisée au cours de la Grande Guerre des Sith et qui se nourrissait de la force des êtres vivants. Obi-Wan comprenait également pourquoi les Séparatistes avaient envahi Rhen Var : c'est sur cette planète glaciaire que se trouvait le tombeau d'Ulic Qel-Droma, Jedi déchu qui avait été le seul à pouvoir arrêter la Faucheuse. Les Séparatistes craignaient que la République ne trouve à nouveau le moyen de stopper cette arme qu'ils comptaient utiliser. Face à ce danger, Obi-Wan et Anakin menèrent une importante flotte vers Rhen Var. Au cours des affrontements, Obi-Wan maintint les Séparatistes à distance du tombeau, juste le temps nécessaire pour que son Padawan puisse récupérer les informations relatives à l'annihilation de la Faucheuse Noire.

Anakin, fort du savoir transmis par l'esprit d'Ulic Qel-Droma, localisa la Faucheuse sur Thule, ancien bastion Sith. Obi-Wan fut chargé de contrôler l'espace aérien de cette planète tandis qu'Anakin, après avoir détruit le bouclier planétaire projeté depuis l'une de ses lunes, devait pénétrer dans Kesiak, capitale de Thule, pour anéantir la Faucheuse Noire. Depuis la Bataille de Géonosis, on n'avait pas vu un tel déploiement de forces armées de la part de la République, ce qui s'avéra payant car la Faucheuse Noire fut détruite. Suite à la Bataille de Thule, Obi-Wan constata qu'Anakin avait gagné en puissance, mais également en arrogance, et dut lui rappeler qu'il était toujours son apprenti.

Les rapports entre Obi-Wan et Anakin ne furent jamais simples, et la Guerre des Clones ne fit rien pour arranger la situation : lorsque le conflit galactique débuta, Obi-Wan fut bombardé général, et était l'une des figures montantes de l'Ordre, ce qui lui valut l'honneur d'être assigné aux missions les plus périlleuses. Mais à cause des pressions liées à ce poste, Obi-Wan eut moins de temps à consacrer à Anakin. Si Kenobi avait appris la mort de Shmi et réalisait qu'Anakin était très perturbé, il ne se doutait pas qu'il avait commis un massacre pour venger sa mère.

Cette situation prit une tournure critique un mois et demi après Géonosis quand les Séparatistes attaquèrent Kamino. Obi-Wan étant familier de l'univers de Tipoca City, il organisa la défense du complexe de clonage avec d'autres Jedi et ordonna à Anakin de rester dans la cité plutôt que d'aller combattre à bord de son chasseur. Son Padawan frustré de cette décision, Obi-Wan profita d'un moment de solitude pour se confier, par hologrammes interposés, à son ami Quinlan Vos. Obi-Wan lui expliqua qu'il n'avait jamais totalement accepté Anakin. Vos affirma qu'il s'agissait peut-être d'un des facteurs creusant le fossé entre le Maître et son apprenti. Le Kiffar lui dit tout simplement qu'il devait lui faire confiance dans ses choix. Prenant en compte les conseils de son ami, Obi-Wan laissa Anakin piloter pour défendre Kamino lors de la bataille qui s'annonçait. Ce choix fut des plus judicieux car le vaisseau de Kenobi s'écrasa dans l'océan, et fut sauvé, enfin pendant un temps, par Anakin, qui précipita son chasseur dans la gueule d'un monstre marin.

Mon image

Obi-Wan combattant pour protéger Kamino des Séparatistes.


Flottant sur la carcasse d'un de leurs vaisseaux, Obi-Wan voulut profiter de cette occasion pour exprimer sa confiance en Anakin et régler ses problèmes avec lui, mais ce moment fut avorté par l'arrivée d'un Kaminoan qui les ramena à la cité pour continuer le combat. Rejoignant la Jedi Shaak Ti et le soldat ARC A-17, futur Alpha, Obi-Wan et Anakin réussirent à bloquer l'accès aux droïdes vers le laboratoire renfermant la dernière génération de clones, et attendirent la fin des affrontements pour être libérés du complexe sous-marin. Au cours de cette bataille, si les tensions entre Obi-Wan et Anakin étaient toujours présentes, elles s'étaient grandement dissipées, ce qui s'avéra crucial pour la suite du conflit.

Dix semaines après Géonosis, Obi-Wan fut chargé de mener un commando sur Ohma-D'un, une des lunes de Naboo colonisée par les Gungans. Plus aucun signe de vie n'avait été donné depuis un certain temps. Avec Anakin, Maître Glaive et Zule Xiss, Obi-Wan découvrit que la lune servait de base d'essai à un nouveau gaz mortel que la Confédération des Systèmes Indépendants comptait utiliser contre Naboo. Découvrant le carnage perpétré par les Séparatistes, Anakin se laissa à nouveau submerger par la rage et fonça tête baissée vers les droïdes disséminant le gaz. Obi-Wan et le reste du commando ne purent faire autrement que de l'assister. Alors qu'il affrontait ces droïdes, Obi-Wan fut pris par surprise par Durge, mercenaire à la solde des Séparatistes, et ne découvrit qu'après la mort de Glaive un ennemi tout aussi redoutable : la Jedi Noire Asajj Ventress. Malgré la pression du combat, Obi-Wan apprit l'existence d'otages sur cette lune et ordonna à Anakin et A-17 de les libérer. Anakin faisant saboter la mission des Séparatistes en détruisant les vaisseaux chargés de convoyer le gaz jusque sur Naboo, l'assaut sur Ohma-D'un fut une réussite, même s'il coûta cher en blessures et ecchymoses à Obi-Wan qui, en même temps qu'il luttait contre ses ennemis, dut combattre le gaz qu'il avait inhalé.

Sitôt cette mission achevée, Obi-Wan dut repartir sans Anakin pour Queyta, où l'on avait appris l'existence d'un antidote au nouveau produit chimique des Séparatistes. Sans cet antidote, de nombreux soldats et civils risquaient d'être sacrifiés. Sur Queyta, Obi-Wan rencontra quatre des plus grands Jedi vivants qui participèrent également à cette mission : Jon Antilles, Fay, Nico Diath et Knol Ven'nari. À côté d'eux, Obi-Wan se sentait à nouveau comme un apprenti. Alors que le commando Jedi pénétrait à l'intérieur de l'usine où se trouvait le remède, leur présence fut signalée à Durge et Ventress, qui tentèrent de s'échapper en emportant la précieuse fiole contenant l'antidote. Cette mission fut particulièrement accablante pour Obi-Wan, qui en fut le seul survivant.

Mon image

Obi-Wan face à Asajj Ventress lors de la mission sur Queyta.


Les quatre autres Jedi furent massacrés par les deux Séparatistes en récupérant la fiole. Au bord de l'épuisement, Obi-Wan ne put s'échapper que grâce à l'aide de Maître Fay, qui lui transmit ses dernières forces avant de mourir pour permettre à Obi-Wan de franchir un précipice. Bouleversé et presque au seuil de la mort, c'est à peine si Kenobi put revenir à Coruscant. Il avait certes réussi à obtenir le contrepoison, mais en était ressorti considérablement affaibli. Après avoir passé du temps dans un centre médical, Obi-Wan rendit hommage à ceux qui s'étaient sacrifiés pour la République.

Quatre mois après la Bataille de Géonosis, Obi-Wan et Anakin participèrent à la Bataille de Muunilinst. Kenobi fut chargé des troupes terrestres tandis que son apprenti prenait en charge le commandement des forces spatiales. Les premières vagues d'assaut de RT-TT et d'ALAP-T faillirent bien enfoncer les lignes du Clan Bancaire Intergalactique, le mérite de cette réussite revenant aux soldats ARC déployés en première ligne au cœur des défenses ennemies. La situation faillit basculer quand Durge prit la tête d'un peloton de droïdes lanciers IG, qui réduisirent considérablement la puissance de feu de l'artillerie républicaine. Menant à son tour une charge de clones lanciers à bord de motojets 105-K, Obi-Wan fut à nouveau confronté à Durge et constata une fois de plus qu'un simple coup de sabre laser ne serait pas suffisant pour tuer son adversaire. Cependant, Kenobi crut être parvenu à le tuer après l'avoir coupé en deux, mais fut désagréablement surpris quand il le retrouva en pleine forme au centre de commandement du Clan Bancaire Intergalactique. Avalant littéralement Obi-Wan dans son corps de fibres nerveuses, Durge finit par imploser, le Jedi usant de la Force pour se libérer et réduire le Gen'Dai en bouillie gluante, même si au final Durge survécut encore une fois.

Mon image

Le Général Kenobi affrontant Durge sur Muunilinst.


Avec la reddition de San Hill, ce fut toute la planète qui passa sous contrôle républicain. Cependant, dans l'espace, Obi-Wan n'avait aucun contrôle sur Anakin, et envoya un transport CR20 aider son apprenti lorsque celui-ci partit à la poursuite d'un vaisseau piloter par Ventress. Par la suite, Obi-Wan fut soulagé de constater que son élève s'était sorti de ce qui semblait être un piège des Sith, mais fut inquiet à propos de l'intérêt que ces derniers portaient à Anakin. La discussion n'alla pas plus loin, Obi-Wan étant interrompu par un appel au secours de Daakman Barrek sur Hypori. Celui-ci faisait rapport d'un nouveau droïde présent sur le champ de bataille. Puis la transmission fut coupée, Daakman Barrek ayant été tué par cette nouvelle machine de combat. Ce fut la première manifestation de celui qui fut connu à travers la galaxie comme le Général Grievous. Kenobi dépêcha alors un groupe de clones, les fameux Dix de Muunilinst, sur Hypori pour aider les survivants, cette troupe étant menée par le capitaine Fordo. Les clones ne purent sauver que très peu de survivants lors de leur confrontation avec Grievous sur Hypori.

Ce fut vers cette époque de la guerre que les Jedi furent contactés par Lorian Nod, redevenu après sa détention le dirigeant de Jonction V. Lorian Nod venait d'être contacté par le Comte Dooku pour participer avec trois autres leaders politiques du secteur spatial local à une réunion sur la planète Null afin de les convaincre de rallier les Séparatistes, ce qui permettrait aux adversaires de la République de disposer d'une base solide dans la Bordure Médiane. Obi-Wan resta dubitatif quant aux bonnes intentions de Nod, Kenobi ayant déjà eu affaire à lui des années plus tôt en compagnie de Qui-Gon Jinn et les deux Jedi l'ayant envoyé en prison. Cependant, ce qu'Obi-Wan ne savait pas c'était que, durant son séjour carcéral, Lorian Nod avait profondément remis en cause sa vie et voulait désormais réellement aider ses concitoyens de Jonction V et la République. Envoyé sur Null avec Anakin, Obi-Wan resta sur ses gardes vis-à-vis de Nod. Mais ses craintes s'avérèrent infondées : Dooku, voyant qu'il ne convaincrait pas les leaders des planètes concernées à cette conférence de rejoindre les Séparatistes, faillit bien tuer lesdits leaders si Obi-Wan et son Padawan n'étaient pas intervenus. Nod prouva d'ailleurs qu'il était sincère en affrontant Dooku, qui tua Nod à cette occasion. Les mondes concernés restèrent fidèles à la République, et Obi-Wan, s'il avait déjà constaté qu'un grand homme comme Dooku pouvait basculer du Côté Obscur, se rendit compte qu'un homme tombé bien bas comme Lorian Nod pouvait gagner sa rédemption.

Par la suite, Obi-Wan Kenobi prit avec lui un autre Padawan en plus d'Anakin : Halagad Ventor, dont le Maître avait été tué quelques temps plus tôt. Ensemble, ils voyagèrent jusque sur la planète Skye où Kenobi, Skywalker et Ventor durent combattre un terroriste génétique, qui avait l'intention de dévaster toute la planète. Ils parvinrent à avorter son projet de destruction, et Anakin découvrit à cette occasion la jeune Kharys, une S'kytri de treize ans, qui avait la Force avec elle. Si Anakin voulut la ramener avec eux pour suivre un entraînement, Obi-Wan et Halagad désapprouvèrent cette proposition. Aussi, Anakin dut laisser Kharys, lui promettant néanmoins de revenir un jour pour l'entraîner.

Mon image

Obi-Wan sur Ord Cestus.
 

Peu après, Obi-Wan fit équipe avec un autre de ses pairs, le Maître Jedi Kit Fisto, lors d'une mission sur Ord Cestus. En effet, la planète produisait des droïdes JK-13, autrement connus sous le nom de Tueurs de Jedi, ce qui représentait une menace sérieuse si les Séparatistes parvenaient à acquérir ces machines. Kenobi se rendit sur Ord Cestus de son côté avec Doolb Snoil d'abord en tentant de désamorcer la menace en passant par la résolution diplomatique auprès des Cinq Familles Dirigeantes de la planète.

Mais les négociations échouèrent, notamment à cause de l'intervention d'Asajj Ventress. Le temps n'étant plus à la résolution pacifique, et les Jedi subissant des pressions de la part du Chancelier Suprême Palpatine qui souhaitait soit voir la crise résolue, soit Ord Cestus bombardée, Kenobi et Fisto lancèrent une attaque éclair contre les installations et usines d'Ord Cestus. Durant cette mission, il s'en fallut de peu pour que Kit Fisto perde la vie et le Nautolan fut sauvé de Ventress par Obi-Wan, qui parvint à défaire la Jedi Noire. La mission fut un succès, notamment grâce au sacrifice du clone Nate qui appela un bombardement orbital sur sa position, c'est-à-dire la cachette des Cinq Familles Dirigeantes. La mission fut un succès, mais la guerre était loin d'être terminée et Obi-Wan repartit au combat sitôt après.

Quinze mois après le début de la guerre, la situation semblait stagner, chaque camp remportant et perdant un nombre égal de batailles. La guerre avait déjà fait des millions de morts et Obi-Wan, sur un plan plus personnel, avait perdu nombre d'amis, les voyant mourir sur le terrain ou rejoindre le Comte Dooku. En plus de ce conflit moral, la relation entre Kenobi et son disciple était constamment éprouvée, et le Maître Jedi peinait à maintenir la concentration et la discipline de son Padawan, au moins jusqu'à la Bataille de Jabiim. Suite au coup d'État d'Alto Stratus, la planète Jabiim était passée dans le camp séparatiste, et Obi-Wan fut envoyé pour reprendre ce monde. Mais la victoire ne serait pas aussi facile à arracher. Avec son atmosphère instable et une pluie constante, la surface était difficile à atteindre depuis l'orbite, et une fois la première vague d'assaut républicaine débarquée, cette dernière fut coupée de tout ravitaillement. Les premiers assauts contre les soldats de Stratus ne furent que de petites escarmouches, les Séparatistes laissant les Républicains s'enfoncer de plus en plus loin en territoire hostile et loin de leur base. Ce fut au cours d'un des premiers véritables affrontements qu'un TB-TT fut touché. Pendant qu'Obi-Wan et Alpha tentaient d'évacuer les soldats piégés dans le blindé, ce dernier explosa. Tout laissa supposer que Kenobi avait péri alors qu'il n'en était rien.

Mon image

Toujours vivant, Obi-Wan fut emmené avec Alpha sur la planète de Ventress, Rattatak, et fut paré d'un masque Sith qui l'empêchait de se concentrer pour s'échapper. De plus, on l'avait infecté avec des vers qui rongeaient ses entrailles afin de le priver de ses dernières forces physiques, et ce pour qu'il se montre coopératif au cours des interrogatoires. Durant trois semaines, le Jedi fut torturé par Ventress, mais avait échafaudé un plan d'évasion : durant 20 jours, Obi-Wan poussa sur les canalisations de sa cellule pour les faire céder afin de se libérer, et en profita pour tuer les vers grâce à la Force. Semant la pagaille avec Alpha en libérant d'autres prisonniers, Obi-Wan et le soldat ARC se frayèrent un chemin jusqu'à une aire d'atterrissage grâce à Osika Kirske, ennemi de la Jedi Noire. Récupérant son sabre laser au passage et volant celui de l'ancien Maître de Ventress, Ky Narec, Obi-Wan s'échappa de justesse à bord du chasseur Ginivex personnel de Ventress avec Alpha. Mais le Maître Jedi savait que la poursuite ne faisait que commencer. Les hommes de la Jedi Noire suivirent Kenobi et Alpha jusqu'à Riflor où ils faillirent bien les reprendre, mais furent surpris par des chasseurs de primes qui les éliminèrent, non pour sauver les prisonniers, mais pour toucher la prime sur la tête du Jedi. La situation sembla se gâter quand Obi-Wan fut agréablement surpris de voir débarquer Anakin et Ki-Adi-Mundi. Son Padawan avait effectivement senti que son mentor n'était pas mort et abandonna une mission pour lui porter secours. Une fois le sauvetage sur Riflor terminé, Obi-Wan repris des forces et fit route vers Coruscant pour y recevoir ses nouvelles assignations.

Yoda tint particulièrement à le féliciter pour sa résistance mentale et le fait qu'il soit demeuré fidèle à ses idéaux, faisant un parallèle avec une ancienne expression : "les meilleures lames restent dans leur fourreau". Cela rassura quelque peu Obi-Wan sur le fait qu'il avait été le meilleur professeur possible pour Anakin et qu'il n'y en aurait jamais d'autres, et cela ne fit que renforcer sa détermination à capturer Dooku pour mettre fin à cette folie. Trois mois après Jabiim, le duo Obi-Wan et Anakin fut dépêché sur Zaadja dans la Bordure Extérieure. On soupçonnait que les Séparatistes avaient installé une nouvelle usine de production de droïdes de combat, la mission consistant à prendre les devants pour que ce monde ne représente jamais une menace. Sur le terrain, la dure réalité d'être Maître lui fut rappelée quand Anakin prit une décision inconsidérée en tentant de sauver la Jedi Tohno, chargée de s'infiltrer dans la base pour la faire exploser, et ce même si elle devait y laisser la vie. Heureusement, Anakin rebroussa chemin en écoutant les dernières paroles de Tohno, qui mourut dans l'explosion de la base séparatiste. Obi-Wan ne put que tenter de réconforter Anakin en lui rappelant qu'en restant fidèles à leurs idéaux, tous les sacrifices de cette guerre ne resteront pas vains.

Mon image

Obi-Wan le Négociateur.
 

Par la suite, Obi-Wan refit équipe avec son amie de jeunesse Siri Tachi, en compagnie d'Anakin et Padmé également, afin d'acquérir un briseur de codes inventé par Talesan Fry, personnage que Siri et Obi-Wan avait rencontré une vingtaine d'années plus tôt pour le protéger. Talesan Fry avait désormais mis sur pieds une brillante affaire sur la planète Genian, et Fry fut convaincu par les Jedi de remettre le briseur de codes à la République. Cette mission fit remonter à la surface d'Obi-Wan des souvenirs d'un autre temps : la première rencontre avec Fry, et surtout les sentiments que Siri et lui ressentaient l'un pour l'autre. D'ailleurs, le chasseur de primes Magus, qui avait tué les parents de Talesan Fry des années plus tôt, était également de retour pour mettre des bâtons dans les roues d'Obi-Wan et de ses compagnons. Ainsi, Talesan accompagna les Jedi et la sénatrice Amidala sur Azure.

Cependant, les Républicains durent affronter une force séparatiste importante. Durant cette bataille, Siri partit à bord d'un chasseur avec Padmé et, suite à une manœuvre audacieuse, la Jedi parvint à atterrir sur le vaisseau de Magus, se frayant un passage dans le vaisseau et affrontant le chasseur de primes, ce qui provoqua le crash du vaisseau. Obi-Wan retrouva Siri, grièvement blessée. En effet, Magus avait réussi à atteindre Siri à coups de blaster. Obi-Wan tenta de la soigner mais celle-ci l'arrêta, sachant pertinemment qu'elle allait mourir. Siri lui remit alors le cristal de chaleur bleu pour qu'il ne l'oublie pas, pour qu'elle soit toujours avec Obi-Wan. Dévasté par la mort de celle qu'il avait aimée, Obi-Wan fut à deux doigts de basculer du Côté Obscur, car il s'approcha de Magus, toujours vivant après le crash, la lame de son sabre laser activée. Par chance, Obi-Wan reprit le contrôle de ses émotions avant de commettre l'irréparable, épargnant finalement Magus. Obi-Wan, aussi difficile que cela fût pour lui, apprit à vivre avec la perte de Siri.

Si l'impulsivité de Skywalker lui valut par la suite le surnom de Héros sans Peur, le caractère plus mesuré d'Obi-Wan dans ses stratégies fit qu'il reçut le surnom de Négociateur. Étant devenu avec le temps un Haut Général Jedi et dirigeant désormais la Flotte Open Circle et la 3ème Armée de Systèmes, Obi-Wan fut secondé alors par le commandant maréchal clone Cody, avec qui le Jedi se lia d'amitié. La guerre suivant son cours, Obi-Wan, grâce à ses faits d'armes et sa réputation de négociateur, se vit attribuer le rang de Maître Jedi et fut autorisé à siéger au Conseil Jedi. En place dans le cercle décisionnaire de l'Ordre Jedi, Kenobi appuya la promotion de son apprenti pour qu'il devienne un Chevalier Jedi, proposition qui fut suivie d'un débat intense entre les membres du Conseil Jedi. Mais Yoda approuva la proposition d'Obi-Wan et déclara que Skywalker serait fait Chevalier Jedi. Ainsi, Kenobi assista à l'adoubement de son apprenti lors d'une cérémonie intime avec les membres du Conseil Jedi au complet. Mais même s'il n'était plus son disciple, Anakin et Obi-Wan continuèrent à former un duo de choc inséparable.

Durant les premiers temps de la crise qui se déroulait sur la Rendili, Obi-Wan dut se rendre en orbite de cette planète afin de convaincre le capitaine Jace Dallin de rester fidèle à la République et faire en sorte que sa flotte de cuirassés ne tombe pas entre les mains des Séparatistes. Cependant, avant de régler cette crise, Obi-Wan dut faire un détour avec son chasseur pour répondre à l'appel d'un vaisseau d'exploration. Seulement, la situation tourna au vinaigre lorsque Kenobi aborda le vaisseau explorateur Titavian IV. À bord de ce vaisseau, Obi-Wan retrouva le renégat Quinlan Vos en plein combat contre des droïdes Morp, mais se porta néanmoins à son secours en attendant que le Kiffar puisse lui fournir des explications sur ses agissements. Alors que les deux Jedi faillirent se noyer en passant par un bassin du vaisseau, Obi-Wan et Quinlan purent enfin parler dans une relative sécurité. Le passage dans le bassin avait fait remonter un souvenir dans la mémoire de Vos, événement qui s'était déroulé sur Ragoon VI juste après la Guerre Hyperspatiale de Stark et au cours duquel Quinlan faillit également se noyer. Voyant combien son ami s'était rapproché des ténèbres en lui faisant cet aveu, Obi-Wan décida tout de même de croire en lui et de l'aider à échapper à ses poursuivants.

Mon image

Obi-Wan et Quinlan Vos sur le Titavian IV.
 

Ceux qui traquaient Quinlan Vos étaient les sbires de Dooku, Tol Skorr et Asajj Ventress. Après un rude combat contre la Jedi Noire et un Rancor se trouvant à bord du vaisseau, Obi-Wan ne dut la vie qu'à Quinlan qui parvint à le récupérer pour fuir le vaisseau en perdition tout en faisant en sorte que les serviteurs de Dooku ne puissent pas les suivre. Ainsi, Obi-Wan put rejoindre Anakin et Saesee Tiin en orbite de Rendili où la situation s'était compliquée. Tiin ne faisant pas confiance en Vos, il l'enferma dans une cellule. Mais les barreaux laser de la cellule de Vos furent désactivés lorsque la flotte de Rendili, commandée par le lieutenant Mellor Yago après que ce dernier eût fomenté une mutinerie contre son supérieur, engagea les hostilités avec celle de la République. Ainsi le Kiffar put gagner un chasseur pour épauler Obi-Wan. Faisant diversion pour qu'Anakin bloque l'hyperdrive du cuirassé de contrôle, ces vaisseaux étant équipés d'un système d'asservissement comme sur la Flotte Katana, Obi-Wan atterrit en catastrophe sur ce dernier pour libérer les otages du lieutenant Yago, ce qu'il réussit avec succès en compagnie de Quinlan. Cependant, cet acte isolé n'effaçant pas les actes que Vos avait perpétrés en tant que serviteur de Dooku, Obi-Wan dut amener son ami Kiffar devant le Conseil Jedi. Kenobi apporta un soutien sans faille à Quinlan malgré ce qu'il avait fait. L'opinion d'Obi-Wan fut récompensée : Oppo Rancisis trancha la question en décidant de réintégrer Quinlan Vos au sein de la communauté des Jedi, et Obi-Wan dut reprendre le chemin du front avec Anakin.

On sait qu’en une occasion au cours de la guerre, Kenobi et Skywalker furent amenés sur un monde désertique parsemé de canyons et furent pris pour cibles par une bande de chasseurs de primes. Les deux amis se retrouvèrent près d’un endroit appelé le Canyon de la Mort, et le seul moyen pour eux de s’en sortir était de le traverser, les chasseurs de têtes attendant les Jedi de pied ferme dans cet endroit. Mettant la main sur un landspeeder VXL hors d’âge dans un garage situé près du canyon, Anakin, en véritable passionné de bricolage qu’il était, réussit le tour de force de le nettoyer et de le remettre en état en y apportant quelques modifications. Mais face à un véhicule aussi désuet, pour ne pas dire primitif, Kenobi avait du mal à partager l’enthousiasme de Skywalker pour un véhicule de collection qui tenait plus de la poubelle à répulsion qu’autre chose. Les Jedi ne pouvant néanmoins pas rester dans l’expectative alors que la menace des chasseurs de primes perdurait, Obi-Wan se résigna, quoique sceptique sur leurs chances de survie à bord d’une antiquité comme le VXL, à monter dans le véhicule avec Skywalker et le deux Jedi mirent les gaz pour franchir le canyon.

La première attaque des chasseurs une fois les Jedi engagés dans le défilé put être esquivée de justesse grâce au propulseur du véhicule qui faisait se mouvoir le VXL à une vitesse prodigieuse. Cependant, le risque d’explosion de l’engin n’était pas écarté, d’autant que le système de freinage avait été grillé par le propulseur, comme si la situation n’était pas déjà assez intenable pour Kenobi. Sans une once de répit, le landspeeder des Jedi fut harponné par leurs adversaires, mais la vélocité du VXL était telle que le chasseur tenant le lance-harpon fut entraîné dans la course folle du véhicule. Constatant cela, Kenobi dégaina son sabre pour trancher le câble du harpon et se délester de l’importun passager. Mais la ténacité des chasseurs de primes, sûrement due à la juteuse récompense qu’ils toucheraient en mettant la main sur les deux Jedi, ne faiblit pas, les attaquants envoyant décharges laser sur décharges laser pour stopper la progression du VXL. Debout sur le véhicule, Kenobi détourna autant de salves que possibles grâce à ses talents, mais ce genre de situation ne pouvait pas durer éternellement.

Obi-Wan et Anakin, à fond les gaz.

Obi-Wan et Anakin, à fond les gaz.

 

Heureusement, le salut des Jedi vint d’une soudaine idée ayant germé dans la tête de Skywalker. Kenobi prit les commandes du véhicule tandis que son ex-disciple alla relier leurs deux sabres laser au noyau d’énergie de leur engin, ce qui conféra au VXL une poussée suffisante pour atteindre une vitesse supersonique et les extraire de la portée des armes des chasseurs de primes en un clin d’œil. La poussée momentanée fut si forte que les Jedi arrivèrent à rallier le quartier général de la République de cette planète où Maître Yoda les accueillit. Le vénérable Jedi ne manqua pas de remarquer que ses pairs étaient arrivés à bord d’un VXL, cela faisant des années qu’il n’en avait plus vu un en si bon état, chose sur laquelle Skywalker ne manqua pas de renchérir. Quant à Obi-Wan, il ne savait quoi penser de cet entrain débridé de son ami, surtout au vu de la situation périlleuse de laquelle ils avaient dû se sortir.

VI. De Christophsis à Ryloth

La guerre faisant toujours rage avec plus d'intensité, les Jedi furent sollicités sur tous les fronts, devant prêter assistance à des populations menacées par les Séparatistes. Ce fut le cas lorsque les habitants de Christophsis sollicitèrent l'aide des Jedi, qui envoyèrent Anakin Skywalker et Obi-Wan Kenobi pour défendre ce monde. Le problème était que la planète subissait un blocus mis en place par les Séparatistes et dirigé par l'Amiral Trench. Sans compter que le sénateur Bail Organa lui-même et le groupe d'aide humanitaire venu avec lui pour soulager les habitants de Christophsis s'étaient retrouvés coincés à la surface de la planète et étaient en butte aux attaques de troupes terrestres ennemies. Pour venir en aide à Anakin afin de démanteler le blocus, tâche peu aisée, Kenobi arriva sur place à bord du destroyer Venator Negotiator avec un appareil tout à fait spécial.

Seulement, lorsque le vaisseau de Kenobi sortit de l'hyperespace aux abords de Christophsis, Skywalker, toujours aussi impulsif, avait désobéi à Kenobi, le Maître Jedi ayant sommé son ex-apprenti de ne pas attaquer la formation séparatiste avant son arrivée. Mais Obi-Wan ne fut pas réellement surpris de voir qu'Anakin avait engagé ses vaisseaux dans une confrontation directe avec les croiseurs adverses. Via le transmetteur holographique, Obi-Wan contraignit Anakin à se replier derrière la lune de la planète. Une fois les troupes républicaines à l'abri derrière l'astre lunaire, Trench devant tenir son blocus, Anakin se rendit sur le Negotiator à bord d'une navette Nu afin de découvrir ce nouveau "jouet" qu'Obi-Wan avait apporté. Sitôt débarqué sur le destroyer de son ancien maître, Skywalker découvrit un vaisseau furtif dont les lignes le faisaient ressembler à un stylet. Kenobi fit quelques remarques techniques sur cet engin, en l'occurrence qu'il était théoriquement indétectable et qu'il ne s'agissait que du prototype. Par ailleurs, le Maître Jedi refroidit quelque peu l'enthousiasme d'Anakin, affirmant que ce vaisseau furtif ne servirait pas à attaquer le blocus par surprise mais à convoyer du matériel et des provisions jusqu'au sénateur Organa et ses hommes sur la planète assiégée. Malgré les vives protestations d'Anakin, Kenobi appuya d'un ton catégorique le fait qu'il était plus important de sauver des vies que de détruire des vaisseaux. Comme d'habitude, l'ex-Padawan dut se ranger à l'avis, et surtout aux ordres, du Maître Jedi.

Mon image

Obi-Wan présente le prototype du vaisseau furtif à Anakin.


Alors qu'Anakin et Yularen étaient partis à bord du vaisseau furtif, complètement occulté, en direction de la planète, Kenobi reçut un message urgent d'Organa, ses hommes et lui subissant une attaque de leurs position par des bombardiers Hyena. Face à la situation catastrophique à la surface de Christophsis, Kenobi contacta Anakin dans son vaisseau occulté. Tandis que Skywalker poursuivrait sa mission de sauvetage, Obi-Wan engagerait les vaisseaux de Trench avec ses quelques navires pour empêcher les Séparatistes de continuer à attaquer la surface. Mais Yularen et Anakin étaient tous les deux dubitatifs et sentaient qu'il s'agissait d'un piège dans lequel Kenobi risquait de se jeter. Devant la persistance d'Obi-Wan, Anakin prit la décision d'aller contre les conseils de son mentor et d'attaquer le navire amiral du blocus, celui de Trench. Le Maître Jedi tenta bien de protester contre ce plan apparemment suicidaire, mais Anakin coupa volontairement la transmission pour ne pas avoir à se justifier plus longtemps.

Un peu plus tard, après leur premier échange de feu avec Trench, Anakin et Yularen reprirent contact avec Obi-Wan pour obtenir de plus amples renseignements. Kenobi put leur confirmer que Trench, comme ce dernier l'avait prétendu lors de sa communication avec l'équipage de l'engin furtif, avait déjà combattu des vaisseaux disposant d'un système de camouflage et qu'il était parvenu à les détruire, bien qu'invisibles. Toujours d'après Obi-Wan, ces vaisseaux furtifs détruits possédaient la taille d'un croiseur, donc n'étaient pas aussi petits et rapides que leur appareil actuel. Anakin en vint à la conclusion que Trench avait dû utiliser des torpilles à têtes chercheuses ciblant la signature magnétique des vaisseaux occultés. Avant que Kenobi ait pu placer un mot, Skywalker demanda au Maître Jedi de retarder encore son attaque jusqu'à ce qu'il ait réglé le compte de Trench. Obi-Wan, exaspéré, eut beau rappeler à Anakin que sa mission initiale était de convoyer des fournitures à la surface de Christophsis, son ancien apprenti n'en fit encore une fois qu'à sa tête et coupa une seconde fois la transmission avec Obi-Wan. Mais le Maître Jedi fut forcé d'admettre par la suite que le plan d'Anakin pour tuer Trench avait marché, et avec l'amiral séparatiste décédé Kenobi avait les coudées franches pour attaquer le reste du blocus pendant qu'Anakin irait livrer sa cargaison au sénateur Organa.

Après leur arrivée à la surface de Christophsis et l'établissement d'une base militaire, Obi-Wan et Anakin dépêchèrent une escouade de clone commandée par le sergent Slick pour effectuer une mission de reconnaissance afin de trouver un emplacement stratégique adéquat pour tendre une embuscade aux forces droïdes séparatistes. Seulement, ce que les deux Jedi et le reste de leurs troupes ignoraient c'était que Slick était un traître à la solde des Séparatistes et grassement payé par eux pour divulguer des informations tactiques sur les troupes républicaines. Suite à la reconnaissance de l'escouade, il fut décidé que les Républicains, Anakin et Obi-Wan tendraient une embuscade en se postant dans les Tours Nord et Sud de Cristal City, les deux bâtiments étant très proches et surplombant une place où les Républicains pourraient facilement canarder l'ennemi.

Obi-Wan, le commandant Cody et leurs hommes se postèrent dans les étages supérieurs de la Tour Sud tandis qu'Anakin, Rex et leurs soldats seraient postés dans la Tour Nord au même niveau. Cependant, Obi-Wan constata que quelque chose n'allait pas : les colonnes de droïdes de combat se divisèrent et, sans crier gare, des vagues d'assaut séparatistes déboulèrent à l'étage de la Tour Sud où se trouvaient Kenobi et ses hommes, qui défendirent leur position devenue intenable.

Mon image

Anakin, Obi-Wan et les clones, face aux droïdes de combat sur Christophsis.


Anakin, constatant que rien ne se déroulait comme prévu, fit lancer des câbles par ses hommes afin de se laisser glisser jusqu'à la Tour Sud et aider Obi-Wan et ses troupes en difficulté. Une fois les deux groupes réunis, les clones, Anakin et Obi-Wan se rendirent sur le toit de la Tour Sud où une canonnière TIO/BA, demandée d'urgence par Anakin, devait évacuer les survivants. Lors de la confrontation sur le toit, un clone eut la présence d'esprit de décapiter à mains nues le droïde tacticien menant la charge, la rapportant sur la canonnière TIO/BA juste avant que celle-ci décampe à toute vitesse avec les survivants. Avec cette tête, les Jedi découvriraient sans doute pourquoi leur opération avait lamentablement échoué.

Après examen de la tête du droïde tacticien à la base républicaine, il devint évident pour Obi-Wan qu'un traître se cachait dans les rangs de la République. Aussi, il fut décidé en secret que Cody et Rex mènerait l'enquête en secret pour découvrir le responsable des fuites d'informations tandis qu'Obi-Wan et Anakin se rendrait en reconnaissance derrière les lignes ennemies. Chose étonnante, Kenobi et Skywalker purent se rendre sans encombre – à dire vrai ils ne rencontrèrent personne – au quartier général séparatiste. Mais une fois à l'intérieur, les deux Jedi furent réceptionnés par une vieille connaissance : Asajj Ventress. Celle-ci les provoqua, et Obi-Wan et Anakin engagèrent le combat avec elle jusque dans les étages supérieurs du bâtiment, ce combat se faisant à coup de sabres laser et d'usage de télékinésie. Après avoir fait mine de se rendre, Ventress surprit Les Jedi et s'échappa par le toit d'où elle sauta sur la tête d'un tri-droïde, lui-même accroché avec ses jambes mécaniques au building. Du toit, Obi-Wan et Anakin purent constater que des barges de débarquement C-9979 arrivaient en masse sur Christophsis. Engageant une dernière fois la Jedi Noire sur le tri-droïde, qui tomba du haut du bâtiment, Obi-Wan et Anakin empruntèrent en pleine chute des STAP afin de regagner leur base très rapidement. Mais le mal avait déjà été fait car Slick, démasqué et arrêté par Cody et Rex, avait néanmoins réussi à détruire les RT-TT et l'armurerie. Heureusement, les canons antivéhicules AV-7 étaient intacts, et ils allaient s'avérer vitaux pour la suite des affrontements sur Christophsis.

Après avoir regroupé leurs ressources militaires restantes, Kenobi et Anakin affrontèrent une première vague d'assaut commandée par le Séparatiste Whorm Loathsom. Le combat fut remporté par les Républicains, qui obligèrent les Séparatistes à battre en retraite. Mais les adversaires d'Obi-Wan et Anakin n'avaient pas dit leur dernier mot. Quelques temps plus tard, des troupes droïdes attaquèrent encore une fois les positions républicaines. Cela n'étonna guère Kenobi, qui dit à Anakin que l'attaque précédente avait été trop facile à repousser et qu'ils n'auraient jamais dû renvoyer le vaisseau de ravitaillement. Anakin souligna que ce n'était pas lui, mais plutôt Obi-Wan, qui avait donné cet ordre au vaisseau de ravitaillement qui faisait que maintenant les deux Jedi et leurs hommes se retrouvaient coupés de l'extérieur et devant se débrouiller seuls sur le champ de bataille. Cette nouvelle vague d'assaut se composait de droïdes de combat B1, de super droïdes de combat B2 et de tri-droïdes, suivis de près par des CAB. Mais cette attaque surprise fut elle aussi repoussée : les canons antivéhicules AV-7 pilonnèrent les blindés ennemis, Obi-Wan mena l'attaque de front avec Cody, découpant plusieurs droïdes au passage avec son sabre laser, tandis qu'Anakin s'occupa des tri-droïdes avec Rex et ses hommes en prenant les droïdes à revers et en leur tombant littéralement dessus. Le pilonnage républicain força Whorm Loathsom à battre en retraite encore une fois.

Mon image

Obi-Wan Kenobi et ses soldats, parés à défendre leurs vies sur Christophsis.


C'est alors qu'une navette Nu arriva une fois le combat terminé, ce qui voulait dire que le navire de ravitaillement était arrivé, sans doute avec du matériel, des troupes fraîches et, selon l'avis d'Obi-Wan, avec son nouveau Padawan. C'est alors qu'Anakin et Obi-Wan firent connaissance avec Ahsoka Tano, la nouvelle Padawan, et messagère de Yoda, le Maître Jedi ayant demandé que Kenobi et Skywalker rentrent d'urgence sur Coruscant. Obi-Wan affirma à Ahsoka qu'ils avaient demandé des renforts, malgré des problèmes avec leurs moyens de communication, mais le Conseil Jedi ne semblait pas au courant que Kenobi et Skywalker avaient engagé les Séparatistes sur Christophsis. Grâce à une liaison holographique relayée par le destroyer Venator Résolu situé en orbite de Christophsis – et en plein combat avec des vaisseaux séparatistes – Obi-Wan sollicita une demande de renfort à Yoda. De plus, Ahsoka était destinée à devenir la Padawan d'Anakin et non celle d'Obi-Wan, à la plus grande consternation de Skywalker. Mais pour Kenobi, le problème le plus urgent était la contre-attaque imminente des Séparatistes.

Les troupes séparatistes avançaient cette fois sous la protection d'un bouclier déflecteur, empêchant ainsi l'artillerie républicaine de freiner leur avancée. Il fut décidé qu'Obi-Wan et Rex défendraient les positions républicaines tandis qu'Anakin et Ahsoka se glisseraient derrière le bouclier afin de détruire son générateur et permettre ainsi aux canons antivéhicules AV-7 de retrouver toute leur efficacité. Alors que les droïdes continuaient à avancer, Rex et Obi-Wan tentèrent, en vain, de percer le bouclier avec leur artillerie. Mais le bouclier était bien trop puissant pour s'effondrer sous les coups combinés des canons de la République. Obi-Wan ordonna alors le repli des hommes de Rex. Obi-Wan et ses hommes attendirent que le bouclier leur passe dessus, se retrouvant ainsi à l'intérieur du champ de force, et Kenobi, Rex et leurs soldats engagèrent les droïdes de combat en ayant soin de rester hors de portée de leurs tanks. Mais cela n'empêcha pas les Séparatistes d'avancer et les clones durent décrocher. Le bouclier se rapprochait dangereusement des canons républicains. C'est alors qu'Obi-Wan décida de retarder l'ennemi, ordonnant à Rex de se replier au niveau des canons AV-7. Kenobi fit mine de se rendre et se retrouva face à Loathsom, et Kenobi engagea le général séparatiste à des pourparlers autour d'une table de fortune et d'un verre. Usant habilement de ses talents de négociateur, Obi-Wan retarda autant que possible Loathsom, qui finit par s'impatienter et ordonna d'emmener Kenobi. C'est alors qu'Ahsoka et Anakin remplirent parfaitement leur mission et annihilèrent le bouclier. Les canons antivéhicules AV-7 purent alors laminer les rangs droïdes et Kenobi, parvenant à se libérer de ses gardes droïdes, prit Loathsom en otage. Avec les renforts républicains arrivés dans le système, la Bataille de Christophsis fut une victoire pour la République et les Jedi.

Suite à cette bataille, Obi-Wan s'entretint avec Yoda sur le fait qu'Anakin était plutôt réticent à former une Padawan. Cependant, quand Anakin et Ahsoka revinrent près d'Obi-Wan, Skywalker se sentait plus assuré et prêt à prendre en charge Ahsoka. Mais à peine cette bataille était-elle terminée que Kenobi dut repartir : tandis qu'Anakin et Ahsoka partiraient pour la planète Teth afin de libérer le fils de Jabba enlevé quelques temps plus tôt, Obi-Wan partirait pour Tatooine afin d'ouvrir des négociations avec Jabba. Ces négociations, si jamais les Jedi parvenaient à ramener Rotta le Hutt, le fils de Jabba, devaient permettre d'obtenir des Hutts l'autorisation pour les vaisseaux républicains d'emprunter les routes spatiales du territoire de la Bordure Extérieure contrôlé par les Hutts. Ainsi, les Républicains pourraient avoir un pied dans la Bordure Extérieure, ce qui représentait un avantage stratégique considérable. Obi-Wan se rendit sur Tatooine seul, à bord de son intercepteur Delta-7 B avec lequel il se posa près du palais de Jabba.

Mon image

Obi-Wan traitant avec Jabba le Hutt.


Lors de l'audience avec le Hutt, Obi-Wan assura au seigneur du crime que les Jedi lui ramèneraient son fils. Jabba posa une petite condition, à savoir que les Jedi devaient lui ramener les misérables qui avaient enlevé son "petit loukoum", morts ou vifs. Alors que sur Teth les combats entre Républicains et Séparatistes allaient commencer, Obi-Wan contacta Anakin par voie holographique pour lui dire que Jabba leur laissait une rotation planétaire pour ramener son fils sain et sauf sur Tatooine. Il demanda à Anakin d'être très prudent, ne sachant pas exactement qui détenait Rotta. Une fois les négociations terminées avec Jabba sur Tatooine, Kenobi repartit afin d'appuyer Anakin sur Teth.

Et le moins que l'on puisse dire c'est que l'ancien apprenti d'Obi-Wan avait bien besoin d'aide, Anakin, Ahsoka et leurs hommes étant acculés par les Séparatistes – les responsables de l'enlèvement de Rotta le Hutt. Obi-Wan mena plusieurs chasseurs V-19 Torrent à bord de son intercepteur Delta-7 B dans les cieux de Teth alors que la nuit commençait à tomber, engageant des hors de chasseurs droïdes Vautour envoyés pour retarder les renforts républicains. Au cours de la mêlée aérienne, le pilote clone Odd Ball paniqua quelque peu et fut sauvé par Kenobi qui détruisit le chasseur droïde Vautour aux trousses du pilote clone. Ce dernier remercia Obi-Wan et s'excusa d'avoir paniqué, chose que Kenobi ne lui reprocha aucunement. Constatant depuis la verrière de son chasseur que les combats étaient particulièrement intenses au niveau du monastère, Obi-Wan ordonna d'envoyer des renforts pour appuyer les troupes au sol. Kenobi ordonna à Cody, à bord du destroyer Venator Spirit of the Republic, de lancer les canonnières TIO/BA pour un assaut terrestre.

Obi-Wan arriva au niveau de la cour intérieure du monastère, confiant les commandes à son droïde astromécano pour pouvoir sauter en plein vol de son chasseur jusqu'au sol. Faisant d'abord feu avec ses armes, Obi-Wan clairsema les rangs droïdes encerclant le capitaine Rex et sauta pour les affronter avec son sabre laser. Demandant au cours du combat où se trouvait Anakin, Obi-Wan fut orienté vers le bâtiment principal où Skywalker devait encore se trouver. Obi-Wan partit le chercher. C'est alors que, entrant à peine dans la bâtisse principale, le Jedi fut confronté à Asajj Ventress. Éliminant promptement les deux super droïdes de combat B2 escortant la Jedi Noire, Obi-Wan s'enfonça dans une pièce obscure et vaste où Kenobi et l'élève de Dooku engagèrent le combat. Obi-Wan perdit momentanément son arme, fut acculé mais parvint à agripper les poignets de Ventress avant de la repousser et de rappeler à lui, via la Force, son sabre laser afin de poursuivre le duel. Parant les coups de Ventress avec une maestria impeccable, Kenobi usa d'agilité pour esquiver toutes les attaques de la Jedi Noire. Affirmant à Ventress que les Jedi avaient connaissance des manigances de Dooku pour que les Hutts se dressent contre la République, Obi-Wan déporta ensuite le combat sur une passerelle extérieure en sautant par une fenêtre.

Mon image

Obi-Wan face à Asajj Ventress lors de leur duel sur Teth.


C'est alors que Ventress et Obi-Wan, ce dernier avec une certaine satisfaction, ressentirent la fuite d'Anakin, d'Ahsoka et de Rotta dans l'hyperespace à bord du Twilight. Kenobi prit alors l'avantage en envoyant voler un des deux sabres lasers de son adversaire. Tentant de raisonner la Jedi Noire pour l'obliger à renoncer à leur combat, Obi-Wan ne put empêcher la fuite de la Séparatiste, qui sauta sur un chasseur droïde Vautour venu la récupérer. Obi-Wan rejoignit alors les clones dans la cour du monastère pour en finir avec les dernières troupes droïdes. C'est alors qu'Obi-Wan reçut un appel d'Anakin, qui avait encore été accroché par des ennemis au-dessus de Tatooine. Kenobi ne pouvait rien faire pour l'instant, devant s'occuper d'abord de la pagaille que son ancien apprenti avait laissée sur Teth, mais il promit de venir aussi vite que possible.

Puis Obi-Wan contacta le Chancelier Palpatine et Yoda pour leur révéler les manigances de Dooku pour faire échouer les négociations entre la République et les Hutts, notamment en faisant croire à ces derniers que les Jedi étaient responsables de l'enlèvement de son fils. Mais cette situation épineuse s'arrangea. Anakin et Ahsoka purent ramener Rotta à son père, et les malversations de Dooku et de Ziro, oncle de Jabba, pour enlever le petit Hutts furent révélées au seigneur Hutt. Un traité permettant à la République de circuler sur le territoire de Jabba permit à celle-ci d'établir des voies de ravitaillement pour son armée jusque dans la Bordure Extérieure. Ainsi, au terme de ces péripéties, Obi-Wan et Yoda récupérèrent Ahsoka et Anakin sur Tatooine avant de repartir, car la guerre n'était pas terminée pour autant.

Kenobi participa notamment à la Bataille de Nexus Ortai, où les vaisseaux de la République durent faire face à une armada séparatiste qui reçut des renforts, menés par Grievous, au cours de cette bataille spatiale. Obi-Wan, Anakin et Ahsoka ne purent que battre en retraite avec leurs troupes. Suite à ce énième revers de fortune pour les Jedi, un briefing fut organisé : cela faisait maintenant deux douzaines de mondes que les Républicains avaient dû céder aux Séparatistes à cause de leur nombre écrasant de vaisseaux et cela ne pouvait plus durer. À la suite de Mace Windu, Obi-Wan proposa une frappe chirurgicale sur les chantiers navals du Clan Bancaire Intergalactique. La planète Gwori serait la cible de cette opération, mais l'opération comportait plusieurs inconvénients : outre le fait que les forces républicaines étaient trop dispersées, handicapant le lancement d'une attaque de grande envergure, et le blocus séparatiste cernant la planète, ce monde était protégé par un système de sécurité irradiant toute forme de vie à bord des vaisseaux pénétrant dans le système, ne laissant que les droïdes intacts. Anakin Skywalker proposa une mission de sabotage avec un groupe réduit, comprenant notamment Kenobi et Ahsoka, afin de préparer le terrain à un bombardement chirurgical. Obi-Wan ne put que suivre son ancien apprenti, mais était plutôt dubitatif, car il fallait après tout traverser le système de sécurité droïde irradiant les êtres vivants.

Mais Anakin concocta un plan pour que l'équipe de sabotage puisse passer : tous ses membres serait congelés dans de la carbonite, qui avait la propriété de résister aux radiations du système de sécurité et de masquer leur présence au détecteur de formes de vie. R2-D2 s'occuperait du pilotage du vaisseau devant les conduire sur place, mais Anakin ordonna à Ahsoka de ne pas participer à cette mission d'infiltration et de rester avec l'amiral Yularen. Obi-Wan et le reste du commando furent congelés à la suite d'Anakin et furent embarqués en partance pour Gwori. L'équipe et leur cargo passèrent le contrôle et le projecteur de radiations, mais le superviseur du chantier naval, Juhm, nota une irrégularité. Le cargo transportant l'équipe fut alors pris pour cible mais R2-D2 eut le temps de lancer les blocs de carbonite et de s'éjecter avant la destruction de leur cargo. Lorsqu'il fut décongelé, Obi-Wan ne fut guère surpris de voir Ahsoka, qui avait réussi à duper Yularen en affirmant qu'Anakin la voulait tout de même pour cette mission. Obi-Wan et les siens parvinrent à localiser le chantier naval, mais fut néanmoins surpris de voir si peu d'activité sur place. Mais le plus urgent était de transmettre les coordonnées du chantier à la force républicaine de Plo Koon et Saesee Tiin en charge du bombardement. Mais la balise des Jedi avait été détruite avec leur vaisseau et les Séparatistes brouillaient toutes les transmissions.

Mon image

Anakin Skywalker, Ahsoka Tano et Obi-Wan Kenobi lors de leur mission sur Gwori.


C'est alors qu'Ahsoka notifia au reste de l'équipe qu'elle avait repéré un centre de communications à quelques kilomètres. Ahsoka fut chargée de transmettre les informations au reste de la flotte tandis qu'Obi-Wan et Anakin infiltreraient le chantier naval. Si le message put être envoyé, l'équipe d'Ahsoka fut repérée et échappa à la destruction de la tour de communication. De leur côté, Obi-Wan et Anakin découvrirent que les Séparatistes utilisaient de la main-d'œuvre vivante et non des droïdes pour la construction de leurs vaisseaux, ce qui semblait curieux étant donné que des personnes vivantes étaient moins productives et plus coûteuses que des droïdes. Mais ils n'eurent pas le loisir de s'appesantir sur leurs réflexions et furent repérés par des droïdes. Les éliminant à coups de sabres laser, Obi-Wan et Anakin voulurent libérer les esclaves, mais ces derniers firent preuve d'une passivité déconcertante en ne se révoltant aucunement contre leurs maîtres. Haranguant les esclaves, Obi-Wan et Anakin voulurent les convaincre de s'évader, mais ils furent trahis et capturés par les troupes droïdes.

Tous les membres de l'équipe – excepté R2-D2 qui n'avait pas été capturé – furent attachés et exhibés en plein air, Juhm ayant reçu l'ordre de Dooku d'attendre son arrivée pour exécuter les prisonniers. La nuit fut longue, mais Obi-Wan et le reste de l'équipe parvinrent à se libérer de leurs entraves. Décidés à libérer les esclaves, Obi-Wan et Anakin réussirent à les convaincre de s'échapper avec eux avant le bombardement républicain, notamment en empruntant une frégate Munificent non finalisée mais capable de voyager dans l'espace. La première vague de bombardement endommagea le chantier naval sans toutefois le détruire complètement, et de leur côté Obi-Wan, Anakin, Ahsoka et les esclaves embarqués à bord de la frégate parvinrent à prendre le large. Obi-Wan réussit même à prévenir à temps Saesee Tiin de ne pas les attaquer, la frégate transportant les esclaves et l'équipe républicaine ayant déjà perdu ses boucliers lors de la première vague de bombardement. Le chantier naval put finalement être totalement détruit, et le système d'irradiation en orbite de la planète également, juste avant qu'il n'incinère les personnes à bord de la frégate volée par les Jedi. De retour à Coruscant, les esclaves libérés reçurent la citoyenneté républicaine et travailleraient désormais dans les chantiers navals de la République en tant que salariés. Mais cela ne regardait plus Obi-Wan qui devait toujours rester concentré sur sa tâche actuelle : mener ses troupes pour mettre un terme à la guerre.

Durant le conflit, Kenobi fut amené à opérer sur la planète Queel, un monde sous domination séparatiste et que la République se devait de libérer. Toujours en compagnie d'Anakin, Ahsoka et Rex, Obi-Wan mena ses troupes à la bataille. Durant la première phase de l'affrontement, Obi-Wan et Anakin menèrent de leur côté une attaque, notamment contre des STAP, alors qu'Ahsoka et Rex se chargèrent de diriger une vague d'assaut seconde, dont le résultat fut la destruction de l'artillerie lourde des forces de la Confédération des Systèmes Indépendants. Ce faisant, les efforts d'Ahsoka permirent de dégager la voie aux Républicains afin de mener l'assaut contre la base séparatiste de Queel. C'est alors que les Jedi reçurent un appel urgent émanant du Temple Jedi de Coruscant : Anakin et sa Padawan devaient quitter le champ de bataille de Queel afin d'intercepter sur Mon Gazza un dossier encodé volé par espion. Dans ces conditions, Obi-Wan Kenobi dut poursuivre la bataille de Queel sans le secours de ses amis Jedi et de Rex.

Par la suite, Obi-Wan engagea avec ses compagnons les forces séparatistes en orbite de la colonie bothane de Kothlis. À bord de son chasseur Delta-7B, Obi-Wan se retrouva durant l'affrontement dans la ligne de mire de deux chasseurs droïdes Vautour, et il fallut l'intervention de son ancien Padawan pour le sortir de ce guêpier, Anakin demandant à Kenobi de plonger dans l'atmosphère de Kothlis pour pouvoir placer les chasseurs ennemis dans le collimateur de son appareil. La bataille fut une victoire pour la République, et Kenobi, en compagnie d'Ahsoka, Anakin et Yoda, se rendit sur Kothlis pour rencontrer une délégation de Bothans afin de faire en sorte que l'allégeance de ces derniers aille à la République, les Bothans disposant d'un des plus importants réseaux d'espionnage de la galaxie. Mais la discussion tourna court quand Ahsoka affirma à la face du Bothan Desark Fey'lya que celui-ci mentait à propos du fait que Kothlis avait été libérée, alors qu'il se pouvait que les Séparatistes aient été invités sur place. Mais que cela fût ou non la vérité, le délégué Bothan le prit mal et affirma que son peuple resterait désormais neutre dans la guerre et vendrait ses services d'espionnage à qui bon lui semblerait. Obi-Wan ne put que jeter un regard lourd de réprimande, tout comme Anakin, à la jeune Togruta qui avait fait échouer les négociations.

Mon image

Obi-Wan, Ahsoka Tano, Anakin Skywalker et Yoda, suite aux pourparlers avortés avec les Bothans sur Kothlis.


Mais Maître Yoda ne blâma pas Ahsoka et lui donna l'occasion de se rattraper en menant des négociations sur Taloraan, source importante de gaz tibanna. À ce titre, afin également de juger des progrès de son ancien disciple en matière de diplomatie, Obi-Wan accompagna Anakin et Ahsoka sur Taloraan. Une fois le Résolu arrivé à destination, Obi-Wan recommanda à l'amiral Yularen, en raison du champ magnétique planétaire perturbant le bon fonctionnement des communications, de s'approcher régulièrement de Taloraan à distance de communication afin de garder le contact, le destroyer républicain devant rester à distance de sécurité de la planète le reste du temps. Lors de leur arrivée dans l'atmosphère de Taloraan, les Jedi rencontrèrent des Chevaucheurs des Vents qui virevoltèrent un peu trop près autour de leur navette Nu avant d'être dispersés par la force des armes par les forces de sécurité de Taloraan City, venues pour escorter Kenobi et ses compagnons jusqu'à la cité flottante.

À leur arrivée, Kenobi ne manqua de souligner le fait que c'était avec le magister Orlin Denache que les négociations devaient se tenir, et non pas avec son émissaire Sech Govlinder. Ce dernier affirma que le magister était indisposé pour cause de maladie, et ce fut donc avec Govlinder que les Jedi traitèrent. À la suite du premier entretien avec l'émissaire, lorsque les Jedi purent se délasser dans les appartements qui leurs avaient été réservés, Kenobi, contrairement à Ahsoka qui s'était beaucoup ennuyée, affirma qu'il avait trouvé cela très stimulant. Ahsoka fut autorisée à partir explorer la ville, tandis que Kenobi et Skywalker poursuivaient leur conversation, notamment à propos du fait que Govlinder avait probablement menti à propos de la maladie de Denache. Lors de la réunion suivante, Ahsoka communiqua via son comlink à son Maître que des droïdes séparatistes étaient présents dans la cité, dont deux droïdekas à la poursuite de la Togruta. Anakin et Obi-Wan, comprenant qu'il s'agissait d'une trahison, malgré les implorations de Govlinder qui n'était effectivement pas au courant de la collusion de Denache avec les Séparatistes, décidèrent de regagner leur navette avec Ahsoka. Mais Obi-Wan et Anakin, à peine sortis de la salle des négociations, durent dégainer leurs sabres laser face à deux droïdekas. Face à cette situation, il devint urgent pour les deux Jedi de retrouver Ahsoka et repartir.

Parvenant à semer leurs poursuivants, Obi-Wan et Anakin rejoignirent l'embarcadère où leur navette était stationnée. Étrangement, il n'y avait aucune présence dans les environs de leur vaisseau, pas même celle d'Ahsoka. Devant l'insistance d'Anakin pour rester et sauver Ahsoka, Kenobi lui rappela que leur devoir était envers la République et qu'ils devaient prévenir coûte que coûte le Conseil Jedi de la présence des Séparatistes. Mais alors qu'ils s'approchaient de leur appareil, Obi-Wan et Anakin furent soufflés par une explosion qui détruisit leur navette. La déflagration ne les tua pas, mais elle les assomma pour un bon moment. Faits prisonniers par des agents de Dooku et suspendus à des entraves murales, Kenobi et Skywalker découvrirent de la propre bouche de leur geôlier séparatiste, un dénommé Rynert, la mort d'Ahsoka – du moins c'était ce que les Séparatistes croyaient à tort – et que l'ennemi avait caché un croiseur dans l'atmosphère de Taloraan, vaisseau qui détruirait le Résolu lorsque celui-ci descendrait dans l'atmosphère pour entrer en contact avec les Jedi. Une fois leur geôlier parti, Obi-Wan et Anakin se retrouvèrent seuls avec Govlinder, qui jura de toute sa bonne foi qu'il n'était pour rien dans cette histoire. Et pour preuve de son honnêteté, Govlinder libéra les Jedi et leur avait même rapporté leurs armes. Une fois libres, Kenobi et Skywalker furent guidés par Govlinder, qui connaissait des voies dérobées dans la cité afin de parvenir à la tour centrale de communication. De là, les Jedi pourraient avertir leur destroyer à temps avant qu'il ne tombe dans un piège.

Mon image

Obi-Wan et Anakin, pris au piège par les Séparatistes sur Taloraan.


Mais la station de communication grouillait de droïdes de combat et de Séparatistes, et Kenobi eut alors l'idée d'aller directement à la tour de communication afin de se brancher sur la ligne d'émission pour lancer son message d'alerte. Juste avant de se séparer de Govlinder, Kenobi lui recommanda de rallier le plus de gens fidèles qui lui était possible au cas où la manœuvre de Skywalker et Kenobi échouerait. Une fois à la tour, Anakin et Obi-Wan furent accueillis par les salves de laser des droïdes ennemis. Tandis que Skywalker retenait l'ennemi, Obi-Wan grimpa au sommet de l'antenne de communication pour trafiquer les branchements et émettre sur la fréquence du Résolu qui descendait à ce moment-là dans l'atmosphère.

C'est alors qu'Ahsoka arriva en renfort, en compagnie des Chevaucheurs des Vents, pour épauler Anakin qui tentait tant bien que mal de contenir les droïdes. Même si l'un d'entre eux parvint jusqu'à la position d'Obi-Wan, ce dernier l'expédia dans le vide d'un coup de pied après avoir réussi à prévenir le Résolu afin que le vaisseau républicain lève ses boucliers. Une fois le message envoyé, Obi-Wan rejoignit ses compagnons Jedi au cœur de la mêlée. La bataille fut prestement expédiée : la frégate Munificent embusquée fut détruite par le Résolu, et les forces séparatistes dans Taloraan City furent neutralisées par les efforts combinés des Jedi, de Rex et ses hommes et des habitants de la ville. Suite à ces événements, Orlin Denache, ayant voulu jouer sur deux tableaux avec les Séparatistes et les Républicains, et conscient de l'impasse dans laquelle il se trouvait désormais, décida de se suicider. Mais la visite des Jedi sur Taloraan ne fut pas infructueuse, car Ahsoka, lors de sa brève disparition, était parvenue à négocier un traité avec les Chevaucheurs des Vents afin que ceux-ci participent aux engagements contre les Séparatistes. Et une fois la bataille terminée, Govlinder ne cacha pas un certain enthousiasme à vouloir reprendre les négociations avec la République. Une mission encore bien remplie pour le Négociateur. Mais loin d'être la dernière.

Toujours en compagnie d'Ahsoka, Anakin et Rex, Obi-Wan participa à la bataille de Kiros, monde colonisé par les Togruta et occupé par les Séparatistes. Malgré une vive résistance de droïdes et de CAB, les Républicains parvinrent à contrôler le quartier nord de la capitale planétaire en attaquant l'ennemi à dos de motojets BARC, et à encercler le bâtiment à l'intérieur duquel se trouvait Xerius Ugg, commandant en charge des troupes séparatistes. Chose curieuse, Obi-Wan remarqua qu'ils n'avaient croisé aucun civil au cours de la bataille. Ce fut alors qu'Ugg demanda à rencontrer le Négociateur, autrement dit Obi-Wan, dont la réputation dans ce domaine semblait le précéder partout où il se rendait. Recommandant à Anakin et Ahsoka la plus grande méfiance, surtout face à cette manœuvre de la part du commandant ennemi, Obi-Wan pénétra dans le bâtiment pour faire face à Ugg. Ce dernier menaça de faire sauter plusieurs bombes disséminées dans toute la ville si Kenobi et ses troupes ne se rendaient pas dans l'instant. Ahsoka et Anakin ayant entendu la menace proférée par Ugg via le comlink allumé d'Obi-Wan, ils décidèrent de localiser les bombes et de les désamorcer en espérant que Kenobi gagnerait du temps avec Ugg, ce que le Maître Jedi fit. Obi-Wan proposa de régler la question dans un duel d'honneur à mains nues : si Kenobi gagnait, Ugg devrait lui révéler l'endroit où la population Togruta de Kiros se trouvait ; mais si Kenobi perdait, il devrait se rendre sans condition.

 

Mon image
Obi-Wan Kenobi face à Xerius Ugg.


Le combat commença entre le Jedi et le Besalisk. Même si en tant qu'humain Obi-Wan était désavantagé face à la robuste corpulence de son adversaire, le Maître Jedi parvint à lui asséner quelques coups bien placés, non sans recevoir en retour une bonne rossée de la part du commandant séparatiste, dont l'avantage, en plus de sa force physique incroyable, était de posséder quatre bras. Alors qu'Obi-Wan se trouvait en position de faiblesse, étreint par les quatre puissants bras d'Ugg, un droïde de combat B1 fit irruption dans le bâtiment pour prévenir le Besalisk que les Jedi étaient en train de désarmer les dispositifs explosifs. Ugg relâcha brusquement Kenobi et voulut activer ses bombes tant qu'il en était encore temps, mais la seule bombe qui explosa se trouvait apparemment à bord de son vaisseau. Obi-Wan offrit alors à Xerius Ugg une dernière chance de se rendre, mais le Besalisk refusa et attaqua à nouveau Obi-Wan. Grâce à une habile parade, Obi-Wan souleva Ugg et le balança par une des fenêtres de la pièce, le commandant allant s'écraser quelques étages plus bas sur les escaliers du bâtiment. Mais au lieu de tenir sa parole, Ugg préféra emporter le secret de la localisation des Togruta dans la tombe, laissant Obi-Wan sur sa faim après ce rude combat. Quelques pansements plus tard, la population demeurant introuvable malgré un balayage planétaire au bio-scan, Obi-Wan découvrit dans le journal des transmissions de Xerius Ugg que ce dernier contactait régulièrement quelqu'un dans le Système Zygerrien. Les Zygerriens étaient connus pour être des esclavagistes, et si la population Togruta de Kiros se trouvait entre leurs mains cela ne présageait rien de bon. Après leur retour sur leur destroyer, et suite à leur rapport fait à Maître Yoda, Obi-Wan et les siens furent chargés d'enquêter avec prudence sur cette nouvelle piste. La situation prenait une tournure personnelle pour Anakin car, comme le révéla Obi-Wan à Ahsoka, le jeune Jedi avait été esclave durant son enfance sur Tatooine. Mais plutôt que de suivre une approche trop directe – et impulsive – qui nuirait à la mission, Obi-Wan suggéra à son ancien Padawan une approche plus discrète pour leur mission.

Avec ses amis, Obi-Wan partit à bord du Twilight et se rendit au niveau de la ceinture d'astéroïdes formée par les vestiges de l'ancien monde des Shi'kar, l'endroit étant un repaire idéal pour les malandrins souhaitant échapper aux autorités. Obi-Wan espérait y croiser un vaisseau esclavagiste zygerrien et il vit juste. Préconisant une approche discrète, contrairement à Anakin qui, lui, aurait voulu foncer dans le tas dès le départ, Obi-Wan fit en sorte d'aborder pacifiquement le vaisseau zygerrien, leur soumettant une offre raisonnable pour une cargaison d'esclaves afin de les attirer. Mais la rencontre, une fois les sas des vaisseaux connectés, tourna au vinaigre quand les esclavagistes zygerriens voulurent emmener Ahsoka sans contrepartie. Obi-Wan, Anakin, Ahsoka, Rex et leurs clones dégainèrent leurs armes pour contraindre les Zygerriens à se rendre. Mais ces derniers préférèrent engager le combat. Les tirs fusèrent au niveau des sas, et un missile tiré par un des Zygerriens obligea les Républicains à battre en retraite. Mais Ahsoka resta en arrière pour fermer la porte du sas, et la Togruta se fit capturer.

Mon image

Obi-Wan Kenobi, Ahsoka Tano et Anakin Skywalker face à l'équipage zygerrien d'Onyx.


Les Zygerriens tentèrent de désengager l'arrimage du Twilight de leur vaisseau, mais Anakin réagit promptement et fit feu sur les réacteurs du vaisseau esclavagiste avec la tourelle du Twilight. C'est alors qu'Ahsoka, grâce à un comlink caché dans sa botte, contacta ses amis, les Zygerriens l'ayant laissée seule sur la passerelle car la croyant blessée. Obi-Wan lui demanda alors, dans la mesure des mouvements permis par les liens la retenant, de déverrouiller l'écoutille de maintenance arrière afin que les Républicains puissent s'introduire à bord du navire zygerrien. Le capitaine Zygerrien, Onyx, revint sur le pont, prit le comlink d'Ahsoka et proposa à Kenobi de négocier : la vie d'Ahsoka contre celles des Zygerriens retenus en otages par les Jedi. Mais ceux-ci et leurs clones lançaient déjà leur plan d'abordage du vaisseau adverse en combinaisons spatiales. À ceci près qu'ils furent réceptionnés sur la coque du vaisseau zygerrien par un blixus, créature transportée par les Zygerriens et lâchée par eux pour empêcher l'abordage.

Mais le blixus fut tué par Anakin, qui avait visé l'un des yeux de la créature avec son sabre laser. Puis Kenobi et Anakin investirent la passerelle. Comme le souligna Obi-Wan, ce n'était pas pour se battre mais pour obtenir des informations sur les Togruta disparus qu'ils étaient venus. Onyx, avec la garantie d'avoir la vie sauve en échange, parla : les Togruta seraient mis en vente sur Zygerria au cours d'une vente aux enchères. Le capitaine Onyx et ses hommes furent ensuite enfermés à bord du Twilight, et les Jedi décidèrent d'utiliser le vaisseau zygerrien et l'invitation d'Onyx à cette mise en vente pour s'infiltrer sur Zygerria. Mais pour participer à cette vente aux enchères, il fallait disposer d'une marchandise. Aussi il fut décidé qu'Ahsoka jouerait le rôle d'une esclave. Tout ce que Kenobi espérait c'était que cette fois-ci le plan serait plus prudent et réfléchi.

Une fois arrivés sur Zygerria, la contrôle ayant été passé avec succès, les Jedi se répartirent les rôles : Anakin jouerait celui d'un esclavagiste appelé Lars Quell, Ahsoka de sa prise, et Kenobi et Rex joueraient les adjoints de sécurité d'Anakin. Ahsoka, à cause d'une maladresse pour empêcher un maître de fouetter son esclave, en oublia son rôle et faillit compromettre l'opération. Aussi Anakin lui ordonna de retourner au vaisseau. C'est alors que des gardes de la reine de Zygerria, Miraj Scintel, se portèrent à la rencontre de Skywalker et l'obligèrent à venir, les Zygerriens ayant reconnu son vaisseau comme étant celui d'Onyx. Kenobi, Rex et Ahsoka le suivirent jusqu'au palais mais durent entrer dans le bâtiment royal via une conduite souterraine. Le parcours dans les catacombes conduisit Obi-Wan et son groupe au quartier de détention du palais, où ils découvrirent Roshti, le gouverneur de Kiros. Mais Kenobi et les siens furent repérés par la garde et durent fuir à dos de monture à travers les rues de la ville, Obi-Wan ayant pris le gouverneur avec lui sur le dos de sa monture.

Obi-Wan dit à Ahsoka qu'il valait mieux se séparer avant de se retrouver au vaisseau. Ainsi, Ahsoka partit avec Rex sur sa monture tandis qu'Obi-Wan et Roshti partirent de leur côté. Mais les gardes de la reine parvinrent à coincer le Maître Jedi et le gouverneur et tous deux furent enfermés dans les geôles du palais. En prison, Kenobi fut reconnu par Atai, le conseiller de la reine, et subit en conséquence une séance de torture entre les mains du capitaine de la garde. Ne pipant mot, Obi-Wan fut ensuite emmené devant la reine lors de la grande vente aux enchères pour laquelle d'importantes personnalités étaient venues. Tenant tête à la reine, Obi-Wan fut contraint de s'incliner lorsque Scintel menaça de fouetter Ahsoka, toujours sous couverture. Alors la reine ordonna à Skywalker, jouant toujours son rôle d'esclavagiste, de fouetter Kenobi pour prouver sa loyauté. Obi-Wan exhorta son ancien élève à le fouetter, mais Skywalker préféra faire capoter sa couverture plutôt que de faire du mal à son ancien maître. Récupérant leurs armes, les Jedi et Rex mirent une belle pagaille dans la salle des enchères mais, malgré leur vaillance, ils furent tous neutralisés et capturés.

Mon image

Obi-Wan Kenobi, esclave des Zygerriens.


Obi-Wan et Rex furent emmenés avec d'autres esclaves sur Kadavo où se trouvait le centre de conditionnement zygerrien. Ce fut là que Kenobi retrouva le peuple de Kiros. Le Maître Jedi fut emmené devant le directeur du centre. L'avertissant qu'il ferait plier la volonté du Jedi, le directeur fit exécuter trois Togruta en les plongeant dans la lave du volcan au-dessus duquel le centre se trouvait, sous les yeux horrifiés de Kenobi. Les choses mises au point, Obi-Wan partit rejoindre les autres esclaves. La situation lui fit prendre conscience de la véritable condition d'un esclave, et tous ses pouvoirs Jedi ne suffisaient pas à le sortir de cette situation inextricable. Alors qu'il travaillait à la fonderie avec Rex et que les deux hommes discutaient pour tenter de s'échapper, un garde les surprit et punit en conséquence un Togruta, pour montrer à Kenobi que ses actes séditieux seraient sévèrement réprimés. Usant de la Force pour influencer l'esprit du garde afin qu'il cesse de fouetter le Togruta, Obi-Wan voulut aider la malencontreuse victime, mais le Togruta préféra refuser l'aide de l'homme qui était responsable de sa flagellation.

Sans doute pour la première fois de sa vie, Kenobi réalisait que son envie d'aider autrui l'éloignait des opprimés qui l'entouraient. Continuant à réfléchir à un moyen d'évasion, ou espérant des secours, Kenobi devait se garder de faire des remous et se faire obéissant. Le but de la manœuvre des Zygerriens était de briser lentement mais sûrement la volonté du Jedi en pratiquant la coercition. Néanmoins, alors qu'il travaillait aux turbines de filtration atmosphérique, Obi-Wan affirma aux Togruta présents que la République avait libéré leur monde de la présence séparatiste, et Kenobi put constater avec joie que l'espoir n'avait pas déserté la conscience du peuple de Kiros. Les exhortant à ne pas provoquer de rébellion subite, Obi-Wan leur recommanda d'attendre et de répandre cet espoir parmi tous les esclaves. Les esclaves travaillant alors plus que d'habitude suite à ce sursaut d'espérance, Kenobi fut à nouveau conduit devant le directeur, ce dernier n'étant pas dupe de cette défiance passive des esclaves naissant de l'espoir.

C'est alors qu'un transport en provenance de Zygerria arriva, à ceci près qu'il ne transportait pas d'esclaves mais des clones, Ahsoka et Anakin. À nouveau en position de force, Obi-Wan suggéra au directeur et à ses hommes de se rendre, mais le directeur avait d'autres projets : purge le centre de tous ses esclaves en les envoyant dans la lave du volcan si Skywalker ne stoppait pas sa manœuvre pour passer les portes blindées du centre. Les renforts séparatistes étaient arrivés entre-temps, non pas pour épauler les Zygerriens mais pour détruire le centre de conditionnement. Dooku, ne voulant pas que l'implication des Séparatistes dans la disparition et l'asservissement des Togruta s'ébruite, préférait détruire toute trace des habitants de Kiros et de leurs tortionnaires. Kenobi, bien que toujours enchaîné, se jeta alors avec Rex sur le directeur et ses hommes pour les empêcher de purger la station d'un coup de manette. Se libérant de ses entraves, Obi-Wan rejoignit Ahsoka et Anakin à l'extérieur et utilisa leur transport pour réceptionner les Togruta se trouvant sur des plates-formes au-dessus de la lave. En effet, le centre commençait à devenir instable et des natifs de Kiros tombaient des plates-formes jusque dans le magma.

C'est alors qu'Asajj Ventress, à bord du Trident, s'attaqua au transporteur, et Kenobi et ses compagnons tentèrent de lui faire lâcher prise en tranchant les tentacules du vaisseau de la Jedi Noire. Heureusement, Plo Koon arriva à temps avec des chasseurs pour mettre Ventress en fuite. La population de Kiros était désormais sauvée et, quatre cycles plus tard, le dernier transport de Togruta fut chargé. Lors de leur départ, Obi-Wan avoua à Anakin qu'il n'avait pas réellement compris ce que c'était que d'être esclave avant de l'avoir vécu. Puis, malgré un contre-ordre du Chancelier Palpatine souhaitant préserver le centre de conditionnement, Kenobi ordonna à Rex de le faire sauter, ce que le clone fit. Désormais le peuple de Kiros pouvait commencer la reconstruction de son monde sous l'égide protectrice de la République.

Mon image

Obi-Wan Kenobi, à l'époque de la crise du Malveillant.


Mais une nouvelle menace se profila à l'horizon, menace qui face à laquelle aucune flotte de la République ne semblait résister. Pour remédier à cette situation, Maître Plo Koon fut envoyé pour détruire l'arme séparatiste, mais Obi-Wan apprit par voie holographique qu'Anakin et Ahsoka avaient perdu tout contact avec le Maître Jedi Kel Dor alors que ce dernier avait repéré l'arme dans le Système Abregado. Obi-Wan souligna que les Séparatistes étaient inhabituellement méticuleux dans le soin qu'ils prenaient à ne laisser aucun témoin, de peur que ceux-ci ne découvrissent la nature de leur arme. Malgré les protestations d'Ahsoka, Obi-Wan, Mace Windu, Yoda et Palpatine ordonnèrent à la force d'Anakin de protéger les convois de ravitaillement plutôt que de risquer une mission de sauvetage à la recherche de Plo Koon et d'autres improbables survivants dans le Système Abregado. Par la suite, Kenobi contacta Anakin et Ahsoka, à bord du Twilight avec R2-D2, et découvrit qu'ils avaient désobéi, une fois de plus. Anakin lui faisant part du fait qu'il n'avait pour l'instant trouvé aucun survivant, Obi-Wan lui recommanda de rejoindre l'escorte de défense des convois sous peine de rater son rendez-vous avec le reste de la flotte. Obi-Wan fut obligé de rapporter les faits d'Anakin au Conseil Jedi et au Chancelier, ce dernier finissant par contacter personnellement Anakin et lui ordonnant de rejoindre sa flotte. Anakin revint, mais avec Plo Koon sain et sauf ainsi que d'autres clones, et le Kel Dor put révéler au Conseil Jedi et au Chancelier la véritable nature de l'arme séparatiste : c'était un gigantesque vaisseau appelé le Malveillant, sur lequel étaient montés d'énormes canons ioniques.

Sur ce, Skywalker monta un plan d'urgence pour neutraliser le vaisseau de Grievous, dont la prochaine cible serait le centre médical de Abîmes de Kaliida. Kenobi contacta la station en question et dit à Nala Se qu'il avait contacté les Naboo, qui acceptèrent d'envoyer des transports pour aider à l'évacuation de la station médicale avant l'arrivée de l'ennemi. Puis Obi-Wan fit ses dernières recommandations à Anakin, Kenobi décidant d'emprunter avec les destroyers Venator la route balisée vers la station tandis qu'Anakin essaierait avec son Escadron Shadow, composé de BTL-B Y-Wings, de prendre un raccourci afin d'intercepter le Malveillant. Alors qu'il était en chemin avec ses destroyers pour la station médicale, Obi-Wan reçut un rapport de l'amiral Yularen, disant que seulement 50% des patients avaient été évacués. Le Général Jedi souligna que cela n'allait pas assez vite. Mais Yularen restait optimiste et affirma à Kenobi que Skywalker avait toujours une chance de rattraper Grievous. Obi-Wan et ses vaisseaux devaient alors se tenir prêts à épauler Anakin à tout moment lorsque celui-ci aurait commencé à attaquer le croiseur séparatiste. Les trois destroyers menés par Obi-Wan arrivèrent à proximité de la station alors que le Malveillant venait d'encaisser de lourds dommages à cause de l'escadron de Skywalker. Kenobi prit donc la relève d'Anakin et ordonna à la force républicaine de poursuivre et pilonner le vaisseau séparatiste, qui tentait désespérément de battre en retraite.

Mon image

Plo Koon, Obi-Wan et Anakin assistent au pilonnage du Malveillant.


Les vaisseaux républicains déchaînèrent un déluge de feu contre le croiseur lourd Subjugator, mais le navire séparatiste était si grand qu'il encaissait toutes les salves sans perdre son intégrité structurelle. Skywalker, une fois revenu avec Ahsoka auprès de Kenobi, fit part à ce dernier que les renforts menés par Luminara Unduli étaient occupés avec une force séparatiste. Kenobi devrait donc se débrouiller avec ce qu'il avait. Avec l'hyperdrive du Malveillant endommagé, Obi-Wan ordonna à tous les vaisseaux de viser la passerelle de commandement pour en finir une bonne fois pour toutes. Mais un vaisseau inattendu fit son apparition au milieu du champ de bataille, à savoir l'esquif naboo d'Amidala. Plus qu'étonné, Kenobi constata qu'il s'agissait d'un piège tendu à la sénatrice Amidala, car l'esquif de Padmé fut attiré par un rayon tracteur à l'intérieur du bâtiment séparatiste, la jeune femme servant ainsi d'otage. Skywalker dit alors à l'amiral Yularen de faire cesser le feu. Anakin ne voulant pas abandonner sa bien-aimée, il décida de partir avec le Twilight afin de la récupérer sur le Malveillant. Obi-Wan, certain de ce que ferait son ancien Padawan, l'accompagna avec R2-D2.

Skywalker comptait sur la neutralisation des capteurs ennemis, conséquence du pilonnage républicain, pour s'arrimer à un sas secondaire et s'introduire sur le croiseur ennemi. Obi-Wan craignait la mise en œuvre d'un plan aussi téméraire, d'autant qu'Anakin n'avait pas prévu de plan de secours au cas où la situation tournerait au vinaigre. Mais Kenobi dut reconnaître que la manœuvre d'Anakin réussit, même si les deux Jedi rencontrèrent des droïdes de combat dès leur arrivée sur le Malveillant, deux droïdes qu'ils détruisirent aisément. C'est alors qu'Amidala les contacta, étant étonnée de les savoir également à bord. Kenobi et Skywalker donnèrent rendez-vous à Amidala et C-3PO au niveau du grand espace ouvert situé au centre du vaisseau, espace traversé par des trains magnétiques. Mais la communication avait été captée par les Séparatistes, et Obi-Wan et son ancien disciple durent sauter de trains en trains pour secourir Padmé. Kenobi s'occupa de récupérer C-3PO en le faisant flotter grâce à la Force, mais le Maître Jedi découvrit trop tard que le droïde en lévitation se trouvait sur la trajectoire d'un des trains magnétiques. C-3PO fut happé par le train en question, et Kenobi dut partir à sa recherche. Par ailleurs, comme le train sur lequel le Maître Jedi se trouvait se dirigeait vers la zone de l'hyperdrive, Obi-Wan alla s'assurer que le système de vitesse-lumière du Malveillant restât inopérant.

Cependant, Obi-Wan fut accueilli par Grievous et un contingent de droïdes de guerre au niveau de la salle des machines. Grâce à ses pouvoirs de Jedi, Obi-Wan utilisa les droïdekas présents pour se débarrasser des autres droïdes de combat et prendre la fuite. Kenobi rapporta son échec à Anakin, lui recommandant de regagner le Twilight. La transmission entre les deux Jedi fut interrompue par un brouillage interne des communications. Poursuivi par Grievous sur un train magnétique, il fallut à Kenobi tout son talent de bretteur pour tenir le général droïde en respect, alors en proie à une véritable fureur vengeresse. Kenobi préféra écourter le combat, après s'être retrouvé en fâcheuse posture, en empruntant un autre train.

Mon image

Obi-Wan affronte Grievous dans les entrailles du Malveillant.


Toujours talonné par les droïdes, Obi-Wan parvint in extremis à rejoindre le sas d'amarrage du Twilight où l'attendaient déjà ses compagnons. Mais à peine le transport républicain avait-il quitté le navire séparatiste que les Jedi et la sénatrice furent pris en chasse par des chasseurs droïdes Vautour, qui furent heureusement promptement éliminés. Par ailleurs, Obi-Wan put assister au crash du Malveillant sur la lune morte d'Antar, se doutant qu'Anakin y était pour quelque chose. En effet, Skywalker avait réussi à paramétrer les navicomposants du croiseur ennemi pour le faire s'écraser sur l'astre proche. Ainsi, et même si le général droïde parvint à en réchapper une fois de plus, la menace du Malveillant appartenait désormais au passé.

Des semaines plus tard, Obi-Wan et Anakin étaient toujours à la recherche de Grievous et de sa flotte. Kenobi affirma à son ami et ancien élève que si Grievous s'approchait trop du quadrant dans lequel leur force d'intervention patrouillait, ils le sauraient bien assez tôt. À un moment donné, alors que Rex et Cody étaient en mission d'inspection sur la lune de Rishi, Anakin et Obi-Wan n'arrivèrent pas à entrer en contact avec eux, mais ne s'en inquiétèrent guère plus. En réalité, la situation s'avérait très critique sur la lune de Rishi, et Kenobi put le constater lorsque la base républicaine cessa d'émettre son signal R.A.S. Ordonnant à la flotte de sauter en hyperespace jusqu'à atteindre l'orbite de la lune de Rishi, la République fut confrontée à une flotte séparatiste dirigée par Grievous. Les Républicains étant en nette supériorité numérique, les Séparatistes durent battre en retraite. L'ennemi avait envoyé des commandos pour neutraliser les troupes de l'avant-poste de la lune de Rishi afin de s'assurer un passage en toute discrétion jusqu'à Kamino, leur cible. Mais grâce à l'intervention de Rex, Cody et des clones survivants de la base, Kenobi et Skywalker purent empêcher cette attaque à temps. Mais entre Grievous et ses ennemis Skywalker et Kenobi, ce n'était que partie remise.

Peu de temps après cet incident sur la lune de Rishi, Kenobi et Skywalker, à bord de leur destroyer Venator, interceptèrent une transmission cryptée entre Grievous et Ventress, les deux séides de Dooku ayant bien l'intention d'en finir avec la production de clones sur Kamino et porter un coup fatal à la République. Suite au visionnage du message holographique, Obi-Wan ne sembla guère surpris qu'une telle attaque fût planifiée contre la planète des cloneurs, d'autant que Rex et Cody se sentirent particulièrement impliqués dans la défense de leur monde natal. Par conséquent, une importante force fut stationnée en orbite de Kamino et à sa surface, Kenobi et son ami Skywalker peaufinant les derniers préparatifs avec la Jedi Shaak Ti avant l'assaut ennemi contre Tipoca City.

Obi-Wan discute avec Shaak Ti de la stratégie de Grievous.

Obi-Wan discute avec Shaak Ti de la stratégie de Grievous.

 

Lorsque la flotte séparatiste sortit de l'hyperespace, elle se retrouva face à un blocus pratiquement infranchissable de destroyers républicains. Tandis qu'Anakin partit au combat à bord de son chasseur Delta-7B, Obi-Wan resta au centre de commandement pour observer l'évolution de la bataille sur un hologramme tactique. Déjà, plusieurs choses semblèrent suspectes aux yeux du Maître Jedi et de Shaak Ti : d'une part, l'armada adverse n'était pas aussi importante que prévu, en tout cas pas assez pour percer le blocus, et d'autre part ce qui inquiétait Kenobi était le nombre de débris, provenant des vaisseaux confédérés, qui chutaient à la surface océanique de Kamino. Shaak Ti et Obi-Wan avaient percé au jour la stratégie de Grievous, qui semblait délibérément sacrifier ses navires afin de protéger son croiseur amiral. Perplexe, Kenobi se fia à son intuition et ne fut nullement leurré par le subterfuge du Kaleesh, quoi qu'en pût dire Anakin. Et Kenobi put s'en rendre compte en allant inspecter en personne, à bord d'un submersible monoplace, lesdits débris qui avaient chu depuis l'orbite pour s'abîmer jusque dans les abysses.

À peine arrivé sur le site sous-marin où les fragments de vaisseaux ennemis reposaient, Obi-Wan constata avec effroi que des droïdes aquatiques étaient en train de monter des engins d'assaut. Prévenant Anakin via son comlink, le Maître Jedi fut repéré par un groupe de ces droïdes aquatiques et attaqué. Avec plusieurs de ces unités mécaniques tentant de briser la verrière de son sous-marin, Obi-Wan n'eut d'autre choix que de désolidariser l'habitacle sphérique du submersible pour entamer une remontée vers la surface. Mais comble de malchance, la vitre fêlée finit par être brisée et Kenobi, après avoir sabré un de ses poursuivants droïdes, fut contraint de poursuivre la remontée vers la surface de l'océan à la nage et ses ennemis sur les talons. S'épuisant dans son effort, Obi-Wan faillit bien mourir noyé par manque d'oxygène s'il n'était pas parvenu à s'agripper à un aiwha, créature locale, qui passa à portée de sa main et qui émergea ensuite au-dessus des flots. Installé sur le dos de sa nouvelle monture, à qui il devait une fière chandelle, et reprenant son souffle, le Maître Jedi prévint Anakin que Tipoca City subissait l'attaque des engins séparatistes bondissant hors de la mer.

Kenobi et Skywalker se rejoignirent dans la capitale où ils combattirent dans l'un des couloirs de la cité les hordes de droïdes aquatiques. Mais alors qu'il parait et renvoyait les tirs ennemis, Obi-Wan considérait qu'il n'y avait pas assez de machines pour prendre la ville, que l'assaut en lui-même devait être une manœuvre de diversion. Aussi somma-t-il Skywalker de foncer à la chambre renfermant l'ADN des clones. Kenobi, pendant ce temps, partit de son côté pour affronter Grievous, qui accompagnait ses troupes de robots au cœur de la mêlée. Un nouveau duel entre le général séparatiste et le Général Jedi débuta. Les premières phases du duel mirent les deux bretteurs sur un pied d'égalité, jusqu'à ce que Grievous parvînt à déployer un de ses bras et à attraper Kenobi par la tête, le projetant violemment au sol. Évitant de justesse les pattes acérées du général droïde, Kenobi fut à nouveau happé et plaqué contre le plafond avant de retomber brutalement au sol, Grievous prêt à fondre sur sa proie. C'était ne pas tenir compte des ressources du Jedi en matière de télékinésie car, même en fâcheuse posture, l'adversaire du général était capable de répondre au rire sardonique du Kaleesh par des poussées de Force qui firent battre en retraite Grievous.

Grievous face à Kenobi lors de l'assaut contre Kamino.

Grievous face à Kenobi lors de l'assaut contre Kamino.

 

Avec son adversaire se carapatant au triple galop, Obi-Wan le poursuivit jusqu'à une plate-forme d'atterrissage où la confrontation reprit de plus belle. Avec le chef droïde faisant tournoyer ses deux sabres laser et un trident perceur – vaisseau d'assaut utilisé par les Séparatistes – cernant la plate-forme, Kenobi se retrouva acculé. Le vaisseau perceur confédéré exerça une telle pression sur la plate-forme en question que celle-ci bascula, le Jedi subissant du même coup la loi de la gravité alors que Grievous se rétablit grâce à ses membres mécaniques pour mieux s'enfuir. Une fois de plus, Kenobi dut la vie à un aiwha, qui l'avait réceptionné sur son dos alors que le Jedi était en train de chuter. Même si Kenobi appréciait le service, il trouvait qu'il rencontrait son ami aiwha un peu trop souvent ces temps-ci. Avec Grievous et Ventress en fuite et l'invasion repoussée, la planète Kamino fut sauvée de la dévastation, mais la guerre embrasait toujours la galaxie.

Suite à une série de victoires séparatistes, notamment sur la planète Falleen, la tête de pont de la République dans la Bordure Extérieure se trouva menacée. Pire, Grievous et sa flotte finirent par menacer le monde de Bothawui situé dans la Bordure Médiane. Seule la force d'intervention de Skywalker pouvait encore offrir un rempart contre l'armada du général droïde. Cependant, au cours d'une transmission holographique avec Anakin, Obi-Wan ne manqua pas de souligner que sa force était en infériorité numérique par rapport à celle de la Confédération des Systèmes Indépendants, et lui préconisa la retraite. Mais Skywalker, plus entêté que jamais, ne pouvait permettre que le secteur entier tombe aux mains de l'ennemi et concocta un plan visant à défaire Grievous. Ce plan réussit et Kenobi, ayant repris contact avec son ancien disciple suite à sa victoire, félicita son ami, pour qui néanmoins la victoire avait un arrière-goût amer. En effet, au cours de l'affrontement, alors que son chasseur avait été touché, et même si Skywalker avait pu être sauvé, R2-D2 était porté disparu. Pire, Anakin confia à Obi-Wan qu'il n'avait pas effacé la mémoire du petit astromécano, ses banques de données contenant toujours les informations stratégiques de la République, et donc constituant une menace sérieuse pour l'effort de guerre républicain. Furieux, Kenobi sermonna son ancien apprenti et lui ordonna de retrouver R2-D2 au plus vite.

Mon image

Obi-Wan, s'entretenant avec Anakin et Ahsoka par voie holographique.


Suite aux premières recherches infructueuses d'Anakin et Ahsoka pour retrouver R2-D2 dans la zone de la bataille spatiale de Bothawui, Obi-Wan en conclut que le droïde ne pouvait qu'avoir été détruit, et Anakin dut se résigner à cette triste possibilité. Par ailleurs, une mission plus urgente se présenta aux Jedi : il apparaissait comme évident que les transmissions républicaines étaient interceptées par les Séparatistes, ce qui laissait supposer l'existence d'une station d'écoute dans le secteur où se trouvait Anakin. Kenobi chargea donc Skywalker de localiser cette station afin de la neutraliser. Anakin finit par trouver la Station Skytop et contacta Obi-Wan pour l'informer de la nouvelle. Kenobi dit à Anakin de se replier et d'attendre les renforts envoyés par ses soins.

Mais Anakin annonça à Obi-Wan que c'était grâce à un signal émis par R2-D2, apparemment toujours intact, qu'il avait pu localiser la station. Cela compliquait les choses, et Obi-Wan demanda à Anakin de s'infiltrer à bord de la station d'écoute afin de s'assurer de sa destruction et pour que les Séparatistes ne puissent pas accéder aux banques de données de R2-D2. Kenobi rappela à Anakin qu'il ne s'agissait nullement d'une mission de sauvetage et qu'il avait un seul ordre de mission : détruire la station et tout ce qui se trouvait à son bord. Contre toute attente, alors qu'il avait rempli sa mission, Skywalker parvint à récupérer R2-D2, mais Obi-Wan ne comprenait pas cet attachement d'Anakin pour son droïde, attachement qui avait mis en danger la vie des hommes de Skywalker et de sa Padawan. Mais au bout du compte, la station d'écoute ennemie avait été détruite et le commando républicain s'en était sorti, et c'était ce qui comptait le plus pour Kenobi.

Par la suite, la République et le Conseil Jedi considérèrent comme une nécessité d'arrêter Dooku à tout prix. Pour ce faire, un plan fut monté, plan dans lequel Skywalker devait se faire capturer, ce qui réussit plutôt bien. Suite aux investigations des Jedi, qui remontèrent la piste d'une frégate Munificent isolée dans le Système Vanqor, Anakin fut porté disparu. Obi-Wan aborda alors la frégate en question à bord d'une combinaison spatiale, le destroyer Résolu, avec Ahsoka et Yularen à son bord, étant resté en retrait pour n'intervenir qu'ultérieurement durant l'opération. Grâce à cette approche furtive, Kenobi ne fut pas détecté et put s'infiltrer à bord du navire séparatiste tout en évitant les gardes droïdes. Gagnant le quartier des cellules, Obi-Wan retrouva Anakin. Ensemble, les deux hommes retrouvèrent Dooku, en posture de méditation dans ses quartiers, et le tinrent en joue. Le Résolu commença alors à ouvrir le feu sur la frégate pour la neutraliser. Mais à la surprise des Jedi, Dooku s'échappa via une trappe qui le conduisit droit au hangar. Alors qu'Anakin poursuivait le Comte dans les conduits du vaisseau, Obi-Wan tenta de lui barrer la route en fonçant vers le hangar. Mais Dooku l'y avait devancé et prit la fuite à bord de son voilier solaire. Tailladant quelques droïdes de combat, Obi-Wan s'empara d'une navette Sheathipede, récupéra Anakin qui venait d'arriver dans le hangar et les deux Jedi se lancèrent dans le sillage de Dooku.

Mon image

Obi-Wan et Anakin, à la poursuite du voilier solaire de Dooku.


En cours de route, les Jedi ayant également maille à partir avec des chasseurs droïdes Vautour, Obi-Wan demanda à Ahsoka de les suivre avec des renforts dès que leur destroyer en aurait fini avec la frégate. Sur ce, Obi-Wan se servit de l'armement de la navette, Anakin faisant office de pilote, et endommagea sévèrement le voilier de Dooku. Malgré cela, Obi-Wan ne put gérer les chasseurs d'escorte et la navette des Jedi fut touchée, au point qu'Anakin et Obi-Wan durent atterrir en catastrophe sur la planète la plus proche tout comme le Seigneur Sith, en l'occurrence Vanqor. Ils purent constater que Dooku ne pouvait pas aller bien loin sans un vaisseau fonctionnel, ni sans la balise de secours qu'Anakin prit soin de détruire. La piste conduisit Kenobi et Skywalker vers une grotte, où ils détectèrent plusieurs formes de vies en plus de celle de Dooku. Dégainant leurs sabres laser, les Jedi étaient parés à toute éventualité. Cependant, l'effondrement de plusieurs rochers, sans doute causé par Dooku, les prit par surprise et les deux hommes se retrouvèrent momentanément bloqués. Non seulement Dooku vola le sabre d'Anakin, mais il utilisa en plus ses pouvoirs pour sceller la grotte avec Obi-Wan et Anakin à l'intérieur.

Constatant qu'ils s'étaient faits avoir en beauté, Obi-Wan, dont le sabre avait subi des dommages, et son ancien Padawan durent composer avec un Gundark qui avait élu domicile dans la caverne. Anakin fit office d'appât, le temps que Kenobi répare son arme. Skywalker s'impatientant, surtout avec un Gundark à ses trousses, alors que Kenobi restait le plus serein du monde, le Maître Jedi décida de passer à un autre plan, les réparations sur son sabre laser ne donnant rien. Utilisant la télékinésie, Kenobi envoya un rocher dans la figure du Gundark, sauvant Anakin de justesse, Réitérant ensemble la même manœuvre, les deux Jedi envoyèrent une volée de rochers sur la créature, qui fut mise à terre par ces attaques répétées et par un nouvel effondrement de rochers en provenance du plafond de la grotte. Essayant de déblayer l'entrée avec leurs dons de télékinésie, Obi-Wan et Anakin avaient ressenti la présence d'un autre Gundark, qui arrivait du fond de la caverne droit sur eux. Par inadvertance, les Jedi libérèrent du gaz toxique contenu dans une poche souterraine, et ne durent leur salut qu'à l'intervention d'Ahsoka et de ses hommes, qui dégagèrent l'entrée de la grotte et permirent à Kenobi et Obi-Wan de pouvoir respirer de l'air frais. Quant au problème du second Gundark, il fut résolu par les clones, qui scellèrent à nouveau la grotte. Mais Dooku avait échappé à Obi-Wan et Anakin.

Heureusement, le destin semblait leur sourire, car Dooku avait été capturé par des pirates de Florrum menés par un certain Hondo Ohnaka. Ces criminels réclamaient une importante rançon à la République en échange du comte. Mais auparavant, le gouvernement devait s'assurer que les pirates retenaient effectivement le leader séparatiste. Aussi, Kenobi et Skywalker furent envoyés en mission diplomatique sur Florrum avec le Twilight pour vérifier la véracité des propos des pirates en ce qui concernait la capture du Comte Dooku.

Mon image

Anakin et Obi-Wan, fouillés par les hommes d'Ohnaka à leur arrivée sur Florrum.


Arrivés sur la planète aride, Obi-Wan et Anakin furent menés devant Ohnaka. Anakin remarqua que les pirates avaient récupéré son sabre laser, que Dooku lui avait volé peu de temps auparavant. Mais il y avait plus urgent pour les Jedi, qui purent constater avec délectation à quel point Dooku était tombé bien bas. Le Sith, entravé de part en part, mis en garde les Jedi contre les pirates, leur disant qu'on ne pouvait pas se fier à ce genre de racaille. Mais Kenobi et Skywalker firent fi des avertissements de Dooku et le laissèrent. Confirmant par transmission holographique que la bande d'Ohnaka détenait le Seigneur Sith, Obi-Wan et Anakin attendirent à la base d'Ohnaka que la rançon fût apportée. Au cours de la fête qui suivit, les Jedi trinquèrent avec les pirates. Seulement, ils furent drogués à leur insu par les hommes d'Ohnaka et furent placés en détention avec Dooku.

À leur réveil, Obi-Wan et Anakin purent se rendre compte de la perfidie d'Ohnaka, qui comptait exiger une rançon supplémentaire en échange de Skywalker et Kenobi. Bon gré mal gré, le Sith et les Jedi devaient faire équipe pour se sortir de cette situation. Grâce à Dooku, qui récupéra le couteau du garde posté en faction dans le couloir du quartier de détention, Obi-Wan et Anakin, dont les entraves étaient reliées à celles du Seigneur Sith, parvinrent à sortir de leur cellule. Mais cette première tentative d'évasion tomba à l'eau quand le trio fut intercepté au détour d'une coursive, et les trois hommes furent ramenés dans leur cellule. Pour une fois, Kenobi et Dooku étaient d'accords sur un point : il fallait quitter cet endroit avant que la République n'arrive avec la rançon. Usant de son pouvoir d'influence mentale, Obi-Wan persuada le garde d'ouvrir leur cellule et de partir boire un verre, l'esprit faible du geôlier ne faisant pas le poids face au talent de Kenobi.

Mon image

Anakin, Obi-Wan et Dooku, codétenus pour le meilleur et pour le pire.


Se faufilant furtivement à travers les couloirs de la base d'Ohnaka, les Jedi et le Sith furent poursuivis quand l'alerte de leur évasion fut donnée. Gagnant la cour intérieure de la base, Anakin empoigna une perche pour propulser les trois hommes au-dessus du mur d'enceinte. Mais la détente du saut fut trop courte, et il fallut toutes ses forces à Anakin pour retenir Obi-Wan et Dooku, suspendus dans le vide, Kenobi la tête en bas. Cette seconde tentative d'évasion fut également un échec. Face à cette récidive de la part de ses prisonniers, Hondo Ohnaka décida de torturer Obi-Wan et Anakin. Sans compter que le bras droit du chef Weequay, qui avait essayé de doubler son patron en volant la rançon pour son propre compte, avait inventé une histoire pour couvrir sa manœuvre crapuleuse en affirmant que la République avait envoyé une force armée pour récupérer les prisonniers. Obi-Wan et Anakin nièrent les faits rapportés à Ohnaka, et Anakin poussa l'impertinence au point que cela finit par énerver le Weequay pour de bon, qui délivra une puissante charge électrique à ses prisonniers pour les torturer.

Par chance, le courant de la base fut coupé, Jar Jar Binks, arrivé avec la navette diplomatique et une escouade de clones, ayant par inadvertance précipité un char d'assaut des pirates contre un des pylônes électriques alimentant la base d'Ohnaka. Ainsi libérés, Obi-Wan et Anakin se saisirent de leurs sabres laser et prirent Ohnaka en otage. Dooku profita également de la panne pour s'échapper. Les clones et Jar Jar étant arrivés à la base des pirates, Obi-Wan et Anakin repartirent sans demander leur reste et en laissant les brigands tranquilles. Néanmoins, Obi-Wan fit une dernière recommandation à Ohnaka avant de partir : si les Jedi n'étaient pas rancuniers vis-à-vis de ce qui s'était passé, il n'en était pas de même pour Dooku, qui prendrait sûrement un malin plaisir à revenir avec son armée sur Florrum pour exterminer les pirates, sachant désormais où ils vivaient. Sur ces mots, Obi-Wan repartit pour le front où de nouvelles missions l'attendaient.

L'une de ces missions le conduisit sur la planète glaciaire Orto Plutonia, placée sous le protectorat de Pantora et où la République avait établi une base. La Station Glid en question avait rompu toute communication avec l'extérieur, et les Jedi Kenobi et Skywalker furent mandatés pour enquêter sur place. Ils étaient accompagnés pour cela de deux dignitaires de Pantora : le Polémarque Chi Cho et la sénatrice Riyo Chuchi. Les canonnières TIO/BA débarquèrent, alors qu'une tempête de neige faisait rage, au niveau du piton rocheux à l'intérieur duquel la base fut aménagée. Obi-Wan et Anakin durent composer au cours de cette mission avec le caractère difficile, pour ne pas dire arrogant, du Polémarque Chi Cho, la base républicaine ayant après tout été bâtie sur une planète relevant de la juridiction de Pantora. Partant inspecter la base, Kenobi put constater l'ampleur du massacre perpétré à l'intérieur de l'enceinte de l'avant-poste. Mais ce qu'il trouva le plus curieux, c'est que cela ne ressemblait pas aux méthodes d'attaque habituelles des Séparatistes, car les soldats clones avaient été tués mais les ordinateurs de la base furent laissés intacts. S'il s'était agi d'un coup des Séparatistes visant à attaquer Pantora par la suite, ils auraient pris soin de détruire tous les moyens de communication pouvant alerter la République de leur présence sur le monde glaciaire.

Mon image

Obi-Wan Kenobi à son arrivée sur Orto Plutonia.


C'est alors que Rex informa Kenobi que des installations droïdes avaient été localisées de l'autre côté de la crête la plus proche. Les Jedi et leur contingent s'y rendirent à bord de motojets CK-6 et découvrirent les carcasses des soldats mécaniques de la Confédération des Systèmes Indépendants. Apparemment, il s'agissait également de l'œuvre des agresseurs des soldats de l'avant-poste républicain. Pendant qu'Anakin plaçait des balises de senseurs avec Rex pour constituer un périmètre de sécurité, Obi-Wan alla fouiller la base séparatiste avec quatre autres soldats. Lorsqu'Anakin et Rex eurent fini et rejoignirent le reste de l'équipe à l'intérieur de la base, le constat fut le même : des morceaux de droïdes étaient disséminés un peu partout. Anakin releva pourtant une empreinte immense sur les lieux, et Kenobi lui ordonna de faire faire un moule pour pouvoir l'étudier. Réussissant à réactiver un holoprojecteur, Obi-Wan et Anakin visionnèrent l'enregistrement d'un droïde répondant au matricule 685, attaqué par une mystérieuse créature. Les archives de la base révélèrent également que les droïdes avaient exploré le canyon sud, et Kenobi et son ami Skywalker se préparèrent pour se rendre sur place et résoudre ce mystère insoluble.

Obi-Wan et Anakin partirent seuls à bord de leurs motojets. Alors qu'ils étaient proches du canyon, les Jedi utilisèrent leurs électrobinoculaires pour repérer les lieux et aperçurent au sommet des parois rocheuses plusieurs reflets intermittents. Ils savaient qu'ils étaient observés par les créatures qu'ils étaient venus chercher. Devant néanmoins poursuivre leur route, Kenobi et Skywalker enfourchèrent leurs motojets, parcoururent le canyon enneigé et débouchèrent sur un pont de pierre naturel de l'autre côté duquel ils furent accueillis par leurs observateurs, des Talz. Descendant de leurs véhicules, Obi-Wan recommanda à son ancien Padawan de rester calme, les Talz, même s'ils étaient armés de lances, étant avant tout curieux au sujet de leurs visiteurs. Les Jedi furent autorisés à pénétrer dans le camp de la tribu des Talz. Ce qui tracassait tout de même Skywalker, c'était la barrière de la langue, car le Jedi n'était pas sûr qu'ils puissent communiquer avec les autochtones. Mais Obi-Wan resta confiant et affirma à Anakin que les Talz semblaient plus intelligents qu'il n'y paraissait.

Mon image

Anakin Skywalker et Obi-Wan Kenobi parlementent avec le chef Talz, Thi-Sen.


C'est alors qu'ils arrivèrent devant Thi-Sen, le chef de clan, qui planta sa lance dans le sol, comme pour signifier aux Jedi qu'ils étaient autorisés à passer. Obi-Wan et Anakin lui rendirent son salut avant de s'engager avec le Talz dans sa hutte. Assis autour d'un feu en compagnie de l'entourage de Thi-Sen, celui-ci étant suppléé dans sa tâche par le scribe Medcha Wanto pour se faire comprendre de ses interlocuteurs humains, Obi-Wan et Anakin tentèrent de faire comprendre au chef de tribu que leurs intentions étaient pacifiques. Au terme de leur entretien, les Jedi et Thi-Sen sortirent de la hutte. Alors qu'Obi-Wan voulut saluer le Talz en lui serrant la main, ce dernier fit montre d'une plus grande marque d'amitié en enlaçant le Maître Jedi. Sur ce, les Jedi revinrent à la Station Glid, à nouveau opérationnelle, et rendirent compte de la situation à la délégation de Pantora. Apparemment, les droïdes avaient provoqués les Talz. Ces derniers n'avaient fait que répliquer pour se défendre et la base républicaine fut prise entre deux feux.

Lorsqu'Obi-Wan annonça ainsi à Chi Cho qu'Orto Plutonia était habitée, malgré ce que le polémarque pouvait penser, ce dernier s'indigna, même s'il semblait évident que les Talz étaient présents depuis bien avant l'histoire enregistrée de Pantora. Même si Kenobi tenta d'apaiser la tension ambiante, le Polémarque Cho demeura intraitable : il ne voyait pas les Talz autrement que comme des sauvages et voulait engager les hostilités avec les indigènes. Anakin protesta, et Obi-Wan ajouta qu'ils avaient arrangé une rencontre avec le chef Thi-Sen pour négocier une paix durable entre les Talz et Pantora. Même si sur ce point la sénatrice Riyo Chuchi n'était pas de l'avis du polémarque, car voulant privilégier une issue pacifique, elle fut remise à sa place par Cho qui fit preuve d'une intransigeance et d'une agressivité hors du commun. Obi-Wan écourta la discussion animée en affirmant qu'ils devaient partir immédiatement à la rencontre des Talz pour ne pas les faire attendre. Au vu des conditions météorologiques déplorables, les dignitaires pantoriens durent emprunter des motojets CK-6 pour se rendre au lieu de rendez-vous, les canonnières TIO/BA étant impossibles à utiliser au milieu de cette tempête de neige.

Les négociations devaient se tenir à l'intérieur des deux transports formant la base séparatiste à l'abandon. Les Talz attendaient déjà leurs homologues sur place, Thi-Sen n'ayant apparemment pas plus confiance dans les Républicains que Chi Cho n'avait confiance dans les Talz. Invités aux pourparlers à l'intérieur de la base, les Jedi virent la situation s'envenimer quand le Polémarque Cho s'emporta en menaçant Thi-Sen, ses paroles étant relayées mot pour mot par C-3PO, réclamant la souveraineté du peuple de Pantora sur Orto Plutonia et ne comptant pas laisser la planète entre les mains de ceux qu'il se plaisait à considérer comme des animaux. Malgré les supplications de la sénatrice Chuchi, et les recommandations véhémentes d'Obi-Wan en faveur de plus de tempérance, Chi Cho ne voulait rien entendre. Même si Anakin et Obi-Wan avaient promis la paix aux Talz, la conclusion de l'entrevue fut sans appel : la guerre entre Pantora et les Talz fut déclarée, et ces derniers quittèrent les lieux. Les Républicains suivirent peu après. Cho partit avec ses gardes, le capitaine Rex et les autres soldats clones à bord des motojets afin de mener une attaque préventive. Rex reçut l'ordre d'Anakin de protéger le polémarque coûte que coûte.

Mon image

Obi-Wan et le Polémarque Chi Cho, au moment des négociations avec les Talz.


Pendant ce temps, Skywalker et Kenobi, voulant à tout prix résoudre la crise, conversèrent avec la sénatrice Chuchi pour tenter de trouver une issue pacifique à ce conflit, soulignant qu'une attaque préventive comme celle menée par Cho était illégale. Obi-Wan et la sénatrice trouvèrent peut-être une idée en requérant une intervention du Conseil Jedi. Mais pour agir avec toutes les autorisations, notamment celle de faire appel à l'arbitrage du Conseil Jedi, Chuchi devait d'abord s'adresser au président de l'assemblée de Pantora pour qu'il lui cède le pouvoir légal d'agir contre les ordres du polémarque. La tempête se calmant, les Jedi retournèrent à la Station Glid avec Chuchi pour s'entretenir par voie holographique avec ledit président de l'assemblée.

À la Station Glid, à l'intérieur d'une canonnière TIO/BA, le président de l'assemblée confirma à Chuchi qu'elle bénéficiait de toute l'autorité pour faire cesser les hostilités, Cho ayant été démis de ses fonctions suite à ses actions sans fondement. Sur ce, les Jedi et la sénatrice partirent avec les canonnières républicaines pour retrouver le polémarque et mettre un terme à la violence sur Orto Plutonia. Durant le trajet, Chuchi demanda à Obi-Wan s'il ne pouvait pas régler la crise à sa place, Kenobi ayant plus d'expérience que la jeune Pantorienne dans ce domaine. Mais Obi-Wan, bien que surpris, refusa d'emblée cette possibilité, arguant que c'était avec Pantora que les Talz étaient en guerre, et qu'il incombait donc à la sénatrice, représentante de Pantora, d'arrêter la vague de violence déclenchée par Chi Cho. Et l'on pouvait dire que la prise de décision d'une résolution pacifique tomba à point nommée : Rex, le Polémarque Cho et les clones étaient tombés dans une embuscade des Talz et avaient essuyé de très lourdes pertes, Cho ayant même été blessé au cours des affrontements. Les canonnières s'interposèrent juste à temps entre les survivants républicains et la horde des Talz, menés par Thi-Sen, qui fonçait sur eux. Les Talz stoppèrent leur charge et patientèrent pour voir comment la situation allait évoluer.

Rex fit son rapport aux Jedi, et Chuchi prit les choses en main : refusant d'exécuter la dernière volonté du polémarque, Chuchi entamerait les pourparlers avec les autochtones. Chi Cho, consterné, expira sous les yeux de la sénatrice. Mais même avec le polémarque décédé, le plus gros du travail restait à faire, et Obi-Wan le rappela à la jeune Pantorienne. Celle-ci, faisant montre d'un courage exemplaire, parvint à conclure une trêve avec Thi-Sen et reconnut Orto Plutonia comme domaine exclusif des Talz. Obi-Wan et Anakin félicitèrent Riyo Chuchi pour la réussite de sa mission de paix, Kenobi lui rappelant tout de même quelque chose avant qu'ils ne se séparent : faire durer cette paix et toujours s'efforcer d'être un exemple pour les autres, particulièrement en période de conflit, car toute guerre avait obligatoirement une fin, à l'image de celle-ci. Avec la paix rétablie sur Orto Plutonia, Obi-Wan et Anakin purent partir là où leurs talents de Jedi étaient requis.

Mon image

Obi-Wan fait ses dernières recommandations à Riyo Chuchi avant de quitter Orto Plutonia.


Par la suite, la présence de droïdes séparatistes fut signalée sur Naboo. Après avoir réduit en miettes une patrouille droïde dans les plaines de Naboo et obtenu des informations d'un droïde tacticien T endommagé, Amidala, Typho et la reine Neeyutnee contactèrent les Jedi et leur firent part de détails alarmants : il se pourrait que les Séparatistes aient installé un laboratoire secret sur Naboo, le droïde tacticien T ayant également parlé d'un virus. Suite à la requête d'Amidala, Kenobi fut sollicité sur place, les Gungans étant plutôt confiants vis-à-vis du Maître Jedi. Ce dernier arriva quelques temps plus tard à bord d'une canonnière TIO/BA au hangar de Theed en compagnie d'Anakin et Ahsoka Tano. Comme Padmé était partie avec Jar Jar à la recherche du laboratoire secret, mais avait rompu tout contact alors qu'elle et le Gungan se trouvaient dans le marais de l'est, Ahsoka partit avec Peppi Bow à la recherche de la sénatrice. Pendant ce temps, Obi-Wan et Anakin furent briefés sur les découvertes récentes tirées des carcasses de droïdes abattus par les gardes.

Grâce aux techniciens naboo, des fragments de mémoire purent être extraits de la tête d'un droïde de combat B1. Kenobi et Anakin découvrirent que le docteur Nuvo Vindi était derrière tout cela. Pire, son travail pour ressusciter le mortel virus de l'Ombre Bleue était pratiquement achevé, et les bombes chargées de délivrer l'agent viral étaient prêtes à être déployées dans les systèmes solaires capitaux. Obi-Wan mesura toute l'ampleur de la menace que représentait Vindi, qui créerait ainsi une véritable pandémie galactique. Toutefois, il n'y avait pas que de mauvaises nouvelles : grâce aux coordonnées fournies par Padmé peu de temps avant sa disparition, capturée par les droïdes de Vindi, un plan holographique put être constitué grâce à un scanner topographique de la zone suspectée par la sénatrice. Obi-Wan remarqua que l'installation souterraine était énorme, le laboratoire étant desservi par trois entrées. Le local contenant les bombes fut localisé par le taux de radioactivité plus élevé que la normale émanant de l'une des pièces du laboratoire. S'introduire dans cette installation, même si Padmé s'y trouvait en tant que captive, était un risque à courir pour Obi-Wan. Kenobi avait bien cerné les enjeux de la mission et affirma qu'il fallait prendre le laboratoire d'assaut pour mettre un terme à la menace et empêcher la propagation du virus à travers la galaxie.

Mon image

Anakin Skywalker et Kenobi se préparent à attaquer le laboratoire de Nuvo Vindi.


Alors que la nuit était tombée, Obi-Wan et Anakin patientèrent dans le hangar de Theed en attendant un appel d'Ahsoka. Skywalker semblait pourtant moins bien contenir son énervement que son ancien maître, Anakin considérant qu'il y avait de fortes chances pour que tout le monde sur la planète soit tué si jamais ils faisaient exploser une bombe contenant le virus par mégarde. Ce fut alors qu'Ahsoka contacta les deux Jedi, n'ayant pas trouvé Amidala et Jar Jar mais étant convaincue qu'ils étaient à l'intérieur du bâtiment souterrain. Elle ajouta que la zone du laboratoire était truffée de capteurs en tous genres et qu'il serait difficile d'y pénétrer. Obi-Wan eut une idée et, plutôt que de pénétrer directement dans l'installation séparatiste, il demanda à la Togruta de placer une charge explosive au-dessus de ce qui semblait être la salle de stockage des bombes afin de créer une diversion. Kenobi et Skywalker s'infiltreraient ensuite dans le laboratoire avec leurs hommes et Ahsoka les suivrait peu après. L'infiltration sur trois fronts permettrait à la fois de capturer Vindi et de neutraliser les bombes en même temps. Une fois le plan approuvé, Kenobi et Skywalker partirent en canonnières TIO/BA jusqu'au marais de l'est. Juste avant leur départ, car connaissant bien Anakin, Obi-Wan lui intima l'ordre de ne pas compromettre la mission pour sauver Padmé. Skywalker devait maîtriser Nuvo Vindi tandis que le Maître Jedi neutraliserait les bombes.

Peu de temps après le déclenchement de la diversion d'Ahsoka, Obi-Wan et Anakin larguèrent d'autres charges pour ouvrir des brèches supplémentaires dans l'installation et sautèrent en chute libre jusqu'à atteindre leur cible souterraine ; leurs soldats les accompagnèrent et le combat s'engagea dans les corridors de l'installation avec les droïdes séparatistes. Alors qu'Ahsoka, Rex et leurs hommes étaient aux prises avec des droïdekas, qui leur donnaient beaucoup de fil à retordre en raison de leurs boucliers, Obi-Wan, situé un étage au-dessus du boyau où Ahsoka combattait, fit s'effondrer le plafond sur les droïdes destroyers, qui furent écrasés. Ahsoka fut très heureuse de l'arrivée de ce renfort plus que bienvenu. Avec leurs adversaires vaincus, Obi-Wan et Ahsoka reprirent leur course à travers le complexe et se séparèrent suite à une autre escarmouche avec des troupes droïdes : Obi-Wan fonça avec une équipe de clones en direction de l'entrepôt des bombes tandis qu'Ahsoka retenait leurs ennemis. Kenobi et ses hommes arrivèrent à l'arsenal où des centaines de bombes étaient stockées. Heureusement, elles étaient encore inactives.

Malheureusement, Nuvo Vindi, qui avait momentanément échappé à Anakin, activa les bombes à distance. Ni une ni deux, Kenobi ordonna à ses hommes de désamorcer tous les dispositifs explosifs. Appelant Anakin via son comlink, et supposant à juste titre que le docteur fou était toujours en liberté, Kenobi lui rapporta qu'il manquait une bombe, ce qui aggravait une situation déjà critique. Quelques minutes plus tard, Skywalker reprit contact avec Obi-Wan : le docteur Vindi était sur le point de s'échapper avec une navette se trouvant sur la plate-forme d'atterrissage escamotable de la base. Kenobi laissa à ses hommes le soin de neutraliser les bombes restantes tandis qu'il rejoindrait Anakin pour lui prêter main forte dans la capture du savant.

Mon image

Obi-Wan Kenobi, sabre laser au poing, lors du raid contre le laboratoire de Vindi.


En compagnie de soldats clones, et alors qu'Anakin venait de finir de découper la porte blindée protégeant l'accès à l'aire de décollage de la navette du docteur, Obi-Wan et ses compagnons tentèrent d'avorter la fuite de Nuvo Vindi. Se saisissant de plusieurs fioles de virus de l'Ombre Bleue que contenait sa mallette, Vindi lança trois échantillons bactériologiques en l'air alors qu'Obi-Wan était agrippé sur la plate-forme en pleine phase de préparation pour le décollage de l'appareil. Devant empêcher toute contamination, Kenobi fut contraint de sauter de la plate-forme pour récupérer les fioles au vol, ce qu'il réussit tout en se réceptionnant lourdement sur le sol. Ce fut grâce aux efforts conjoints de Skywalker et de Peppi Bow que les Jedi purent arrêter Vindi à la surface du laboratoire. De plus, toutes les bombes purent être désamorcées, même celle qui avait été portée manquante.

Obi-Wan et Anakin s'apprêtaient désormais à conduire le docteur Vindi à bord de sa navette Sheathipede pour l'emmener à Theed avant de revenir aider Ahsoka à nettoyer le laboratoire. Mais l'alarme retentit à ce moment. Le droïde assistant de Vindi avait subtilisé une fiole contenant le redoutable virus d'une des bombes et était parvenu jusqu'à l'arsenal pour en armer et en faire détoner une autre. Anakin et Obi-Wan, alors à la surface avec Vindi, ne purent rien faire contre la propagation du virus à l'intérieur du complexe. Par chance, tous les sas avaient été scellés suite à l'explosion et le virus était enfermé dans le laboratoire. Mais Ahsoka, Padmé et les clones l'étaient également. De plus, des droïdes de combat, toujours présents dans le complexe, menaçaient de se frayer une sortie vers la surface et de relâcher l'agent viral dans l'atmosphère de Naboo. Ahsoka et Padmé se chargeraient des droïdes avec les clones.

Mon image

Obi-Wan et un Anakin plus qu'impatient tentent de faire parler Nuvo Vindi.


Dans le même temps, à bord de la navette toujours au sol, Obi-Wan et Anakin tentèrent de faire parler Vindi, notamment en ce qui concernait l'antidote à ce mal. Le docteur refusant pour le moment de coopérer, Anakin s'impatienta, sabre laser allumé et pointé sur la gorge de Vindi. Obi-Wan tempéra les ardeurs d'Anakin, lui disant qu'il existait d'autres moyens de le faire parler. Kenobi parvint à convaincre son ancien disciple que le meilleur moyen de trouver une solution était d'abord de ramener Vindi à Theed. Aussi, les deux Jedi regagnèrent la capitale de Naboo avec leur captif. À leur arrivée au hangar de Theed, les Jedi furent accueillis par Typho, dont les hommes prirent en charge le prisonnier. De plus, le capitaine fit part à ses interlocuteurs Jedi d'une bonne nouvelle potentielle : il avait découvert l'existence d'un contrepoison. Grâce à l'holoprojecteur de la salle de commandement, il leur montra la représentation tridimensionnelle d'une racine de reeksa, plante qui pourrait servir à créer un remède. Le seul problème était que cette racine ne se rencontrait que sur la lointaine Iego, située dans un espace contrôlé par la Confédération des Systèmes Indépendants.

Face à l'urgence de la situation, et malgré les recommandations de Typho qui voulait faire preuve de prudence en préférant envoyer des troupes là-bas, Anakin refusa d'attendre et décida de partir sur-le-champ pour rapporter la précieuse racine. Obi-Wan approuva son ami et décida de l'accompagner en dépit des avertissements de Typho. Ensemble, les Jedi voyagèrent à bord du Twilight jusqu'à Iego. Lors de leur sortie de l'hyperespace en orbite de la planète Iego, les Jedi remarquèrent que des morceaux d'épaves constituaient un véritable cimetière de vaisseaux au-dessus de ce monde. Puis Kenobi et Skywalker gagnèrent la surface pour se poser dans ce qui ressemblait à une cité, Cliffhold, à ceci près que l'endroit paraissait désert et peu habitué à recevoir des visiteurs. Anakin fit preuve d'impatience et se précipita hors du vaisseau, bien qu'Obi-Wan fût moins pressé. D'ailleurs, Kenobi put constater, au sortir de leur transporteur, qu'Anakin avait taillé en pièces des droïdes de combat B1. Mais ces derniers étaient couverts de graffitis et paraissaient inoffensifs, Anakin ayant encore une fois agi sans réfléchir, ce qui amusa quelque peu le Maître Jedi.

Mon image

Obi-Wan et Anakin lors de leur arrivée sur Iego.


Les Jedi firent alors connaissance avec Jaybo Hood, un jeune garçon qui vivait sur Iego et qui avait reprogrammé les droïdes abandonnés par les Séparatistes lorsque ces derniers avaient quitté la planète. Il allait de soit que le jeune homme était furieux qu'on lui ait cassé plusieurs de ses droïdes. Après ces présentations peu orthodoxes et des excuses faites par Obi-Wan à propos du comportement impulsif d'Anakin, les Jedi demandèrent à Hood où trouver des racines de reeksa. Nonchalamment, Jaybo leur fournit des indications peu précises sur le sujet. Skywalker s'impatientant, Kenobi, en diplomate aguerri, réitéra la demande en soulignant l'urgence de la situation dans laquelle lui et Anakin se trouvaient. Mais selon Jaybo, cela ne faisait aucune différence, puisqu'ils ne pourraient pas quitter Iego vivants à cause de la menace du Drol, le soi-disant fantôme hantant l'espace de Iego à l'origine de la destruction des vaisseaux qui avaient tenté de fuir la planète. Mais les Jedi devaient d'abord se préoccuper de l'antidote avant d'en venir au problème du Drol.

Obi-Wan et Anakin, sacs au dos, se mirent à descendre une falaise abrupte parcourue de longues lianes, Jaybo les attendant au niveau de la corniche surplombant le ravin dont les Jedi étaient en train de gagner le fond. Le garçon avertit ses amis Jedi, une fois qu'ils seraient arrivés en contrebas, de ne prendre que les racines sans toucher aux plantes qui, elles, étaient carnivores, et de se méfier des créatures volantes locales appelées des xandu. Ce fut alors qu'Anakin faillit tomber à cause d'un xandu mais se rattrapa de justesse à l'une des serres de la créature volante. Le xandu passa près d'Obi-Wan, qui en profita pour sauter et attraper l'autre patte de l'animal. Devant supporter le poids des deux Jedi, le xandu opéra une descente vers le fond du ravin où les deux amis, après avoir relâché leur compagnon volant, atterrirent en se réceptionnant tant bien que mal. Anakin, armé de sa pelle, s'occuperait de déterrer une racine de reeksa tandis qu'Obi-Wan tiendrait en respect une plante de reeksa qui s'était réveillée suite à l'atterrissage des Jedi, et dont les multiples gueules de plante carnivore ne présageaient rien de bon. Pressant Anakin, Obi-Wan commença à s'inquiéter. Heureusement, Skywalker arracha une racine à temps et la glissa dans le sac à dos d'Obi-Wan.

Mon image

Une récolte de racine de reeksa plus que périlleuse pour les deux Jedi.


La reeksa passa à l'attaque, mais les Jedi ne préférèrent pas s'éterniser. S'évertuant à escalader la paroi rocheuse, les Jedi furent rattrapés par les appendices de la plante carnassière. Dégainant leurs armes, Obi-Wan et Anakin tranchèrent plusieurs parties de ladite plante, qui préféra rebrousser chemin. Sur ce, les Jedi furent accueillis par un Jaybo plus qu'enthousiaste. Seulement, il restait le problème du Drol. Kenobi et Skywalker furent mis en garde par un Quarren du nom d'Amit Noloff, qui renchérit à propos de la malédiction du Drol. Sceptiques, les Jedi pensaient qu'il ne s'agissait que d'une superstition locale. Ce fut alors que Noloff leur montra un hologramme représentant un Rodien appelé Taquito, mort en tentant de quitter Iego, comme pour leur signifier qu'il s'agissait de tout sauf d'une légende.

Malgré cela, Obi-Wan et Anakin se devaient de rallier Naboo au plus vite pour sauver leurs amis, et ils partirent avec le Twilight. Grâce à un communicateur rudimentaire, Jaybo resta en contact avec les Jedi, persuadé qu'ils ne réussiraient jamais à passer le Drol. Obi-Wan, bien que doutant de l'existence réelle d'un fantôme, devait bien se rendre à l'évidence : quelque chose avait détruit tous ces vaisseaux. Anakin resta plutôt confiant face au mystère que cela pouvait représenter. Le vaisseau cargo entra dans le cimetière spatial sans rencontrer la moindre résistance, du moins au début. Soudainement, des lasers jaunes commencèrent à frapper plusieurs astéroïdes pour constituer les mailles d'un filet d'énergie infranchissable. Obi-Wan constata que ce champ énergétique était leur fameux Drol, impossible à traverser dans l'état actuel des choses, et pria son ami de faire demi-tour. Le champ d'énergie avait dû être installé par les Séparatistes pour empêcher quiconque de quitter Iego. Les Jedi durent retourner à Cliffhold.

À leur atterrissage, Obi-Wan et Anakin reçurent un message d'Ahsoka et Padmé : les deux femmes avaient détruit tous les droïdes susceptibles de répandre le virus sur Naboo, mais elles étaient toutes les deux contaminées et agonisantes. Suite à la transmission brutalement coupée, Anakin, bouleversé, entreprit de quitter Iego par tous les moyens. Obi-Wan tenta tant bien que mal de calmer son ancien Padawan, suggérant qu'ils pourraient trouver un moyen s'ils prenaient le temps d'évaluer la situation. Plus tard, devant un conseil composé de citoyens de Iego, Obi-Wan leur fit part de la véritable nature du Drol, à savoir qu'il s'agissait d'un système de sécurité séparatiste. Noloff restait néanmoins campé sur ses positions, en ajoutant que les Jedi avaient eu de la chance. Fin négociateur, Obi-Wan poursuivit en demandant si quelqu'un habitait les lunes de Iego avant l'arrivée des Séparatistes. Kenobi eut une réponse immédiate lorsqu'une Diathim pénétra dans la salle. Les Diathim, appelés également les Anges par le reste de la galaxie, avaient été chassés de leur monde, Millius Prime, lorsque les Séparatistes annexèrent le système. Les Jedi en conclurent que le premier nœud du piège se trouvait sur cette lune.

Mon image

Obi-Wan Kenobi s'entretient avec un Ange.


Kenobi eut alors une idée de génie : utiliser les chasseurs droïdes Vautour de Jaybo pour que R2-D2 puisse les télécommander afin que les Jedi détruisent l'émetteur laser se trouvant sur Millius Prime. Le plan fut mis à exécution. Jaybo réactiva les chasseurs, transféra les commandes au petit astromécano depuis son port informatique à bord du Twilight, et les Jedi partirent avec leur vaisseau en compagnie des quatre chasseurs à la rencontre du Drol. Le champ d'énergie s'activa une fois de plus. R2-D2 envoya les chasseurs droit sur les rayons laser, ce qui permit à Anakin de se frayer un chemin jusqu'à l'émetteur et à Obi-Wan de faire feu pour détruire l'installation. La réaction ne se fit pas attendre et l'intégralité du filet énergétique fut anéantie. Désormais, comme le confirma Obi-Wan à Jaybo par communication radio, le système séparatiste était hors d'usage et les habitants de Iego pouvait quitter la planète quand bon leur semblerait. Sur ces derniers mots, les Jedi mirent le cap vers Naboo avec la précieuse racine à leur bord. Les malades furent évacués du complexe souterrain avec Anakin et Obi-Wan à leur chevet. Alors qu'Anakin réconfortait sa femme avant de la confier aux bons soins des médecins, Obi-Wan aida Jar Jar à retirer sa combinaison étanche, le Gungan n'ayant pas été infecté durant la mission. Félicitant néanmoins Binks, Obi-Wan lui affirma qu'un stage pour apprendre le maniement des blasters lui serait profitable, même si Rex, sur sa civière, refusa de le prendre en charge. Après le rétablissement de ses amis, Kenobi regagna le chemin des champs de batailles, et il allait avoir besoin de toutes ses forces pour surmonter les périls qui s'annonçaient.

Lorsque la planète Ryloth fut annexée par les Séparatistes, Obi-Wan participa à la campagne visant à libérer le monde des Twi'leks. Anakin et Ahsoka furent chargés de briser le blocus encerclant la planète, mais la première attaque républicaine se solda par un échec qui diminua les forces de Skywalker de moitié. Obi-Wan et Mace Windu apprirent cette mauvaise nouvelle par voie holographique : Skywalker avait perdu un destroyer Venator, un escadron complet, sans compter qu'Ahsoka, qui avait mené la chasse républicaine, restait traumatisée à propos du fait d'avoir perdu autant d'hommes placés sous sa responsabilité. Obi-Wan recommanda à son ancien disciple de lui laisser du temps, Ahsoka étant sans doute le seul moyen pour Anakin de se sortir de cette impasse. En effet, si la force d'intervention de Skywalker n'arrivait pas à enfoncer le blocus avant la prochaine rotation planétaire, les Jedi devraient reporter l'invasion, laissant ainsi la population de Ryloth plus longtemps entre les griffes de la force d'occupation ennemie. Heureusement, grâce à un plan audacieux, Ahsoka et son maître parvinrent à percer le blocus. Lorsque les troupes d'invasion, menées par Windu et Kenobi, arrivèrent en orbite de Ryloth, Obi-Wan était satisfait de ce retournement de situation en faveur de la République. Il était même à peine étonné, bien qu'il ne voulût pas savoir comment cela était arrivé, de voir qu'Anakin se trouvait à ce moment précis à bord d'une capsule de sauvetage au lieu de diriger ses forces depuis le Résolu, seul destroyer survivant de sa force d'origine. Ainsi, les transports Acclamator I purent pénétrer dans l'atmosphère du monde occupé.

Mon image

Mace Windu et Obi-Wan s'apprêtent à prendre pied sur Ryloth.


Cependant, le débarquement des troupes s'avéra être une manœuvre plus délicate que prévu. Kenobi partit avec la Compagnie Fantôme à bord de canonnières TIO/BA afin de prendre la ville de Nabat et définir une aire d'atterrissage pour les transports. Le Maître Jedi ne manqua pas de rappeler à ses hommes qu'ils étaient là pour libérer les Twi'leks, par pour répandre la dévastation sur leur monde ; aussi, toute arme de destruction massive fut proscrite. Seulement, les Séparatistes accueillirent les vaisseaux républicains avec des canons protoniques, qui infligèrent de lourds dommages à l'un des transports Acclamator I. Ainsi, Obi-Wan et ses hommes devaient se charger coûte que coûte de ces canons, qui empêchaient l'atterrissage des vaisseaux lourds de la République. Les troupes d'Obi-Wan se posèrent dans une forêt à la périphérie de Nabat, mais lorsqu'ils arrivèrent aux limites de la ville, ils furent accueillis par un feu nourri de la part des droïdes de combat. Pour neutraliser les droïdes retranchés dans un bunker, Obi-Wan et les clones Waxer et Boil partirent en tête de peloton et lancèrent des grenades IEM, guidées dans leur trajectoire par Kenobi et ses dons de télékinésie, sur les postes de tirs des droïdes.

L'enceinte extérieure de la cité était désormais sécurisée. Mais Kenobi, fidèle à sa nature prudente, ordonna à Cody d'envoyer ses meilleurs hommes en éclaireurs afin de savoir ce que les droïdes mijotaient, Obi-Wan ne voulant pas risquer inutilement des vies en fonçant tête baissée vers le site des canons protoniques. Cody, Wooley, Waxer et Boil partirent ainsi pour tâter le terrain. Mais lorsque le commandant clone et Wooley revinrent, la situation s'étaient passablement compliquée : Cody rapporta à Kenobi et – par transmission holographique – à Maître Windu que les droïdes retenaient la population de la ville en otage sur le site de leur artillerie lourde, les Twi'leks faisant office de bouclier. Néanmoins, Obi-Wan avait son idée pour détruire les canons protoniques tout en secourant les otages, et prit la tête de ses soldats pour un assaut général. Cependant, lors de ce briefing, le Jedi et les clones ne se doutaient pas qu'ils avaient été espionnés par un droïde de reconnaissance séparatiste. Aussi, fort des informations recueillies par son petit espion mécanique, le commandant droïde TX-20 prépara un piège pour ses adversaires. Et comme si la situation n'était pas assez tendue, Cody fit part à Obi-Wan que Waxer et Boil n'étaient toujours pas revenus de leur mission. Ne pouvant attendre, le Jedi et ses clones partirent en direction des canons ennemis.

Le piège de TX-20 se présenta à Obi-Wan et ses hommes sous la forme d'une horde de gutkurrs, créatures carnivores particulièrement tenaces, dont la peau résistait aux tirs de blasters. Voyant ses troupes se faire écharper par les créatures, le Maître Jedi fit appel à la Force pour contrôler momentanément les animaux. À la stupéfaction de ses hommes, Obi-Wan attira lentement les gutkurrs dans un défilé sans issue, et Cody et les clones firent feu sur une passerelle de pierre surplombant le passage afin d'en bloquer l'entrée, et a fortiori les créatures. Obi-Wan relâcha son emprise sur les carnivores et s'extirpa du couloir de pierre par un saut de Force majestueux. Ce fut à ce moment-là que Waxer et Boil, accompagnés de la petite Numa, refirent leur apparition en sortant d'une bouche d'égout. Obi-Wan comprenait maintenant en quoi consistait le motif de leur retard. Maîtrisant le Twi'leki à merveille, Kenobi demanda à Numa de les aider. Connaissant les tunnels parcourant la cité comme sa poche, Numa les mena jusqu'aux prisonniers.

Mon image

Obi-Wan Kenobi libère les otages Twi'leks de la cité de Nabat.


Alors que Cody et la compagnie lancèrent une attaque frontale pour divertir le gros des troupes gardant les canons et les Twi'leks, Obi-Wan, Numa, Waxer et Boil empruntèrent les tunnels de la ville, qui les firent déboucher sur la place où les otages étaient retenus. Laissant la petite Numa en retrait, le Jedi et les deux clones chargèrent, se débarrassèrent des quelques droïdes restés en faction et emmenèrent les captifs à l'abri dans les tunnels. Puis, s'emparant d'un des canons protoniques, Obi-Wan, Waxer et Boil utilisèrent l'arme séparatiste pour détruire toutes les autres pièces d'artillerie présentes. Mais TX-20 arriva à bord de son CAB, détruisit le canon manipulé par Kenobi et tint le Jedi, ainsi que la petite Numa venue l'aider à se rétablir, dans sa ligne de mire. Mais c'était sans compter sur la vindicte des Twi'leks, revenus en force pour prêter main forte au Jedi, et qui assaillirent TX-20 pour le transformer en pièces détachées. La voie était désormais libre pour le débarquement des forces terrestres. Mais la campagne de Ryloth n'était pas terminée, car il fallait encore prendre la ville de Lessu, la capitale. Alors que Kenobi et ses troupes laissaient la population libérée derrière eux pour continuer leur avancée en territoire ennemi, Waxer et Boil lui demandèrent pourquoi Numa appelait tout le temps les deux clones « Nerra ». Obi-Wan leur répondit que ce mot en Twi'lek signifiait tout simplement « frère ». Par la suite, Obi-Wan conduisit sa propre force d'assaut pour prendre le contrôle de l'hémisphère sud de Ryloth, le Jedi y parvenant en capturant la zone du désert de Jixuan. De son côté, Mace Windu, allié aux combattants de la liberté Twi'leks de Cham Syndulla, parvint à faire tomber Lessu et même à capturer Wat Tambor. La victoire républicaine sur Ryloth fut totale.

VII. De Felucia à la bête de Zillo

Alors qu'il se trouvait sur Felucia avec Anakin et Ahsoka, leur force armée fut prise à partie par une importante force séparatiste qui finit par les encercler. Alors que l'étau des droïdes se resserrait sur les poches de résistance républicaines, Obi-Wan luttant aux côtés d'Anakin sabre laser au poing, un chasseur droïde Vautour en perdition vint s'écraser contre l'un des RT-TT. Obi-Wan eut le réflexe de tirer son ancien Padawan hors de la trajectoire du chasseur adverse, qui faillit bien les faucher tous les deux. Néanmoins, ce chasseur touché par un tir de laser signifiait que des canonnières TIO/BA d'évacuation avaient réussi à pénétrer dans l'atmosphère de Felucia malgré la forte concentration de frégates Munificent en orbite, canonnières escortés par des chasseurs V-19 Torrent et Maître Plo Koon. Kenobi ordonna aux troupes encerclées de se préparer pour la manœuvre d'extraction. Cependant, alors que le contingent de Kenobi et Skywalker embarquait à bord des canonnières sous le feu de l'ennemi, Ahsoka n'avait toujours pas donné de signe de vie, étant partie avec des blindés en patrouille dans la jungle.

Mon image

La résistance des Jedi et des clones sur Felucia.


Obi-Wan la contacta par comlink et apprit qu'elle était aux prises avec une force droïde qu'elle était en train de mettre en déroute. Mais la Padawan n'avait pas une vision d'ensemble de la situation et ne comprenait pas, bien qu'Obi-Wan le lui rapportât en termes explicites, que les Jedi et les clones étaient en infériorité numérique. Aussi, lorsque le Maître Jedi lui dit de se préparer à évacuer dès que les canonnières TIO/BA seraient arrivées sur sa zone de combat, Ahsoka refusa d'obtempérer, car croyant avoir la situation sous contrôle. Les injonctions répétées de Kenobi ne servirent à rien, Ahsoka faisant preuve du même entêtement que son mentor. Mais lorsque Kenobi et Skywalker arrivèrent finalement avec les vaisseaux pour s'interposer entre les troupes ennemies et les hommes de la Togruta, et suite à la requête pressante d'Anakin, la Padawan dut se résoudre à embarquer, et de justesse, car ses blindés explosèrent sous les coups de l'ennemi au moment du décollage.

Suite à cette cinglante débâcle, et devant l'impertinence d'Ahsoka Tano, notamment son refus de respecter la chaîne de commandement en suivant les ordres de ses supérieurs, Obi-Wan Kenobi participa à une séance du Conseil Jedi visant à évaluer le comportement imprudent dont Tano avait fait preuve sur Felucia. Suite à la déposition de Kenobi, rendant compte de tous les détails de la bataille, et malgré la plaidoirie de Skywalker en faveur de sa Padawan, la décision fut prise de muter temporairement Ahsoka, pour une durée indéterminée, au service des Archives Jedi pour qu'elle puisse méditer sur ses actions. Par la suite, Alors qu'Obi-Wan examinait avec ses pairs les conséquences relatives à la perte de Felucia, Maître Yoda ressentit une perturbation dans la Force, pressentant que le Temple Jedi serait bientôt victime d'une intrusion. Cette remarque laissa Kenobi et Skywalker perplexes. Réfléchissant à ce qu'un intrus pourrait bien trouver dans le Temple et nulle part ailleurs dans la galaxie, Obi-Wan et Anakin en arrivèrent à la conclusion qu'il s'agissait d'informations, sans doute militaires, qui, dans ce cas précis, se trouvaient toutes au même endroit : le centre de communication de la tour est. Tandis qu'Anakin irait inspecter le centre de communication, Obi-Wan se rendrait au poste de sécurité central pour surveiller le périmètre de défense du bâtiment.

Mais une fois sur place, Obi-Wan fut témoin d'une baisse de tension momentanée avant que tout ne revienne à la normale. Anakin contacta Obi-Wan par voie holographique depuis le centre de communication de la tour est du Temple Jedi pour lui faire part d'une anomalie similaire. À l'évidence, un intrus était parvenu à entrer dans le sanctuaire des Jedi. Sur une suggestion d'Anakin, Kenobi vérifia les conduits de ventilation, et le Maître Jedi constata qu'une brèche dans leur système de sécurité avait été effectivement occasionnée près de la tour sud. Sur ce, Yoda recommanda de mettre le Temple Jedi sous haute alerte.

Mon image
Obi-Wan et Anakin s'apprêtent à poursuivre Cad Bane dans les conduits de ventilation du Temple Jedi.


Kenobi rejoignit Anakin à l'endroit par lequel le ou les intrus s'étaient faufilés et, après avoir désactivé le bouclier de sécurité, ils s'engagèrent dans les conduits à leur poursuite. Bien qu'ayant failli rattraper l'intrus, en l'occurrence le chasseur de primes Cad Bane, les deux Jedi ne parvinrent pas à lui mettre le grappin dessus. Selon Yoda, quelqu'un à l'intérieur du Temple servait de complice pour guider le chasseur de primes, ce qui consterna encore plus Obi-Wan.

Alors qu'ils cherchaient toujours leur cible à travers le dédale formé par les conduits de ventilation, Kenobi et Skywalker reçurent une communication d'Ahsoka, qui avait appréhendé Cato Parasitti, la complice de Bane, qui avoua que le chasseur de primes se dirigeait vers la salle des holocrons. Cela n'avait pas de sens, puisqu'un holocron était inutile à qui ne possédait pas la Force pour l'ouvrir. Anakin pensait qu'il s'agissait d'un subterfuge, ou d'une manœuvre pour atteindre le centre de communication et ses données militaires via la chambre forte des holocrons. Aussi, lorsque Kenobi et Skywalker découvrirent à un moment donné une paroi découpée au laser, dont le conduit ainsi débloqué menait au centre de communication, ils ne se doutèrent pas un instant qu'il s'agissait d'une ruse de Bane, et les Jedi empruntèrent le passage en croyant tenir leur proie. Mais Bane avait envoyé son droïde Todo 360 en direction du centre de communication pour faire office de diversion, le droïde étant une véritable bombe ambulante. Même si l'explosion eut lieu, les Jedi, que ce soit Skywalker et Kenobi, ou encore ceux se trouvant dans la salle de guerre, en réchappèrent. Mais Cad Bane put en profiter pour s'emparer d'un holocron Jedi et prendre la poudre d'escampette.

Impuissants, et surtout intrigués, les Jedi ne purent que constater le forfait commis par le chasseur de primes. Obi-Wan ne comprenait toujours pas à quoi le vol d'un holocron pouvait rimer. Du moins jusqu'à ce que Parasitti mentionne le Jedi Bolla Ropal. Ce dernier était le dépositaire du Cristal de Kyber, qui contenait la liste de tous les enfants réceptifs à la Force connus de la galaxie, autrement dit les noms et localisations de ceux qui représentaient les futures générations de Chevaliers Jedi. Emmenant Parasitti en détention, Kenobi partit enquêter de son côté afin de déterminer si Bane était toujours sur Coruscant. De leur côté, Anakin et Ahsoka embarquèrent pour Devaron, où Bolla Ropal se trouvait, et ce pour mieux l'avertir du danger qui planait sur lui.

Malheureusement, Bane parvint à mettre la main sur le cristal et à s'enfuir de Devaron. Pire, en menaçant de tuer Ahsoka, alors que les Jedi et les clones avaient abordé la frégate de Bane, le chasseur de primes obligea Skywalker à ouvrir l'holocron, ce qui lui permit d'accéder aux informations encodées dans le Cristal de Kyber. Lorsque la Togruta et son mentor revinrent faire leur rapport au Conseil Jedi, il fut décidé qu'un cercle de vision serait formé par quatre des plus puissants Jedi de l'Ordre afin de déterminer quels enfants seraient les cibles prioritaires de Cad Bane. Yoda, Mace Windu, Anakin Skywalker et Obi-Wan Kenobi se réunirent pour une séance de prémonition et purent distinguer les images de plusieurs mondes. Kenobi, tout comme Yoda, eut la vision du monde de Rodia. Aussi décida-t-il de s'y rendre afin de prévenir toute tentative d'enlèvement.

Mon image

Obi-Wan aux trousses de Cad Bane sur Rodia.


Cependant, Obi-Wan joua de malchance : à peine arrivé dans la cité rodienne au niveau de la demeure où vivait le petit Wee Dunn, l'un des enfants de la liste contenue dans le Cristal de Kyber, le Jedi fut réceptionné par la mère du jeune Rodien, Mahtee Dunn, qui avait été hypnotisée par Cad Bane pour qu'elle lui donne son enfant et pointait à ce moment-là un blaster sur Kenobi. Grâce à l'influence mentale et à la télékinésie, Obi-Wan fit revenir Mahtee Dunn à ses esprits et la désarma, la Rodienne étant affligée d'avoir confié son fils au chasseur de primes, qui s'était fait passé pour un Jedi pour mieux approcher sa cible. Bane prit la fuite à bord de son chasseur personnel alors qu'Obi-Wan était à un cheveu de le rattraper. Obi-Wan s'en voulut de n'avoir pas réussi à soustraire le petit Wee Dunn à Bane. Heureusement, Anakin et Ahsoka parvinrent à piéger le chasseur de primes sur Naboo, et Cad Bane fut emmené sur le Résolu pour y être interrogé dans une cellule sombre.

Les premières phases de l'interrogatoire, mené par Windu et Kenobi, n'aboutirent à rien, Bane étant un esprit fort de nature. Lorsqu'Anakin arriva avec sa Padawan dans le quartier de détention, il fut suggéré d'utiliser leurs dons d'influence mentale de manière combinée afin de le faire parler. Obi-Wan fit remarquer qu'il s'agissait d'une manœuvre assez risquée, l'esprit ciblé pouvant subir des dommages importants. Mais au vu de l'urgence de la situation, les Jedi n'avaient guère le choix. Ensemble, Anakin, Mace et Obi-Wan concentrèrent leurs pouvoirs pour assaillir et faire plier l'esprit de Bane. Le chasseur de primes tenta de résister mais, face à la douleur insupportable infligée par les Jedi, Cad Bane céda et se résigna à mener ses ennemis à son repaire, où se trouvait l'holocron, pour qu'ils récupèrent les enfants kidnappés. Du moins pour l'instant.

Mon image

Anakin Skywalker, Mace Windu et Obi-Wan unissent leurs pouvoirs pour interroger Cad Bane.


Ayant finalement triomphé des défenses mentales de leur prisonnier, Mace Windu et Obi-Wan Kenobi décidèrent de partir avec Bane à bord d'une navette T-6 en compagnie du commandant Cody tandis qu'Anakin et Ahsoka se rendraient sur Coruscant, avant de revenir à bord du Résolu, pour informer le Chancelier Palpatine de la progression de leur enquête, même si Kenobi pensait que cela était une affaire interne à l'Ordre Jedi à propos de laquelle le Chancelier n'avait pas son mot à dire. Cad bane fournit à Windu et à Kenobi les coordonnées de sa base, la Station Black Stall, située aux confins de la Bordure Extérieure dans le Système Rogue Antar. La navette T-6 émergea de l'hyperespace et aborda la station, Cody étant chargé de garder le vaisseau tandis que les deux Maîtres Jedi et leur captif récupèreraient l'holocron sur la base stellaire. Obi-Wan, tout comme Mace, constata au moins une chose par le biais de la Force : les enfants ne se trouvaient pas dans ce lieu lugubre.

Via un turbo-ascenseur, les Jedi et Bane atteignirent la salle des opérations de la station, là où se trouvait l'holocron. Malheureusement, Mace Windu déclencha par inadvertance, ce que ne manqua pas de souligner Kenobi, le système de sécurité. Des blasters automatiques et des faisceaux laser balayant la pièce se déployèrent. Les Jedi n'eurent d'autre choix que de dégainer leurs sabres laser pour se protéger. Cette diversion fut suffisante à Bane pour qu'il fausse compagnie aux Maîtres Jedi et quitte la Station Black Stall à bord d'une capsule. Dos à dos, Obi-Wan et Mace parèrent tant bien que mal les lasers provenant de toutes les directions. Obi-Wan parvint à se frayer un chemin jusque vers l'holocron. Une fois le précieux colis récupéré, les deux Jedi quittèrent la station au pas de charge jusqu'à leur navette, dont Cody, après avoir récupéré Kenobi et Windu, désengagea le système d'amarrage juste avant l'explosion de la base du chasseur de primes. Si l'holocron revint entre les mains des Jedi, le fait était que Cad Bane courait à nouveau dans la nature.

Mon image

Obi-Wan et Mace s'enfuient de la Station Black Stall.


En parallèle de la mission menée par Obi-Wan et Mace, Anakin et Ahsoka avaient effectué leur propre enquête et trouvé l'endroit où les enfants étaient retenus, à savoir le monde volcanique de Mustafar, sur lequel ils se rendirent et sauvèrent les enfants in extremis. Même si Bane était libre, Obi-Wan rassura ses compagnons Jedi : Wee Dunn et Zinn Toa étaient saufs, et l'holocron avait été récupéré avant que la liste des enfants connus réceptifs à la Force ait pu être copiée. Néanmoins, toutes ces péripéties relatives à l'holocron volé firent prendre conscience aux Jedi qu'il leur fallait faire preuve d'une plus grande prudence à l'avenir.

Par la suite, des indices tendaient à prouver que le sénateur Rush Clovis était de mèche avec les Séparatistes. Mais ayant besoin de preuves, et par crainte d'un incident diplomatique s'ils s'avisaient de soumettre Clovis à un interrogatoire, les Jedi devaient faire appel à un espion au sein du Sénat, en l'occurrence la sénatrice Amidala, qui avait eu une liaison avec Rush Clovis par le passé. Obi-Wan tout comme Yoda voulait percer les mystères d'une potentielle collaboration entre Clovis et les Séparatistes, mais il dut reconnaître que, sans la coopération d'Amidala, le Conseil des Jedi était actuellement dans une impasse. C'est pourquoi Obi-Wan avait tenté de contacter Anakin toute la soirée pendant laquelle la séance du Conseil fut tenue, Skywalker étant la seule personne à même de convaincre la sénatrice d'aider les Jedi. Mais Anakin ne répondit qu'au bout du septième appel d'Obi-Wan, car passant une soirée en amoureux avec sa femme.

Finalement, écourtant sa soirée romantique avec Padmé, Anakin arriva essoufflé au centre tactique du Temple Jedi où Obi-Wan, Yoda et Maître Windu se trouvaient. La situation fut expliquée par les trois Maîtres Jedi à Skywalker, qui dut se résoudre à tenter de convaincre Padmé, même si la pointe de jalousie qui transparaissait de l'attitude d'Anakin, en pensant à une ancienne relation entre Padmé et Clovis, faisait sourire Kenobi. Suite à une conversation avec sa femme, même si Skywalker était réticent à l'idée de l'exposer au danger, Amidala revint sur son premier choix et accepta la mission du Conseil Jedi. Cette décision s'avéra capitale, puisqu'Amidala découvrit que les Séparatistes étaient en train de créer une nouvelle usine d'armement sur Géonosis. Une fois pleinement opérationnelle, cette usine fournirait aux Séparatistes un avantage décisif. Ce fut la raison pour laquelle Obi-Wan participa ensuite à la seconde campagne menée sur Géonosis afin de pacifier une nouvelle fois la planète.

Lors de l'arrivée de la flotte républicaine d'invasion destinée à neutraliser toute activité séparatiste sur Géonosis, Obi-Wan, sur la passerelle du vaisseau principal, confia à son confrère Ki-Adi-Mundi qu'il ne se serait jamais attendu à revenir sur ce monde suite à son expérience comme prisonnier de Dooku au début de la guerre. Mais ce qui était le plus inquiétant pour les deux Jedi c'était que la loyauté des Géonosiens envers Dooku paraissait sans faille, surtout pour oser se dresser une seconde fois contre la République. Ahsoka et Anakin rejoignirent Obi-Wan et Ki-Adi-Mundi, et Kenobi fut étonné de voir avec quelle légèreté Skywalker et sa Padawan semblaient prendre la guerre, surtout en ce qui concernait le nombre d'ennemis abattus. D'autant que pour Obi-Wan le conflit s'éternisait trop à son goût, ce qui ne présageait rien de bon. Mais l'heure n'était plus à la tergiversation et les quatre Jedi se réunirent pour le briefing de la mission.

Mon image
Obi-Wan Kenobi et ses confrères discutent du plan de bataille en vue de prendre à nouveau Géonosis.


Avec ses compagnons, et en communication avec Mace Windu, Yoda, Luminara Unduli et Palpatine, Obi-Wan exposa la situation : la flotte d'invasion était prête à attaquer et Poggle le Bref devait certainement se cacher dans sa nouvelle usine d'armement. Grâce au projecteur holographique, il expliqua que lui et ses camarades Jedi mèneraient l'offensive sur trois fronts simultanés avant de se donner rendez-vous au lieu convenu pour préparer l'attaque du générateur de bouclier. Palpatine émis une sérieuse objection au plan d'Obi-Wan en se demandant s'il n'était pas imprudent que trois Généraux Jedi participent en même temps à cette phase difficile de la bataille, et surtout soient rassemblés en un même lieu, exposés au feu ennemi. Mais Kenobi reçut le soutien de Yoda, pour qui la capture de Poggle le Bref nécessitait la mobilisation de tant de Jedi. Puis, une fois la transmission terminée avec Coruscant, Luminara restant néanmoins en contact holographique, Kenobi et les Jedi peaufinèrent leur plan en compagnie de Cody, Rex et du commandant Jet : tandis que Ki-Adi-Mundi et Jet attaqueraient les Géonosiens par le nord avant de rejoindre la zone de rendez-vous, Cody et Kenobi emprunteraient la voie du centre, et le groupe de Skywalker, Ahsoka et Rex passerait par le chemin sud.

Une fois le plan approuvé, Kenobi partit pour le hangar du destroyer afin d'embarquer sur sa canonnière TIO/BA, l'assaut étant désormais imminent. Dans le hangar, en compagnie de Cody, Kenobi se remémora les instants passés sur Géonosis, Cody n'ayant pas participé au premier affrontement de la guerre. Le Maître Jedi conservait notamment un souvenir impérissable de son exécution programmée dans l'arène Petranaki et de son combat contre les créatures du stade géonosien. Après ce bref échange avec son commandant clone, Obi-Wan embarqua à bord de sa canonnière pour partir à l'assaut dans l'atmosphère de Géonosis. Même avec une force de frappe conséquente du côté républicain, les défenses des Géonosiens étaient en mesure de repousser une invasion de grande envergure. La canonnière TIO/BA se retrouva en grand danger face à la riposte géonosienne. Les blindés du commandant Cody durent se poser plus tôt que prévu pour éviter un massacre des troupes encore dans les airs, le reste du trajet devant se faire par voie terrestre désormais. Mais la zone d'atterrissage de Kenobi n'était pas encore sécurisée et son transport encaissa le tir d'un chasseur Nantex avant de s'écraser.

Heureusement, Kenobi survécut au crash, bien qu'il ait été grièvement blessé au cours de cet atterrissage mouvementé. Waxer et Boil arrivèrent peu de temps après pour dégager Kenobi de la carcasse de son appareil, les deux clones ayant été envoyés par Cody au niveau de la position du Général Jedi afin de déterminer s'il y avait des survivants parmi les décombres de l'appareil abattu. Le Maître Jedi et le clone Trapper furent les seuls rescapés du crash et furent emmenés par Waxer et Boil rejoindre les blindés de Cody, formant un cercle de défense pour parer au mieux l'offensive des Géonosiens faisant mouvement vers la position des troupes de Kenobi. Kenobi put se reposer sur une pile de caisse alors qu'un clone lui fit une injection pour soulager sa douleur. Cody informa Obi-Wan de la situation, qui était désastreuse : les natifs de Géonosis semblaient avoir anticipé leur attaque de l'usine et tous leurs mouvements. La seule chose qu'Obi-Wan et ses hommes pouvaient faire pour le moment, c'était de tenir jusqu'à l'arrivée des forces de Ki-Adi-Mundi et Skywalker.

Mon image
Obi-Wan, blessé, s'apprête à vendre chèrement sa peau face à l'ennemi.


Le combat sembla durer une éternité sur la zone d'atterrissage d'Obi-Wan, le cercle de RT-TT de Cody étant inondé par les salves de blasters soniques des Géonosiens et par les tirs des CAB. La bataille fut incroyablement intense et Kenobi, au vu de son état, ne pouvait qu'assister aux échanges de feu entre ses clones et l'adversaire. Alors que la bataille atteignait son paroxysme, Obi-Wan et le reste de ses hommes s'apprêtant à un baroud d'honneur avant de tomber, eurent l'agréable surprise de voir des renforts se présenter, d'abord sous la forme d'un escadron de bombardiers BTL-B Y-Wings, puis sous la forme des troupes de Skywalker et Ki-Adi-Mundi. La jonction entre les trois forces d'intervention terrestres put ainsi s'opérer malgré les lourdes pertes occasionnées lors de cet atterrissage.

Expliquant à Anakin la manœuvre à suivre pour neutraliser les scanners ennemis et leur générateur de bouclier grâce à un plan holographique de la région, Obi-Wan resta en arrière pour cette opération, mais put constater que son ancien Padawan réussit avec brio sa mission. Désormais la voie était libre pour une attaque directe contre l'usine, et Kenobi put bénéficier d'un répit en regagnant une canonnière afin de se faire soigner. Anakin et Ahsoka ayant compté, comme à leur habitude, le nombre d'adversaires abattus, 55 pour Skywalker et 60 pour Ahsoka, Obi-Wan ne comprenait pas que l'on puisse résumer de pareils affrontements à un simple jeu. Cependant, Ki-Adi-Mundi en avait éliminé bien plus avec un score total de 65, et gagna en conséquence le respect éternel de Skywalker. Soutenu par le Céréen, Obi-Wan assura à ce dernier qu'il s'agissait d'un cadeau qu'Anakin offrait rarement, le Maître Jedi humain sachant de quoi il parlait. Ce fut sur cette touche légère qu'Obi-Wan regagna le destroyer afin de mieux revenir sur le champ de bataille de Géonosis frais comme un gardon.

Une fois remit d'aplomb, après que l'usine de Poggle le Bref fut détruite, Obi-Wan revint sur la planète pour commander les bataillons restants et nettoyer le reste de ce monde. Kenobi rejoignit Luminara Unduli, les deux Jedi discutant des pertes subies et du problème de Poggle le Bref, toujours introuvable, qui devait être arrêté pour comparaître devant la justice. Même si cette entreprise s'annonçait laborieuse, Maître Unduli décida de partir avec le clone Buzz à la recherche du leader séparatiste à bord de leurs motojets BARC, malgré les conseils d'Obi-Wan. Puis le Maître Jedi alla retrouver son confrère Ki-Adi-Mundi, également remis de ses blessures, sur la passerelle d'un transport Acclamator I posé à la surface de Géonosis. Kenobi espérait juste ne pas revenir une troisième fois sur cette planète pour y affronter les Séparatistes. Consultant un hologramme de la planète avec son collègue, Obi-Wan pensait que Poggle devait se trouver dans l'hémisphère nord de Géonosis, Luminara le talonnant d'assez près. Mais ce qui intriguait Obi-Wan était le fait qu'il n'y avait rien de notable dans cette partie de la planète.

Mon image

Ki-Adi-Mundi et Obi-Wan attendent le retour de Luminara Unduli.


Cela lui fut confirmé lorsque Luminara Unduli contacta Kenobi et Ki-Adi-Mundi, la Jedi étant pratiquement sûre que Poggle se dirigeait vers le Temple Progate, un endroit bombardé dès le début de la bataille. Cela n'avait aucun sens de voir que Poggle se dirigeait vers un lieu déjà nettoyé par l'armée républicaine. Et comme si la situation n'était pas assez compliquée, Anakin fit irruption sur la passerelle où se tenaient Obi-Wan et Ki-Adi-Mundi pour signaler qu'une tempête se dirigeait vers la position de Maître Unduli. Mais celle-ci était déterminée à poursuivre le Géonosien malgré ces conditions météorologiques défavorables. La tempête de sable atteignit le vaisseau où Skywalker, Kenobi et Ki-Adi-Mundi patientaient en attendant d'avoir des nouvelles de Maître Unduli. L'inquiétude d'Obi-Wan était aussi palpable que celle de son ancien disciple, malgré la confiance du Céréen en sa consœur et ses capacités.

Luminara reprit contact avec ses homologues pour les avertir qu'elle avait trouvé le Temple Progate. Kenobi lui recommanda d'attendre sur place la fin de la tempête pour qu'il puisse envoyer des renforts épauler la Jedi dans sa chasse au chef séparatiste. Ce dernier avait dû trouver refuge dans les catacombes parcourant les sous-sols du temple. Soudainement, la transmission s'interrompit sur une image de Luminara brandissant son sabre laser allumé. Malgré la promptitude d'Anakin à vouloir porter secours à la Jedi, le fait était que la tempête empêchait toute recherche pour le moment comme le lui fit remarquer Obi-Wan. Quelques heures plus tard, une fois la tempête passée, Obi-Wan et Anakin, à la tête d'une escouade dirigée par Cody, atteignirent le temple en question avec leur canonnière TIO/BA. En fouillant la pièce principale du lieu sacré, les Jedi découvrirent le cadavre du clone Buzz, et le Maître Jedi vit son inquiétude grandir lorsqu'il mit la main sur le sabre laser de Luminara Unduli.

Mon image
Anakin, Obi-Wan et leurs hommes, à l'intérieur du Temple Progate.


Grâce à Anakin, l'attention de chacun se porta sur une statue du Temple Progate, représentant une créature que personne n'avait jamais vue auparavant. Obi-Wan émit l'hypothèse selon laquelle, d'après les rumeurs, il devait s'agir de la reine des Géonosiens, mais aucune preuve de son existence n'avait été mise au jour, du moins jusqu'à maintenant. Sans plus attendre, Kenobi, Skywalker et leur escouade s'engagèrent dans les catacombes, les Jedi avec leurs sabres laser allumés, les clones avec leurs lampes de casque, pour éclairer les sinistres tunnels. Après un certain temps à arpenter le labyrinthe creusé par les Géonosiens, Obi-Wan et Anakin reçurent une communication urgente de Luminara, toujours vivante et menottée. Celle-ci les pressa de rebrousser chemin au plus vite avant que sa représentation holographique ne disparaisse une nouvelle fois. Mais contre toute attente, pensant que sa consœur était tout près de leur niveau, Obi-Wan enjoignit ses hommes à presser le pas à travers le dédale formé par les tunnels.

Mais leur groupe tomba nez à nez avec des Géonosiens, à ceci près qu'ils ne ressemblaient pas aux natifs insectoïdes ordinaires : leurs yeux étaient vitreux, leur peau pâle, leur démarche titubante et leurs cris s'apparentaient plus à des gémissements. N'aimant pas du tout leur allure, Kenobi engagea le combat contre ces Géonosiens qui, à la surprise générale, parvenaient à se relever même après avoir endurer un tir de barrage de blasters. Les Républicains cernés, Kenobi ordonna la retraite, ajoutant de faire feu sur les supports des tunnels pour empêcher leurs ennemis de les poursuivre. Les hommes de Cody tirèrent pour faire s'écrouler une bonne portion du tunnel où ils se trouvaient. Après que tout le monde du côté républicain se fut remis suite à l'éboulement, il fallait clarifier la situation. Face à l'incrédulité d'Anakin devant les formidables capacités dont leurs adversaires avaient fait montre, Obi-Wan fit part d'histoires qu'il avait entendues naguère, des récits parlant d'un esprit géonosien si puissant qu'il pouvait garder une connexion avec ses guerriers, même après leur mort. Aussi incroyable que cela puisse paraître, Kenobi et Skywalker devaient se rendre à l'évidence : ils avaient affronté une armée de morts-vivants.

Mon image
Obi-Wan Kenobi et ses compagnons luttent contre les Géonosiens zombies.


Ayant cruellement besoin de renforts, mais se trouvant à une trop grande profondeur pour que leurs communicateurs puissent émettre, Obi-Wan demanda à deux soldats clones, Gearshift et un camarade, de remonter à la surface et prévenir le Général Ki-Adi-Mundi. Les soldats s'exécutèrent. Mais alors que les Jedi et le reste des clones continuaient leur progression, ils entendirent les hurlements des deux soldats et s'empressèrent de rejoindre la source des cris. Ils ne découvrirent que leurs cadavres. Même si Anakin se porta volontaire pour remonter à la surface et chercher de l'aide, Obi-Wan allégua que cela ne ferait que diviser encore plus leurs forces déjà affaiblies, d'autant que cela leur ferait gaspiller un temps précieux qui serait mieux utilisé en allant au secours de Luminara avant qu'il ne soit trop tard pour elle. Ainsi, les Jedi et leurs hommes reprirent leur marche à travers les tunnels.

Au détour d'un couloir, Kenobi sentit que l'air devenait plus chaud, ce qui signifiait qu'ils approchaient du but. Demandant à Anakin d'arrêter de se plaindre et de baisser le volume de sa voix, Obi-Wan et leurs hommes, en retrait pour ne pas se faire repérer, débouchèrent au niveau d'une large cavité faisant office de ruche principale. Ils avaient trouvé l'endroit où demeurait la reine géonosienne Karina la Grande, ainsi que Luminara Unduli, captive et suspendue dans un champ de force. Tempérant les ardeurs d'Anakin, qui voulait foncer dans le tas comme à son habitude, Obi-Wan préconisa une approche plus subtile, car certaines questions du Maître Jedi restaient sans réponse, en l'occurrence pourquoi Luminara était-elle toujours en vie et, surtout, que comptait faire la reine Karina avec la Jedi.

Obi-Wan voulait connaître les tenants et les aboutissants de cette machination et, pour ce faire, devait s'entretenir avec la reine. Par précaution, Obi-Wan ordonna à Cody de poster ses hommes tout autour du nid principal, cachés dans les tunnels attenants à cette pièce souterraine. La diversion, au cas où la situation tournerait au vinaigre, créée par la lumière éblouissante de leurs torches de casque serait suffisante pour plonger momentanément leur ennemi dans la confusion et libérer Maître Unduli. Et si les zombies s'avisaient de les poursuivre, les clones reçurent l'ordre de tirer sur les colonnes porteuses pour faire s'effondrer la grotte. Puis, Anakin et Obi-Wan s'avancèrent le plus calmement du monde devant Karina. Luminara fut heureuse, et en même temps irritée, de voir Kenobi et Skywalker, les ayant pourtant avertis. Après une adresse de la Géonosienne, qui parlait le Basic, à ses nouveaux interlocuteurs, Kenobi s'adressa à la reine pour lui signifier que son règne touchait à sa fin. Puis Kenobi ajouta que la reine devait se soumettre aux lois républicaines et libérer sa prisonnière.

Mon image

Obi-Wan Kenobi face aux serviteurs de la reine Karina la Grande.


Mais Karina avait sa fierté et, suite à un long râle aigu qui envahit la salle souterraine, répondit que jamais elle ne se soumettrait. Même si Anakin eut le réflexe d'activer son arme pour se défendre, Obi-Wan le pria de la rengainer. Les deux Jedi furent alors désarmés. Malgré les vives recommandations d'Obi-Wan, la reine refusait d'obéir et voulut faire aux Jedi une démonstration de sa puissance : Luminara Unduli s'apprêtait à devenir l'hôte d'un ver cérébral géonosien. Même si la curiosité d'Obi-Wan n'était pas au goût de Luminara et d'Anakin, le Maître Jedi désirant percer les mystères du contrôle mental géonosien, Kenobi n'oublia pas pour autant l'urgence de la situation et, au moment où le ver allait s'introduire par le nez d'Unduli, ordonna aux hommes de Cody de passer à l'action. Obi-Wan en profita pour happer, grâce à la Force, le ver cérébral destiné à Luminara afin de l'étudier plus en détails. Tout le reste s'enchaîna rapidement : Luminara fut libérée, les Jedi purent récupérer leurs sabres laser, Poggle fut menotté et emmené de force avec les Républicains, qui décampèrent des lieux, les hommes de Cody faisant feu sur les colonnes portant la voûte de la caverne pour barrer la route à leurs adversaires.

Anakin arracha cependant le vers des mains d'Obi-Wan et l'écrasa avec sa botte, ne voulant prendre aucun risque avec l'une de ces créatures, ce qui contraria Obi-Wan. La troupe suivit un chemin à toute vitesse, avec néanmoins des morts-vivants toujours à leurs trousses, jusqu'à un conduit vertical débouchant à l'intérieur du Temple Progate. La phase d'escalade ne se déroula pas sans mal, toute la structure des catacombes étant en train de se désintégrer, avec des décombres menaçant de stopper l'ascension des Jedi et des clones. Kenobi, ses compagnons et leur prisonnier furent propulsés par le souffle engendré par l'effondrement de la ruche souterraine et atterrirent tant bien que mal sur le sol du temple. Mais ce dernier bâtiment ayant déjà été fragilisé auparavant, les Jedi et les Républicains ne s'attardèrent pas sur place et déguerpirent hors de l'enceinte du sanctuaire, Kenobi traînant Poggle le Bref avec lui. Sain et sauf, ainsi que ses amis, et même si le leader séparatiste était désormais leur captif, Obi-Wan aurait pourtant voulu rapporter un spécimen de ver cérébral géonosien pour comprendre les secrets de la reine. Chose impossible avec la condamnation de l'entrée du temple.

Mon image

Anakin et Obi-Wan ont échappé à la destruction du temple de la reine Karina.


Obi-Wan participa au transfert de Poggle le Bref sur Coruscant en compagnie d'Anakin, Luminara et Ki-Adi-Mundi tandis que les Padawans Ahsoka Tano et Barriss Offee partiraient chercher des fournitures sur la station médicale d'Ord Cestus à destination des troupes de Mace Windu sur Dantooine. Une fois le cas de Poggle réglé, Obi-Wan et le reste des maîtres leur donneraient rendez-vous afin d'approvisionner les troupes républicaines sur Dantooine en fournitures médicales. Alors que le destroyer Venator où se trouvait Kenobi voyageait en hyperespace vers Coruscant, une anomalie fut relevée par Maître Unduli : les Padawans n'avaient pas fait leur rapport, et tout appel en direction de leur frégate demeurait sans réponse. Anakin pressentait un danger, mais Obi-Wan le calma en rappelant à son ancien élève que lui-même n'avait pas l'habitude de répondre à tous les appels, ni de faire des rapports réguliers. Par conséquent, les Padawans n'étaient pas nécessairement en péril et toute inquiétude paraissait superflue pour le moment. Tout comme le reste de ses confrères, Obi-Wan voulait poursuivre l'interrogatoire du chef Géonosien avant leur arrivée à destination. Mais cela ne porta pas ses fruits, Poggle le Bref étant des plus récalcitrants.

Plus tard, Anakin revint d'un interrogatoire menée en solitaire sur la personne de Poggle. Suite à une communication avec Ahsoka, lui rapportant que l'équipage de sa frégate médicale Pelta avait été infecté avec des vers cérébraux géonosiens, Anakin avait pris la décision de faire parler le leader séparatiste afin d'obtenir des réponses, ce qu'il fit au plus grand étonnement de ses pairs. Lorsqu'Obi-Wan demanda comment les parasites avaient réussi à s'introduire à bord d'un de leurs vaisseaux, Anakin, ayant obtenu les réponses voulues, rétorqua qu'ils avaient dû infecter des clones sur Géonosis suite à la destruction du temple de la reine. Toujours était-il qu'Anakin avait trouvé la solution pour neutraliser les vers : le froid. Grâce aux actions d'Ahsoka, les vers purent être neutralisés à bord de la frégate TB-73, écartant tout danger de contamination.

Au cours du conflit, malgré le nombre important de victoires pour la République, les Jedi ne purent stopper l'avancée des Séparatistes dans la Bordure Extérieure, ne sachant jamais où Grievous frapperait. Pire, le Maître Jedi Eeth Koth, membre du Conseil Jedi, fut capturé par le général droïde. Au Temple Jedi de Coruscant, Obi-Wan, avec d'autres Maîtres, Chevaliers et Padawans, apprit cette triste nouvelle lors de la diffusion d'un message envoyé par Grievous, qui prit un malin plaisir à torturer Eeth Koth, pour mieux les prévenir qu'il ne vivait que pour les détruire. Une réunion d'urgence fut organisée après que les apprentis eurent quitté le centre de communication. Obi-Wan était désireux de coincer et neutraliser le chef séparatiste, ainsi que de libérer Eeth Koth, mais aucun indice ne permettait de déterminer la localisation exacte du général et de son prisonnier Jedi.

Mon image
Obi-Wan, Anakin et Adi Gallia visionnent le message envoyé par Grievous.


Ce fut alors que le commandant clone Wolffe remarqua quelque chose sur l'enregistrement, le notifiant à ses supérieurs Jedi : Eeth Koth, alors qu'il était torturé, agitait ses doigts de manière à transmettre un message codé à ses pairs. Obi-Wan, bien qu'un peu rouillé dans ce domaine, s'employa à traduire les signes du Zabrak : il découvrit que le Maître Jedi était retenu dans le Système Saleucami. Sitôt cette information entre les mains des Jedi, Obi-Wan, Anakin et Adi Gallia se portèrent volontaires pour secourir le Jedi Zabrak. Obi-Wan, sur la passerelle d'un croiseur léger républicain, mènerait une flotte d'attaque pour engager l'armada de Grievous en orbite de Saleucami, espérant que son vaisseau se fasse aborder par le général séparatiste afin de le divertir suffisamment longtemps pour permettre à la navette d'Anakin et d'Adi de s'arrimer discrètement au destroyer léger Recusant de Grievous et récupérer Maître Koth.

Kenobi comptait sur le fait que le général droïde avait une affaire à régler avec le Maître Jedi, Obi-Wan étant pratiquement sûr que Grievous ne résisterait pas à l'envie de l'aborder pour l'affronter. Sur ce, Kenobi partit avec la flotte vers Saleucami, laissant le groupe d'Anakin en retrait le temps d'engager les hostilités avec les navires ennemis. Lorsque la flotte républicaine émergea de l'hyperespace, s'acheminant vers la position de Grievous, Kenobi entra en contact avec son adversaire pour mieux le provoquer et l'appâter. Et comme Obi-Wan l'avait prévu, Grievous était impatient d'arraisonner le croiseur du Maître Jedi pour l'affronter en personne. Le combat s'engagea alors entre les deux flottes, Obi-Wan ordonnant à Yularen d'occuper les forces adverses pour permettre à Skywalker de passer à l'action.

Le croiseur de Kenobi fut happé par le rayon tracteur du destroyer Recusant de Grievous. Obi-Wan, nullement surprit, mais juste légèrement secoué comme ses hommes par le rayon, voulait offrir la diversion adéquate à son ancien apprenti en se laissant aborder et somma Cody de ne rien tenter pour se dégager du carcan. Attendant de pied ferme son ennemi au niveau du sas d'arrimage avec ses hommes, Kenobi dut faire face à un groupe de droïdes commandos BX et de deux MagnaGardes, suivis par le Général Grievous en personne. Obi-Wan fut pris à partie par les MagnaGardes et le général, et les attira jusqu'à la passerelle de son croiseur. Se défendant contre les assauts des sbires mécaniques de Grievous, Obi-Wan, avec une habileté et une agilité inégalées, parvint à neutraliser un des MagnaGardes. Grievous, immobile, sabres laser aux poings, se doutait que Kenobi avait un plan, Skywalker devant en faire partie, pour libérer Eeth Koth. Malgré la perspicacité de son adversaire, qui avait cerné le plan des Jedi, Obi-Wan ne se laissa pas démonter et repris le combat.

Mon image

Obi-Wan Kenobi affronte Grievous lors de la bataille en orbite de Saleucami.


Bloqué sur le pont, Obi-Wan fit montre de ses talents d'expert du Soresu en esquivant et parant les coups de Grievous et du MagnaGarde restant. Tout en combattant, Kenobi invectivait le général droïde, sur son inutile soif de pouvoir, son corps mutilé et le fait qu'il n'était que la marionnette de Dooku. Renchérissant, Obi-Wan, après avoir détruit le MagnaGarde et s'être emparé de son bâton électrique, se demandait ce que le général avait à gagner à faire une telle démonstration de force à la tête d'une armée sans esprit, ni loyauté, ni raison, mais juste programmée. Kenobi eut sa réponse : Grievous, faisant fi du discours de son adversaire, voulait juste d'un avenir débarrassé de l'Ordre Jedi. À ce moment-là, Grievous déploya ses quatre bras, chacun d'eux étant armé d'un sabre laser, et fit pleuvoir des lames d'énergie sur Obi-Wan, qui eut cette fois-ci du mal à parer tous les coups. Le bâton électrique dérobé par le Jedi fut détruit par les sabres de Grievous. Kenobi essaya d'esquiver les assauts du général par un saut périlleux avant, mais le Séparatiste, d'un coup de patte mécanique bien placé, envoya le Maître Jedi à terre.

Bien que légèrement sonné, Obi-Wan se redressa pour reprendre le duel, chose difficile avec seulement un sabre laser devant parer quatre lames d'énergie tourbillonnant à pleine vitesse. Acculé à la console de commande de la passerelle, Kenobi parvint à se dégager pour mieux se remettre en position de défense. Malgré ses quatre sabres laser, Grievous n'arrivait pas à percer les défenses d'Obi-Wan, qui fit appel à la télékinésie pour projeter la carcasse d'un des MagnaGardes contre le général, qui fut propulsé contre la baie principale du pont. Obi-Wan intima à Grievous l'ordre de se rendre, mais le général séparatiste n'avait nullement l'intention de s'exécuter : il faussa compagnie à Obi-Wan tout en l'enfermant sur le pont pour ne pas qu'il le suive. Découpant la porte du turbo-ascenseur verrouillé par Grievous, Kenobi informa Anakin que le général retournait sur son navire. Puis, ayant réussi à libérer l'accès avec son sabre laser, Obi-Wan ordonna à deux officiers clones de désamarrer leur croiseur avant que le chef séparatiste ne leur échappe, puis avertit Cody que Grievous arrivait à vive allure vers sa position.

Mais le général parvint à passer le barrage des clones. Au détour d'un corridor, Kenobi retrouva Grievous et se lança à sa poursuite avec ses hommes jusque dans le sas d'amarrage. Mais auparavant, le général avait donné l'ordre de faire feu sur les moteurs du croiseur d'Obi-Wan, et le vaisseau commençait en effet à battre de l'aile, la connexion entre le navire républicain et le destroyer séparatiste devenant instable. Une secousse fit trébucher Grievous, qui se retrouva à deux doigts de la lame d'Obi-Wan, mais le chef droïde para juste à temps cette attaque. Le duel reprit de plus belle à l'intérieur du sas d'amarrage. Mais ce nouveau combat fut vite interrompu par une autre secousse, qui fit basculer le conduit. Kenobi fut immobilisé dans une position précaire tandis que Grievous put regagner son vaisseau. Adi Gallia fit son apparition auprès du général adverse, mais alors qu'elle engageait le combat contre Grievous, qui s'apprêtait à refermer le sas, le conduit d'amarrage se désolidarisa du croiseur républicain en perdition et Kenobi faillit bien être aspiré dans le vide stellaire. Cody, se retenant tant bien que mal pour ne pas être happé par le souffle de la dépression, eut le réflexe de rattraper Kenobi à temps.

Mon image
Obi-Wan est rattrapé de justesse par Cody suite à la dépression du sas.


Grievous ayant détalé sans demander son reste, Adi Gallia put lancer un grappin pour sauver ses compagnons, à savoir Obi-Wan, Cody et un autre clone, avant de refermer le sas derrière eux. Kenobi était déterminé à poursuivre Grievous mais il devait faire face à un autre problème : lui et ses compagnons présents n'avaient plus aucun moyen de s'échapper du destroyer, sauf peut-être avec l'aide de la navette de Skywalker. Kenobi contacta Anakin pour lui demander de venir les récupérer, Skywalker leur indiquant un hangar tout près de leur position actuelle. Au triple galop, Obi-Wan, Adi et les clones foncèrent vers le point de rendez-vous.

Anakin les récupéra juste au moment où le croiseur d'Obi-Wan explosa, les débris endommageant le vaisseau de débarquement à bord duquel Grievous avait fui. Suite au rapport de Yularen, Kenobi voulut mener personnellement les troupes à la surface de Saleucami afin de mettre la main sur le général droïde en fuite et commanda à Yularen de préparer les blindés. Après avoir déposé Maître Koth sur un destroyer Venator et l'avoir confié aux bons soins d'un droïde médical, le Zabrak remercia ses compagnons Jedi du risque qu'ils avaient pris pour le sauver. Suite à cet au revoir, le Maître Jedi devait maintenant s'atteler à localiser et capturer Grievous sur la vaste planète Saleucami.

Obi-Wan débarqua sur Saleucami à la tête d'un important bataillon pour retrouver sa proie. Le Jedi et son groupe d'assaut terrestre firent d'abord mouvement vers la barque de débarquement endommagée durant la bataille en orbite. Monté sur un RT-TT et grâce à ses électrobinoculaires, alors que sa colonne avançait parmi la végétation foisonnante de Saleucami, Obi-Wan repéra l'épave du vaisseau en question. La tâche s'avèrerait plus ardue que prévue. Ce fut pourquoi Kenobi dispatcha ses troupes en deux groupes : Rex, Jesse, Hardcase et Kix couvriraient le plus de terrain possible à bord de leur motojets BARC tandis que Kenobi et le reste de ses hommes continueraient d'inspecter l'épave. Et si jamais le groupe de Rex repérait Grievous, la capitaine clone reçut l'ordre de joindre son Général Jedi avant de passer à l'attaque. Les recherches se poursuivirent jusqu'à ce que les hommes d'Obi-Wan mettent la main sur un droïde de combat B1 désactivé et relativement intact. Kenobi, désirant savoir où se trouvait sa cible, fit apporter le droïde à l'intérieur d'un RT-TT pour examiner sa mémoire.

Mon image

Rex et Obi-Wan, à la recherche de Grievous sur Saleucami.


Grâce à l'analyse des banques de données du droïde, les Républicains purent en déduire la position des autres nacelles de sauvetage. La traque put reprendre. À la nuit tombée, Kenobi repéra une autre nacelle de survie, déserte. Selon lui, Grievous se dirigeait vers un autre de ces engins. En utilisant son gantelet de communication pour contacter Rex, Kenobi tomba sur Jesse. Le clone avait temporairement prit le commandement de l'escouade, Rex ayant été blessé suite à une escarmouche avec des droïdes commandos BX. Obi-Wan lui donna l'ordre de faire demi-tour et de rejoindre le gros des troupes d'Obi-Wan plus à l'ouest, vers la dernière capsule de sauvetage, afin de regrouper leurs forces en vue de capturer Grievous. Le groupe de Jesse finit par repérer la position de Grievous près de la dernière capsule, Obi-Wan s'apprêtant à le rejoindre avec ses blindés.

Mais les droïdes de Grievous avaient préparé un comité d'accueil pour les Républicains, une roquette venant à toucher le blindé sur lequel Kenobi se trouvait. Le Jedi effectua un bond in extremis qui lui permit d'éviter l'impact et la destruction du RT-TT. Puis, sabre laser dégainé, il chargea avec ses hommes en direction de la nacelle où Grievous s'était retranché en attendant l'arrivée de la navette censée l'extraire du champ de bataille. Lorsque l'appareil séparatiste arriva au beau milieu des échanges de tirs, Obi-Wan ordonna à ses hommes de tirer sur la navette. Mais le canon du RT-TT principal subit une surchauffe. Aussi, Obi-Wan devait-il régler le problème à l'ancienne, demandant à Cody et au groupe de Jesse, arrivé à ce moment-là, de le couvrir. Fonçant à travers les lignes ennemies, Kenobi fut à nouveau confronté à Grievous, qui para l'attaque du Jedi lorsque ce dernier se rua sur le général droïde.

Mon image

Obi-Wan tente d'arrêter Grievous avant qu'il ne s'échappe.


Après une passe d'armes au cours de laquelle Kenobi tenta de déborder Grievous, le chef des armées droïde repoussa du pied le Maître Jedi. N'ayant pas le temps de combattre, Grievous grimpa sur la capsule, lança un harpon intégré à son bras métallique en direction de la navette et se fit remorquer par elle. Obi-Wan, frustré d'avoir encore une fois laissé son ennemi lui échapper, ordonna tout de même à Cody de contacter leur vaisseaux en orbite, avec l'espoir infime qu'ils intercepteraient la navette de Grievous, ainsi que de venir les récupérer, la mission sur Saleucami étant terminée. Au moment du départ, Kenobi eut le plaisir d'apprendre que Rex était de nouveau sur pied et avait hâte de le retrouver pour qu'il l'accompagne sur d'autres zones de combat.

Plus tard, Obi-Wan dut se rendre sur la planète Mandalore à bord de son chasseur Delta-7B, la Duchesse Satine Kryze, chef du Conseil des Systèmes Neutres, ayant fait l'objet d'allégations affirmant qu'elle était en train de mettre sur pied une force armée pour défendre la cause séparatiste. Kenobi fut la personne la plus apte à découvrir la vérité cachée derrière ces rumeurs, d'autant que, lorsqu'il était encore le Padawan de Qui-Gon Jinn, Obi-Wan et son mentor furent envoyés en mission prolongée pendant un an auprès de Satine. Des insurrections menaçaient Mandalore à cette époque, et Satine et ses protecteurs étaient perpétuellement sur le qui-vive, car traqués par des chasseurs de primes. Durant le temps passé ensemble, les deux jeunes gens avaient développé des atomes crochus. Mais à la fin d'une guerre civile meurtrière pour les sujets de Satine, cette dernière se devait de rebâtir son monde tandis que Kenobi fut envoyé ailleurs dans la galaxie. Ainsi, leurs obligations respectives firent que leurs chemins durent se séparer, et ce en dépit des sentiments qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre. Ce fut donc avec une certaine joie, toutefois teintée de modération, que Kenobi atterrit dans la cité mandalorienne de Sundari.

Accueilli par un garde de la duchesse, le Maître Jedi fut conduit à bord d'un véhicule automatisé mandalorien jusqu'au palais de la Duchesse Satine, où le Premier Ministre Almec le réceptionna de la manière la plus courtoise qui soit. Néanmoins, Almec tenait à démentir les rumeurs selon lesquelles Mandalore serait en train de trahir la République et embrasserait à nouveau son héritage guerrier. Mais Obi-Wan restait peu convaincu de cet état de fait, ayant après tout affronté au début de la guerre un mandalorien du nom de Jango Fett, mais Almec refusait de manière véhémente un tel amalgame avec son peuple. Puis la duchesse fit son apparition dans la salle d'audience, plus splendide que jamais selon Kenobi. Mais d'emblée, les rapports entre Satine et Obi-Wan furent tendus, la duchesse s'étant sentie offusquée d'avoir été accusée d'une possible trahison de sa planète.

Mon image

Obi-Wan Kenobi en compagnie du Premier Ministre Almec.


Obi-Wan, tempérant ses propos, présenta un hologramme montrant un guerrier vêtu d'une armure mandalorienne sabotant un croiseur républicain. Obi-Wan ajouta que ce guerrier s'était sacrifié plutôt que de se soumettre à un interrogatoire. Almec, tout comme la duchesse, demeurèrent sur la défensive, rétorquant qu'un Mandalorien ne s'engagerait pas dans une telle voie et que le Sénat n'avait pas à s'immiscer dans la politique intérieure de Mandalore. Obi-Wan se justifia en affirmant qu'il agissait sur les ordres du Conseil. Pour faire retomber la tension grandissante, Satine proposa à Obi-Wan de l'accompagner pendant sa promenade urbaine. Le Maître Jedi accepta la proposition en qualité de chevalier servant.

Lors de leur balade qui les conduisit au niveau du mémorial de Sundari, Satine semblait heureuse de revoir Obi-Wan après toutes ces années, même en dépit des circonstances actuelles, et lui-même était ravi de voir que la politique pacifiste de Satine avait porté ses fruits. La conversation porta sur le groupe appelé Death Watch, composé de renégats mandaloriens idolâtrant le passé guerrier de Mandalore. Lorsqu'Obi-Wan s'enquit auprès de Satine afin de déterminer quel genre de menace ce mouvement pouvait représenter, la duchesse lui répondit qu'il s'agissait plus d'un groupuscule qu'autre chose. Mais alors que leur discussion portait sur la définition de ce qu'était censé être un gardien de la paix, Satine faisant le doux reproche à Obi-Wan d'être devenu un guerrier plus qu'un véritable garant de la paix, le mémorial fut l'objet d'un attentat à la bombe. Si plusieurs citoyens furent tués par l'explosion, Satine et Obi-Wan survécurent, l'attentat ayant été clairement revendiqué par les Death Watch, un hologramme ayant fait son apparition sur le site de l'attaque terroriste.

Mon image

Satine et Obi-Wan, témoins de l'attentat Death Watch contre le mémorial de Sundari.


Kenobi voyait qu'il s'agissait bien plus que d'un simple saccage de lieux publics et décida de raccompagner Satine au palais. Le Jedi voulait aussi interroger tous les citoyens présents sur les lieux, mais l'un d'entre eux préféra ne pas s'attarder et prit la fuite. Kenobi se lança à ses trousses et l'accula sur une large terrasse. Obi-Wan voulait juste lui parler, mais l'homme dégaina un blaster, obligeant le Maître Jedi à faire de même avec son sabre, avec lequel il renvoya les décharges d'énergie avant d'en rediriger une sur le bras de l'homme pour mieux le désarmer. Son adversaire se précipita sur le Jedi pour poursuivre le combat, mais Kenobi l'envoya rouler par terre. Satine arriva à ce moment-là, mais l'adversaire d'Obi-Wan, plutôt que de se rendre, préféra se suicider en se jetant du haut de la terrasse, au grand effroi de la duchesse.

Obi-Wan et Satine redescendirent du bâtiment pour constater que la chute n'avait pas tué l'homme, qui agonisait néanmoins. Cet homme, un fanatique, expira après avoir prononcé quelques mots dans un dialecte parlé sur Concordia, lune de Mandalore. Désireux d'en savoir plus, Kenobi voulut se rendre sur Concordia afin de pousser plus avant ses investigations. Mais Satine insista pour l'accompagner, sa présence pouvant lui faciliter la tâche une fois sur place, notamment auprès du gouverneur de la lune, Pre Vizsla. La Duchesse Satine et le Jedi empruntèrent une navette mandalorienne pour se rendre sur la lune, Satine ayant temporairement abandonné sa tenue d'apparat pour des vêtements plus confortables. Elle expliqua à Obi-Wan que Concordia comprenait des exploitations minières désaffectées, bâties sur les sites d'anciennes forêts, mais que la nature reprenait lentement ses droits. À leur arrivée, Satine et Obi-Wan furent reçus par le gouverneur Vizsla, leur navette ayant également rapatrié le corps du fanatique décédé.

Alors que Vizsla et ses hommes devaient s'occuper du corps du terroriste, laissant ses invités, Obi-Wan demanda à Satine de tenir le gouverneur occupé jusqu'à ce qu'il revienne, le Jedi comptant visiter une des exploitations minières de Concordia afin de s'assurer qu'elle soit bien déserte. Fournissant à la duchesse une oreillette et un comlink pour mieux l'alerter en cas de problèmes, Kenobi enfourcha ensuite une motojet mandalorienne en direction du site minier. La duchesse était quelque peu réticente vis-à-vis de l'expédition entreprise par Obi-Wan, qui n'était guère étonné que Satine s'oppose à son projet. Satine justifia ultérieurement au gouverneur l'absence d'Obi-Wan en prétextant du fait qu'il s'était retiré pour mieux méditer. Ainsi, Obi-Wan parcourut les étendues de Concordia avant d'atteindre finalement l'endroit vers lequel ses soupçons le portaient, dans une région accidentée de la lune.

Mon image

Obi-Wan face à deux guerriers Death Watch sur Concordia.


Pénétrant au cœur d'une mine apparemment inactive et lugubre, Obi-Wan déboucha à un moment donné dans une salle de traitement du minerai, qui laissait penser que l'endroit était tout sauf abandonné. Il remarqua même dans cette pièce une série de jet-packs dorsaux et de heaumes mandaloriens. Mais sans avertissement, un homme vêtu d'une armure mandalorienne se précipita sur Obi-Wan pour l'attaquer. Obi-Wan fut envoyé à terre, se releva avec son arme activée, mais le mystérieux guerrier avait disparu. Apostrophant son adversaire, Obi-Wan affirma qu'il était sous la protection de la Duchesse Satine, mais le combattant mandalorien ne reconnaissait nullement l'autorité de la duchesse et repartit aussitôt à l'attaque contre Kenobi. Ce dernier ayant perdu son arme au cours de l'engagement, le Jedi et le Mandalorien poursuivirent le combat à mains nues, du moins jusqu'à ce qu'un second guerrier en armure vienne épauler son camarade et assommer le Maître Jedi.

Lorsqu'il se réveilla, Obi-Wan était suspendu la tête à l'envers à l'intérieur d'un champ magnétique, toujours dans la salle de traitement du minerai. Les deux Death Watch lui avaient confisqués son sabre laser. Une fois ses geôliers partis, Kenobi en profita pour utiliser son comlink intégré pour appeler Satine à l'aide. La duchesse se trouvait en compagnie de Pre Vizsla et, gênée, essayait de détourner l'attention du gouverneur avant de finalement le quitter. Grâce à la fonction de pistage intégrée dans le communicateur de Kenobi, Satine enfourcha une motojet pour mieux le retrouver à plusieurs kilomètres de là en direction de l'est, et ce alors que la nuit venait de tomber. Mais Obi-Wan était désormais en grand péril, car le chef des Death Watch avait ordonné à ses subordonnés d'éliminer le Jedi en utilisant la chaîne de traitement du minerai, la roche passant d'abord par un compresseur pneumatique avant de finir broyée par une série de roues dentées.

Mon image

Obi-Wan est en fâcheuse posture.


Immobilisé par le champ magnétique, et lentement convoyé par le tapis roulant de la chaîne de traitement vers les machines menaçant de le réduire en charpies, Obi-Wan dut compter sur l'intervention de Satine, qui arriva à point nommé pour arrêter le compresseur. Mais les deux séides mandaloriens, temporairement dupés par une alerte déclenchée par Satine, revinrent dans la pièce pour empêcher la duchesse de soustraire Obi-Wan au broyeur. Mais d'un coup de pied savamment placé, Satine envoya un baril dans le mécanisme des roues dentées, permettant à Obi-Wan, relâché de son entrave magnétique, de se rétablir et de se jeter sur les deux Mandaloriens pour mieux libérer Satine. Ses deux adversaires furent neutralisés, la duchesse et le Jedi regagnant par la suite la surface en empruntant un turbo-ascenseur. La duchesse était étonnée qu'un homme ne jurant que par la paix prenne un malin plaisir à infliger des blessures aux autres, et Obi-Wan rétorqua que Satine ne paraissait nullement troublée par le fait que Kenobi aurait pu être tué. Mais cette prise de bec entre les deux humains, qui rappela à Obi-Wan à quel point Satine était restée la même depuis leur dernière rencontre, dut être écourtée lorsque la duchesse et le Maître Jedi tombèrent, au sortir du turbo-ascenseur, sur une sentinelle Death Watch, dont Kenobi se débarrassa prestement.

Mais ils n'étaient pas arrivés au bout de leur peine, car cet ascenseur les avait conduits sur une terrasse rocheuse surplombant le campement des Death Watch. Ces derniers les repérèrent et firent feu sur leur position, détruisant l'ascenseur et obligeant Satine et Kenobi à se mettre à couvert derrière des rochers. Obi-Wan voulut bien riposter mais il n'avait plus son sabre laser avec lui. Trois guerriers volant grâce à leurs jet-packs se portèrent à leur rencontre pour les achever, mais Kenobi se saisit du blaster de la sentinelle assommée, parvenant à toucher l'un des trois guerriers. Pour en finir avec les deux autres, le Jedi prit le jet-pack de la sentinelle à terre, l'envoya dans les airs et le fit exploser en tirant dessus. Un des deux guerriers restants survécut à la déflagration et combattit Obi-Wan au corps-à-corps. Grâce à une diversion de Satine, Obi-Wan asséna à son adversaire un coup de pied qui l'assomma pendant un temps.

Ce fut alors que le leader des Death Watch, accompagné de trois de ses subordonnés, se présenta face au Jedi, après avoir éliminé le dernier membre du trio mandalorien envoyé précédemment contre Kenobi, car ayant échoué dans sa tâche d'élimination du Maître Jedi. Le leader s'avéra être Pre Vizsla, le gouverneur de Concordia, ce qui sidéra Satine. Vizsla expliqua ses motivations, arguant que la Duchesse Satine avait abandonné les principes guerriers de ses ancêtres pour des idéaux pacifistes qu'il jugeait ridicules. Attaché au sens de l'honneur mandalorien, Pre Vizsla rendit son sabre laser à Obi-Wan pour le défier dans un combat singulier, le leader des Death Watch dégainant à son tour un sabre laser, une arme datant d'une autre époque, dotée d'une lame noire et d'une aura blanche et dérobée par ses ancêtres aux Jedi il y a très longtemps de cela. Le duel s'engagea entre les deux hommes, Vizsla assaillant Obi-Wan, ce dernier esquivant, sautant et parant les attaques de son ennemi. Malgré ses talents, Vizsla n'avait pas la Force avec lui et, en faisant appel à celle-ci, Kenobi profita d'une ouverture pour lancer une poussée de Force contre le leader Death Watch.

Mon image

Obi-Wan affronte Pre Vizsla dans un duel au sabre laser.


Vizsla se rétablit et revint à la charge, mais Obi-Wan le frappa d'un coup de genou et d'un coup de pied, désarmant le guerrier. Mais même sans son arme, Vizsla demeurait un féroce combattant et fit pleuvoir une volée de coups pour envoyer Obi-Wan à terre et récupérer son sabre laser noir. Enclenchant son jet-pack, Pre Vizsla voulut pourfendre Kenobi, qui contra l'attaque du Death Watch en sautant à sa rencontre pour mieux le frapper et le renvoyer au sol près des autres Death Watch. Agacé de la tournure que prenait le duel, Vizsla donna l'ordre à ses trois subordonnés d'achever le Jedi. Les trois hommes s'exécutèrent et tirèrent les missiles contenus dans leurs packs dorsaux. Obi-Wan les évita, mais le problème était que ces missiles étaient équipés de têtes chercheuses, les projectiles revenant droit sur le Maître Jedi. Priant Satine, Obi-Wan emmena la jeune femme dans ses bras et tous deux sautèrent dans la cage d'ascenseur avant de se réceptionner maladroitement. Les missiles explosèrent en surface, et les Death Watch levèrent le camp, Vizsla ayant d'autres priorités que de poursuivre Satine Kryze et Obi-Wan. Après toutes ces péripéties, où chacun avait sauvé la vie de l'autre, la duchesse et le Jedi quittèrent Concordia.

Au vu de la situation, Satine devait se rendre sur Coruscant pour défendre sa position de neutralité devant le Sénat Galactique. Obi-Wan, pour sa part, était convaincu de l'implication des Séparatistes dans cette affaire et doutait sérieusement que Mandalore puisse rester en dehors de ce conflit bien longtemps, malgré les protestations de Satine qui ne voulait pas entraîner les siens dans cette guerre. Quoi qu'il en soit, le Général Kenobi devait faire escorte à la duchesse durant son périple jusqu'à la capitale, et Obi-Wan fut heureux de voir que son ami Anakin Skywalker, les clones Rex et Cody, ainsi qu'un petit contingent de soldats clones, l'accompagneraient. Anakin ne manqua pas de remarquer que son ancien maître avait l'air fatigué, chose que Kenobi ne contredit nullement au vu des récents événements. Puis, tout ce petit monde embarqua à bord du vaisseau de Satine, le Coronet, afin de rallier Coruscant.

Durant le trajet, Obi-Wan et Anakin briefèrent leurs hommes dans la soute du vaisseau, la priorité étant la sécurité de la Duchesse Satine comme le signifia Kenobi. En effet, des tentatives d'assassinat conduites par les Death Watch, certainement soutenus par les Séparatistes, pouvaient survenir. Ce fut pourquoi les détecteurs de R2-D2 furent sollicités lors de la phase d'inspection de la soute du vaisseau, au cas où une anomalie se présenterait. Une fois les clones dispersés pour fouiller la soute de fond en comble, Kenobi reçut un appel sur son communicateur, la Duchesse Satine sollicitant la présence du Maître Jedi. Anakin et Obi-Wan regagnèrent les ponts supérieurs en turbo-ascenseur, Skywalker percevant une certaine anxiété chez son ancien mentor à l'idée de s'entretenir à nouveau avec Satine. Obi-Wan lui apprit juste qu'ils s'étaient connus il y a des années déjà, n'en révélant pas plus à son ami, qui se doutait néanmoins de ce qui habitait le cœur d'Obi-Wan.

Mon image

Anakin et Obi-Wan briefent leurs hommes dans la soute du Coronet.


Arrivé avec Skywalker dans la salle du trône du Coronet, Obi-Wan s'excusa d'avoir été discourtois en s'immisçant dans la conversation entre la duchesse et Tal Merrik. Néanmoins, le Jedi argumenta par la suite avec Satine selon leurs points de vue respectifs qu'ils portaient sur la guerre. Selon Obi-Wan et Anakin, les Jedi s'étaient transformés en généraux pour mieux remplir leur fonction de garants de la paix, en combattant pour elle, ce qui était une amusante contradiction pour la duchesse, surtout au vu de la situation de la galaxie. Kenobi ne comprenait pas d'ailleurs l'entêtement de Satine à ne pas vouloir être protégée alors que ses ennemis seraient prêts à tout pour l'assassiner. Sentant que la conversation entre Satine et Obi-Wan dérivait de plus en plus vers le débat polémique, Orn Free Taa s'interposa poliment en cautionnant de façon modérée les deux points de vue antagonistes. Malgré l'intervention du Twi'lek, la joute verbale entre Satine et Obi-Wan se poursuivit devant les autres passagers, Kenobi jugeant la vision de Satine tout sauf pratique, la duchesse rétorquant que les propos du Jedi n'étaient que ceux d'un soldat sarcastique. Les passagers étant las de ce débat, sauf peut-être Skywalker qui s'en amusait, Orn Free Taa proposa de reprendre la politique après le dîner, ce qui fut à la convenance d'Obi-Wan et de Satine, cette dernière, piquée au vif par les propos de Kenobi, quittant la pièce sans se retourner.

Alors qu'il arpentait les luxueux couloirs du Coronet avec son ancien élève, Obi-Wan narra à Anakin son histoire commune avec Satine, leurs affinités. Skywalker trouva cette situation assez romantique d'un certain point de vue, gênant quelque peu Obi-Wan. Kenobi avait voué sa vie à l'Ordre Jedi, respectant la règle interdisant à ses membres de s'attacher à qui que ce soit, même si cela lui avait infligé une certaine peine au plus profond de son âme. Mais le Maître Jedi dut revenir à ses obligations lorsque Cody et Rex l'avertirent que les clones Mixer et Redeye ne donnaient plus signe de vie, sans compter que R2-D2 était en proie à une vive agitation. Anakin descendit dans la cale tandis qu'Obi-Wan se rendit à la salle à manger du vaisseau pour informer les sénateurs et la duchesse du désagrément en cours en les invitant à ne pas quitter la pièce jusqu'à ce que tout danger potentiel soit écarté. Anakin rapporta à Obi-Wan que l'un des containers de la soute était vide, sans compter que les deux clones étaient toujours portés disparus, ce qui n'était pas sans inquiéter le Maître Jedi.

Et pour cause, des droïdes assassins manifestèrent leur présence, l'un d'eux réussissant à gagner les ponts supérieurs et la salle à manger. Obi-Wan se jeta, sabre laser allumé, sur le droïde arachnide, tranchant plusieurs de ses appendices avant de lui enfoncer sa lame d'énergie dans un photorécepteur jusqu'au cerveau électronique. Mais la carcasse du droïde assassin se mit alors à relâcher des unités arachnides mécaniques minuscules, pullulant littéralement dans la pièce pour mieux tuer leur cible Satine. Dégainant un blaster personnel, Satine combattit l'essaim d'assassins mécaniques en faisant feu de toute part tandis que Kenobi, dos à la duchesse, fauchait les araignées robotiques de son sabre laser. Kenobi était même étonné qu'une pacifiste comme Satine soit armée, mais celle-ci lui rétorqua qu'on pouvait être pacifiste tout en ayant le droit de se défendre. Les assassins droïdes furent neutralisés et les officiels présents sauvés. Ces droïdes ravivèrent la mémoire d'Obi-Wan, qui se rappela des mites venimeuses de Draboon contre lesquelles il avait dû protéger Satine dans le passé ; elle, pour sa part, se rappelait d'une chute violente qui lui avait laissée une cicatrice.

Mon image

Obi-Wan Kenobi protège Satine et les sénateurs contres des droïdes assassins.


Obi-Wan n'eut pas le temps de s'en émouvoir bien longtemps, car son ancien Padawan se présenta dans la salle à manger avec un autre problème : en présentant le manifeste des marchandises à Obi-Wan, Anakin était parvenu à la conclusion que le responsable de cette tentative d'assassinat n'était autre que l'un des sénateurs se trouvant à bord du Coronet. Obi-Wan confirma cette hypothèse et, tandis qu'Anakin traquerait le dernier droïde assassin en vadrouille dans la soute, le Maître Jedi démasquerait le traître à l'aide de la seule petite araignée mécanique ayant survécu à la confrontation. Selon Obi-Wan, le petit droïde assassin, que le Jedi gardait sous une cloche transparente, attaquerait la duchesse ou quiconque la défendrait, excepté le sénateur félon. Grâce à ce stratagème ingénieux, Kenobi découvrit que Tal Merrik était le traître. Mais Merrik ne comptait pas se laisser appréhender sans résistance et bouscula Obi-Wan, relâchant du même coup le petit droïde qui était toujours programmé pour tuer Satine. Obi-Wan porta le coup fatal au droïde alors qu'il s'en prenait au sénateur Onaconda Farr. Cependant, cette diversion fut suffisante pour Merrik, qui déguerpit des lieux de l'incident avec Satine en otage.

Obi-Wan se hâta à travers les couloirs du vaisseau pour intercepter Merrik, apprenant à Anakin via son comlink la traîtrise du sénateur. Après avoir réglé le problème du dernier droïde assassin, Skywalker rejoignit Kenobi, l'informant qu'il avait des hommes postés devant les capsules de sauvetage pour l'empêcher de s'échapper. Kenobi pensait plutôt que Merrik ferait appel à ses alliés pour qu'ils lui envoient des renforts, ce qui arriva. Anakin demanda alors à son ancien maître, bien que les circonstances soient particulièrement mal choisies, si Obi-Wan et Satine avait eu une relation amoureuse. Irrité par cette question indiscrète, le Maître Jedi remit Skywalker à sa place. Le Coronet sortit à ce moment-là de l'hyperespace et des vaisseaux d'abordage Droch transportant des super droïdes de combat B2 abordèrent le navire de Satine. Pendant qu'Anakin et les soldats affronteraient les troupes droïdes, Skywalker conseilla à son ancien mentor d'aller secourir sa « petite amie ». Même si Kenobi était d'accord pour aller sauver Satine, il rétorqua vivement qu'elle n'était pas sa « petite amie ».

Obi-Wan gagna la passerelle du vaisseau, sommant Merrik de relâcher Satine. Malheureusement, Merrik disposait d'une commande lui permettant de faire exploser les moteurs du Coronet d'une simple pression de son doigt. Impuissant, Obi-Wan ne put rien faire d'autre que de suivre de près le traître et son otage dans les couloirs du navire de plaisance, jusqu'à l'un des vaisseaux d'abordage que Merrik comptait utiliser pour s'enfuir. Dans un élan désespéré de passion, croyant ne plus revoir Obi-Wan, Satine avoua ses véritables sentiments pour le Jedi, sentiments réciproques, car Kenobi n'aurait pas hésité une seconde à quitter l'Ordre Jedi à l'époque si Satine lui avait fait cette demande. Cet épanchement romantique écœura Merrik au plus haut point, et la Duchesse Satine en profita pour écraser le pied du traître et lui subtiliser son blaster. Désormais tenu en joue par le sabre laser d'Obi-Wan et le blaster de la duchesse, Merrik restait pourtant confiant, car ayant toujours la télécommande du dispositif explosif en main et sachant que ni l'un ni l'autre ne le tuerait : si Satine le tuait, elle renierait ses idéaux pacifistes, et si Obi-Wan le tuait, il serait certes un héros aux yeux de tous, mais apparaîtrait comme un monstre assoiffé de sang aux yeux de sa bien-aimée. Mais Tal Merrik n'avait pas prévu qu'Anakin se glisserait derrière lui pour l'empaler avec son sabre laser et lui prendre le détonateur.

Mon image

Obi-Wan menace Tal Merrik de son sabre laser.


Avec tous les droïdes séparatistes détruits, le calme fut rétabli sur le vaisseau. Gênée par sa déclaration d'amour, Satine préféra laisser Obi-Wan pour retourner à ses affaires. Lors de l'arrivée du Coronet sur Coruscant, le Chancelier Palpatine félicita les deux Jedi pour cette mission accomplit avec brio. Puis Kenobi eut une dernière conversation avec Satine : bien qu'ils soient dans des camps opposés, la duchesse étant fidèle à sa politique de neutralité et le Jedi à la République, chacun respectait néanmoins les choix faits par l'autre. Toutefois, Satine n'aimait pas vraiment la barbe d'Obi-Wan, qui s'en étonna : selon elle, cette barbe masquait trop le visage avenant du Maître Jedi. Anakin, qui avait entendu cette remarque, s'en moqua d'un ton badin. Sur ces mots doux, la duchesse partit remplir ses obligations tandis qu'Obi-Wan et Anakin assistèrent à son départ depuis la plate-forme d'amarrage du Coronet. Tous deux reconnurent que Satine était une personne d'exception, et il fallait au moins une femme de sa trempe pour plaider sa cause devant le Sénat, ce qui ne fut pas chose aisée.

Obi-Wan assista à la session du Sénat visant à traiter du cas de Mandalore : les événements ne jouèrent pas en faveur de la Duchesse Satine après qu'un enregistrement holographique de Jerec, ministre adjoint de Mandalore et homme intègre, fit état de la menace considérable que représentaient les Death Watch. Palpatine utilisa cet enregistrement comme prétexte pour envoyer des troupes de la République afin d'occuper la planète en qualité de forces de défense, ce contre quoi Satine s'opposait. Le vote devant décider de l'envoi de telles troupes aurait lieu lors de la prochaine séance de l'assemblée galactique. Alors qu'elle était sur le point de quitter le bâtiment sénatorial, Obi-Wan rattrapa Satine, s'inquiétant de son état d'esprit actuel. Usant maladroitement de ses mots, Obi-Wan ne fit que raviver le courroux de Satine, qui refusait de laisser la République bafouer les droits des systèmes neutres, et notamment de sa planète. Si Kenobi jugeait Satine assez téméraire sur la scène politique de par ses opinions, la duchesse mandalorienne lui renvoya son argument à la figure en soulignant que passer son temps à mener une croisade à travers la galaxie, sabre laser au poing, était aussi de la témérité. Sur ces mots, outrée, Satine quitta Obi-Wan, qui en resta coi.

Mon image

Obi-Wan retrouve Satine dans les couloirs du Bâtiment Exécutif de la République.


Obi-Wan Kenobi apprit peu de temps après, tard dans la soirée, que Satine avait été la cible d'un attentat manqué. Suite à un entretien entre la duchesse et Palpatine, qui réaffirma la nécessité d'envoyer un contingent républicain sur Mandalore pour assurer la sécurité de ses citoyens, Obi-Wan retrouva Satine Kryze dans les couloirs du Bâtiment Exécutif de la République, le Jedi s'étant fait beaucoup de soucis pour elle. Mais peu touchée par la sollicitude de Kenobi, Satine était certaine de gêner quelqu'un dans toutes ces tractations politiques. Obi-Wan, quant à lui, n'y voyait rien d'autre que la présence d'ennemis de la duchesse sur Coruscant. De plus, le Jedi connaissait trop bien Satine, sachant pertinemment qu'elle ne lâcherait pas prise tant que cette affaire concernant son monde ne serait pas résolue. Il voulait sincèrement l'aider en tant qu'ami. Cependant, la sénatrice Amidala interrompit leur entrevue pour leur faire part du résultat du vote : Mandalore serait occupée par une armée de la République. L'attentat contre la duchesse, camouflé en accident, avait précipité la décision de l'assemblée législative, le vote ayant eut lieu durant l'entretien de Satine avec Palpatine. Ceci vint confirmer les craintes que la Duchesse Satine avait exposées à Obi-Wan : compter sur la République était une belle erreur. Kenobi ne sut quoi dire, alors que Satine le quittait une fois de plus.

Mais alors qu'il restait pensif devant la fenêtre de ses quartiers au Temple Jedi, Obi-Wan reçut une communication urgente de Satine, accusée par erreur de la mort de Davu Golec, son informateur, et poursuivie par les forces de police. La duchesse requérait l'aide de son ami Jedi et lui donna rendez-vous dans un parc de Coruscant. Kenobi, enveloppé dans sa cape de Jedi, reconnut la duchesse au milieu de la foule des passants et tous deux s'assirent sur un banc. Le Jedi s'efforça en vain de convaincre Satine de se rendre aux autorités, mais l'enjeu était trop gros pour que la duchesse songe à se constituer prisonnière : son informateur, peu de temps avant d'avoir été abattu par un assassin Death Watch, lui avait remis l'enregistrement original de Jerec, prouvant qu'il n'avait jamais été en faveur d'une intervention de la République sur Mandalore. Satine remit le précieux enregistrement à Kenobi pour qu'il le délivre à Padmé. Puis, les deux humains quittèrent la place, sans se douter qu'ils étaient dans le collimateur de l'assassin Death Watch.

Mon image

Obi-Wan aux prises avec l'assassin Death Watch.


Il fut décidé que Satine irait se rendre aux autorités pour offrir une diversion à Obi-Wan, qui pourrait ainsi s'introduire dans le Sénat et remettre l'enregistrement à la sénatrice de Naboo sans être inquiété par les gardes. En effet, parce qu'il se trouvait en ce moment avec Satine, soupçonnée de meurtre, Kenobi pouvait être considéré comme son associé dans quelque malversation. Mais le Jedi et la duchesse durent se mettre à couvert quand un détonateur thermique tomba près d'eux, Obi-Wan utilisant la Force pour projeter Satine le plus loin possible de l'engin explosif. De son côté, Kenobi courut pour éviter l'onde de choc mais fut momentanément sonné. Alors que l'assassin s'approchait dangereusement de Satine, Obi-Wan dégaina son sabre pour se confronter au Death Watch. S'il détruisit le fusil blaster du guerrier mandalorien, Obi-Wan perdit son arme dans l'échange de coups. Sautant sur son adversaire pour l'empêcher de tirer avec son pistolet blaster, Kenobi récupéra son sabre laser grâce à Satine, déviant les salves d'énergie avant de projeter le guerrier contre un mur à l'aide de la Force. Envoyant ensuite l'assassin contre une enseigne publicitaire grâce à ses dons en matière de télékinésie, Obi-Wan ne put empêcher le guerrier de se rétablir dans sa chute, grâce à son pack dorsal équipé de propulseurs, et de prendre la fuite.

Saufs, Satine et Kenobi gagnèrent au plus vite la rotonde sénatoriale, Satine faisant diversion pour permettre à Obi-Wan de s'infiltrer dans le bâtiment officiel alors qu'une séance plénière du Sénat s'y déroulait encore très tard. Le Jedi put apporter la preuve à Amidala, qui la diffusa devant les représentants de la République. Face à cette nouvelle preuve, les officiels prirent et ratifièrent rapidement la décision de ne pas occuper Mandalore. Dans son office, en présence d'Obi-Wan, Anakin et Padmé, Palpatine présenta ses excuses à Satine Kryze pour les désagréments subis. Puis, alors qu'ils furent laissés seuls un instant dans le bureau du Chancelier, Satine en profita pour remercier Obi-Wan, sans qui tout ceci n'aurait pas pu se dérouler. Obi-Wan pensait néanmoins que c'était la détermination de la duchesse qui avait conduit à un tel résultat, évitant à Mandalore de courir à la catastrophe. Cependant, une question restait en suspens : qui avait falsifié l'enregistrement au point de compromettre l'avenir de Mandalore et de Satine ? Sur ce point, Kenobi ne put fournir de réponse à son amie, la ligne séparant les amis des ennemis devenant de plus en plus ténue en ces temps de troubles.

Mon image

La Duchesse et le Maître Jedi ont réussi à déjouer le complot pesant sur Mandalore.


Au cours d'une des nombreuses enquêtes qu'il dut mener durant ce conflit, Obi-Wan partit en compagnie d'Anakin et Ahsoka afin de déterminer ce qui était arrivé à une station médicale républicaine qui avait mystérieusement disparu en orbite de Felucia. À bord de leur navette T-6, Kenobi et ses compagnons purent constater sur leurs détecteurs qu'il y avait bien une installation orbitale, mais pas celle à laquelle ils s'attendaient : une station de déploiement de chasseur droïdes Vautour des Séparatistes. Cette dernière s'activa et lança sa mortelle cargaison de chasseurs contre le vaisseau Jedi. L'implication de la Confédération des Systèmes Indépendants résolvait certes le mystère de la disparition de la base républicaine, mais les affaires ne s'arrangeaient pas pour autant pour Obi-Wan et les siens et, malgré les talents de Skywalker en matière de pilotage, les tirs fusèrent au point de finir par toucher l'appareil des Jedi. Les commandes ne répondant plus, et le vaisseau s'abîmant vers la surface de Felucia à toute vitesse avec toujours les chasseurs à ses trousses, Obi-Wan, Anakin et Ahsoka n'eurent d'autre choix que de s'éjecter. Enfilant leurs masques à oxygène, les Jedi enclenchèrent la procédure d'urgence juste avant de heurter un piton rocheux, entraînant par la même occasion la destruction de leurs poursuivants mécaniques.

Enveloppés dans des bulles de protection gonflables qui s'étaient déployées lors de la phase d'éjection, Obi-Wan et ses camarades rebondirent, quelques peu secoués, sur les accidents du terrain avant d'atterrir pour de bon sur un terrain plat au milieu de la luxuriante végétation de Felucia. Les sphères gonflables s'ouvrirent et permirent aux Jedi de respirer à nouveau à l'air libre. Même si Obi-Wan n'était pas sûr de leur position exacte sur Felucia, et après qu'un troupeau de rancors de la jungle fut passé devant les Jedi, l'ancien maître d'Anakin proposa à ce dernier de suivre un chemin contraire à celui qu'avait proposé Skywalker. Ceci fut l'occasion d'une chicane amicale entre les deux Jedi, Obi-Wan reprochant surtout à son ex-Padawan le crash du vaisseau. Même si le sens de l'humour de Kenobi avait survécu à l'atterrissage, ceci ne faisait pas avancer la situation, jusqu'à ce qu'Ahsoka intervienne pour indiquer une colonne de fumée dans le lointain, émanant sans doute de quelconques habitations. Sur ce, les Jedi firent route vers ce qui semblait être une communauté fermière répondant au nom d'Akira. À ceci près qu'ils ne trouvèrent aucun fermier sur les lieux, du moins au début.

Mon image
Rencontre avec les chasseurs de primes de Sugi et les villageois d'Akira.


Kenobi précisa à Ahsoka qu'il s'agissait essentiellement de cultures de plants de nysillin. Et contrairement à la petite Padawan, Obi-Wan n'était pas sûr que l'endroit fût si désert qu'il n'y paraissait, les champs étant prêts pour la récolte et des outils jonchant le sol autour des carrés de culture. En fouillant la grange, les Jedi découvrirent un vaisseau spatial dont les lignes étaient inhabituelles pour un usage agricole comme ne manqua pas de le souligner Obi-Wan. Afin de lever le voile de mystère planant sur ce village apparemment fantôme, Les Jedi se séparèrent pour fouiller les rares habitations présentes, Ahsoka et Anakin partant de leur côté. Lorsqu'il revint auprès de ses compagnons dans la demeure qu'ils étaient en train de fouiller, Obi-Wan dut se présenter sabre au poing car ses amis s'étaient retrouvés face à face avec quatre chasseurs de primes. Mais avant que la tension n'atteigne son paroxysme et ne dégénère en rixe, Casiss, l'ancien du village, dissimulé avec plusieurs des siens dans la maison où Anakin et Ahsoka avaient pénétré, s'interposa et rasséréna les esprits. En effet, Casiss voyait dans l'arrivée des Jedi un renfort bienvenu pour épauler les chasseurs de primes que les fermiers avaient engagés pour lutter contre une bande de pirates qui voulaient rançonner les villageois.

À la nuit tombée, autour d'une table, Casiss expliqua à ses hôtes le chantage auquel les habitants étaient soumis : ils devaient céder une partie de leur récolte aux pirates, sans quoi le village serait détruit et les fermiers massacrés. Obi-Wan comprenait la situation, mais trouvait tout de même surprenant que les villageois aient assez d'argent pour payer des chasseurs de primes au vu de leur état proche de la misère. Il s'avérait que la bande de Sugi, la Zabrak dirigeant l'équipe des chasseurs de primes, proposait ses services à des prix plus raisonnables que les pirates. Au terme du récit de Casiss, Obi-Wan exposa la situation de ses amis et de lui-même, qui avaient besoin d'un vaisseau pour quitter Felucia, et l'appareil de la grange, le Halo, semblait un excellent moyen. Sauf qu'il appartenait aux chasseurs de primes et que ceux-ci n'iraient nulle part avant d'avoir honoré leur contrat. Devant le refus de Sugi, Kenobi s'indigna de l'attitude de ceux qu'il voyait comme des escrocs, prêts à extorquer des villageois inoffensifs en échange de leurs services de mercenaires. Mais Sugi avait de la répartie et répliqua que les Jedi ne se montraient pas plus altruistes. Obi-Wan dut lui concéder cette manche car, en effet, au grand étonnement d'Ahsoka, le Maître Jedi conclut en affirmant qu'ils ne pourraient pas assurer la protection des fermiers.

Plus tard dans la nuit fraîche de Felucia, Obi-Wan s'expliqua sur ses propos à ses compagnons Jedi. Des choses plus urgentes étaient à l'ordre du jour, comme par exemple signaler à la République que la station médicale de Felucia n'existait plus. De plus, si Kenobi et les siens s'attardaient trop longtemps sur ce monde, les Séparatistes ne manqueraient pas de les retrouver, et le Maître Jedi coupa court à la conversation avec la petite Togruta en arguant qu'il valait mieux qu'ils subissent un vol de la part de pirates plutôt que la colère du Général Grievous. Mais la discussion fut interrompue lorsqu'un villageois affolé courut en hurlant dans leur direction : les pirates arrivaient. Cependant, lorsque le gang de Weequays à motojets débarqua dans le village, Anakin et Obi-Wan furent sidérés de voir que leur chef n'était autre que le vil Hondo Ohnaka, rencontré plus tôt sur Florrum. Malgré le ton doucereux du pirate en reconnaissant ses Jedi, Kenobi conserva son sérieux et suggéra à Hondo de cesser de menacer ces pauvres fermiers.

Mon image
Mise au point nocturne entre les Jedi.


N'ayant cure de la suggestion du Jedi, Ohnaka eut par la suite une prise de bec avec Sugi, qui refusait de laisser le champ libre aux hommes du Weequay malgré sa proposition de doubler leur salaire pour qu'ils laissent ses séides faire ce qu'ils avaient à faire. Obi-Wan, fidèle à son surnom de Négociateur, fit une offre à Hondo : en échange de l'accès à un avant-poste de la République, le Jedi offrirait une somme bien plus importante que le contenu de la récolte. Mais le paiement en devise républicaine n'apparut pas au goût du pirate. Kenobi tenta de le faire revenir à la raison, de ne pas se laisser guider par sa cupidité mais en vain. Après un dernier avertissement donné aux fermiers, Hondo et son groupe repartirent. Désormais, les dés étaient jetés et les Jedi devraient, contrairement à ce qu'ils avaient prévu, s'impliquer et organiser la défense du village avec les chasseurs de primes.

Les préparatifs pour le combat à venir se tinrent peu de temps après au cours de cette même nuit autour d'une projection holographique du village. Obi-Wan entreprit d'expliquer la tactique permettant de défendre au mieux la zone des combats, en l'occurrence que la zone sud tournée vers la forêt et la partie nord orientée vers la crête devaient être défendues coûte que coûte. Mais l'un des habitants, Dilanni, restait dubitatif : comment seulement quatre chasseurs de primes pourraient repousser les assauts de tant de pirates ? Obi-Wan et Anakin durent bien le reconnaître. Sugi, lasse d'entendre les Jedi remettre leurs capacités en cause, leur renvoya la pareille en pointant le fait que ces prétendus gardiens de la paix n'avaient pu empêcher la guerre de se répandre à travers la galaxie. Kenobi réagit promptement en assurant à son interlocutrice que si plus de gens se dressaient contre les Séparatistes la guerre serait terminée depuis longtemps. Ce fut alors qu'Anakin, suite à la remarque d'Obi-Wan, eut l'idée d'entraîner les fermiers pour qu'ils leur prêtent main forte durant la bataille. L'entraînement commença dès le lendemain.

Tandis qu'Anakin formait un groupe de fermiers au maniement de leurs fourches, celles-ci faisant office faute de mieux d'armes de combat rapproché, les moissonneuses-batteuses récoltaient les plants de nysillin, les compactaient en blocs carrés qui étaient transportés par les fermiers jusqu'à la grange principale, le tout sous la direction de Sugi et les yeux d'Obi-Wan. Le Jedi estimait qu'entreposer la récolte dans la grange pourrait gêner un éventuel repli des fermiers dans le bâtiment au cas où la bataille tournerait mal, et que la chasseuse de primes Zabrak considérait davantage la préservation de la récolte que le sort des villageois. Sugi lui avoua qu'il n'avait pas totalement tort, mais qu'il serait plus facile de défendre les agriculteurs et la récolte s'ils étaient regroupés dans un même endroit. Malgré les bonnes intentions de Kenobi qui voulut proposer ses compétences de maître ès stratégie, Sugi préférait suivre son plan.

Mon image
Anakin et Obi-Wan supervisent l'entraînement des fermiers d'Akira.


Alors que l'entraînement des fermiers se poursuivait sous la direction d'Anakin, Dilanni, découragé, finit par s'emporter, considérant que les Jedi perdaient du temps avec les autochtones. Kenobi intervint et encouragea Dilanni à ne pas baisser les bras, d'autant que cet entraînement pourrait s'avérer utile à l'avenir au cas où d'autres malandrins voudraient rançonner les villageois. Mais les paroles d'Obi-Wan ne parvinrent pas à dissiper l'inquiétude du petit fermier. Néanmoins, la séance d'entraînement repris, le Maître Jedi passant dans les rangs des villageois afin de parfaire leur maîtrise martiale. Cependant, il s'avéra que les Jedi et les habitants étaient observés depuis un promontoire rocheux par un des Weequays d'Ohnaka. Heureusement, Sugi le repéra et Embo l'empêcha de fuir avant de briser la nuque de l'éclaireur. Même si le chasseur de primes avait réglé le problème avec une efficacité certaine, Obi-Wan trouvait cet état de fait regrettable : ne voyant pas son espion revenir au camp de base, Ohnaka reviendrait sûrement pour attaquer le village d'Akira.

Et en effet l'attente ne fut pas longue, car à peine Obi-Wan avait-il ordonné d'activer la clôture électrique cernant la grange principale que les hommes à motojets d'Hondo passèrent à l'attaque. Malgré la supériorité numérique des pirates Weequays, le combat fut à peu près égal, du moins jusqu'à ce qu'Hondo ne se positionne avec son char WLO-5 sur la crête dominant la communauté et fasse feu sur les résistants. Plusieurs villageois furent abattus et Embo lui-même fut blessé. La retraite s'imposait selon Obi-Wan, qui ordonna aux habitants de se replier derrière la clôture comme prévu. Skywalker bondit au sommet de la falaise pour empêcher Ohnaka de nuire avec son engin de mort, tandis qu'Obi-Wan et Sugi continuèrent à repousser les attaques des pirates tout en couvrant la retraite des villageois. Même si Sugi fut choquée de voir son amie chasseuse de primes Rumi Paramita se faire toucher par un tir du char d'Ohnaka, Obi-Wan l'exhorta à rester concentrée face aux malandrins Weequays. L'humain et la Zabrak éliminèrent notamment un duo de Weequays, Kenobi envoyant leur motojet, via ses dons de télékinésie, s'encastrer contre la clôture électrique avant que Sugi ne les achève. Par ailleurs, alors qu'Obi-Wan parait les tirs laser et que Sugi ripostait à ses côtés, une motojet ennemie avait contourné leur flanc sans se faire remarquer pour mieux les attaquer, mais Dilanni lança sa fourche sur le Weequay, le tuant sur le coup et sauvant par la même occasion les vies de la Zabrak et du Jedi.

Mon image
Sugi et Kenobi repoussent ensemble les assauts des pirates.


Les brigands restants finirent par décamper en constatant que leur chef, suite à son duel avec Skywalker au sommet de la crête, se trouvait suspendu au-dessus du vide. Même si au final Anakin fut dupé par une manœuvre sournoise du Weequay et dut laisser Hondo partir, Obi-Wan et le reste des défenseurs purent constater avec joie que le leader des pirates avaient décidé de déguerpir en quatrième vitesse de la planète, ne jugeant plus cette communauté fermière assez rentable pour lui, surtout au vu du nombre de ses pertes. Alors que les agriculteurs de nysillin devaient s'atteler à rebâtir ce qui avait été détruit et à moissonner leurs cultures, Obi-Wan se vit proposer par Sugi d'être conduit lui et ses compagnons Jedi jusqu'à l'avant-poste le plus proche de la République. Kenobi devait bien l'admettre : il existait des mercenaires dotés d'un sens de l'honneur certain et tout à fait respectables.

Par la suite, Anakin accompagna Maître Windu sur Malastare afin d'y tester une toute nouvelle arme contre l'armée d'invasion droïde présente. Si la bombe à électro-protons fut efficace contre les légions robotiques débarquées sur la planète des Dugs, cette arme de destruction massive mit également au jour une bête de Zillo, créature colossale dotée d'une armure impénétrable et endormie depuis des siècles sous la surface du champ de bataille. Après sa capture par les Républicains, la bête endormie fut convoyée jusqu'à Coruscant pour y être étudiée. Kenobi, s'entretenant dans la chambre du Conseil Jedi avec Mace Windu de retour de Malastare, ne comprenait pas la décision du Chancelier Palpatine, surtout au vu des formidables capacités que la bête pourrait déployer si jamais elle se libérait et se retrouvait en vadrouille au beau milieu de la mégalopole de Coruscant. Mais si Windu n'avait pas réussi à faire changer d'avis au Chancelier, Obi-Wan avait sa petite idée sur la personne qui pourrait le faire.

Mon image

Obi-Wan s'entretient avec Anakin et Padmé à propos de la bête de Zillo.


Kenobi donna rendez-vous à Padmé dans l'un des atriums du Bâtiment Exécutif de la République et discuta avec elle de la situation concernant la bête de Zillo, dont la présence sur Coruscant avait été tenue secrète jusque-là. Le Jedi demanda à la sénatrice de convaincre Anakin de faire entendre raison au chef d'État républicain, Anakin étant très proche du Chancelier. Anakin les rejoignit et se vit exposer le point de vue de son ancien mentor et de sa femme, qui désirait ardemment défendre les intérêts de la créature amenée contre sa volonté à la capitale. Le plan d'Obi-Wan marcha en partie puisque son ex-disciple, bien que réticent, accompagna la sénatrice pour plaider la cause de la bête de Zillo. Cependant, l'entretien avec Palpatine ne porta guère ses fruits, et la décision de tuer la bête pour découvrir au plus vite le secret de l'impénétrabilité de ses écailles fut maintenue.

Mais la bête, contre toute attente, parvint à briser ses chaînes et s'échappa du centre où elle était détenue. Son but : le quartier sénatorial, plus précisément le Bâtiment Exécutif, car la bête, sachant que Palpatine était l'ordonnateur de son exécution programmée, avait une dent contre le Chancelier et cherchait à se venger. Kenobi et Windu durent se hâter avec un groupe de canonnières TLO/BA et de chars vers le district du Sénat afin d'éliminer la bête avant que les victimes ne se comptent en millions. Seulement, lorsqu'ils arrivèrent sur les lieux, la bête avait capturé la navette d'évacuation emmenant le Chancelier, mais aussi Anakin, Padmé et les droïdes R2-D2 et C-3PO. Faire feu maintenant reviendrait à les sacrifier, et avec un taux de réussite hautement improbable. Ce fut alors que Kenobi et Windu aperçurent Skywalker découpant la carlingue de la navette avec son sabre laser. Sans doute un plan improvisé d'Anakin comme le pensait Obi-Wan, même si Mace Windu demeurait sceptique quant à la réussite de ce genre de plan qui n'en était pas un. Yoda et Aayla Secura partirent à bord de leur canonnière et sautèrent sur le dos de la bête, arme au poing, pour faire office de diversion, ce qui permit à la moitié de navette découpée par Skywalker – et contenant ses passagers – de se dégager des griffes de la créature tout en chutant, chute heureusement amortie par une onde de télékinésie créée par Kenobi et Windu.

Mon image
Obi-Wan Kenobi et Mace Windu assistent à la fin de la bête de Zillo.


Néanmoins, la bête, bien que distraite par Yoda et Secura, n'avait pas perdu de vue sa cible : le Chancelier Palpatine. Depuis sa canonnière TIO/BA, toujours aux côtés de Maître Windu, Obi-Wan assista au mitraillage – sans effet autre que dilatoire – de la bête. Puis des missiles contenant du carburant de Malastare, mortel pour le colosse, furent tirés tous azimuts et ce fut dans un nuage de brume verdâtre qu'Obi-Wan, songeur, assista à l'agonie du dernier représentant de cette espèce. Cette affaire concernant la bête de Zillo fut une tragédie, tant du point de vue des pertes en vies causées par la créature que d'un point de vue moral, puisque cet être d'exception avait payé le prix fort pour les erreurs des Républicains. Kenobi s'en retourna avec ses compagnons car, le problème en temps de guerre, c'était que l'on n'avait pas le temps de s'apitoyer sur un événement tragique qu'un autre survenait presque aussitôt, et les armées de Dooku continuaient à répandre le feu et le sang dans la galaxie. Aussi le Maître Jedi se devait de rester alerte quoi qu'il arrive.

VIII. De Valahari à Lola Sayu

La suite des aventures d'Obi-Wan Kenobi arriveront prochainement dans cette section. Merci de votre compréhension.

IX. Vers la fin du conflit

Dans les derniers temps de la Guerre des Clones, Kenobi et Skywalker formèrent un duo de choc pour déloger les Séparatistes monde après monde. Pour l'exemple, sur Bomis Korri IV, ils menèrent un siège contre le bastion séparatiste dont les forces étaient dirigées par le général Oro Dassyne. Malgré l'important réseau défensif et le bouclier mis en place par Dassyne, les deux Jedi parvinrent à déjouer les préparatifs du général adverse. Par ailleurs, lors d'un siège mené contre une cité reconvertie en place forte séparatiste, le but à l'origine pour Kenobi et Skywalker était de faire céder le bouclier entourant la forteresse au terme d'un pilonnage continu de quatre mois. Un mois s'était déjà écoulé, mais pourtant Kenobi, tentant de trouver le sommeil dans un abri précaire et sous une pluie battante, commençait à désespérer de venir à bout du champ de force malgré l'optimisme de Cody qui affirmait qu'ils tiendraient leur objectif dans le délai imparti. Anakin se présenta alors à Kenobi avec un déjeuner peu ragoûtant constitué d'insectes et de vers de terre.

Malgré une certaine révulsion d'Obi-Wan à voir son confrère manger une telle nourriture, le Maître Jedi, au détour d'une question sur la provenance de ces insectes, apprit qu'Anakin était allé faire un tour dans le camp ennemi. Après qu'Anakin eut montré à Kenobi le plan d'un égout menant directement au cœur du bastion ennemi, les Jedi entamèrent leur escapade dans le réseau souterrain, allant jusqu'à devoir effectuer quelques brasses dans les eaux usées, pour finalement arriver jusqu'au générateur. Si Anakin était partisan de la manière forte pour tout détruire, Obi-Wan préféra une approche plus discrète mais tout aussi efficace : sortir plusieurs petites bombes sphériques de sa ceinture utilitaire et utiliser la Force pour pousser délicatement lesdites bombes jusqu'à leur cible sans éveiller les soupçons des droïdes gardiens. Le plan marcha et le bouclier céda, permettant aux troupes républicaines de partir à l'assaut de la forteresse plus tôt que prévu. Encore une mission rondement menée pour les deux Jedi parmi les plus célèbres de la galaxie.

Mon image

Anakin Skywalker et Obi-Wan Kenobi, un duo de choc sur les champs de bataille.


Obi-Wan et Anakin prirent une part active dans les Sièges de la Bordure Extérieure, les Séparatistes ayant été repoussés jusque dans cette zone de la galaxie et où ils subissaient les coups de boutoir des forces de la République. De ce fait, le Maître et le Chevalier Jedi furent maintenus pendant une assez longue période sur la ligne de front avant de bénéficier d'une période de congé. Seulement, bien qu'il pût officiellement obtenir un temps de repos avant de reprendre le chemin des champs de batailles, Obi-Wan Kenobi préféra s'engager dans une quête qui frisait l'obsession : trouver Asajj Ventress, censée avoir été éliminée antérieurement lors d'une énième confrontation avec Anakin Skywalker. Même si Obi-Wan l'avait déjà affrontée par le passé et avait pu jauger son tempérament sombre, le Maître Jedi avait fini par récolter des indices sur la Jedi Noire, en apprenant un peu plus sur son passé et était certain qu'une parcelle de bien demeurait enfouie au plus profond de l'adepte obscure.

Ainsi, environ cinq mois avant l'attaque surprise des Séparatistes contre Coruscant, les indices et les rumeurs faisant état de la survie de Ventress après son dernier duel contre Anakin conduisirent Kenobi jusque sur la planète Trigalis. Lorsqu'il arriva sur place, Obi-Wan eut maille à partir avec un gang de swoops dont les membres voulaient le tuer et voler, pour mieux le revendre, son sabre laser. Une course-poursuite s'engagea dans les marais de Trigalis où le Jedi, arborant une armure et un masque dissimulant son visage, fut assez talentueux pour se débarrasser un par un des malandrins avant d'atteindre la ville de New Coronet, où Kenobi dut également jouer de ses muscles pour envoyer paître des collecteurs d'impôts armés du Soleil Noir. Il put alors rencontrer la Jedi Aayla Secura, en mission d'infiltration sur ce monde, qui ne manqua pas de souligner la "délicatesse" dont faisait preuve Obi-Wan, surtout lorsqu'il était censé se présenter incognito en ville. Malgré son entrée fracassante à New Coronet, Obi-Wan put compter sur les renseignements de la Jedi Twi'lek comme prévu, Secura lui faisant un compte rendu de la situation de la ville, sous le contrôle d'un seigneur du crime du Soleil Noir du nom de Xist. Ce Xist était une source de renseignements indispensables pour Kenobi afin de poursuivre sa quête. Mais Maître Yoda avait été on ne peut plus clair sur un point : la mission personnelle de Kenobi ne devait pas mettre en péril celle de Secura, ce qui expliquait pourquoi le Jedi préférait faire cavalier seul afin d'approcher Xist.

Obi-Wan n'y alla pas par quatre chemins en faisant exploser une partie de la retraite de Xist, éliminant nombre de ses hommes au passage. Bien évidemment, le tueur Falleen n'allait pas se soumettre aux conditions de Kenobi sans résister. Parant et évitant les tirs de blaster et les coups de vibro-fouet tout en lui narrant les motifs de sa visite nocturne, le Jedi finit par immobiliser son adversaire et exigea de savoir où se trouvait Ventress. Une fois la bataille terminée, et le Falleen devenu plus raisonnable, Obi-Wan et Xist conversèrent autour d'un verre. Malgré son impatience, attitude assez inhabituelle chez Kenobi, le Maître Jedi finit par obtenir de Xist un indice des plus intéressants : une riche Corellienne appelée Drama Korr, rivale de Xist, serait éliminée dans quelques jours par le "meilleur assassin" de Dooku lorsqu'elle arriverait à Maramere.

Mon image

Obi-Wan Kenobi questionne Xist de façon musclée.


Lorsqu'il fit son rapport au Conseil Jedi, Kenobi était pratiquement certain de pouvoir livrer Asajj Ventress à la justice, étant intimement convaincu que la jeune femme était toujours en vie. Malheureusement pour Obi-Wan, comme il dut le reconnaître, il ne pouvait pas remplir cette tâche sans aide, et tous les Jedi disponibles avaient été détournés vers la Bordure Extérieure pour soutenir les sièges dirigés contre les forteresses séparatistes. Le Jedi n'avait plus le choix : il se rendit sur Naboo pour y solliciter l'aide d'Anakin, également en congé auprès de Padmé. Considérant qu'il s'agissait d'une chasse au fantôme, Skywalker restait persuadé d'avoir tué Ventress. Finalement, Padmé mit un terme à la joute verbale entre les deux hommes et convainquit Anakin de suivre Kenobi, au moins pour empêcher le meurtre de Drama Korr. Sur ce, Obi-Wan repartit à bord de son intercepteur Actis Eta-2 et retrouva Anakin quelques temps plus tard en orbite de Maramere dans le Système Karthakk.

L'attente fut longue avant que le vaisseau de la Corellienne ne sorte de l'hyperespace. Obi-Wan put sentir que son ex-Padawan était frustré, d'une part d'avoir dû quitter sa bien-aimée, d'autre part pour effectuer la mission d'un autre. Kenobi lui conseilla d'être patient, pensant que le Conseil finirait par lui assigner ses propres missions à l'avenir. Ce fut alors que le navire de Drama apparut. Mais il semblait trop tard car la coque extérieure grouillait de droïdes séparatistes. Une fois ceux-ci éliminés, et pour dissiper leurs doutes, Obi-Wan et Anakin montèrent à bord du vaisseau, trouvant, que ce soit dans le hangar ou sur la passerelle, tout l'équipage massacré, ainsi que feue Drama Korr. Lorsqu'Anakin voulut examiner ce que la défunte tenait dans sa main, Obi-Wan eut le réflexe de pousser son ami via la Force hors de portée du détonateur thermique activé que Korr serrait entre ses doigts. La déflagration ne tua pas les Jedi ni ne brisa la verrière du pont principal, mais Kenobi fut sévèrement amoché. Ce fut alors que l'assassin de Dooku se manifesta : Durge. Celui-ci prit un plaisir sadique à profiter de l'état de faiblesse temporaire du Maître Jedi pour le savater.

Même si Kenobi tenta de riposter, son ennemi le dominait sans problème, du moins jusqu'à ce qu'Anakin s'en mêle pour écarter Durge d'Obi-Wan et aider son ancien maître à se relever. Obi-Wan comprit qu'il avait été mené dans un piège, chose qui paraissait évidente pour Skywalker, tout le monde de Coruscant jusqu'à Kashyyyk – Dooku y compris – ayant eu vent de la quête insensée du Maître Jedi pour ainsi dire. Mais l'heure n'était pas aux sermons, les deux Jedi devant régler le problème du Gen'Dai. Lorsque ce dernier enclencha une série d'explosifs à distance, disséminés dans tout le vaisseau, Obi-Wan se sépara d'Anakin, qui se retrouva seul face à un Durge particulièrement vindicatif, et fonça en direction du chasseur du Gen'Dai, les carnets de bord de son engin pouvant mener les Jedi soit à Ventress, soit à Dooku en personne. Obi-Wan trouva grâce à R2-D2 le hangar où était stationné l'appareil de Durge au niveau six, fauchant comme de la luzerne les quelques droïdes de combat lui barrant la route et l'accès au chasseur. À bord, Kenobi trouva un droïde dont il coupa la tête et qui devait certainement contenir les informations qu'il recherchait.

Mon image

Obi-Wan se fraye un passage jusqu'au chasseur de Durge.


Une fois son précieux colis entre ses mains, et ayant retrouvé Anakin tout en apprenant que ce dernier avait tué Durge pour de bon, Obi-Wan et son camarade Jedi foncèrent au triple galop vers leurs intercepteurs, le navire de Korr étant sur le point d'exploser. Mais à peine avaient-ils échappé à la destruction du vaisseau que les deux Jedi furent réceptionnés par une horde de chasseurs droïdes Vautour. Heureusement, le destroyer stellaire Venator Intervention sortit de l'hyperespace pour prêter assistance aux Jedi malmenés. Une fois la bataille terminée, Kenobi et Skywalker furent accueillis à bord du destroyer par le sénateur Bail Organa, en tournée d'inspection dans la Bordure Extérieure. Une fois analysée, la tête du droïde s'avéra contenir un carnet de route codé, révélant que Durge avait déposé un autre agent de Dooku sur Boz Pity une semaine auparavant.

Le temps de monter l'opération, Obi-Wan dut prendre son mal en patience avant d'arriver sur Boz Pity pour découvrir si son intuition était juste. Anakin tenta bien de le distraire par une session d'entraînement au sabre laser dans la soute du destroyer Intervention, mais le Chevalier Jedi restait également frustré de n'être pas auprès de Padmé. Leur joute amicale fut interrompue par l'arrivée de Maître Windu, accompagnant le sénateur Organa dans sa tournée d'inspection. En compagnie d'autres Jedi de renom comme Adi Gallia ou Soon Bayts en salle de briefing, Obi-Wan put constater à quel point Boz Pity était bien défendue. Il soumit alors à ses pairs un plan des plus audacieux pour franchir le blocus : confier le pilotage à Anakin pour que leur destroyer ne repasse en espace conventionnel qu'entre le blocus et la planète, les chasseurs de Saesee Tiin pouvant ainsi prendre les navires adverses à revers sans risquer trop de pertes. Cependant, l'Intervention émergea de l'hyperespace trop près de la planète et atterrit en catastrophe à la surface de celle-ci. Obi-Wan et ses compagnons Jedi s'en sortirent sans trop de casse, contrairement au destroyer républicain.

La base séparatiste fut localisée par les survivants, mais tout effet de surprise tomba à l'eau quand des soldats clones, qui avaient atterri sur Boz Pity à bord de nacelles de sauvetage plus près de l'installation ennemie, durent engager les troupes robotisées avant l'arrivée du groupe d'Obi-Wan. Au plus fort de la mêlée, qui mena les Républicains jusqu'aux portes de la base, le Général Grievous fit son apparition, tuant Soon Bayts. Kenobi en profita pour s'introduire dans la place forte tandis que ses compagnons s'occupaient du général droïde et de ses bataillons. À l'intérieur de ce qui semblait être un centre médical, Obi-Wan découvrit, atterré, Asajj Ventress, toujours en vie et en suspension dans une cuve à bacta. Dooku ne tarda guère à se montrer, Kenobi accablant le comte qui avait su tirer parti de la haine de Ventress pour en faire son instrument alors qu'il aurait pu la sauver. Mais Ventress se réveilla, plus hargneuse que jamais contre Obi-Wan, vomissant la compassion dont le Jedi faisait montre envers elle. Puis, ayant récupéré ses deux sabres laser, la Jedi Noire engagea le combat avec Obi-Wan, qui fut malmené au point d'être catapulté hors de l'installation, en défonçant un solide mur au passage, par une poussée de Force de Ventress.

Mon image

Obi-Wan et Anakin font face à Asajj Ventress sur Boz Pity.


Anakin voulut s'interposer pour engager le combat contre la tueuse de Dooku, mais curieusement Obi-Wan l'en empêcha en le repoussant de côté. Kenobi restait persuadé qu'il pouvait sauver Asajj, ce qui n'empêcha pas Skywalker de tenir son ancien maître hors de portée des sabres de Ventress alors que le Maître Jedi tentait de la raisonner. Dégainant à son tour son sabre laser pour parer les attaques de la jeune femme, Kenobi mit sous les yeux de Ventress la meilleure preuve qui fût pour la faire revenir du bon côté : Dooku était en train de s'enfuir sans elle, la considérant comme une quantité négligeable. Refusant d'admettre la vérité, Ventress courut pour rejoindre son maître, mais l'un des MagnaGardes, sur ordre de Dooku, lui tira dessus. Obi-Wan se rendit auprès d'elle pour voir si elle avait besoin de soins urgents.

Ce fut à ce moment précis que Skywalker eut le réflexe de dégainer son arme pour frapper Ventress ; la Jedi Noire avait dissimulé un éclat métallique dans sa main pour frapper Kenobi. La haine de la jeune femme envers le Maître Jedi était tenace. Néanmoins, alors qu'elle agonisait, Asajj eut un éclair de lucidité et réclama Obi-Wan à son chevet. Étonné qu'elle ne le maudisse pas une fois encore, Obi-Wan savait que désormais elle trouverait la paix dans la mort. Après avoir prévenu le Jedi de défendre Coruscant – clé de la victoire selon ses dires – Asajj Ventress s'éteignit dans les bras de Kenobi, qui avait malgré tout réussi à la sauver de sa propre rancœur. Ce que Kenobi ne savait pas, c'était que Ventress n'avait fait que ralentir ses fonctions vitales, attendant d'être à bord d'une frégate médicale pour la détourner de sa destination initiale afin de gagner d'autres rivages, loin de la guerre.

Pour Obi-Wan, la guerre serait encore pour les mois à venir une réalité bien tangible, car même si les combats sur Boz Pity se soldèrent par une victoire républicaine, celle-ci avait un arrière-goût amer puisque Grievous et Dooku étaient parvenus à fuir une fois de plus au nez et à la barbe des Républicains. Mais environ quatre mois et demi avant l'attaque séparatiste contre la capitale, certaines sources signalèrent que Grievous et Dooku en fuite se dirigeaient vers la citadelle du comte sur Ruhe. Anakin et Obi-Wan furent dépêchés sur place afin de prendre les leaders confédérés de vitesse et les capturer pour mettre un terme à la guerre. Mais la canonnière TIO/BA transportant les deux Jedi fut accueillie par un essaim de chasseurs droïdes Vautour qui endommagèrent leur appareil qui finit par se poser en catastrophe au milieu de la jungle de Ruhe. Heureusement, l'engin républicain avait atterri sur une zone située non loin de la citadelle de Dooku sans qu'aucune perte n'ait à être déplorée. Mais la canonnière avait besoin de sérieuses réparations avant de redevenir fonctionnelle.

Mon image
Obi-Wan et Anakin sont en chemin pour la citadelle de Dooku sur Ruhe.


Même si l'idée ne lui plaisait guère, mais étant donné que les Jedi avaient perdu l'avantage de la surprise, Obi-Wan se rangea de l'avis d'Anakin de parcourir les kilomètres restants en motojet BARC avec deux autres clones tandis que le reste de l'équipage s'affairerait à la réparation de leur canonnière TIO/BA. Kenobi n'était pas à l'aise avec les manœuvres acrobatiques auxquelles Anakin s'adonnait entre les arbres, mais il détestait encore plus la perspective d'être surpris par des patrouilles droïdes en embuscade, ce qui pourtant arriva. Au terme d'un bref affrontement où les deux clones les accompagnant furent tués, Kenobi et Skywalker, qui se sauvèrent mutuellement la vie, virent leurs véhicules réduits à l'état d'épaves fumantes, devant désormais faire le reste du trajet à pied. Obi-Wan s'emporta contre Anakin, considérant que la situation était vraiment pire que ce qui était prévu. Mais le Maître Jedi se calma, tempéré par l'attitude plus flegmatique de son compagnon en cette circonstance. Ayant besoin de repos et sûrs d'atteindre le palais du comte en milieu de matinée le lendemain, Obi-Wan et Anakin passèrent la nuit à la belle étoile.

Cette nuit-là, Anakin débuta une importante conversation avec Obi-Wan en lui demandant ce qu'il ferait une fois la guerre terminée. À la vérité, même s'il ne le dit pas explicitement à Kenobi, Skywalker pensait quitter l'Ordre Jedi pour mener sa vie avec Padmé. En bon tuteur et ami, Obi-Wan assura son ex-apprenti de son soutien quelle que soit la voie qu'il choisirait d'emprunter au terme du conflit. Après une nuit de repos bien méritée, les Jedi atteignirent l'entrée de la citadelle, juste au moment où le voilier solaire de Dooku arrivait mais sans repérer toutefois la présence de gardes à l'entrée. Trop hâtif, Anakin fonça dans le bâtiment malgré les conseils de Kenobi. À l'intérieur, les deux amis furent inquiets de ne pas ressentir la présence du Comte Dooku et redoublèrent de prudence. Précaution totalement inutile puisqu'ils débouchèrent dans une salle face à tout un bataillon de droïdes B1 et B2 prêts à les recevoir à coups de blasters. Le piège se referma sur les Jedi qui, bien qu'experts dans le combat rapproché, ne pouvaient submerger autant d'adversaires. Acculés, Kenobi et Skywalker sautèrent en haut des escaliers de l'immense salle et gagnèrent le balcon menant à la plate-forme du voilier solaire. Une fois le pont en bois menant à l'aire d'atterrissage franchi, Anakin continua à parer les tirs des droïdes tandis qu'Obi-Wan trancha les cordes du pont pour empêcher les droïdes de les suivre.

Mon image
Obi-Wan et Anakin sont piégés par des droïdekas.


À leur grande surprise, un trio de droïdekas se déploya sur la plate-forme ainsi isolée et déchaînèrent un torrent de feu contre les Jedi. Le tir de barrage fut si nourri que Kenobi bascula par-dessus la plate-forme sous les yeux horrifiés d'Anakin. Par chance, le commandant Jenks et ses hommes avaient réparé la canonnière juste à temps pour porter secours aux Jedi, et ce fut avec satisfaction que Skywalker constata que son mentor s'était accroché à l'un des panneaux latéraux de la canonnière suite à sa chute. Après avoir évacué les lieux et regagné leur vaisseau principal, Obi-Wan et Anakin firent le point sur ces événements : pour une raison encore obscure, il semblait que la Confédération des Systèmes Indépendants les ait pris pour cibles. Enfin, toujours était-il que maintenant le duo des Jedi devait s'occuper de mettre la main sur Nute Gunray.

Outre une victoire remportée sur Sarrish grâce au commandant Cody, Obi-Wan intervint avec Anakin sur Cato Neimoidia où la planque de Gunray se trouvait. L'assaut fut conduit par les deux Jedi contre la citadelle du Séparatiste. Pénétrer dans la forteresse du vice-roi de la Fédération du Commerce ne fut pas une sinécure, mais Kenobi et son groupe parvinrent à talonner de près Gunray et son entourage alors qu'ils gagnaient leur navette. Même si le Neimoidien passa entre les mailles du filet, les Jedi et leurs clones s'en sortirent à bon compte puisque Cato Neimoidia était tombée. Mais plus important que tout, Skywalker et Kenobi mirent la main sur la mécanochaise du vice-roi contenant un message de Dark Sidious ainsi que le code de communication utilisé par les membres du Conseil Séparatiste pour entrer en contact avec le Seigneur Sith et entre eux. La chasse au Seigneur Noir des Sith connut un regain d'intensité vers la fin de la Guerre des Clones.

La mécanochaise permit aux services de renseignements de la République de prévoir les manœuvres de Grievous : un message du général droïde destiné aux membres du Conseil Séparatiste leur stipulant qu'ils seraient déplacés sur le monde de Belderone après que Grievous eut effectué sa conquête fut intercepté et une force d'attaque menée par Obi-Wan et Skywalker fut envoyée pour contrer les agissements du chef droïde. Avec Grievous cueilli par une force républicaine d'une soixantaine de vaisseaux capitaux, Obi-Wan et Anakin, à bord de leurs intercepteurs se frayèrent un chemin à travers la nuée de chasseurs ennemis. Cependant, parce qu'il devait protéger les leaders séparatistes, Grievous préféra ne pas s'attarder sur le champ de bataille et fit feu sur un convoi de réfugiés qui tentait de quitter la planète assiégée. Cette manœuvre prit les Républicains et les Jedi au dépourvu et la flotte de Grievous put filer dans la relative sécurité de l'hyperespace.

Le problème était que tant que Grievous courait dans la nature il n'y avait aucune possibilité pour mettre un terme rapide à la guerre. Bien que selon Mace Windu les renseignements à son sujet soient des plus discutables, Palpatine affirmait que, d'après ses propres services, le chef droïde avait été aperçu à maintes reprises se dirigeant vers la planète Nelvaan et qu'il s'y trouvait en ce moment. Obi-Wan restait sceptique quant à cette mission, mais lui et Anakin se mirent aussitôt en route pour la planète en question. Quand leur armada atteignit l'orbite de Nelvaan, la scanographie ne révéla pas la moindre trace de troupes ennemies, mais des lectures géothermiques inhabituelles dans le secteur 8 de la planète leur furent signalées. Aussi, Obi-Wan et Anakin prirent-ils un transport avec un petit contingent de clones pour se rendre sur Nelvaan et tirer cela au clair. Marchant au milieu d'un paysage enneigé, les Jedi et leurs hommes se rendirent compte que quelque chose dans les environs effrayait la faune ambiante.

Mon image
Obi-Wan et ses soldats clones sur la planète Nelvaan.


Ce fut alors qu'un Horax, prédateur local d'une taille éléphantine, attaqua le groupe, balayant les troupes clones avec une aisance déconcertante. Il fallut la dextérité de Skywalker pour neutraliser et tuer la bête, même si Kenobi tenta en vain d'avertir son ami de ne pas le faire. En fait, en tuant le Horax, Anakin venait d'interrompre le rite initiatique d'un jeune Nelvaanien accompagné par plusieurs autres membres de sa tribu. Juchés sur des montures locales, Obi-Wan et Anakin furent menés par les indigènes jusqu'à leur village baptisé Rokrul. Ils constatèrent qu'il n'y avait que des femmes et des enfants. Ensemble, ils furent conduits devant Orvos, le vieux shaman du village, et Kenobi put faire montre de ses talents de polyglotte à Anakin en traduisant les propos de ses interlocuteurs Nelvaaniens. Obi-Wan apprit qu'ils semblaient être victimes d'un fléau : l'un après l'autre les autochtones avaient envoyé leurs guerriers mais aucun n'était jamais revenu. Ils allaient en désigner un autre quand Skywalker et Kenobi étaient intervenus dans le rite de passage du jeune Nelvaanien. Puis, traduisant les dires d'Orvos, le Maître Jedi informa Anakin qu'il devait passer l'épreuve du feu, au grand étonnement du Chevalier Jedi.

En fait, le vieux Nelvaanien invoqua les esprits du feu autour d'un foyer nocturne en compagnie des Jedi. Au terme des incantations du shaman, Kenobi en vint à comprendre les mots "Holt Kazed", ce qui signifiait "Main Fantôme". Alors l'esprit du Maître Jedi ne fit qu'un tour : il agrippa la main cybernétique d'Anakin assis à côté de lui, la découvrit pour la révéler à la tribu tout en répétant les mots "Holt Kazed". Skywalker semblait être celui que ce peuple attendait pour les délivrer de leur fléau. Après qu'Anakin se fut soumis au rituel de préparation préalable à sa quête et s'être vu traduit par Obi-Wan les dernières recommandations d'Orvos, le jeune Jedi reçut les derniers conseils de son ancien maître, qui le mit en garde contre les dangers de l'épreuve qu'il s'apprêtait à subir. En effet, le parcours de Skywalker fut assez atypique, surtout avec la guerre qui avait embrasé la galaxie. Aussi, Anakin ne passa jamais la dernière épreuve officielle des Jedi, celle de l'esprit. Obi-Wan avait le sentiment qu'ils étaient justement là pour cela. Anakin devant traverser cette dernière épreuve seul, Kenobi resta à Rokrul en ne pouvant que patienter. Anakin revint quelques temps plus tard avec les guerriers Nelvaaniens disparus, mais atrocement transformés par les expériences des Séparatistes.

Mon image
Kenobi et Skywalker au village de Rokrul.


Lors des retrouvailles entre les membres du clan, Obi-Wan ne put que féliciter son ex-disciple d'avoir surmonté ce test. Il se renseigna auprès de son ami pour comprendre ce qu'il avait vécu en pénétrant dans la grotte menant au complexe du Techno-Syndicat. Obi-Wan savait à quel point ce genre de test pour l'esprit pouvait s'avérer éprouvant, même déplaisant, mais qu'il fallait tout de même s'accepter pour continuer. Immédiatement après, Obi-Wan et Anakin mirent le cap sur Tythe afin de reprendre la planète à l'ennemi. Ce fut alors que les deux Jedi reçurent un message des plus étonnants de la part de Mace Windu : Coruscant était attaquée par la flotte de la Confédération des Systèmes Indépendants et tous les vaisseaux disponibles étaient rappelés d'urgence pour défendre la capitale. Pire, le Chancelier Suprême Palpatine était devenu l'otage de l'impitoyable chef cyborg des armées séparatistes. La priorité des deux Jedi fut de faire route en hyperespace jusqu'à la capitale et de trouver un moyen de porter secours au chef d'État captif.

X. La Revanche des Sith

Étant donné que Grievous avait enlevé le Chancelier Palpatine, Obi-Wan et Anakin, avec l'aide de l'Escadron Sept du commandant Odd Ball, menèrent une périlleuse mission de sauvetage, alors qu'autour d'eux la Bataille de Coruscant faisait rage. Pris en chasse par des chasseurs droïdes Vautour et des tri-chasseurs droïdes, Obi-Wan ne put éviter à son intercepteur Jedi d'être abordé par une nuée de droïdes buzz, et ne dut sa survie, encore une fois, qu'à l'intervention d'Anakin, ce qui lui permit d'aborder la Main Invisible où Palpatine était détenu.

Mon image
Anakin et Obi-Wan affrontant Dooku à bord de la Main Invisible.


Après quelques petits problèmes avec des droïdes de combat et un turbo-ascenseur, Obi-Wan et Anakin furent à nouveau confrontés au Comte Dooku. Anakin ayant retenu la leçon, lui et Obi-Wan combattirent ensemble pour défaire le Comte. Malheureusement, Obi-Wan fut mis hors d'état de nuire par Dooku et sombra dans l'inconscience tandis qu'Anakin réglait son compte au leader séparatiste une bonne fois pour toutes. Ce ne fut que plus tard que Kenobi retrouva ses esprits, accroché au-dessus du vide de la cage d'ascenseur aux épaules d'Anakin. Après une descente mouvementée, les Jedi crurent pouvoir s'échapper mais furent arrêter par des rayons capteurs. Conduits devant Grievous, les Jedi profitèrent d'une diversion de R2-D2 pour récupérer leurs sabres laser et éliminer les MagnaGardes avant de s'occuper de Grievous. Mais le général cyborg leur échappa et Obi-Wan dut s'en remettre aux talents d'Anakin en matière de pilotage pour poser le destroyer Providence en perdition de la meilleure manière qui fût. Après un atterrissage forcé, Obi-Wan et Anakin accompagnèrent le Chancelier sain et sauf au Bâtiment Exécutif de la République, Obi-Wan préférant laisser tous les honneurs à son ami. Mais ce dont Kenobi ne se doutait pas, c'est que ces moments d'amitié et de complicité allaient toucher à leur fin.

Alors que les rapports concernant Saleucami et Boz Pity semblaient excellents, Obi-Wan exprima son inquiétude quant aux agissements du Chancelier lorsque ce dernier convoqua Anakin sans en avoir référé au Conseil. Lorsque Skywalker revint au Temple, la nouvelle stupéfia Kenobi : Palpatine avait fait d'Anakin son représentant personnel au Conseil Jedi. Une fois de plus, Anakin fit montre d'arrogance lorsqu'on lui annonça qu'il siègerait au Conseil mais qu'on ne lui accordait pas le rang de Maître, ce qui déconcerta Obi-Wan. C'est d'ailleurs non sans quelques regrets que Kenobi dut annoncer à Anakin qu'il devait servir d'agent double, devant informer le Conseil des moindres faits et gestes du Chancelier, ce qui révolta le jeune homme. Skywalker vit sa confiance dans le Conseil Jedi s'ébranler, et son opinion ne fit que se renforcer lorsqu'on chargea Obi-Wan de mener seul l'assaut contre Utapau où le Général Grievous s'était retranché. Obi-Wan ayant néanmoins pleinement confiance en Anakin, les deux amis se firent leurs adieux avant le départ d'Obi-Wan, qui ne se doutait pas que la prochaine qu'il rencontrerait son ami, ce serait pour le tuer.

Mon image
Obi-Wan Kenobi face à Grievous lors de la Bataille d'Utapau.


Arrivé en chasseur sur Utapau, Obi-Wan fut informé discrètement par Tion Medon sur l'endroit où se trouvait exactement Grievous. Il renvoya son chasseur pour prévenir Cody d'attaquer. Empruntant une monture locale, une femelle Varactyl répondant au nom de Boga, Obi-Wan s'infiltra dans les quartiers des Séparatistes et défia Grievous en duel, après s'être occupé de ses MagnaGardes. Déployant tous ses talents de bretteur, Obi-Wan désarma le général de deux de ses quatre sabres laser avant de lui faire prendre la fuite suite à l'attaque de Cody et de ses troupes. Chevauchant Boga pour rattraper Grievous, ce dernier conduisant un speeder-roue, Obi-Wan rattrapa le cyborg sur la plate-forme où était stationné son chasseur et, après avoir été projeté sur le rebord de la plate-forme, Kenobi tua le général séparatiste de cinq tirs de blaster. Suite à ce combat, Obi-Wan rejoignit ses troupes pour continuer l'assaut, mais fut trahi lorsque les clones reçurent l'Ordre 66 : un tir de canon laser, pointé sur Kenobi et sa monture, fit choir ces derniers au fond du puits de Pau City. Mais Obi-Wan réussit à survivre et rejoignit le plus discrètement possible la zone où se trouvait le chasseur de Grievous afin de s'échapper d'Utapau.

Sur le chemin, son appel fut intercepté par le sénateur Bail Organa, qui porta assistance au Jedi avec son Tantive IV. Retrouvant Yoda à bord de la corvette corellienne, Obi-Wan suggéra de retourner sur Coruscant pour désactiver le signal émit par le Temple, signal intimant l'ordre aux Jedi de la galaxie de revenir dans leur sanctuaire – et ce afin d'y être éliminés. Avec l'aide de Yoda, Obi-Wan tua les soldats clones postés à l'entrée du Temple avant de découvrir un effroyable spectacle : en parcourant les couloirs du bâtiment, Obi-Wan constata que tous les Jedi avaient été massacrés, et certains par un adepte du sabre laser. Après avoir reprogrammé le signal codé, et étant envahi par le besoin de savoir qui avait commis ces atrocités, Obi-Wan consulta, à l'encontre de la recommandation de Yoda, les hologrammes de sécurité. La révélation fut comme un coup de poignard en plein cœur lorsqu'il découvrit que c'était Anakin qui avait commis ce massacre, sous les ordres de l'Empereur Palpatine et en tant que Dark Vador. Il fallait à tout prix stopper les Sith, et Obi-Wan dut se charger, à contrecœur, d'Anakin. Pour retrouver sa trace, il sollicita l'aide de Padmé, mais cette dernière se ferma lorsqu'il lui révéla la déchéance d'Anakin. Comprenant qu'Anakin était le père de l'enfant qu'elle attendait, Obi-Wan lui demanda pardon pour ce qu'il allait faire.

Comptant sur le doute qu'il avait immiscé chez Padmé, Obi-Wan embarqua clandestinement sur son esquif naboo pour retrouver Anakin. Une fois sur Mustafar, Padmé tenta de raisonner Anakin, en vain. Anakin entra alors dans une profonde colère en voyant qu'Obi-Wan était avec elle, et Skywalker faillit bien tuer sa femme. Échangeant ses derniers points de vue avec Anakin concernant ses choix, Kenobi dut se résigner à l'affronter. Ce combat fut le plus éprouvant pour Obi-Wan, tant du point de vue physique que psychologique, car devant affronter son ancien apprenti et ami. Si Anakin se révéla être le plus puissant, Obi-Wan fut le plus expérimenté, et à plusieurs reprises le combat faillit être à l'avantage de l'un ou de l'autre. Le duel se déplaçant à l'intérieur du bunker séparatiste, les deux combattants détruisirent accidentellement le panneau de contrôle du bouclier déflecteur entourant le complexe, livrant ce dernier aux giclées de lave ambiantes. Sur une passerelle du complexe qui s'était détachée suite à une éruption de lave, Obi-Wan et Anakin continuèrent leur duel effréné, utilisant même les droïdes ouvriers flottant au ras des fleuves de lave. Alors que le duel semblait sans issue, Kenobi sauta sur une rive de cendres, suivi par Anakin. Le Maître Jedi coupa les jambes et le bras gauche de Skywalker dans son élan. Récupérant le sabre laser d'Anakin, Obi-Wan lui reprocha sa trahison envers ses pairs et envers tous les espoirs qu'ils avaient fondés en lui en tant qu'Élu. 

Mon image
Kenobi assistant à l'immolation de son ancien apprenti et ami sur Mustafar.


Assistant à l'immolation d'Anakin, Obi-Wan préféra partir pour s'occuper de Padmé, croyant laisser son ancien apprenti pour mort. Mais Anakin était toujours vivant, comme s'en rendit compte plus tard Kenobi, et devait désormais porter une armure de survie. Quittant Mustafar pour se rendre sur Polis Massa où l'attendaient Yoda et Bail Organa, Obi-Wan assista à la naissance de non pas un, mais deux enfants : Luke et Leia. C'est aussi dans le complexe médical de la colonie polis massan qu'il assista impuissant à la mort de Padmé. Décidant de ramener son corps auprès des siens sur Naboo, Obi-Wan, Yoda et Bail Organa prirent également des dispositions concernant les enfants. Tandis que Leia serait emmenée par Organa sur Alderaan, Obi-Wan emmènerait Luke sur Tatooine chez son oncle et demi-frère d'Anakin, Owen Lars. Avant qu'il ne se sépare d'Obi-Wan, Yoda demanda à ce dernier de pratiquer quelques exercices dans sa solitude sur Tatooine, exercices qui devaient permettre à l'esprit de Kenobi de survivre à la mort en revenant des profondeurs de la Force, à l'instar de Qui-Gon. Après quoi, Kenobi remit Luke à Beru et Owen Lars avant de se retirer pour vivre désormais en ermite sur Tatooine, gardant ainsi un œil sur le fils de Padmé et Anakin Skywalker.

XI. Exil

L'Ordre Jedi décimé, Kenobi dut mener une vie d'ermite dans une petite demeure située près de la Mer des Dunes afin de veiller sur Luke, avec le sentiment que ce garçon serait un nouvel espoir pour la galaxie. Obi-Wan, au cours de son exil, vivait de ses propres ressources, n'allant que rarement à Mos Eisley pour y faire ses courses ou pour se tenir au courant des événements. Cependant, Kenobi ne resta pas pour autant inactif durant les 19 années de son exil. Durant les premiers temps de son exil, Obi-Wan se rendait régulièrement et de façon discrète à la ferme des Lars afin de garder un œil sur le jeune Luke. Un jour, les Lars découvrirent que vingt de leurs vaporateurs d'humidité avaient été volés par les Tuskens, ce qui menaçait l'exploitation hydroponique des Lars. Owen Lars aurait voulu régler la question à sa manière en rassemblant un groupe de fermiers afin d'aller reprendre les vaporateurs volés aux Tuskens, quitte à ce que cette expédition se finisse dans un bain de sang. Mais Obi-Wan avait une autre idée en tête, une idée qui impliquerait qu'il agisse seul et en toute discrétion.

La première partie de son escapade se déroula sans problème et il retrouva les Tuskens ainsi que les vaporateurs volés. Cependant, alors qu'il était sur le point de quitter leur camp avec les dispositifs hydroponiques, Obi-Wan fut repéré et attaqué par un Tusken. Si Kenobi se débarrassa de l'importun avec son sabre laser, le cri poussé par la victime du Jedi alerta les autres Tuskens qui se précipitèrent vers le Jedi. Bien que tenté d'utiliser sa colère face à ces adversaires si nombreux, Kenobi parvint néanmoins à se maîtriser et à délaisser ses émotions obscures. Au lieu de massacrer la tribu, comme Anakin l'avait fait par le passé suite à la mort de sa mère, Obi-Wan joua sur un tabou Tusken, celui leur interdisant d'exposer la moindre parcelle de leur peau à la vue de leurs semblables, et commença à découper des morceaux de vêtements de ses agresseurs à l'aide de son arme. La diversion ainsi provoquée permit à Obi-Wan d'avoir le temps de s'échapper sur un bantha avec les vaporateurs. Même si Kenobi rapporta les vaporateurs aux Lars, il reçut un accueil plus que glacial de la part d'Owen, qui l'informa qu'ils n'avaient besoin d'aucune aide venant de la part de l'ermite Jedi. Après cet épisode, Obi-Wan retourna à sa solitude et à la contemplation.

Mon image

Obi-Wan, le fugitif Jedi traqué par l'Empire Galactique.


Un jour, alors qu'il se rendait à la cantina de Chalmun à Mos Eisley, où le Jedi se tenait au courant des événements et était connu des habitants comme un ermite à moitié fou, Obi-Wan entendit parler de son ancien apprenti. En effet, contrairement à ce que Kenobi croyait, Vador avait survécu à leur combat sur Mustafar et imposait la loi impériale avec la poigne de fer des Sith. Mais ce qu'Obi-Wan ne savait pas, c'était qu'il était traqué sans relâche par Dark Vador, dont l'obsession fut pendant un temps de se venger à tout prix de son ancien maître, ce qui le conduisit jusqu'au Conclave Jedi de Kessel, une rumeur à propos de la participation de Kenobi à cette réunion secrète ayant été portée à l'attention de Vador. Cette rumeur était en fait un appât visant à tendre un piège au disciple de Palpatine, même si au final Dark Vador s'en sortit. Vers cette époque, Obi-Wan sentit qu'il était prêt à recevoir l'enseignement de son ancien Maître Qui-Gon Jinn, mais l'esprit de celui-ci lui affirma que le temps n'était pas encore venu, que sa formation ne débuterait que lorsqu'Obi-Wan serait prêt. Quelque peu frustré, Obi-Wan ne comprenait pas ce que Qui-Gon attendait de lui.

Environ un an après le début de son exil forcé sur Tatooine, Obi-Wan surprit à la cantina une discussion portant sur les événements survenus sur Bellassa. Le nom de Ferus Olin arriva aux oreilles du Maître Jedi : Olin avait quitté l'Ordre Jedi suite à la défaite finale de Granta Omega sur Korriban et avait créé avec son associé et ami Roan Lands une société baptisée Olin et Lands dont les bureaux se trouvaient sur Bellassa et dont la spécialité était de fournir de nouvelles identités à des témoins jugés gênants. Suite au pogrom Jedi et l'instauration de l'Empire, Ferus était désormais la cible du nouveau régime galactique de Palpatine. Obi-Wan ne savait que faire : le Jedi était tiraillé entre la tentation d'aider une ancienne connaissance de son passé et son devoir de veiller à tout prix sur Luke. L'esprit de Qui-Gon apparut à Obi-Wan et parvint à le convaincre que sa quête pour aider Olin était intimement liée au destin du jeune Luke. Aussi, avec l'esprit de Qui-Gon Jinn veillant sur le fils d'Anakin Skywalker, Obi-Wan partit rassuré pour Bellassa.

Mon image

Obi-Wan, à l'époque où il prêta main forte à Ferus Olin.
 

Arrivé à destination, Kenobi rencontra un voleur répondant au nom de Trever Flume. Kenobi désirait infiltrer le centre hospitalier où Roan Lands était placé dans un état proche de la mort, l'homme ayant dû endurer la torture car les Impériaux voulaient découvrir l'endroit où se cachait Ferus Olin. La suite des événements conduisirent Obi-Wan à entrer en relation avec le groupe appelé les Onze, groupe de résistance local. D'abord pris pour un espion impérial, Kenobi révéla sa véritable nature de Jedi aux Onze, apprenant du même coup que ce groupuscule séditieux avait été créé par Olin et Lands, d'où les poursuites menées par les Impériaux pour débusquer Olin. Par la suite, grâce à un uniforme impérial volé, Kenobi pénétra dans la garnison impériale pour obtenir dans sa banque de données les informations concernant les drogues et neurotoxines injectées à Roan Lands afin qu'Amie Antin, docteur et membre des Onze, puisse le soigner. Grâce aux précieux renseignements qu'il découvrit dans la base de données impériale, Lands fut traité et finit par révéler au Jedi ce qu'il voulait savoir, en l'occurrence l'emplacement de la cachette de Ferus Olin.

Même si en cours de route le vaisseau d'Obi-Wan fut attaqué par le vaisseau de patrouille et d'attaque Firespray-31 de Boba Fett, obligeant Kenobi à effectuer le reste du trajet à pied, le Maître Jedi finit par trouver Ferus dans le chalet de Dona Telamark, ancienne cliente de Ferus, où il se terrait. La joie des retrouvailles fut réciproque entre les deux hommes. Mais lorsque Ferus s'enquit à propos d'Anakin, Obi-Wan dut lui cacher la vérité en affirmant, de son point de vue, qu'Anakin avait été tué. Et parce qu'il devait préserver celui qui représentait sans doute l'un des derniers espoirs de la galaxie, Obi-Wan ne parla ni de Yoda, ni des enfants de Padmé. Par la suite, Dona avertit les deux hommes que si Ferus ne se rendait pas dans le délai imparti fixé par l'Empire, ce dernier exécuterait toutes les personnes capturées au cours des rafles menées par les troupes impériales sur la planète. De plus, le Firespray-31 de Boba Fett attaqua le chalet mais les occupants s'en échappèrent à temps en empruntant les tunnels, vestiges d'une ancienne exploitation minière, courant sous la cachette de Ferus.

Obi-Wan et Ferus partirent de leur côté pour déboucher près d'un lac. Malheureusement pour eux, leurs poursuivants, des chasseurs de primes, se trouvaient non loin d'eux : il s'agissait bien évidemment du jeune Boba Fett et d'un autre de ses compères nommé D'harhan. Par chance, Obi-Wan et Ferus purent s'échapper, grâce à Dona qui les avait retrouvés. Ayant regagné le quartier général des Onze, avec toujours la menace de l'Empire, et plus particulièrement celle du Grand Inquisiteur Malorum, pesant sur leurs épaules, Obi-Wan exposa sa stratégie pour ne pas tomber dans ce qui semblait être un piège de l'agent impérial. Ferus acceptait de se livrer aux autorités de l'Empire en échange des prisonniers. Bien sûr, Malorum ne respecta pas sa parole en voulant garder Ferus et les captifs. Kenobi, avec l'aide de résistants portant des uniformes impériaux volés, fonça dans la garnison à bord d'un véhicule pour récupérer son ami Ferus. Mais la sortie étant barrée par les troupes présentes, Obi-Wan et Ferus se retirèrent et se cachèrent à l'intérieur de la garnison. Tentant de trouver un moyen d'échapper à l'étau impérial, les deux hommes se retrouvèrent à un moment donné dans le bureau du Grand Inquisiteur. Ce fut dans ses dossiers que Kenobi découvrit avec stupeur que Malorum s'intéressait de près aux événements survenus sur Polis Massa, à savoir la naissance des enfants de Skywalker et la mort de Padmé. Ce genre d'informations pouvait menacer la vie des jumeaux et le Maître Jedi comprenait mieux pourquoi le sauvetage de Ferus était lié à la survie des enfants de Padmé et Anakin. Après avoir réussi à s'enfuir, Kenobi et Olin s'emparèrent d'un vaisseau pour s'échapper de Bellassa en direction du spatioport des Jumeaux Rouges.

Mon image

Ferus Olin et Obi-Wan Kenobi.
 

Durant le trajet, suite à une conversation au cours de laquelle le Maître Jedi renouvela sa confiance en Ferus qui, bien qu'il ait quitté l'Ordre Jedi des années plus tôt, n'en demeurait pas moins un frère Jedi. Les deux hommes eurent droit à deux surprises. La première était que le jeune Trever avait embarqué comme passager clandestin à leur insu, sortant finalement de sa cachette au cours du voyage. La seconde surprise fut moins agréable, puisque lorsque leur vaisseau arriva à destination les hommes constatèrent que Boba Fett avait anticipé leurs mouvements. Comme la fois précédente, Obi-Wan, Ferus et Trever échappèrent aux chasseurs de primes pour gagner la planète Acherin. Ce monde anciennement tenu par les Séparatistes pendant la Guerre des Clones résistait désormais au joug impérial. Sur place, les trois hommes rencontrèrent deux de ces anciens Séparatistes s'insurgeant contre l'Empire, Toma et Raina Quill. Une bataille entre ces résistants et l'Empire fit rage, se concluant par la victoire de l'Empire, qui refusa la reddition de ses adversaires. Obi-Wan et ses compagnons n'eurent d'autre choix que d'évacuer les lieux pour échapper aux troupes de Palpatine. Le groupe, avec les chasseurs impériaux sur ses talons, tenta le tout pour le tout en passant au cœur d'une tempête stellaire et trouva refuge sur un astéroïde non répertorié et pourtant habitable, ce qui en faisait le lieu d'asile temporaire idoine au vu des circonstances.

Profitant de ce répit bienvenu, Obi-Wan questionna Toma à propos de Garen Muln, un Jedi et ami de Kenobi qui servait justement sur Acherin quand l'Ordre 66 fut transmis. Au grand étonnement d'Obi-Wan, ce dernier apprit que Muln avait survécu et se trouvait sur Ilum. Bien que le Maître Jedi fût désireux de retrouver son ami, il opta pour une autre direction en décidant de faire le voyage jusqu'à Polis Massa. Néanmoins, ce furent Ferus et Trever qui se rendirent sur Ilum pour retrouver Maître Muln, Obi-Wan les déposant au passage avant de mettre le cap vers Polis Massa pour s'assurer que la naissance de Leia et Luke reste secrète aux yeux de l'Empire. Prestement rendu sur place, Obi-Wan y trouva Maneeli Tuun, le médecin en chef qui avait gardé secrets l'accouchement de Padmé et la présence des Jedi Yoda et Kenobi au moment où la jeune sénatrice passa de vie à trépas après avoir mis au monde Leia et Luke. La situation était vraiment critique puisque Sancor, envoyé par Malorum, était sur place pour enquêter sur les événements entourant la mort de Padmé. Kenobi se fit alors passer pour Osh Scal, l'officier médical chargé de l'approvisionnement du centre médical, et voulut orienter Sancor sur une fausse piste pour écarter tout danger. Mais la duperie d'Obi-Wan ne fit pas long feu quand Sancor découvrit dans les fichiers qu'il examinait une image du véritable Osh Scal. Le Jedi, dos au mur, affronta l'Inquisiteur Impérial. Sancor fut accidentellement tué au cours de la confrontation. Mais même avec Sancor décédé, Malorum représentait toujours une menace pour la mission de Kenobi.

Quittant Polis Massa, Obi-Wan Kenobi fit route vers Ilum où il récupéra Ferus, Trever et Garen Muln avant de les ramener à l'astéroïde où ils avaient précédemment trouvé refuge. De retour sur l'aérolithe, Ferus fit part de ses intentions à Obi-Wan, Olin voulant faire de ce caillou spatial un havre pour tous les Jedi fugitifs. Malgré la demande insistante d'Olin, Kenobi ne pouvait pas se détourner de sa mission en assistant Ferus dans son projet, le Maître Jedi devant impérativement retourner sur Tatooine. Avant de regagner le monde désertique, Obi-Wan demanda à Ferus de garder un œil sur Malorum. Revenu sur sa planète d'exil, Kenobi eut une nouvelle conversation avec l'esprit de son ancien maître : le voyage qu'il avait effectué avec Ferus Olin lui avait ouvert les yeux sur la culpabilité qui l'avait envahi, culpabilité consécutive à son échec avec Anakin. Acceptant pleinement ses erreurs, ayant fait en quelque sorte la paix avec ses démons intérieurs, Obi-Wan Kenobi était maintenant prêts à suivre l'enseignement de l'esprit de Qui-Gon.

Même en suivant les voies que lui enseignait son défunt maître tout en veillant sur le jeune Luke Skywalker, Kenobi garda quelques contacts avec Ferus Olin, communiquant surtout avec l'ex-Padawan par hologrammes interposés. Obi-Wan apprit par le biais de Ferus quelques nouvelles inquiétantes : même si Dark Vador interdit à Malorum de pousser ses investigations concernant la mort d'Amidala, le Grand Inquisiteur pouvait faire fi de tels ordres pour mieux supplanter le Sith aux côtés de l'Empereur. Obi-Wan conseilla à Ferus de se tenir sur ses gardes. Olin accomplit la mission confiée par Kenobi en tuant le Grand Inquisiteur au terme d'un combat au sabre laser. Un jour, Ferus, devenu agent double faisant mine de travailler pour le compte de Palpatine, apprit à Obi-Wan la mort de son ami Roan Lands. Alors que Ferus continuait à renseigner Kenobi, Obi-Wan invita Ferus à faire preuve de mesure et de prudence lorsqu'Olin commença à parler d'un mouvement de résistance d'une dénommée Flame (Eve Yarrow de son véritable nom) qui, soi-disant, visait à unir tous les groupes rebelles de la galaxie afin de lutter efficacement contre l'Empire. Enfin, le Maître Jedi apprit que Ferus avait été nommé Inquisiteur, dont la tâche était de détecter les personnes sensibles à la Force, charge idéale pour identifier et sauver les Jedi potentiels.

Mon image

Ce fut alors qu'une nouvelle menace se profila à l'horizon quand Olin montra à Obi-Wan sa liste de mission concernant ces personnes sensibles à la Force : un enfant non identifié d'Alderaan montrait certaines prédispositions dans la Force. Kenobi craignait que cet enfant ne fût Leia. Et ses craintes furent justifiées lors du rapport suivant de Ferus à Obi-Wan : Leia était dans le collimateur de l'Empire, d'autant que l'implication d'espions impériaux n'arrangeait en rien les affaires du Jedi. Pour faciliter la tâche de Ferus, Obi-Wan contacta Bail Organa pour qu'il puisse faire confiance à Ferus, même si en apparence il travaillait pour l'Empereur Palpatine, et déconseilla à Organa de rejoindre le mouvement rebelle de Flame, les mondes souhaitant se soulever n'ayant ni les ressources ni la volonté, surtout si peu de temps après la Guerre des Clones, pour supporter de nouveaux affrontements. Si Organa reconnut dans ces paroles la sagesse du Maître Jedi, Ferus s'en trouva dépité. Mais la situation étant plus urgente, Organa et Olin unirent leurs forces et parvinrent à démasquer l'espion impérial œuvrant au sein du palais, en l'occurrence Deara Antilles, la sœur de la femme de Bail Organa.

Suite à ces événements, Obi-Wan et Ferus eurent une conversation des plus sérieuses : Olin découvrit que Dark Vador et Anakin Skywalker n'étaient qu'une seule et même personne. Même si le jeune homme tempêta contre Kenobi pour lui avoir dissimulé la vérité, Ferus comprit tout de même que c'était le genre de sujet trop douloureux pour le Maître Jedi pour être évoqué. Après des explications sommaires sur la chute d'Anakin vers le Côté Obscur, Kenobi adjura Ferus de couper tout lien avec l'Empereur et de le rejoindre sur Tatooine, mais Olin refusa pour le moment. Après que le prétendu mouvement rebelle de Flame s'avéra être un leurre et que l'astéroïde Jedi que Ferus contribua à créer fut détruit par une nouvelle super-arme impériale, Olin, qui ne put que sauver Lune Oddo Divinian du désastre, rendit ce dernier à sa mère avant de faire route vers Tatooine. Obi-Wan tenta du mieux qu'il put de réconforter son ami et lui parla des jumeaux Skywalker, les derniers espoirs de voir un jour la paix, la liberté et la justice être restaurées dans la galaxie : Kenobi chargea Ferus de veiller à la sécurité de Leia tandis que le Maître Jedi continuerait à prendre soin de Luke. Ferus obéit au Jedi et s'installa sur Alderaan.

Fidèle à sa mission première, Obi-Wan Kenobi protégea autant qu'il put le fils d'Anakin. En l'an -17, les Tuskens, natifs de Tatooine, menaient une campagne dévastatrice contre les colons et les fermiers, le tout sous l'égide d'un nouveau chef armé de deux sabres laser. Lorsque les clans unifiés par ce nouveau leader, en fait A'Sharad Hett, prirent la direction de la ferme des Lars, Obi-Wan s'interposa pour défendre coûte que coûte son protégé Luke Skywalker. Lorsque le groupe de Tuskens arriva à la hauteur de Kenobi, ce dernier s'entretint avec A'Sharad Hett, surpris de retrouver Obi-Wan en vie et sur la planète désertique. Obi-Wan avait noté à quel point son camarade Jedi s'était engagé dans la voie de la violence, le sermonnant sur le fait que sa conduite était tout sauf celle d'un Jedi. Hett lui rétorqua que leurs actions en tant que Généraux Jedi ne valaient pas mieux, mais Obi-Wan voulut à tout prix le raisonner en clamant que sa croisade contre les colons et les fermiers ne ferait que le transformer en ce qu'il avait juré de combattre en tant que Jedi. Mais Hett était rempli de fiel, refusant d'écouter Kenobi, A'Sharad ayant désormais choisi la voie du sang pour, selon ses dires, protéger son peuple les Tuskens.

Mon image

Le duel entre A'Sharad Hett et Obi-Wan Kenobi sur Tatooine.


Dès lors, Kenobi ayant lui aussi ses propres motivations pour protéger la ferme des Lars, même s'il n'en dit rien à Hett, dut se résoudre à dégainer son sabre laser et affronter un autre de ses anciens amis. Sous les yeux de la tribu Tusken, les deux Jedi s'engagèrent dans un duel féroce où il fallut à Kenobi toute la maestria d'un adepte du Soresu pour parer les deux sabres laser d'A'Sharad Hett. Même si Kenobi encaissa plusieurs coups, le Maître Jedi put en rendre à son tour et, alors que les combattants étaient pratiquement à égalité, amputer A'Sharad Hett de son bras droit d'une poussée de Force bien placée. Enveloppant la lame de l'autre sabre laser de Hett, Kenobi désarma le bras gauche de son adversaire avant d'arracher le masque de Tusken que portait A'Sharad en guise d'humiliation suprême. Estropié et déshonoré devant les siens, qui tournèrent les talons et repartirent en paix aux confins du désert sans attaquer la ferme des Lars, Hett supplia Kenobi de l'achever. Mais toujours fidèle aux principes des Jedi, refusant de porter le coup de grâce à un ennemi déjà vaincu, Obi-Wan fit jurer à A'Sharad Hett de quitter Tatooine pour toujours. Espérant que son ancien ami se souviendrait qu'il avait été un Jedi et abandonnerait sa quête de vengeance, le Maître Jedi quitta les lieux du duel. Ce que Kenobi ne savait pas, c'était qu'en épargnant la vie d'A'Sharad Hett, Obi-Wan laissait s'échapper celui qui allait mettre à mal la galaxie des décennies plus tard et qui deviendrait l'un des plus dangereux Seigneurs Sith de l'histoire galactique, car Hett sombra de plus en plus dans l'obscurité dans les années suivantes jusqu'à devenir l'impitoyable Dark Krayt.

Quelques années plus tard, Obi-Wan eut l'occasion d'entrer en contact avec Luke lorsque ce dernier et son ami Windy se perdirent dans les Plaines du Jundland. Les deux jeunes gens se trouvaient face à un Dragon Krayt lorsque Kenobi arriva à temps pour les secourir. Une fois ces péripéties passées, Obi-Wan les reconduisit jusqu'à la ferme des Lars et, comme il pouvait s'y attendre, Kenobi se trouva face à un Owen Lars tout sauf d'humeur amicale. Owen congédia Luke et son ami à l'intérieur pour qu'ils n'entendent pas ce que le fermier avait à dire à Obi-Wan. Et le moins que l'on pût dire, c'était que Lars n'y alla pas de main morte, car ses réprimandes envers le Jedi étaient à la mesure de sa colère, et ce malgré le service qu'Obi-Wan lui avait rendu en ramenant les deux adolescents.

Même si Kenobi et le fermier ne se voyaient pas fréquemment, Owen avait des griefs contre le Maître Jedi : en effet, Kenobi avait tenté de remettre à Luke le sabre laser de son père, sentant que le jeune homme était assez âgé pour le posséder. Cette intention traduisait bien toute la haine qu'Owen ressentait envers la voie des Jedi, car ce fut en suivant ce chemin qu'Anakin quitta Tatooine et finit par basculer dans les ténèbres du point de vue d'Owen. Dans le fond, Owen ne voulait pas que les événements prennent la même tournure pour son neveu Luke, et c'était la raison pour laquelle le fermier détestait Obi-Wan, craignant qu'il n'entraîne Luke dans quelque croisade idéaliste mais périlleuse. Owen Lars ordonna alors à Obi-Wan de partir pour ne plus jamais revenir sur son domaine agricole. Néanmoins, la vie en décida autrement puisqu'Obi-Wan était inexorablement appelé à revoir Luke afin que le jeune Skywalker embrasse pleinement sa destinée. En attendant, le Maître Jedi passa encore plusieurs années sur Tatooine dans l'attente de jours meilleurs pour la galaxie.

XII. Un Nouvel Espoir

Ce ne fut qu'à l'époque de la Bataille de Yavin que Kenobi put à nouveau faire parler de lui. Alors qu'il recherchait son droïde R2-D2, Luke Skywalker, en compagnie de C-3PO, fut attaqué par un groupe d'Hommes des Sables. Il ne dut la vie qu'à l'intervention d'Obi-Wan, qui imita le cri d'un Dragon Krayt. En voyant le jeune homme, Obi-Wan sut que son attente était terminée et le vieux Jedi emmena Luke et les droïdes à sa demeure.

Mon image

Un vieil Obi-Wan révèle son héritage de Jedi à Luke Skywalker.


Chez lui, Obi-Wan révéla son héritage de Jedi à Luke et la vérité sur son père, enfin, en éludant le fait qu'il s'était tourné vers le Côté Obscur pour devenir Dark Vador. Il lui remit également le sabre laser d'Anakin que Kenobi avait conservé depuis le duel sur Mustafar. Par la suite, Obi-Wan découvrit le contenu du message de R2-D2 et invita Luke à l'accompagner sur Alderaan et à suivre son enseignement. Luke refusa, et Obi-Wan comprit le choix du garçon, qui lui proposa de le conduire jusqu'à une station relais d'où il pourrait se rendre à Mos Eisley pour trouver un moyen de transport. C'est sur le chemin que le groupe trouva un char des sables en piteux état avec son équipage jawa massacré. Comprenant que les Impériaux étaient à la recherche des droïdes, Luke partit pour sauver Owen et Beru, mais arriva trop tard. Devant la mine dépitée du jeune homme à son retour, Obi-Wan le rassura en lui disant qu'il serait plus utile vivant que mort, et le groupe fit route vers Mos Eisley.

Mon image
Même âgé, Obi-Wan a encore de la ressource.
 

En arrivant au spatioport, et face à un barrage routier, Obi-Wan montra que malgré son âge ses dons de Jedi étaient encore efficaces, usant de la Force pour influencer l'esprit faible du chef de la patrouille. Faisant route vers la cantina de Chalmun, Obi-Wan espérait qu'ils trouveraient un pilote pour les conduire à Alderaan. Trouvant ce qu'il recherchait en la personne d'un certain Chewbacca, Obi-Wan dut régler une altercation entre Luke et deux ivrognes, Ponda Baba et le docteur Cornelius Evazan, d'abord de façon diplomatique, puis de manière plus musclée. L'un des fauteurs de troubles fut amputé de son bras droit par Kenobi, qui montra à cette occasion la vivacité de ses réflexes. Une fois le calme revenu dans le bar, Obi-Wan rencontra le capitaine du vaisseau dont Chewbacca était le copilote : le contrebandier Han Solo. Doutant à vrai dire des capacités de Solo, Kenobi se dit qu'une garantie financière assurée à celui-ci permettrait au groupe de s'assurer de sa fiabilité. Obi-Wan eut raison de se fier à Solo pour leur mission car ce dernier, avec son Faucon Millenium, parvint à semer deux destroyers stellaires en hyperespace, suite à une échappée belle de Tatooine face à une patrouille impériale.

Obi-Wan profita du trajet vers Alderaan pour dispenser ses premières leçons à Luke en lui disant de se fier à son intuition, et ce malgré les moqueries de Solo face à une arme comme le sabre laser. Obi-Wan découvrit le potentiel de Luke, digne de celui de son père en termes de puissance, mais fut soudainement submergé par une perturbation de la Force très inhabituelle. Recouvrant ses forces, Kenobi demanda à Luke de reprendre ses exercices. Même si l'entraînement Jedi de Luke en était encore à ses balbutiements, et ce malgré le rire malin d'un Solo préférant de loin un bon blaster, Obi-Wan encouragea Luke à persévérer, notamment en augmentant le niveau de difficulté de l'actuel exercice du novice Jedi : agrippant un casque d'entraînement doté d'une visière opaque, Kenobi demanda à Luke d'essayer de dévier les tirs de la sphère flottante en recourant avec plus d'acuité à ses sens Jedi tout et non à ses yeux. Au grand plaisir du Maître Jedi, Luke dévia tous les tirs suivants de son sabre laser. L'élève commençait à entrer dans l'univers de son mentor, celui de la Force.

Mon image
Obi-Wan observe les progrès de Luke, son nouvel élève.
 

Cependant, cette première leçon que Kenobi donna à Luke fut également la dernière, du moins du vivant du Maître Jedi. En effet, les événements s'enchaînèrent rapidement, car Obi-Wan comprit à la sortie du vaisseau de l'hyperespace d'où cette fluctuation dans la Force provenait : Alderaan avait été détruite, oblitérée par l'Empire. Han Solo restant dubitatif face à une telle possibilité, le vaisseau détecta un chasseur TIE, que le Corellien prit en chasse malgré les conseils d'Obi-Wan. Ceux-ci s'avérèrent fondés lorsqu'il découvrit que l'astre lointain vers lequel le chasseur impérial se dirigeait n'était pas une lune, mais une station spatiale. Prenant en considérations les conseils de Kenobi trop tard, Solo ne put éviter au Faucon de se faire capturer par un rayon tracteur pour être amené sur l'Étoile de la Mort. Après avoir leurré les Impériaux en se cachant dans les compartiments secrets de leur vaisseau, le groupe comprit que, pour s'enfuir, il devait désactiver un des points de contact du faisceau tracteur. Obi-Wan se chargea de cette tâche.

Obi-Wan avait senti la présence de son ancien Padawan à bord de la station, et comprit que l'heure de l'affrontement avait sonné. Pour commencer, le Maître Jedi s'enfonça au plus profond de l'Étoile de la Mort, passant discrètement les patrouilles de sécurité pour désactiver le dispositif de traction. Une fois son travail accompli pour permettre aux autres de fuir, il partit affronter Dark Vador. C'est au détour d'un corridor proche du hangar 327 où se trouvait le Faucon que Kenobi aperçut la sombre silhouette de son ancien disciple et l'affronta en duel. Même en cette occasion, Obi-Wan prouva qu'il était toujours un maître du Soresu, technique de combat au sabre laser enseignant la défense, Dark Vador ne parvenant à percer la défense du Maître Jedi que lorsque ce dernier se décida à se sacrifier pour permettre à Luke et aux autres de quitter la station. Acceptant son destin, Kenobi fut abattu par un coup du sabre laser de Dark Vador, et disparut au plus grand étonnement du Seigneur Sith, ne faisant plus qu'un avec la Force. Obi-Wan avait averti Vador : s'il le tuait il deviendrait bien plus puissant qu'il ne pourrait l'imaginer. L'avenir donna une fois de plus raison au Jedi. En effet, si son enveloppe physique s'en était allée, l'esprit d'Obi-Wan survécut durant les années suivantes, sa voix guidant Luke lorsque celui-ci mena l'assaut contre l'Étoile de la Mort pour finalement la détruire. Même après cette bataille, le soutien constant d'Obi-Wan permit à Luke de ne jamais être seul. À vrai dire, Luke fut celui qui eut le plus de contact avec la forme spectrale du Maître Jedi.

Mon image
Le dernier combat du Jedi.

XIII. Héritage

Même décédé, Kenobi fit encore entendre parler de lui. Cependant, son image fut exploitée au moins en une occasion par l'Empire : quelques mois après la Bataille de Yavin, Dark Vador, afin de capturer Luke, utilisa un acteur qui se fit passer pour le Maître Jedi défunt, recourant à des chirurgiens et à des techniciens pour modifier l'apparence de cet acteur et simuler le fait qu'il pouvait utiliser la Force. Le faux Kenobi fut envoyé sur Aridus pour aider la rébellion en place sur la planète et les nouvelles de ses exploits parvinrent aux oreilles de Luke. Le faux Kenobi devait capturer le jeune Rebelle dans la Tour d'Acier. Mais l'acteur devint si obsédé par son rôle qu'il en vint à respecter le véritable Obi-Wan et finit par saboter le plan de Vador, même si cela lui coûta la vie.

Deux ans après la Bataille de Yavin, alors que Luke escortait Leia vers Circapous V, leur vaisseau fut victime d'un problème, ce qui obligea les Rebelles à se poser sur le monde voisin de Mimban. Ce monde, apparemment sans intérêt, abritait un artefact légendaire, la pierre de Kaiburr qui, selon la légende, avait la propriété de magnifier les pouvoirs d'un utilisateur de la Force, ce qui s'avéra vrai lorsque Vador débarqua sur ce monde pour s'en emparer. Cette confrontation, qui fut la première entre Luke et le Seigneur Sith, vit l'accomplissement de ce qu'avait prédit Obi-Wan deux ans plus tôt : l'esprit du Jedi s'empara temporairement du corps de Luke et, grâce à l'expérience du vénérable Jedi, Luke put défaire Vador en lui tranchant son bras mécanique droit. Ainsi, Obi-Wan était devenu, à travers Luke, bien plus puissant que son ancien apprenti, même s'il reste probable que cette puissance n'aurait pas eu cette portée sans la présence toute proche de la pierre de Kaiburr.

Mon image

L'esprit d'Obi-Wan tel qu'il apparaît à Luke sur Hoth.
 

L'esprit d'Obi-Wan reparut un an plus tard sur Hoth, signifiant à Luke de se rendre sur Dagobah afin d'y suivre l'enseignement de Yoda. C'est d'ailleurs sur place, après la Bataille de Hoth, que Luke entendit à nouveau l'esprit d'Obi-Wan dans la hutte de Yoda. Bien que Yoda eût quelques réticences à former ce jeune homme impétueux et impatient, l'esprit de Kenobi finit par persuader le vénérable Jedi d'entamer la formation de Skywalker, le réprimandant gentiment en lui rappelant que lui-même, au cours de sa jeunesse, avait été un apprenti difficile. La planète Dagobah débordant de vie, l'esprit d'Obi-Wan put y puiser suffisamment d'énergie pour s'adresser à Luke de manière plus prolongée que sur Hoth. Cependant, au cours d'une séance de méditation sous la tutelle de Yoda, Luke eut une vision de l'avenir : ses amis étaient en grand péril sur la Cité des Nuages de Bespin. L'esprit d'Obi-Wan et Yoda tentèrent bien de le dissuader de foncer tête baissée dans un piège, en vain. Souhaitant raisonner Luke et faire fléchir la volonté du jeune Skywalker quant à sa résolution d'interrompre sa formation, Obi-Wan en profita pour avertir le jeune homme que s'il se rendait sur Bespin et affrontait Vador, il devrait le faire seul cette fois-ci. Malgré cet avertissement, Obi-Wan fut désespéré quand il vit Luke s'en aller, voyant tout ce qu'il avait accompli pendant près de 20 ans disparaître sur un coup de tête. C'est à peine si Kenobi fut apaisé lorsque Yoda le rassura en disant qu'il y avait un autre espoir.

La confrontation entre Luke et Vador tourna en défaveur du Jedi comme Kenobi et Yoda s'y attendaient. Heureusement, ce duel ne coûta qu'une main au jeune Luke. Et grâce aux instructions fournies par le journal d'Obi-Wan lorsque Luke retourna sur Tatooine, dans la demeure de Kenobi, dans les mois qui suivirent la Bataille de Hoth, le jeune Jedi put se confectionner un nouveau sabre laser à lame verte. Par ailleurs, ce journal tenu par le Maître Jedi fut une véritable mine d'or pour Luke dans les années suivantes puisque les informations qu'il contenait permirent à Skywalker de poser les bases de la résurrection de l'Ordre Jedi. Environ un an après la débâcle rebelle de Hoth, lorsque Luke revint sur Dagobah comme il en avait fait la promesse à Yoda, le jeune Chevalier Jedi put confronter l'esprit d'Obi-Wan face à une vérité qu'il avait omise de lui préciser, en l'occurrence que Dark Vador n'était autre que son père.

La conversation fut très pénible, Obi-Wan expliquant qu'il lui avait dit la vérité mais d'un certain point de vue. Si Luke avait découvert ses origines plus tôt, il n'aurait peut-être pas été en mesure de supporter le poids de la révélation, et Luke comprit que c'était avant tout pour son bien que Kenobi avait dissimulé cette partie de la vérité. Luke semblait certain qu'il restait encore une part d'Anakin Skywalker sous le masque de Vador, ce qui n'était pas l'avis d'Obi-Wan, qui s'était senti profondément trahi lorsque son apprenti avait rejoint le Côté Obscur. La conversation permit également à Luke d'apprendre l'existence d'une sœur jumelle, qui n'était autre que Leia. Tout ce que Kenobi put lui conseiller, c'était d'enfouir ses sentiments, car ils pouvaient s'avérer être des armes très puissantes entre les mains de l'Empereur. Finalement, et pour une fois, l'avenir ne donna pas raison à Obi-Wan, car Anakin fut sauvé par son fils, même si le père de Luke dut payer de sa vie le prix de sa rédemption et celui de l'accomplissement de la Prophétie de l'Élu. L'esprit d'Anakin rejoignit ceux d'Obi-Wan et Yoda dans la Force, formant ainsi une aura de bienveillance autour de Luke.

Mon image

Les esprits d'Anakin Skywalker, Yoda et Obi-Wan réunis dans la Force.


Pourtant, le rôle de Kenobi ne s'arrêta pas pour autant, et dans les jours qui suivirent la Bataille d'Endor, Obi-Wan apparut de façon moins tangible à son protégé, l'avertissant que le monde de Bakura subissait une attaque. Si Ackbar doutait du fait que Luke ait parlé à Obi-Wan, il accepta d'envoyer une force de combat pour aller porter secours à Bakura. Ce ne fut pas avant l'année suivante que Luke put parler à Obi-Wan, et encore, il ne put le faire qu'en rêve, car il semblait que l'esprit du Maître Jedi avait de plus en plus de mal à rester connecté au monde physique : alors que Luke était à la recherche de la Cité Perdue des Jedi sur Yavin IV, Obi-Wan lui indiqua l'emplacement de la ville. Les esprits d'Obi-Wan, Anakin et Yoda apparurent encore une fois à Luke pour le prévenir du danger que représentait Flint, apprenti de Lumiya. Grâce à leur intervention, Luke fut capable de ramener Flint sur le droit chemin, laissant Lumiya sans apprenti.

Cinq ans après la Bataille d'Endor, la dernière conversation entre Obi-Wan et Luke eut également lieu en rêve et fut bouleversante pour le jeune Jedi. Obi-Wan lui prodigua ses derniers conseils avant de lui faire définitivement ses adieux, mettant en garde le jeune homme contre les dangers du Côté Obscur et sur le fait qu'il aurait encore beaucoup d'ennemis à affronter. Mais aussi qu'il se ferait de nombreux amis et alliés. Les dernières paroles d'Obi-Wan inspirèrent Luke pour le reste de sa vie : « Tu n'es pas le dernier des Jedi, Luke. Mais le premier des nouveaux. » Luke consacra sa vie à faire de cette proclamation une réalité en fondant le Nouvel Ordre Jedi. Pour l'anecdote, le tout premier destroyer stellaire de classe Nebula commissionné par la Nouvelle République fut baptisé l'Obi-Wan en hommage au Maître Jedi de l'Ancienne République. Néanmoins, même si la conversation entre Luke et Obi-Wan à l'époque du retour de Thrawn fut la dernière, ce ne fut pas la dernière fois que Luke put écouter la voix du défunt Jedi. Luke entendit encore une fois la voix de son mentor lorsque son fils naquit en plein conflit contre les Yuuzhan Vong. D'ailleurs, en l'honneur d'Obi-Wan, Luke et Mara prénommèrent leur fils Ben. Le fondateur du Nouvel Ordre Jedi put écouter une ultime fois le son de la voix de Kenobi à la toute fin de l'Invasion Yuuzhan Vong lorsque Zonama Sekot partit pour l'inconnu. Ainsi, le rôle d'Obi-Wan Kenobi, Chevalier Jedi de l'Ancienne République, était bel et bien terminé, et le Maître Jedi put enfin trouver le repos en mêlant son esprit aux courants de la Force…

Source(s)

Episode I : La Menace fantôme, Lucasfilm 1999
Episode II : L'Attaque des Clones, Lucasfilm 2002
Episode III : La Revanche des Sith, Lucasfilm 2005
Episode IV : Un Nouvel Espoir, Lucasfilm 1977
Episode V : L'Empire Contre-Attaque, Lucasfilm 1980
Episode VI : Le Retour du Jedi, Lucasfilm 1983
John Ostrander, jan Duursema, Republic #69 - The Dreadnaughts of Rendili Part 1, Dark Horse 2004
Haden Blackman, Matthew Fillbach, Clone Wars Episodes tome 1 : Heavy Metal Jedi, Delcourt 2005
John Ostrander, jan Duursema, Clone Wars tome 6 : Démonstration de force, Delcourt 2005
John Ostrander, jan Duursema, Clone Wars tome 7 : Les Cuirrassés de Rendili, Delcourt 2005
Haden Blackman, Brian Ching, Clone Wars tome 8 : Obsession, Delcourt 2005
John Ostrander, jan Duursema, Clone Wars tome 5 : Les Meilleures Lames, Delcourt 2004
John Ostrander, jan Duursema, Clone Wars tome 1 : La Défense de Kamino, Delcourt 2004
John Ostrander, jan Duursema, Clone Wars tome 2 : Victoires & Sacrifices, Delcourt 2004
John Ostrander, jan Duursema, Clone Wars tome 3 : Dernier combat sur Jabiim, Delcourt 2004
Miles Lane, jan Duursema, Star Wars Episodes : Intégrales, Delcourt 2007
Bruce Jones, Eduardo Barreto, Star Wars Episode IV : Un Nouvel Espoir (Nouvelle édition), Delcourt 2004
John Ostrander, Davidé Fabbri, Jedi tome 4 : La Guerre de Stark, Delcourt 2006
Al Williamson, Rodolfo Damaggio, Star Wars Episode I : La Menace fantôme, Delcourt 1998
Mike Kennedy, Lucas Marangon, Jedi tome 6 : Qui-Gon Jinn et Obi-Wan, Delcourt 2008
Ron Marz, Rick Leonardi, Le Côté Obscur tome 5 : Le Destin de Dark Vador, Delcourt 2005
Bruce Jones, Eduardo Barreto, Star Wars Episode IV : Un Nouvel Espoir, Delcourt
Mike Baron, fred Blanchard, Le Cycle de Thrawn tome 1 : L'Héritier de l'Empire Partie 1 (Nouvelle édition), Delcourt 2005
Mike Baron, fred Blanchard, Le Cycle de Thrawn tome 1 : L'Héritier de l'Empire Partie 2 (Nouvelle édition), Delcourt 2005
John Ostrander, jan Duursema, Legacy tome 3 : Les Griffes du dragon, Delcourt 2008
Kia Asamiya, Kia Asamiya, Star Wars Manga: Episode I - La Menace Fantôme, Delcourt 2000
Haden Blackman, Michel Lacombe, X-Wing Rogue Squadron tome 1 : Rogue Leader, Delcourt 2006
Mike Baron, fred Blanchard, L'Héritier de l'Empire tome 1, Dark Horse France
Mike Baron, fred Blanchard, L'Héritier de l'Empire tome 2, Dark Horse France
Mike Baron, fred Blanchard, L'Héritier de l'Empire tome 3, Dark Horse France
Mike Baron, fred Blanchard, Le Cycle de Thrawn tome 1 : L'Héritier de l'Empire Partie 1, Delcourt
Mike Baron, fred Blanchard, L'Héritier de l'Empire tome 1 (Nouvelle édition), Dark Horse France
Mike Baron, fred Blanchard, L'Héritier de l'Empire tome 2 (Nouvelle édition), Dark Horse France
Mike Baron, fred Blanchard, L'Héritier de l'Empire tome 3 (Nouvelle édition), Dark Horse France
Mike Baron, fred Blanchard, Le Cycle de Thrawn tome 1 : L'Héritier de l'Empire Partie 2, Delcourt
John Jackson Miller, Scott Hepburn, Vector tome 1, Delcourt 2009
Mick Harrison, Dustin Weaver, Vector tome 2, Delcourt 2009
Matthew Fillbach, Matthew Fillbach, Clone Wars Episodes tome 10 : Jedi, clones et droïdes, Delcourt 2008
Henry Gilroy, Scott Hepburn, The Clone Wars #6 - Slaves of the Republic Part 6, Dark Horse 2009
Henry Gilroy, Scott Hepburn, The Clone Wars #5 - Slaves of the Republic Part 5, Dark Horse 2009
Henry Gilroy, Lucas Marangon, The Clone Wars tome 1 : Mission 1 - Esclaves de la République, Delcourt 2009
The Clone Wars Aventures tome 1 : Les Chantiers de la destruction, Delcourt 2008
Henry Gilroy, Brian Koschak, The Clone Wars #10 - Hero of the Confederacy Part 1, Dark Horse 2009
John Ostrander, Davidé Fabbri, Republic #36 - The Stark HyperSpace War Part 1, Dark Horse 2001
John Ostrander, Davidé Fabbri, Republic #37 - The Stark HyperSpace War Part 2, Dark Horse 2001
John Ostrander, Davidé Fabbri, Republic #38 - The Stark HyperSpace War Part 3, Dark Horse 2002
John Ostrander, Davidé Fabbri, Republic #39 - The Stark HyperSpace War Part 4, Dark Horse 2002
John Ostrander, c.p. Smith, Republic #46 - Honor and Duty Part 1, Dark Horse 2002
John Ostrander, c.p. Smith, Republic #47 - Honor and Duty Part 2, Dark Horse 2002
John Ostrander, c.p. Smith, Republic #48 - Honor and Duty Part 3, Dark Horse 2003
John Ostrander, jan Duursema, Republic #49 - Sacrifice, Dark Horse 2003
John Ostrander, jan Duursema, Republic #50 - The Epic Battle for Kamino, Dark Horse 2003
Haden Blackman, Tomás Giorello, Republic #51 - Graveyard Moon, Dark Horse 2003
Haden Blackman, Tomás Giorello, Republic #52 - The New Face of War, Dark Horse 2003
Haden Blackman, Brian Ching, Republic #53 - Blast Radius , Dark Horse 2003
Haden Blackman, Brian Ching, Republic #55 - The Battle of Jabiim Part 1, Dark Horse 2003
Haden Blackman, Brian Ching, Republic #56 - The Battle of Jabiim Part 2, Dark Horse 2003
Haden Blackman, Brian Ching, Republic #57 - The Battle of Jabiim Part 3, Dark Horse 2003
Haden Blackman, Brian Ching, Republic #58 - The Battle of Jabiim Part 4, Dark Horse 2003
Haden Blackman, Tomás Giorello, Republic #60 - Hate and Fear, Dark Horse 2004
John Ostrander, Tomás Giorello, Republic #62 - No Man's Land, Dark Horse 2004
John Ostrander, jan Duursema, Republic #70 - The Dreadnaughts of Rendili Part 2, Dark Horse 2004
John Ostrander, jan Duursema, Republic #71 - The Dreadnaughts of Rendili Part 3, Dark Horse 2004
Tales #1, Dark Horse 1999
Henry Gilroy, Brian Koschak, The Clone Wars #11 - Hero of the Confederacy Part 2, Dark Horse 2009
Henry Gilroy, Brian Koschak, The Clone Wars #12 - Hero of the Confederacy Part 3, Dark Horse 2010
Paul Chadwick, Douglas Wheatley, Star Wars Comics Collector #1, Editions Atlas 2010
Paul Chadwick, Douglas Wheatley, Star Wars Comics Collector #2, Editions Atlas 2010
Kevin Rubio, Tales #12, Dark Horse 2002
Haden Blackman, Brian Ching, Obsession #1, Dark Horse 2004
Haden Blackman, Brian Ching, Obsession #2, Dark Horse 2004
Haden Blackman, Brian Ching, Obsession #3, Dark Horse 2005
Haden Blackman, Brian Ching, Obsession #4, Dark Horse 2005
Haden Blackman, Brian Ching, Obsession #5, Dark Horse 2005
Archie Goodwin, Terry Austin, Star Wars Comics Collector #8, Editions Atlas 2010
Henry Gilroy, Brian Koschak, The Clone Wars Volume 3 - Hero of the Confederacy TPB, Dark Horse 2010
John Ostrander, jan Duursema, Legacy Volume 3 : Claws of the Dragon TPB, Dark Horse 2008
John Ostrander, jan Duursema, Vector Volume 2 : Legacy TPB, Dark Horse 2009
John Jackson Miller, Douglas Wheatley, Vector Volume 1 TPB, Dark Horse 2009
Randy Stradley, Davidé Fabbri, Jedi Council #3 - Acts of War Part 3, Dark Horse 2000
Randy Stradley, Davidé Fabbri, Jedi Council #4 - Acts of War Part 4, Dark Horse 2000
Randy Stradley, Davidé Fabbri, Jedi Council : Acts of War TPB, Dark Horse 2001
Ryder Windham, Pop Mhan, Jedi Quest #1, Dark Horse 2001
Ryder Windham, Pop Mhan, Jedi Quest #2, Dark Horse 2001
Ryder Windham, Pop Mhan, Jedi Quest #3, Dark Horse 2001
Ryder Windham, Pop Mhan, Jedi Quest #4, Dark Horse 2001
Archie Goodwin, Carmine Infantino, Star Wars Comics Collector #13, Editions Atlas 2010
Roy Thomas, Howard Chaykin, Marvel Star Wars #1, Marvel Comics 1977
Roy Thomas, Howard Chaykin, Marvel Star Wars #2 - Six Against the Galaxy, Marvel Comics 1977
Roy Thomas, Howard Chaykin, Marvel Star Wars #3 - Death Star, Marvel Comics 1977
Roy Thomas, Howard Chaykin, Marvel Star Wars #4 - In Battle with Darth Vader, Marvel Comics 1977
Mary Jo Duffy, Carmine Infantino, Marvel Star Wars #24 - Silent Drifting, Marvel Comics 1979
Henry Gilroy, Brian Koschak, The Clone Wars tome 3 : Mission 3 - Héros de la Confédération, Delcourt 2011
Roy Thomas, Howard Chaykin, Classic Star Wars: A New Hope #1, Dark Horse 1994
Roy Thomas, Howard Chaykin, Classic Star Wars: A New Hope #2, Dark Horse 1994
Roy Thomas, Howard Chaykin, Classic Star Wars: A New Hope TPB, Dark Horse 1995
Bruce Jones, Eduardo Barreto, Classic Star Wars Box Set, Dark Horse 1996
Archie Goodwin, Tom Palmer, Classic Star Wars: A Long Time Ago... Volume 1: Doomworld TPB, Dark Horse 2002
Archie Goodwin, Terry Austin, Classic Star Wars: A Long Time Ago... Volume 2: Dark Encounters TPB, Dark Horse 2002
Mike W. Barr, Matthew Fillbach, The Clone Wars - The Starcrusher Trap, Dark Horse 2011
Henry Gilroy, Rodolfo Damaggio, Episode I - The Phantom Menace #1, Dark Horse 1999
Henry Gilroy, Rodolfo Damaggio, Episode I - The Phantom Menace TPB, Dark Horse 1999
Henry Gilroy, Robert Teranishi, Episode I Adventures - The Phantom Menace TPB, Dark Horse 2000
Bruce Jones, Eduardo Barreto, A New Hope - The Special Edition TPB, Dark Horse 1997
Roy Thomas, Howard Chaykin, The Marvel Comics Illustrated Version of Star Wars, Del Rey 1977
Roy Thomas, Howard Chaykin, Marvel Special Edition Featuring Star Wars 1, Marvel Comics 1977
Roy Thomas, Howard Chaykin, Marvel Special Edition Featuring Star Wars 2, Marvel Comics 1977
Roy Thomas, Howard Chaykin, Marvel Special Edition Featuring Star Wars 3, Marvel Comics 1978
Roy Thomas, Howard Chaykin, Marvel Movie Showcase 1, Marvel Comics 1982
Roy Thomas, Howard Chaykin, Marvel Movie Showcase 2, Marvel Comics 1982
Al Williamson, Rodolfo Damaggio, Episode I - The Phantom Menace, Dark Horse 2011
Henry Gilroy, Robert Teranishi, Episode I Adventures TPB, Dark Horse 2011
Mike Kennedy, jan Duursema, Omnibus: Rise of the Sith, Dark Horse Comics 2008
Haden Blackman, Rick Lacy, Omnibus: Menace Revealed, Dark Horse 2009
Jason Hall, Manuel Garcia, Hasbro/ToysRus exclusive #1 - Full of Surprises, Dark Horse Comics 2002
Jason Hall, Digital Chameleon, Hasbro/ToysRus exclusive #2 - Most Precious Weapon, Dark Horse Comics 2002
Jason Hall, Manuel Garcia, Hasbro/ToysRus exclusive #3 - Practice Makes Perfect, Dark Horse Comics 2002
Henry Gilroy, Lucas Marangon, The Clone Wars Volume 1 - Slaves of the Republic TPB, Dark Horse 2009
Archie Goodwin, Tom Palmer, Omnibus: A Long Time Ago... Volume 1 TPB, Dark Horse 2010
John Ostrander, jan Duursema, Omnibus: Quinlan Vos - Jedi in Darkness, Dark Horse 2010
Bruce Jones, jan Duursema, Omnibus: The Complete Saga, Dark Horse 2011
Mike Baron, fred Blanchard, Heir to the Empire TPB, Dark Horse 1996
Mike Baron, fred Blanchard, Heir to the Empire (Hardcover), Dark Horse 1997
Tales Volume 1 TPB, Dark Horse 2002
Kia Asamiya, Kevin Rubio, Tales Volume 3 TPB, Dark Horse 2003
John Ostrander, jan Duursema, Clone Wars Volume 1: The Defense of Kamino TPB, Dark Horse 2003
John Ostrander, Davidé Fabbri, Republic: The Stark Hyperspace War TPB, Dark Horse 2003
John Ostrander, jan Duursema, Clone Wars Volume 2: Victories and Sacrifices TPB, Dark Horse 2003
John Ostrander, jan Duursema, Clone Wars Volume 3: Last Stand on Jabiim TPB, Dark Horse 2004
Haden Blackman, Matthew Fillbach, Clone Wars Adventures Volume 1 TPB, Dark Horse 2004
John Ostrander, jan Duursema, Clone Wars Volume 5: The Best Blades TPB, Dark Horse 2004
John Ostrander, jan Duursema, Clone Wars Volume 6: On the Fields of Battle TPB, Dark Horse 2005
Haden Blackman, Brian Ching, Clone Wars Volume 7: When They Were Brothers TPB, Dark Horse 2005
Miles Lane, Nicola Scott, Free Comic Book Day 2005: Brothers in Arms, Dark Horse 2005
Matthew Fillbach, Matthew Fillbach, Clone Wars Adventures Volume 10 TPB, Dark Horse 2007
John Ostrander, Luke Ross, Republic: Honor and Duty TPB, Dark Horse 2006
Henry Gilroy, Robert Teranishi, Episode I : Révélations, Delcourt 2012
Mike W. Barr, Matthew Fillbach, The Clone Wars Aventures tome 6 : Le Destructeur d'étoiles, Delcourt 2012
Jane Mason, Gary Ciccarelli, Adventure in Beggar's Canyon, Golden Books 1998
John Ostrander, jan Duursema, Omnibus: Clone Wars Volume 1 - The Republic Goes to War, Dark Horse 2012
Mike Baron, fred Blanchard, Le Cycle de Thrawn - Intégrale, Delcourt 2012
Collectif, The Clone Wars: Coup de main sur Maarka, Delcourt
John Ostrander, jan Duursema, Omnibus: Clone Wars Volume 2 - The Enemy on all Sides, Dark Horse 2012
John Ostrander, jan Duursema, Omnibus: Clone Wars Volume 3 - The Republic Falls, Dark Horse 2012
Dave Wolverton, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi tome 1 : Premières Armes, Pocket Junior
Jude Watson, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi tome 2 : La Menace surgie du Passé, Pocket Junior
Jude Watson, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi tome 3 : Les voleurs de mémoire , Pocket
Jude Watson, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi tome 4 : La marque Royale , Pocket
Jude Watson, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi tome 5 : Jedi Contre Jedi, Pocket Junior 2002
Jude Watson, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi tome 6 : L'Heure du Choix, Pocket Junior
Jude Watson, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi tome 7 : Le Temple Assiégé, Pocket Junior
Jude Watson, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi tome 8 : Le Jour du Jugement, Pocket Junior
Jude Watson, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi tome 9 : Le Combat pour la Vérité, Pocket Junior
Jude Watson, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi tome 10 : La Paix Menacée, Pocket Junior
Jude Watson, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi tome 11 : Chasseur de Primes, Pocket Junior
Jude Watson, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi tome 12 : Danger Mortel, Pocket Junior
Jude Watson, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi Edition Spéciale : Trahisons, Pocket Junior
Jude Watson, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi tome 13 : Périlleux Sauvetage, Pocket Junior
Jude Watson, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi tome 14 : Les Liens les Plus Forts, Pocket Junior
Jude Watson, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi tome 15 : La Fin de l'Espoir, Pocket Junior
Jude Watson, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi tome 16 : Désir de Vengeance, Pocket Junior
Jude Watson, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi tome 17 : L'Unique Temoin, Pocket Junior
Jude Watson, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi tome 18 : Les Erreurs du Passé, Pocket Junior
Jude Watson, Cliff Nielsen, Les Apprentis Jedi Edition Spéciale 2 : Les Disciples Noirs, Pocket Junior
James Luceno, Steven D. Anderson, Vent de trahison, Fleuve Noir 2002
James Luceno, David Stevenson, Dark Lord : L'ascension de Dark Vador, Fleuve Noir 2007
James Kahn, Odile Ricklin, Episode VI : Le retour du Jedi, Fleuve Noir 2002
Terry Brooks, Lucasfilm Ltd., Episode I : La Menace fantôme, Fleuve Noir 1994
R. A. Salvatore, Steven D. Anderson, Episode II : L'Attaque des clones, Fleuve Noir 2002
George Lucas, Ralph McQuarrie, Episode IV : La guerre des étoiles, Fleuve Noir 1999
Donald F. Glut, Odile Ricklin, Episode V : L'Empire contre-attaque, Fleuve Noir 1999
Greg Keyes, Terese Nielsen, Le Nouvel Ordre Jedi tome 8 : L'Aurore de la Victoire II - Renaissance, Fleuve Noir 2002
Greg Bear, Jean-marc Toussaint, Planète rebelle, Fleuve Noir 2002
Sean Stewart, Steven D. Anderson, Yoda : Sombre rencontre, Fleuve Noir 2007
Patricia C. Wrede, Louise Bova, Episode II : L'Attaque des Clones (Junior), Pocket Jeunesse
Patricia C. Wrede, Paul Colin, Episode I : La Menace Fantôme (Junior), Pocket Jeunesse
Patricia C. Wrede, Louise Bova, Episode III : La Revanche des Sith (Junior), Pocket Jeunesse
Timothy Zahn, Cliff Nielsen, Vol vers l'infini, Fleuve Noir 2007
Matthew Stover, Steve Anderson, Episode III : La Revanche des Sith, Fleuve Noir 2005
Terry Brooks, Lucasfilm Ltd., Episode I : La Menace fantôme (Nouvelle édition), Fleuve Noir 2002
Timothy Zahn, Michel Demuth, La Croisade Noire du Jedi Fou tome 1 : L'Héritier de l'Empire, Fleuve Noir 2004
Kevin J. Anderson, Drew Struzan, Le Sabre Noir, Fleuve Noir 2004
Karen Traviss, John Van Fleet, The Clone Wars tome 1 : The Clone Wars, Fleuve Noir 2008
Alan Dean Foster, Steven D. Anderson, Tempête Intergalactique, Fleuve Noir 2007
James Luceno, Steven D. Anderson, Labyrinthe du Mal, Fleuve Noir 2007
James Luceno, Cliff Nielsen, Le Nouvel Ordre Jedi tome 19 : La Force Unifiée, Fleuve Noir 2006
Karen Miller, Gabrielle Brodhy, The Clone Wars tome 2 : En Territoire Inconnu, Fleuve Noir 2009
Steven Barnes, Steven D. Anderson, Tempête sur Cestus, Presses de la Cité 2005
Karen Miller, Craig Howell, The Clone Wars #4 - Gambit : Stealth, Del Rey 2010
Karen Miller, Gabrielle Brodhy, The Clone Wars tome 4 : Gambit : infiltré, Fleuve Noir 2010
Laurent Jullier, Star Wars - The Clone Wars : L'album du film, Hachette Jeunesse 2008
Jonathan Loizel, Star Wars - The Clone Wars : le roman du film, Hachette Jeunesse 2008
Karen Miller, Gabrielle Brodhy, The Clone Wars tome 5 : Gambit : Siège, Fleuve Noir 2010
Jude Watson, Jedi Quest #0 - The Path to Truth, Scholastic 1999
Jude Watson, Jedi Quest #1 - The Way of Apprentice, Scholastic 2002
Jude Watson, Jedi Quest #2 - The Trail of the Jedi, Scholastic 2002
Jude Watson, Jedi Quest #3 - The Dangerous Games, Scholastic 2002
Jude Watson, Jedi Quest #4 - Master of Disguise, Scholastic 2002
Jude Watson, Jedi Quest #7 - The Moment of Truth, Scholastic 2003
Jude Watson, Jedi Quest #8 - The Changing of the Guard, Scholastic 2004
Jude Watson, Jedi Quest #9 - The False Peace, Scholastic 2004
Steven Barnes, The Hive, Del Rey 2004
Ryder Windham, The Rise and Fall of Darth Vader, Scholastic 2007
Ryder Windham, The Life and Legend of Obi-Wan Kenobi, Scholastic 2008
James Luceno, David Stevenson, Dark Lord: The Rise of Darth Vader, Del Rey 2006
Patricia C. Wrede, Paul Colin, Episode I: The Phantom Menace (junior novelization), Scholastic 1999
Terry Brooks, Lucasfilm Ltd., Episode I: The Phantom Menace, Del Rey 2000
Patricia C. Wrede, Louise Bova, Episode II: Attack of the Clones (junior novelization), Scholastic 2002
R. A. Salvatore, Steven D. Anderson, Episode II: Attack of the Clones, Del Rey 2003
Matthew Stover, Steve Anderson, Episode III: Revenge of the Sith, Del Rey 2005
Patricia C. Wrede, Louise Bova, Episode III: Revenge of the Sith (junior novelization), Scholastic 2005
George Lucas, Ralph McQuarrie, Episode IV: A New Hope, Ballantine Books 1976
James Kahn, Episode VI: Return of the Jedi, Ballantine Books 1983
Timothy Zahn, Tom Jung, Thrawn Trilogy #1 - Heir to the Empire, Bantam Spectra 1992
James Luceno, Steven D. Anderson, Labyrinth of Evil, Del Rey 2005
Greg Keyes, Terese Nielsen, The New Jedi Order #8 - Edge of Victory II: Rebirth, Del Rey 2001
James Luceno, Cliff Nielsen, The New Jedi Order #19 - The Unifying Force, Del Rey 2004
Kevin J. Anderson, Drew Struzan, Darksaber, Bantam Spectra 1996
Dave Wolverton, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice #1 - The Rising Force, Scholastic 1999
Jude Watson, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice #2 - The Dark Rival, Scholastic 1999
Jude Watson, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice #3 - The Hidden Past, Scholastic 1999
Jude Watson, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice #4 - The Mark of the Crown, Scholastic 1999
Jude Watson, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice #5 - The Defenders of the Dead, Scholastic 1999
Jude Watson, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice #6 - The Uncertain Path, Scholastic 2000
Jude Watson, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice #7 - The Captive Temple, Scholastic 2000
Jude Watson, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice #8 - The Day of Reckoning, Scholastic 2000
Jude Watson, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice #9 - The Fight for Truth, Scholastic 2000
Jude Watson, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice #10 - The Shattered Peace, Scholastic 2000
Jude Watson, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice #11 - The Deadly Hunter, Scholastic 2000
Jude Watson, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice #12 - The Evil Experiment, Scholastic 2001
Jude Watson, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice #13 - The Dangerous Rescue, Scholastic 2001
Jude Watson, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice #14 - The Ties That Bind, Scholastic 2001
Jude Watson, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice #15 - The Death of Hope, Scholastic 2001
Jude Watson, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice #16 - The Call to Vengeance, Scholastic 2001
Jude Watson, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice #17 - The Only Witness, Scholastic 2002
Jude Watson, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice #18 - The Threat Within, Scholastic 2002
Jude Watson, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice Special Edition: Deceptions, Scholastic 2001
Jude Watson, Cliff Nielsen, Jedi Apprentice Special Edition: The Followers, Scholastic 2002
Greg Bear, David Stevenson, Rogue Planet, Del Rey 2001
Alan Dean Foster, Steven D. Anderson, The Approaching Storm, Del Rey 2003
Steven Barnes, Steven D. Anderson, The Cestus Deception, Del Rey 2005
Karen Traviss, John Van Fleet, The Clone Wars #1 - The Clone Wars, Del Rey 2008
Karen Miller, The Clone Wars #2 - Wild Space, Del Rey 2008
Karen Miller, Craig Howell, The Clone Wars #5 - Gambit: Siege, Del Rey 2010
James Luceno, Steven D. Anderson, Cloak of Deception, Del Rey 2001
Timothy Zahn, Cliff Nielsen, Outbound Flight, Del Rey 2007
Sean Stewart, Steven D. Anderson, Yoda: Dark Rendezvous, Del Rey 2004
A.L. Singer, Episode I Adventures #13 - Danger on Naboo, Scholastic 2000
A.L. Singer, Star Wars Adventures #11 - Danger on Naboo, Scholastic 2003
Terry Brooks, Episode I : La Menace fantôme, Pocket 2012
Ryder Windham, Biographie de Dark Vador, Hachette 2012
Ryder Windham, Biographie d'Obi-wan Kenobi, Hachette 2012
John Jackson Miller, Douglas Wheatley, A New Dawn, Del Rey 2014
John Jackson Miller, Kenobi, Del Rey 2014
John Jackson Miller, Nicolas Ancion, Kenobi, Pocket 2015
Pablo Hidalgo, Daniel Wallace, The Complete Star Wars Encyclopedia, Del Rey 2008
Daniel Wallace, Jason Fry, The Essential Atlas, Del Rey 2009
Andy Mangels, The Essential Guide to Characters, Del Rey 1995
Ryder Windham, Jedi vs. Sith: The Essential Guide to the Force, Del Rey 2007
Rodney Thompson, Sterling Hershey, Rebellion Era Campaign Guide, Wizards of the Coast 2009
Ryder Windham, Star Wars: The Ultimate Visual Guide, Dorling Kindersley 2005
Kevin J. Anderson, Daniel Wallace, The New Essential Chronology, Del Rey 2005
Star Wars Roleplaying Game, Wizards of the Coast 2000
Jason Fry, Star Wars: The Clone Wars: The Visual Guide, DK Publishing 2008
Rodney Thompson, Gary Astleford, The Clone Wars Campaign Guide, Wizards of the Coast 2009
Jason Fry, Star Wars: The Clone Wars: Visual Guide Ultimate Battles, DK Publishing 2009
Daniel Wallace, Order 66: Destroy all Jedi, IDG Entertainment 2006
James Luceno, Revenge of the Sith: The Visual Dictionary, Dorling Kindersley 2005
Curtis Saxton, Hans Jenssen, Revenge of the Sith: Incredible Cross Sections, Dorling Kindersley 2005
Michael Knight, Star Wars: Battlefront II: Prima Official Game Guide, Prima Games 2005
Stephen J. Sansweet, Star Wars Encyclopedia, Del Rey 1998
Grant Boucher, Michael Stern, The Movie Trilogy Sourcebook, West End Games 1993
Daniel Wallace, The New Essential Guide to Characters, Del Rey 2002
Kevin J. Anderson, Daniel Wallace, The Essential Chronology, Del Rey 2000
Bill Smith, Bill Slavicsek, The Star Wars Sourcebook, West End Games 1987
Jason Fry, Star Wars: The Clone Wars Official Episode Guide Series 1 & 2, Sunbird 2010
Daniel Wallace, The Jedi Path: A Manual for Students of the Force (real-life book), 2010
Raymond L. Velasco, A Guide to the Star Wars Universe (First Edition), Ballantine Books 1984
George Lucas, Star Wars Episode I The Phantom Menace: Illustrated Screenplay, Random House 1999
David West Reynolds, Episode I: The Visual Dictionary, DK Publishing 1999
David West Reynolds, Attack of the Clones: The Visual Dictionary, DK Publishing 2002
David West Reynolds, Star Wars: The Visual Dictionary, DK Publishing 1998
Ryder Windham, James Luceno, The Complete Visual Dictionary, DK Publishing 2006
Jason Fry, Star Wars: The Clone Wars: Incredible Vehicles, Dorling Kindersley 2011
Daniel Wallace, Le Manuel du Jedi, Larousse 2011
Curtis Smith, Ralph McQuarrie, Star Wars: The Roleplaying Game, First Edition, West End Games 1987
Curtis Saxton, Hans Jenssen, Attack of the Clones: Incredible Cross Sections, Dorling Kindersley 2002
Pablo Hidalgo, La Menace Fantôme 3D, Nathan 2012
Ryder Windham, Who's Who: A Pocket Guide to the Characters of the Star Wars Trilogy, Running Press 1998
Ryder Windham, Episode I Who's Who: A Pocket Guide to Characters of The Phantom Menace, Running Press 1999
J.W. Rinzler, The Art of Star Wars Episode III: Revenge of the Sith, Del Rey 2005
Simon Beecroft, Hans Jenssen, Star Wars, Episode II L'Attaque des Clones : Plans secrets des vaisseaux et engins, Nathan 2005
Kristin Lund, Hans Jenssen, Star Wars Épisode I, les lieux de l'action, Nathan 2000
Curtis Saxton, Hans Jenssen, Star Wars Épisode II, les lieux de l'action, Nathan 2003
Genndy Tartakovsky, Genndy Tartakovsky, Clone Wars S01E02 - Chapitre 2, 2003
Genndy Tartakovsky, Genndy Tartakovsky, Clone Wars S01E01 - Chapitre 1, 2003
Genndy Tartakovsky, Genndy Tartakovsky, Clone Wars S01E03 - Chapitre 3, 2003
Genndy Tartakovsky, Genndy Tartakovsky, Clone Wars S01E08 - Chapitre 8, 2003
Genndy Tartakovsky, Genndy Tartakovsky, Clone Wars S01E09 - Chapitre 9, 2003
Genndy Tartakovsky, Genndy Tartakovsky, Clone Wars S02E01 - Chapitre 11, 2004
Steve Melching, Dave Filoni, The Clone Wars S01E02 - L'Aube du Malveillant, 2008
Steve Melching, Henry Gilroy, The Clone Wars S01E03 - L'Ombre du Malveillant, 2008
Steve Melching, Justin Ridge, The Clone Wars S01E05 - Les Bleus, 2008
George Krstic, Rob Coleman, The Clone Wars S01E06 - La Chute du Droïde, 2008
Henry Gilroy, Rob Coleman, The Clone Wars S01E07 - Duel de Droïdes, 2008
Henry Gilroy, Jesse Yeh, The Clone Wars S01E11 - La Capture du Comte Dooku, 2009
Henry Gilroy, Justin Ridge, The Clone Wars S01E12 - Le Général Gungan, 2009
Henry Gilroy, brian Kalin O'connell, The Clone Wars S01E15 - Intrusion, 2009
Drew Z. Greenberg, Steward Lee, The Clone Wars S01E16 - L'Ennemi Caché, 2009
Henry Gilroy, Giancarlo Volpe, The Clone Wars S01E17 - Le Virus de l'Ombre Bleue, 2009
Brian Larsen, Jesse Yeh, The Clone Wars S01E18 - Les Mystères des Mille Lunes, 2009
George Krstic, brian Kalin O'connell, The Clone Wars S01E19 - Tempête sur Ryloth, 2009
Henry Gilroy, Justin Ridge, The Clone Wars S01E20 - Les Innocents de Ryloth, 2009
Henry Gilroy, Rob Coleman, The Clone Wars S01E21 - Liberté sur Ryloth, 2009
Tim Burns, brian Kalin O'connell, The Clone Wars S01E04 - Détruisez le Malveillant, 2008
Genndy Tartakovsky, Genndy Tartakovsky, Clone Wars S02E09 - Chapitre 19, 2004
Genndy Tartakovsky, Genndy Tartakovsky, Clone Wars S02E10 - Chapitre 20, 2004
Genndy Tartakovsky, Genndy Tartakovsky, Clone Wars S03E01 - Chapitre 21, 2005
Genndy Tartakovsky, Genndy Tartakovsky, Clone Wars S03E02 - Chapitre 22, 2005
Genndy Tartakovsky, Genndy Tartakovsky, Clone Wars S03E03 - Chapitre 23, 2005
Genndy Tartakovsky, Genndy Tartakovsky, Clone Wars S03E04 - Chapitre 24, 2005
Genndy Tartakovsky, Genndy Tartakovsky, Clone Wars S03E05 - Chapitre 25, 2005
Henry Gilroy, Justin Ridge, The Clone Wars S02E01 - Le Vol de l'Holocron, 2009
Henry Gilroy, brian Kalin O'connell, The Clone Wars S02E03 - Les Enfants de la Force, 2009
Brian Larsen, Steward Lee, The Clone Wars S02E04 - Un Espion au Sénat, 2009
Brian Larsen, brian Kalin O'connell, The Clone Wars S02E05 - Atterrissage Mouvementé, 2009
Brian Larsen, Steward Lee, The Clone Wars S02E07 - L'Héritage de la Terreur, 2009
Brian Larsen, Steward Lee, The Clone Wars S02E08 - Les Vers Parasites, 2009
Brian Larsen, Giancarlo Volpi, The Clone Wars S02E09 - L'Intrigue de Grievous, 2010
Brian Larsen, Robert Dalva, The Clone Wars S02E10 - Le Déserteur, 2010
Melinda Hsu, Kyle Dunlevy, The Clone Wars S02E12 - Le Complot de Mandalore, 2010
Henry Gilroy, brian Kalin O'connell, The Clone Wars S02E13 - Le Voyage de la Tentation, 2010
Drew Z. Greenberg, brian Kalin O'connell, The Clone Wars S02E14 - La Duchesse de Mandalore, 2010
Brian Larsen, Kyle Dunlevy, The Clone Wars S02E16 - Le Chat et la Souris, 2010
Carl Ellsworth, Steward Lee, The Clone Wars S02E17 - Les Chasseurs de Prime, 2010
Steven Melching, Steward Lee, The Clone Wars S02E19 - La Bête de Zillo contre-attaque, 2010
Cameron Litvack, Kyle Dunlevy, The Clone Wars S03E02 - Les ARC Troopers, 2010
Steven Melching, brian Kalin O'connell, The Clone Wars S03E03 - Les Renforts, 2010
Christian Taylor, Steward Lee, The Clone Wars S03E15 - Les Grands Seigneurs, 2011
Christian Taylor, brian Kalin O'connell, The Clone Wars S03E16 - L'Autel de Mortis, 2011
Christian Taylor, Steward Lee, The Clone Wars S03E17 - Les Fantômes de Mortis, 2011
Matt Michnovetz, Kyle Dunlevy, The Clone Wars S03E18 - La Citadelle, 2011
Matt Michnovetz, brian Kalin O'connell, The Clone Wars S03E19 - Contre-attaque, 2001
Matt Michnovetz, Steward Lee, The Clone Wars S03E20 - Sauvetage dans la Citadelle, 2011
Jose Molina, brian Kalin O'connell, The Clone Wars S04E02 - L'Attaque Gungan, 2011
Matt Michnovetz, Kyle Dunlevy, The Clone Wars S04E09 - Insubordination, 2011
Matt Michnovetz, Steward Lee, The Clone Wars S04E07 - L'Obscurité sur Umbara, 2011
Matt Michnovetz, Walter Murch, The Clone Wars S04E08 - Le Général, 2011
Henry Gilroy, Kyle Dunlevy, The Clone Wars S04E11 - L'Enlèvement, 2011
Henry Gilroy, brian Kalin O'connell, The Clone Wars S04E12 - Les Esclaves de la République, 2011
Henry Gilroy, Danny Keller, The Clone Wars S04E13 - Les Évadés de Kadavo, 2012
Brent Friedman, Kyle Dunlevy, The Clone Wars S04E15 - Manigance, 2012
Brent Friedman, Bosco Ng, The Clone Wars S04E16 - Amis et ennemis, 2012
Brent Friedman, brian Kalin O'connell, The Clone Wars S04E17 - La Boîte, 2012
Brent Friedman, Danny Keller, The Clone Wars S04E18 - Crise sur Naboo, 2012
Katie Lucas, Bosco Ng, The Clone Wars S04E21 - Les Frères, 2012
Katie Lucas, brian Kalin O'connell, The Clone Wars S04E22 - Vengeance, 2012
Chris Collins, Steward Lee, The Clone Wars S05E01 - Retour en force, 2012
Chris Collins, Dave Filoni, The Clone Wars S05E02 - Une guerre sur deux fronts, 2012
Chris Collins, Steward Lee, The Clone Wars S05E03 - Les Meneurs, 2012
Chris Collins, Kyle Dunlevy, The Clone Wars S05E04 - La Reconquête, 2012
Chris Collins, Bosco Ng, The Clone Wars S05E05 - Points de rupture, 2012
Lucasarts, Star Wars Épisode III : La Revanche des Sith, Activision 2005
Galaxies : Trials of Obi-Wan , LucasArts 2005
Ubisoft, Obi-wan, LucasArts 2002
LucasArts, Episode I - La Magie Révélée, LucasArts 1999

Obi-Wan Kenobi dans la Databank

Mis en ligne le 9 juillet 2014 à 10:52 par Dark Vectivus.
Dernière modification le 1 mars 2015 à 19:42.

Fiche consultée 78027 fois.

Espèce

Humain

Genre

Masculin

Origine

Stewjon

Taille

1.82 mètre

Fonctions

Apprenti Padawan
Chevalier Jedi
Maître Jedi
Haut Général Jedi

Arme

Sabre laser

Maîtres

Yoda
Qui-Gon Jinn

Apprentis

Anakin Skywalker
Ferus Olin (temporairement)
Luke Skywalker

Catégorie Personnages
Affiliations Alliance Rebelle
Ancienne République
Ordre Jedi

Haut