TIE expérimental M3

Dark Vectivus - Posté le 24 décembre 2011

Constructeur Sienar Fleet Systems
Taille 9.60 mètres
Équipage 1 cerveau droïde asservi
Armement 2 nacelles lance-missiles à concussion
Capacités 75 kg de fret
Catégorie Vaisseaux
Affiliations Empire Galactique

TIE expérimental M3

Dark Vectivus - Posté le 24 décembre 2011

Modèle de TIE automatisé, troisième représentant de la série des TIE expérimentaux, ressemblant à un intercepteur TIE armé de nacelles lance-missiles.

Également connu sous le nom de TIE Warhead, sans doute en vertu du fait qu’il s’agissait d’une plate-forme mobile porte-missiles de petite taille, le TIE expérimental M3, comme son matricule le laissait entendre, était le troisième modèle des TIE sans pilote et fit son apparition au plus fort de la Guerre Civile Galactique, conflit qui opposa l’Empire dominant à l’Alliance Rebelle. Fruit du Projet de TIE Expérimentaux, le TIE M3, à l’instar des quatre autres versions expérimentales s’inscrivant dans la lignée des produits manufacturés par Sienar Fleet Systems, était un appareil d’une conception remarquable car bénéficiant de la technologie embarquée d’un cerveau droïde asservi à un système de contrôle et de directives supérieur. Ce principe, guère innovant en lui-même, avait déjà été massivement utilisé par la Fédération du Commerce puis par la Confédération des Systèmes Indépendants dans les dernières décennies de l’Ancienne République puis durant la Guerre des Clones, notamment sur les chasseurs droïdes Vautour. Ainsi, l’Empire réutilisa cette technologie de chasseurs spatiaux sans pilote, contrôlables à distance, mais bénéficiant tout de même des avancées technologiques opérées durant le règne de Palpatine, ce qui donna un résultat des plus édifiants.

 

Sous l’impulsion du Grand Amiral Demetrius Zaarin, le projet étant supervisé par le Directeur Lenzer, le projet visant à créer une toute nouvelle gamme de chasseurs automatisés et réutilisant les composants conventionnels des TIE, dont les fameux panneaux solaires à haut rendement et le cockpit sphérique, prit une direction significative avec la création du TIE M3, puisque ce dernier modèle, contrairement aux TIE M1 et M2, n’était pas équipé d’un ou de plusieurs turbolasers, mais de deux nacelles lance-missiles contenant plusieurs ogives chacune dans leurs magasins à munitions. Ainsi, l’Empire disposerait à sa guise d’une flotte de chasseurs drones polyvalente et au potentiel de destruction conséquent, car si les TIE Bizarro et les TIE BigGun servaient surtout de chasseurs de supériorité spatiale, le TIE Warhead, de son côté, offrait un très bon compromis entre la vitesse d’un intercepteur TIE et la puissance dévastatrice d’un bombardier TIE, son rôle étant identique à celui de ce dernier.

 

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette vélocité de 102 MGLT n’est que très légèrement inférieure à celle de l’intercepteur TIE, les concepteurs du TIE M3 ayant réussi à pallier cette déficience que constitue la vitesse maximale sur une gamme de bombardiers, gamme intrinsèquement connue pour inclure des appareils dont la vitesse ne dépasse pas – ou rarement – le seuil des 100 MGLT. Avec une accélération de 20 MGLT/seconde, cet appareil est l’un des plus rapides de la catégorie des TIE, sa vitesse en milieu atmosphérique étant de 1250 km/h. Pour suppléer la coque en alliage de titane, le TIE expérimental M3 est secondé par un bouclier de protection, bien que sa puissance de déflexion soit relativement basse.

 

Vue d'un TIE expérimental M3.
Vue d'un TIE expérimental M3.

 

Mais du point de vue de l’arsenal, le TIE Warhead n’a rien à envier aux modèles standards de vedettes porte-missiles : si les quatre canons laser de l’intercepteur TIE ont été retirés sur ce modèle, l’armement alternatif vient largement compenser ce retrait, chacune de ces nacelles, toutes les deux situées aux extrémités des pylônes soutenant également les panneaux tripartites, étant vissées sur la face externe des panneaux solaires. Ces modules lance-missiles à concussion, quoique massifs, n’handicapent que très peu l’appareil au niveau de la maniabilité et de la vitesse. Et outre son système de téléguidage, qui asservit le chasseur à un signal maître émis le plus souvent par un transport d’escorte ETR-3 Bêta, le M3 dispose d’une large autonomie conférée par son hyperdrive, accroissant ainsi sa marge de manœuvre dans la galaxie.

 

Néanmoins, une petite précision est à apporter : si le TIE M3 était à la base destiné aux assauts contre des bases ou des bâtiments capitaux, les tests préliminaires et son baptême du feu prouvèrent également qu’il pouvait se mesurer à des escadrons entiers de chasseurs, comme cela fut le cas lorsque des M3 détruisirent un escadron de X-Wings. Mais le premier véritable affrontement entre les TIE Warhead et la Rébellion survint ultérieurement, alors que le Haut Commandement de l’Alliance Rebelle avait eu vent de rumeurs concernant de nouveaux types d’appareils et reçu des rapports alarmants concernant la disparition de plusieurs convois commerciaux civils. Poussant ses investigations, notamment après un accrochage entre des A-Wings et le premier modèle de TIE expérimental près du Système Belat, l’Amiral Rebelle Yamarus ordonna une mission visant à mettre la main sur plusieurs de ces TIE afin de les étudier avec minutie. Pour ce faire, un convoi composé de transports moyens Mobquet servit d’appât pour les chasseurs automatisés impériaux pour que ces derniers pussent être neutralisés par des Z-95 Chasseurs de Têtes rebelles armés de torpilles ioniques. Le piège réussit avec brio et plusieurs exemplaires, dont un TIE M3, purent être rapatriés vers le Liberté pour une analyse plus approfondie de leurs ordinateurs de bord.

 

On sait que, toujours dans le but d’en apprendre davantage, l’Escadron Renégat tenta de voler un vaisseau de cette classe lors d’une de ses missions. Ces actions ne laissèrent pas l’Empire de marbre, qui s’exprima en guise de réponse de la seule manière qu’il connût : avec ses armes, en lançant des vagues de TIE expérimentaux contre le croiseur Mon Calamari MC80 Liberté, dont il était parvenu à remonter la piste. Mais malgré la puissance de feu déployée par les TIE Warhead lorsqu’ils prirent en embuscade le Liberté avec le concours des autres modèles de TIE expérimentaux, les pilotes de l’Alliance Rebelle parvinrent à contrer le raid et permirent au croiseur rebelle de poursuivre sa carrière opérationnelle pendant encore un certain temps. Cette riposte impériale, déclenchée suite aux premières investigations rebelles sur le projet secret de Lenzer et Zaarin, entraîna une escalade de la violence et précipita du même coup la fin du TIE M3 et des autres modèles de TIE automatisés.

 

Plusieurs escadrons rebelles furent en effet dépêchés peu de temps après pour anéantir le centre de production principal des TIE expérimentaux M3 et des autres modèles, à savoir la station de recherche Obsidian. Ainsi, en dépit des prouesses technologiques de l’Empire en matière d’avionique en vue de créer des flottes entières de chasseurs contrôlés à distance, les pilotes rebelles franchirent l’écran défensif des TIE expérimentaux protégeant Obsidian et le Vaisseau de Recherche Impérial Sardis, et firent en sorte que ces machines de mort ne nuisent plus jamais à quiconque. On ne rencontra plus de TIE Warhead après ces événements.

Source(s)

Rodney Thompson, Sterling Hershey, Rebellion Era Campaign Guide, Wizards of the Coast 2009
Totally Games, X-Wing Alliance, LucasArts 1999

Mis en ligne le 24 décembre 2011 à 14:13 par Dark Vectivus.
Dernière modification le 24 décembre 2011 à 14:13.

Fiche consultée 737 fois.

Constructeur Sienar Fleet Systems
Taille 9.60 mètres
Équipage 1 cerveau droïde asservi
Armement 2 nacelles lance-missiles à concussion
Capacités 75 kg de fret
Catégorie Vaisseaux
Affiliations Empire Galactique

Haut